jeu 18 août 2022 - 09:08

Les Francs-maçons et l’Église catholique sont-ils ennemis ? Il semblerait que non !

De notre confrère bulgare dw.com

Environ 2 millions de catholiques sont membres de loges maçonniques. Cependant, on dit qu’on ne peut pas être à la fois catholique et franc-maçon. Un certain nombre d’éminents francs-maçons se sont battus contre la forte influence de l’Église catholique romaine sur la politique.

« Lodge and Altar » – c’est le titre du livre du pasteur autrichien, ancien diplomate et fonctionnaire du Vatican Michael Heinrich Wenninger. L’auteur de 68 ans défend la thèse selon laquelle une personne peut être à la fois catholique et franc-maçon. Au cours de ses nombreux voyages à travers le monde, il a souvent rencontré des francs-maçons qui craignaient que l’Église catholique ne les excommunie. La raison : depuis la bulle papale « In eminenti » de 1738, les papes ont émis 20 interprétations plus contraignantes qui condamnent les francs-maçons comme confrérie secrète, hérétiques et ennemis de la foi.Mais la médaille a un revers : un certain nombre d’influents Les francs-maçons se sont obstinément opposés à l’influence de l’Église catholique sur la politique, la société et l’éducation.

Les différents types de loges maçonniques

L’auteur du livre précise qu’il existe différents types de francs-maçons. Dans son travail, il s’est principalement concentré sur les loges maçonniques traditionnelles sous les auspices de la Grande Loge d’Angleterre. L’Église catholique a longtemps échoué à faire la distinction entre ces loges maçonniques traditionnelles et un certain nombre d’autres courants de la franc-maçonnerie qui sont parfois sectaires ou anticléricaux, a expliqué Weninger. Et il explique que dans le monde, environ deux millions de catholiques sont membres de loges maçonniques traditionnelles.

Dans les années 1970, après des entretiens entre l’archevêque de Vienne, Franz Koenig, et des francs-maçons d’Autriche, d’Allemagne et de Suisse, une déclaration commune a été rédigée, qui stipulait que la franc-maçonnerie n’était pas une religion et était même née avec l’Église catholique dans sa croyance. de fraternité et d’amour entre les peuples. De cette manière, les malédictions ecclésiastiques contre les francs-maçons ne devraient rester que dans l’histoire. Grâce aux efforts du cardinal Koenig, en 1983, la condamnation des francs-maçons a également été supprimée du droit de l’Église.

Réconciliation officielle ?

Néanmoins, l’organisme ecclésiastique responsable de la lutte contre les hérésies à la Curie romaine a publié la même année une déclaration selon laquelle l’évaluation des francs-maçons restait « inchangée », c’est-à-dire qu’ils pourraient être excommuniés de l’église à l’avenir. , la décision prend sous la direction du Préfet Cardinal Ratzinger – le futur Pape Benoît XVI. Cette déclaration n’a aucune force contraignante, mais elle a un poids théologique sérieux. Maintenant en tant que Pape, Ratzinger/Benoît XVI lui-même a rencontré à plusieurs reprises les Grands Maîtres des Loges Maçonniques , ce qui confirme indirectement , que la déclaration de 1983 a été oubliée.

L’auteur du livre estime que du point de vue du droit ecclésiastique catholique, le problème est déjà résolu : le pape François a personnellement accepté le livre « Loge et autel » qui lui a été remis. Il suffisait d’une réconciliation officielle entre les catholiques l’Église et les francs-maçons, ce qui pourrait se faire lors d’une réunion officielle entre le pape et ses préfets et les grands maîtres des loges maçonniques.

Maçons et catholiques restent-ils ennemis ?

Le problème n’a pas été résolu du tout, l’ancien publiciste franc-maçon et actuel catholique Burkhard Gorissen lui a reproché dans les médias. Il dit que « les vérités désagréables ne doivent pas être balayées sous le tapis, y compris le fait qu’au cours des derniers siècles, la franc-maçonnerie a été officiellement déclarée ennemie par l’Église catholique. » Gorissen estime que les deux restent incompatibles à ce jour. , il explique également :

« Si Wenninger prétend vraiment que les rituels dans les soi-disant » loges traditionnelles « ne sont pas religieux ou semi-religieux, qu’il précise à quels rituels il a participé ou au moins étudié. L’acte même d’être admis dans la loge porte des marques claires d’initiation. Le maître place un compas sur la poitrine du candidat et par trois coups de marteau sur la règle annonce : « Dans une humilité effrayante devant le Grand Maître. Au nom de la Grande Loge des Anciens et des Nouveaux Maçons. dignité de Maître, je vous approuve et vous accepte. »

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Rappelons que, ce que ne mentionne pas ce site bulgare, que le titre originel de l’ouvrage, édité en allemand, de Michael Heinrich Weninger est « Loge und Altar – Über die Aussöhnung von katholischer Kirche und regulärer Freimaurerei » (Éditions Loecker Erhard Verlag, 2020). Un titre, qui, traduit en français, donne « La loge et l’autel : sur la réconciliation de l’Église catholique et de la franc-maçonnerie régulière ».
    Par ailleurs, diplômé de l’ Académie commerciale de Wiener Neustadt en 1971, Michael Heinrich Weninger, né le 18 février 1951 à Wiener Neustadt, était un diplomate autrichien et un ministre catholique romain à la Curie romaine.
    Rappelons aussi que dans sa thèse « SAGESSE. FORCE. BEAUTÉ. À propos de la réconciliation de l’Église catholique et de la franc-maçonnerie régulière » (Rome, Presse grégorienne et biblique, 2019) publiée par l’ Université pontificale grégorienne en 2019, Michael Weninger prône déjà la réconciliation de l’Église catholique et de la Franc-Maçonnerie régulière .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES