ven 02 décembre 2022 - 20:12

S’inquiéter pour l’avenir de la Franc Maçonnerie ?

Tel était le thème de  la réflexion et des échanges organisés par le  CENORABG le 13 mai au Havre. Dans le cadre de ses journées d’information, le CENORABG ou le Cercle Normand des Amis de Bernard Guillemain invitait à nouer un dialogue et des échanges sans a priori ni dogmatisme, sur la problématique suivante: « Tradition et Transmission en Franc –Maçonnerie ».

Une quarantaine de participants ont répondu avec zèle, à cette invitation  dont la thématique implique tous les Franc-maçons et les Franc-maçonnes. Quels que soient leurs âges et qualités, chacun se sent concerné par le maintien de la voie initiatique que lui  offre son obédience et sa juridiction.

Après l’écoute d’une conférence extrêmement instructive et documentée par  Dominique Jardin, agrégé d’histoire, sur la démarche de construction des tableaux de loge, sur la portée évolutive des rituels, sur la place des images dans le patrimoine informationnel de la Maçonnerie, l’auditoire s’est ensuite partagé en quatre groupes de travail pour se confronter à la question de l’avenir de la Franc-Maçonnerie à moyen et à long terme.

Pour ce faire, le CENORABG avait retenu d’interpeller son assistance de la manière suivante: quid « des messages et valeurs de la Tradition Maçonnique » ? Est ce que la Franc- Maçonnerie peut être « un fer de lance de la modernité » ? Où en est-on du « Secret et de la transmission spirituelle » ? « De l’Initiation et la Tradition » ?

Eu égard aux nombreuses démissions enregistrées par toutes les institutions maçonniques après ces deux années de pandémie mondiale et une pratique inhabituelle voire controversée, dans le Temple, lieu du Sacré, l’avenir de la Franc-maçonnerie interroge… de fait!

Durant cette période critique, le travail en loges « en présentiel » s’est avéré difficile à maintenir. Si certaines loges ont testé positivement « la visioconférence » pour garder le lien – voire même si elles ont eu le bonheur de retrouver le contact avec des membres inscrits sur le tableau de loge (notamment « des membres que l’on ne voyait plus en loge à cause de l’âge, de l’éloignement ou de la maladie »), la tenue traditionnelle engageant le corps, l’écoute et le langage demeure à l’unanimité le mode de travail à privilégier pour l’élévation de l’esprit et l’expérience d’un collectif éducatif et fraternel.  

La technologie numérique reste diversement appréciée et déconcerte encore car elle est bel et bien entrée dans le Temple. Néanmoins pour tous les présents à cette demi journée-bilan, c’est « autour du tapis de loge »,  que peut se construire et s’épanouir une  spiritualité soucieuse de soi et de l’autre dans le cadre d’une Franc-Maçonnerie universelle.  

Si à ce jour, avec l’éloignement de la contagion virale de la Covid-19, le travail en loges « repart » et ce, avec beaucoup de contentement, la problématique  quant à  l’avenir demeure !

Ainsi, au niveau de l’opinion publique, les institutions maçonniques ont la perception que leur image est floue ou controversée. Elles y justifient la difficulté du recrutement actuel de profanes….

En fin de la journée, les rapporteurs des quatre groupes de travail ont validé qu’il existait bel et bien un sentiment de perplexité quant au devenir  de la FM, (oui, hélas : bien souvent « mal aimée » à l’extérieur voire « souterrainement » contestée par ses membres quand elle se fragilise elle-même par des manipulations de rituels et des jeux de pouvoir).

Cette perception du réel qu’exprimaient les groupes esquissait quelques pistes pour reprendre le travail sur le chantier, en insistant sur la nécessité présente d’opérer «  une conversion du regard »…

Dans la plupart des grandes obédiences, en France, les moyennes d’âge sont plutôt vieillissantes et les seniors s’inquiètent de ne plus trouver à parrainer des membres plus jeunes de leur entourage ou voisinage… Or pour beaucoup un parrainage ou un œil tutélaire bienveillant est «  essentiel à la transmission initiatique ».  Faut-il alors repenser le passage des expériences et des savoirs maçonniques des « Anciens » au service des obédiences  pour leur permettre de capitaliser sur une « offre ressources » disponible afin de transmettre, former, guider les entrants sur le rite, à tous les grades ? Des solutions expérimentales à dégager et à suivre au niveau local ?  

Face aux turbulences actuelles que traverse le mouvement maçonnique et qui affecte son image sur le champ social, donner également plus d’arguments à toutes les obédiences (déjà à la sienne !) pour se renouveler ou du moins, pour participer à faire connaître à la société une maçonnerie qui se montrerait plus ouverte, foisonnante d’idées de paix et de conciliation. Ainsi l’existence d’une communauté d’esprit pourrait inciter les Frères et les Sœurs à aller avec confiance à la rencontre des représentants du monde profane, philosophes, sociologues, scientifiques ou religieux afin de se situer au-delà des divergences de posture institutionnelle. Un moyen parmi d’autres pour mettre en lumière ce qui en est « de la sagesse philosophique et éthique de la Franc-Maçonnerie », en général ? Avec quelles conséquences sur le plan du travail en loges ?

Dans le report de ces consultations des participants, des paroles furent récurrentes : celles d’un attachement à la question de l’Être et à son devenir existentiel, (ce qui motive toujours à titre individuel son engagement et sa présence  en  FM.) Même s’il se doit d’accepter de sortir de ses zones de confort, de revoir ses certitudes ou de faire réviser des dogmes intérieurs au sein de son institution, l’Initié pressent comme un devoir, celui de participer à l’actualisation d’une culture générale en adéquation avec les transformations profondes du monde.

Cette pensée émergente au sein même du milieu maçonnique, aussi intéressante et motivante soit-elle, n’en exigera pas moins de mener en profondeur de plus amples investissements pour que la FM dans toutes ses composantes, attire, rassemble et en même temps puisse présenter à l’humanité « en devenir » le projet d’une spiritualité revivifiée et en harmonie avec l’Être et la Nature.

Affaire à suivre… !

Claude Laporte
Claude Laporte
Cursus universitaire en Droit public, Organisation du travail, et Sociologie Politique. (Maîtrise en Droit Public (1972), à la Faculté de Bordeaux. Chargée de cours sur la « Sociologie Politique et des Institutions Internationales » aux élèves de 1ère Année de Droit (1972/1973). Puis, intégration professionnelle au sein de l’Assurance Maladie. Dernier poste occupé : Responsable de la Communication à la Direction des Systèmes d’Information à la CNAMTS. Autres diplômes : DESS Systèmes d’Information; DEA «Communication, Technologies et Pouvoir » (Université Paris-Sorbonne). Par ailleurs : des engagements dans le domaine associatif et culturel. Depuis mars 2020 une activité écriture/publications avec la création et l’animation du blog EMEREKA, journal d’opinions et d’humeurs ..

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES