lun 08 août 2022 - 15:08

Deux anges, un panthéon « miraculeux », des morts illustres et des francs-maçons : une nuit au cimetière

De notre confrère argentin ellitoral.com – Par Luciano Andreychuk

Il s’agit d’une promenade nocturne guidée pour découvrir l’art funéraire dans la Nécropole municipale, les mausolées qui gardent les secrets des personnes qui ont forgé le destin de la ville et autres histoires « fantomatiques ». Chronique d’une marche nocturne à travers le repos des morts.

Tout s’est passé à la porte d’entrée du cimetière municipal, le soleil du jour couchant, laissant place à la nuit. « Pourquoi sont-ils si loin derrière ? Ils ont un peu peur, hein ? » Lorena, l’une des guides, brise la glace. Environ 150 personnes étaient réunies, garçons et filles, familles avec compagnon à la main et bien sûr : lampe de poche obligatoire. Les projecteurs ont projeté des lumières vertes et roses dans des formes circulaires, donnant une teinte spectrale à l’invitation : le Paseo del Cementerio a commencé.

C’était quoi tout ça ? C’est l’un des itinéraires fixes du programme « Ma ville en tant que touriste« . Et la visite de la nécropole locale est l’une des plus fréquentées -avec le Paseo de la Manzana Jesuítica-, peut-être à cause de la curiosité qui éveille chez les gens de connaître des histoires curieuses, même surnaturelles, et qu’il y a, oui il y en a.

Dans le Paseo, les guides racontent l’ornementation funéraire et ses origines, le « chemin VIP » -ou rue principale- où se trouvent les mausolées des grandes personnalités locales ; ils racontent comment les « disputes » étaient entre les familles riches du passé pour avoir les mausolées les plus ostentatoires, dans une sorte de compétition; la franc-maçonnerie de nombreux hommes influents dans la vie politique de Santa Fe ; l’oratoire restauré et le mystère du Panthéon « miraculeux » : celui du docteur Rafael Mansilla.

La statue et le miracle

La nuit teintait déjà d’obscurité la promenade des morts. Sur l’aile droite du cimetière apparaît une statue, connue sous le nom de « l’oubliée« . Ce sont deux anges -ou êtres célestes- en marbre blanc de Carrare, aux ailes déployées, dont l’un porte une croix. Ils regardent vers le haut et représentent le chemin vers le ciel et la vie éternelle.

La statue oubliée, avec ses deux êtres célestes : un échantillon de l’art funéraire de la nécropole locale.


« L’histoire raconte que cette statue a été envoyée pour être fabriquée en Italie par un homme très riche, mais quand elle est arrivée, ce monsieur ne l’a pas aimée, car elle était faite en deux parties. Il voulait la rendre, mais à cause de ces rebondissements et le destin a fini par arriver ici. C’est l’une des œuvres centrales de l’art funéraire du cimetière », explique Lorenzo, l’autre guide. Les gens ont couru pour voir et prendre des photos avec leurs téléphones portables.

Puis, dans une marche pèlerine, les participants se rendent dans l’un des panthéons « vedette » de la Nécropole. Il fait nuit et tout est noir dans ce secteur ; les lanternes s’allument. Les gens chuchotent, sur un ton confiant : le point d’arrivée est le soi-disant « panthéon miraculeux ».

À votre arrivée, vous voyez des milliers de plaques placées sur les murs du sanctuaire, tout cela grâce à la mémoire du Dr Rafael Mansilla. Il y a des offrandes (quelqu’un lui a même laissé son titre d’agent des services pénitentiaires) et de la nourriture. Sur les côtés, la cire des bougies noires et rouges : il y a des gens qui y vont pour pratiquer le rituel de la San La Muerte : il y a même des statuettes, des tampons, des chandeliers.

Le panthéon « miraculeux » de Rafael Mansilla, l’un des endroits les plus visités.


Rafael Mansilla a sa propre page Wikipedia. On parle de légende et de « mysticisme » autour de la figure du médecin. Quelle est la raison de cette dévotion populaire ? « On dit qu’une femme, qui avait un problème de santé (probablement), est venue dans ce panthéon, a fait une lamentation, et a entendu un bruit à l’intérieur du sanctuaire. La femme s’est calmée. Cela s’est propagé de bouche en bouche, et elle est partie générant comme un rituel populaire de teintes miraculeuses autour de la figure de Mansilla », raconte Lorenzo à El Litoral.

Mort célèbre

Juste là-bas, tout près, se trouve l’énorme mausolée de Don Ángel Cassanello, un immigré génois devenu l’un des hommes les plus influents de Santa Fe. Homme d’affaires étroitement lié à l’activité portuaire et fluviale locale, il fut conseiller municipal et même intérimaire,maire de la ville.

Le somptueux mausolée de la famille Pinasco, avec ses deux hippogriffes protecteurs, mérite d’être connu.


« Et on dit aussi qu’il était maçon – souligne Lorenzo -. Voyez à quel point le mausolée de la famille Cassanello est énorme. Il se trouve qu’avant, les familles riches « concouraient » pour avoir la demeure finale la plus grande et la plus prodigieuse. Aujourd’hui, les habitudes ont changé, et beaucoup de gens font savoir qu’ils veulent être incinérés après leur mort », le jeune homme montre les contrastes dans les coutumes mortuaires de l’époque.

La tombe de Nicasio Oroño – un éminent juriste, qui fut gouverneur de Santa Fe en 1864- est superbe. Il y apparaît le symbole de la franc-maçonnerie et une dédicace. « La loge Armonía n° 99 de la ville de Santa Fe et le chapitre n° 41 de Nicasio Oroño rendent hommage au cher frère (…) en route vers l’Orient éternel », indique la plaque.

Rue principale

Les mausolées des familles Leiva, Racine, Candioti, Lupotti-Franchino. Les Gálvez occupent la rue principale du Cimetière. Il y a aussi celui de l’ingénieur Marcial Candioti, le grand promoteur du plus grand symbole de Santa Fe : le pont suspendu. « Ils étaient tous des familles très importantes pour la ville », explique Lorena, la guide. Et raconte curieusement le cas d’un membre de la famille Leiva.

« Cet homme a demandé un prêt pour acheter une somptueuse maison. Mais il n’a pas payé les frais bancaires. Et c’était un grand joueur de poker. Alors, il a proposé à ses amis de jouer à un jeu, à la condition que s’il gagnait il garderait la maison qu’il voulait en payant la banque. Cette nuit-là, alors que le jeu se jouait, cette maison passa entre les mains de différents propriétaires… Mais ce monsieur Leiva finit par la gagner », raconte le guide. C’était le bâtiment qui s’appelle aujourd’hui la Chambre des gouverneurs, rien de moins.

Dans une rue transversale se trouve la tombe de Juan Cingolani, le grand peintre. « Il était comme le Messi des arts plastiques de son temps. Un total grossier », plaisante Lorenzo dans des mots familiers. Il représentait les papes Pie XI et Léon XIII, et sur son lit se trouve une pierre tombale du Vatican : il a même restauré une partie de la chapelle Sixtine.

Les hippogriffes protecteurs

L’oratoire est magnifiquement rénové; les projecteurs le teintent de leurs lumières et lui donnent une tonalité intimement religieuse. Mais à gauche, il y a un joyau de l’art funéraire : c’est le mausolée de la famille de Benito Pinasco, qui fut maire de la ville (il occupa le poste entre 1891 et 1893).

Un autre des exemples de la belle ornementation funéraire que l'on peut voir dans le cimetière municipal.  Photos : MCSFUn autre des exemples de la belle ornementation funéraire que l’on peut voir dans le cimetière municipal. Photos : MCSF


Le sanctuaire a été entièrement acheté en Italie, et le détail sculptural des visages, des bustes, des plis de chaque forme est surprenant. Au-dessus de ce grand sanctuaire, il y a des figures célestes ; et sur ses colonnes deux hippogriffes, qui sont des êtres mythologiques qui protègent les âmes qui reposent dans le mausolée.

Plus loin se trouvent les tombes de l’ancien maire Enrique Muttis, dont la plus grande vertu était l’honnêteté ; celle d’Adriana Camelli, une nageuse à succès certainement oubliée de la mémoire populaire ; et celle du « Tiburón del Quillá », Pedro Antonio Candioti : « Sa prouesse : il a nagé en eau libre pendant 100 heures et 44 minutes sans interruption. C’était plus de quatre jours de nage. Il a rejoint San Javier avec Santa Fe. Et il a été pas un garçon de 20 ans ; j’avais 47 ans », souligne Lorenzo.

« Hé, j’ai une frayeur dont je ne peux même pas te parler », lance un jeune homme à un autre, à la sortie du Paseo. La traversée de nuit était terminée, et les gens partaient en commentant ce qu’ils avaient vécu, tandis que les lanternes étaient rangées. La peur des morts est une suggestion ; l’intéressant est de redécouvrir le Cimetière comme un lieu chargé d’histoires, de légendes et de secrets.

Croissance et continuité

« Ma ville en tant que touriste atteint déjà 8 000 personnes qui ont visité l’un des circuits proposés. En raison de l’appel des gens, nous allons lui donner une continuité. Pendant les vacances d’hiver, l’agenda va être très chargé. » il raconte La Côte Franco Arone, directeur du tourisme de la municipalité. Après tant de mois de confinement, les gens sortent, désormais avec une nouvelle intention : retrouver des lieux qui sont les leurs.

« Je pense que cette expérience est comme la moitié du verre à moitié plein de la pandémie. Nous, Santa Fe, commençons à réfléchir aux espaces de cette capitale, que nous traversons quotidiennement. Les gens sont encouragés à voir la ville avec les yeux de touriste, et cela favorise aussi beaucoup le tourisme local, à en juger par le grand nombre de visiteurs des villes voisines et d’autres provinces », souligne le directeur.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES