mer 10 août 2022 - 10:08

« J’ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis » : Mathusalem France a besoin de bénévoles

Avez-vous déjà entendu le slogan : « J’ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis ». C’est celui de Mathusalem. Aujourd’hui, gros plan sur cette association d’entraide maçonnique qui agit au-delà des genres, des Rites ou des Obédiences puisque tout le monde ou presque y participe déjà. Notre rédaction a rencontré le Président François Avale. Il nous a raconté cette merveilleuse aventure. Il lance aujourd’hui un appel pour accueillir les bénévoles qui veulent se joindre à l’association fraternelle. Les candidatures sont à envoyer sur ce lien : https://mathusalem-france.fr/contact/

Tout le monde connait ou a entendu parler de Mathusalem, ce vénérable vieillard, fils d’Hénoch et grand-père de Noé, qui vécut suivant la Bible 963 ans ! C’est notre ancêtre à tous, il nous amène à réfléchir sur le temps qui passe et sur la meilleure manière de vieillir.

Un peu d’histoire :

C’est le 5 octobre 1987, sous l’impulsion des Frères Jacques SIOU du GODF et Raymond RICHARDSON de la GLDF qu’a été créée à Paris l’association loi de 1901 pluri-obédientielle MATHUSALEM. Le but : « Renouer le lien avec les frères et sœurs coupés de leur attache maçonnique parce que malades ou plus grave encore à cause de difficultés financières ». Respectueuse de la chaine d’union, son second objectif a été de créer un maillage dans toute la France avec le logotype « Mathusalem » et mention de la région dans laquelle elle est active. En 2022, il existe une vingtaine d’associations dans toute la France ainsi qu’aux DOM TOM dont l’objectif est identique : « le lien avec nos aînés ». Le rayon d’action de chaque association est cependant limité aux départements de sa région.

Mathusalem Paris I.D.F poursuit la construction en encourageant l’autonomie dans la région Ile-de-France. Nos aînés peuvent désormais s’appuyer sur Mathusalem Yvelines et Mathusalem Essonne.

Puis en 2019, ce fut la naissance de MATHUSALEM FRANCE, qui est l’interface entre toutes les associations Mathusalem régionales, départementales y compris les territoires ultramarins . L’objectif est de favoriser leur développement par une communication avec les obédiences, et une mise en commun des expériences.

Un site Web national est consultable www.mathusalem-france.fr
Il permet d’entrer en contact avec tous les Mathusalem.

En 2022, François AVALE, Frère de la GLTSO est élu Président de Mathusalem France.

Son action :

• D’être un lien entre les institutions nationales et les associations régionales;
• De faciliter le lien entre ces mêmes associations régionales, qui ont comme objectifs communs la bienfaisance, la solidarité, l’assistance et l’accompagnement de personnes en difficulté physique, morale ou financière;
• De mettre à disposition tous les moyens de communication;
• De soutenir les associations en difficultés;
• D’aider à la création de nouvelles associations en France et en Outre-Mer;
• D’organiser toute réunion et manifestation répondant à ces objectifs;
• De mettre en commun l’expérience de ses membres;
• De constituer des groupes de réflexion et d’études en cas de besoin.

Le tronc commun à tous les Mathusalem est le maintien du lien avec nos aînés par des contacts téléphoniques, des visites à domicile, accompagnement lors des rendez-vous médicaux, conseils sur les droits sociaux mais chacun avec sa spécificité.

  • Pour ne prendre que l’exemple non exhaustif de Mathusalem Paris IDF, il organise des déjeuners-débats maçonniques le 3ème jeudi du mois qui portent sur des thèmes variés comme : Alexandra David Néel, le Miroir aux Alouettes, ou tout récemment sur les Contes, Légendes et Mythes, la résonnance du rituel.
  • Les membres reçoivent un bulletin de liaison qui comprend une rubrique qui leur est réservée et intitulée : « Nos aînés planchent. »
  • Autres exemples d’actions concrêtes : Le 24 décembre, les Frères et des Sœurs, seuls durant la période des fêtes sont conviés à partager un déjeuner festif avec échange de cadeaux ou invités au théâtre.
  • L’été, une sortie est organisée pour ceux qui ne sont pas en vacances.
  • Tous les 2 ou 3 ans, la journée d’échange avec les Frères et Sœurs d’associations Mathusalem régionales permet la découverte d’une région et d’établir des contacts qui renforcent les liens.
  • D’autres associations, organisent des vide-greniers, des lotos.
  • Mais le plus important est sans nul doute les visites rendues par les adhérents bénévoles à des Frères et des Sœurs à la santé fragile qui trop souvent n’ont pour seul contact que le médecin, le livreur de repas ou la famille.

Vous l’avez compris, le but est d’apporter une présence, rompre une solitude qu’engendre toujours la maladie ; solitude à laquelle nous tous seront un jour confrontés. Le rôle de l’assocation est celui de relais de la loge, car le monde profane est chronophage et les frères et sœurs hospitalier(e)s n’ont pas toujours la possibilité de consacrer du temps aux aînés. Avec l’appui des frères et sœurs bénévoles, Mathusalem transmet le message des fondateurs :

« Soyons ce pont qui nous relie à nos anciens car sans eux nous ne serions pas ce que nous sommes. »

Siège Social : MATHUSALEM France : S/c LIEN , 20 quai Lunel 06300 NICE – Tel : 06.81.49.62.22
Courriel : mathusalemfrancefr@gmail.com – Site: www.mathusalem-france.fr

Lorsqu’on demande à François Avale pourquoi Mathusalem , plus que jamais est aujourd’hui utile, il nous répond par des points concrets :

  • Parce que : si le développement des connaissances médicales permet à chacun d’envisager une vie de plus en plus longue, il ne le met pas à l’abri de l’affaiblissement de ses facultés.
  • Parce que : l’évolution de la pyramide des âges due au « Papy-boom » et l’allongement continu de la durée de vie (79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes) créent une nouvelle problématique à laquelle sont confrontées toutes les Obédiences.
  • Parce que : si la vieillesse est faite de moments de joies et de petits bonheurs, elle charrie également son lot de détresses morales, physiques ou financières et ses moments de solitude.
  • Parce que : souvent une démission masque le poids devenu trop lourd d’une capitation d’une Sœur ou d’un Frère dont la retraite a réduit les capacités pécuniaires.
  • Parce que : leur absence prolongée sur les colonnes, puis leur disparition du Tableau de leur Loge les effacent « naturellement » de notre mémoire.
  • Parce que : si le maintien à la matricule de nos ainé(e)s est moralement, humainement et éthiquement pleinement justifié, cette juste reconnaissance de ce qu’ils ont fait avant nous et pour nous, ne règlera pas la problématique essentielle de l’aide et l’assistance morale et matérielle dans tous les actes de leur quotidien jusqu’à leur passage à l’orient éternel, que ni les Loges, ni les Sœurs ou les Frères, ni les Obédiences, ni même quelque fois leur propre famille, ne peuvent pleinement assumer.
  • Parce que : le jour de son initiation, le Franc-Maçon a prêté serment d’aide et assistance à ses Frères et Sœurs ; qu’il s’est engagé à mettre en pratique la grande loi de la solidarité, et à porter assistance aux faibles.

Découvrez la lettre de témoignage d’un membre bénévole

MM TT CC SS, MM TT CC FF
Je vous prie d’abord de bien vouloir m’excuser pour mon absence aujourd’hui mais j’avais pris depuis plusieurs mois des engagements pour le 27 octobre et je ne pouvais m’y soustraire sauf à manquer à ma parole.
A la demande d’une sœur de Mathusalem qui, je le suppose, me prêtera sa voix, je vais essayer de brièvement témoigner de ma relation avec le frère Gérard que j’ai découvert, il y a quelques années, quand j’ai rejoint l’association.
C’est toujours le même rituel et la même émotion quand j’arrive chez Gérard. Je compose le code d’accès à son immeuble, je relève son courrier, je l’appelle par l’interphone, je prends le petit ascenseur qui me mène au 5 étage et là, sans que j’aie besoin de sonner à sa porte, il m’accueille bras ouverts avec son regard pétillant, sa grande barbe blanche frémissante dans une grande accolade fraternelle. Gérard, tu es l’image du grand-père malicieux (que je n’ai pas connu) que j’avais forgé dans mon imaginaire d’enfant.
Ce sentiment est encore plus fort quand le grand-père est un frère et ça change tout. Nous ne sommes pas de la même génération, pas de la même loge, pas de la même ville, nous ne nous connaissons que depuis trois ans et pourtant, par un phénomène que je n’explique pas, c’est comme si nous nous connaissions depuis toujours. C’est peut-être le « miracle » de la fraternité maçonnique, incommunicable et incompréhensible pour qui ne la vit pas.
Ce que je sais en revanche, c’est la subtile intuition de notre sœur quand elle nous a mis en relation. Car nous partageons les mêmes centres d’intérêt, la Franc- Maçonnerie bien sûr, son projet, ses symboles, ses mythes, ses rites mais aussi l’Histoire, la Politique, le débat d’idées, sans oublier bien entendu la bonne chère accompagnée de poudre de qualité.
Sans que nos rencontres fassent l’objet d’un calendrier immuable, je rencontre régulièrement Gérard sous la forme d’agapes chez lui ou, plus rarement, dans un restaurant proche. Ce plaisir de la table, c’est surtout le plaisir d’être ensemble, d’évoquer nos vies, nos familles, nos convictions, nos engagements, nos espoirs et nos peines. C’est aussi l’occasion de commenter l’actualité et d’imaginer, autant que faire se peut, l’avenir.
En dehors de ces moments privilégiés, nous communiquons assez souvent par téléphone pour évoquer un sujet particulier ou, plus simplement, pour prendre des nouvelles l’un de l’autre.
Que dire de plus, si ce n’est un mot, un signe, un livre qu’on prête, une carte postale qu’on envoie, une photo prise ensemble, un petit cadeau pour mes petits-enfants, des démarches et des courses pour éviter les déplacements pénibles, ces petits gestes qui touchent, qui rendent la vie un peu moins difficile et la solitude un peu moins pesante.
Je m’en voudrais de ne pas ajouter que notre frère Gérard conserve des liens assez forts avec sa loge, en particulier avec le frère hospitalier Jacky qu’il apprécie beaucoup.
Permettez-moi de conclure en remerciant Mathusalem pour son dévouement et m’avoir permis de connaître Gérard, un frère que j’aime beaucoup parce que….parce que…. « Parce que c’était lui parce que c’était moi ».
J∴-M∴ JOL

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES