mer 29 juin 2022 - 05:06

ARGENTINE : La franc-maçonnerie n’a rien à cacher, déclare Pablo Lázaro, le Grand Maître

De notre confrère argentin mdzol.com

Au siège de la Grande Loge de la franc-maçonnerie argentine, MDZ a interviewé Pablo Lázaro, actuel Grand Maître, qui a évoqué les origines de cette loge, sa mission et sa nouvelle politique d’ouverture.

La franc-maçonnerie faisait partie de nombreux processus historiques au niveau international. Toujours dans la sphère locale, de grandes personnalités se sont formées dans cette mystérieuse loge. Le siège de la Grande Loge de la franc- maçonnerie argentine est situé au centre-ville de Buenos Aires. Là, l’ingénieur Pablo Lázaro, actuel Grand Maître de la franc- maçonnerie argentine , a reçu MDZ pour discuter de l’histoire et de l’actualité d’oren. 

Comment définiriez-vous la franc-maçonnerie ?

  • C’est une centrale d’idées, un espace pour des gens qui peuvent penser totalement différemment les uns des autres et qui, cependant, cherchent des points d’accord pour parvenir à une société plus fraternelle. C’est une société philosophique, philanthropique, laïque et progressiste. Nous disons « laïcs » au sens le plus large puisque les membres doivent accepter de s’asseoir à côté de quelqu’un qui est à l’opposé de leur façon de penser. Du côté religieux, nous avons besoin de catholiques, de juifs, de musulmans, d’agnostiques, d’athées. Du point de vue politique : Péronistes, radicaux, socialistes, non partisans, apolitiques. Car nous recherchons et avons besoin qu’il y ait au sein des loges ce que nous appelons « toutes les aventures de l’esprit ».

A quand remontent les origines de la franc-maçonnerie ?

  • Dans le monde, la franc- maçonnerie a plus de 300 ans.Oui, il y a eu une activité maçonnique depuis bien plus de 300 ans. La même chose se produit en Argentine, on peut parler de franc- maçonnerie ou de francs- maçons depuis l’aube, bien avant la révolution de mai. Institutionnellement, la franc- maçonnerie en Argentine est née en 1857 et le premier Grand Maître d’Argentine fut José Roque Pérez.

Et avant qu’il ne soit constitué en institution ? À quelle époque les études maçonniques pouvaient-elles remonter ?

  • Dans le monde, nous plaçons le début au Moyen Âge, bien qu’il existe des écrits antérieurs à cette époque. Certains l’ont lié aux Esséniens mais nous n’avons aucun moyen de le vérifier factuellement ou historiographiquement. Oui, nous pouvons parler du Moyen Âge car la franc- maçonnerie naît comme une guilde de constructeurs. Les premiers francs-maçons étaient ceux qui gardaient le secret d’une certaine façon de travailler dans un domaine précis, comme la pierre, le bois ou les corporations financières. La méthode utilisée consistait à regrouper les différents niveaux de connaissances pratiques d’une tâche spécifique en « grades ». Au bout d’un moment, lorsque la construction est devenue populaire, des philosophes, des politiciens et des scientifiques se sont joints et l’organisation a pris le nom de Grandes Loges des Maçons Libres et Acceptés. Les Acceptés sont ceux qui ne viennent pas de la construction. C’est-à-dire, du point de vue de l’histoire, la franc-maçonnerie est née au Moyen Âge, mais il y a une activité bien plus ancienne. En fait, les connaissances d’autres associations d’initiation sont incorporées, les histoires se croisent à plusieurs reprises et certaines rattachent la franc-maçonnerie à des traditions aussi anciennes que les Esséniens.

Que recherche une personne qui veut rejoindre la franc-maçonnerie ?

  • Nous comprenons que ceux qui cherchent à entrer dans la franc-maçonnerie – et dont l’intérêt n’est pas seulement la curiosité – sont des gens prêts à s’asseoir à côté de quelqu’un qui pense différemment. Ils doivent être convaincus que la diversité nous nourrit. En plus de cela, la franc- maçonnerie fournit des outils pour que chacun devienne un libre-penseur et soit la meilleure version de lui-même dans son domaine de travail. Cela ne signifie pas que vous allez être président ou magnat milliardaire – c’est un autre grand mythe – mais que dans votre travail et votre profession, vous vous développerez de la meilleure façon possible. D’autre part, la maçonnerie propose des outils opérationnels concrets. En Argentine, c’est très fort en matière de philanthropie. Aujourd’hui, par exemple, nous travaillons avec la Grande Loge du Portugal sur l’évacuation et l’accueil des réfugiés d’Ukraine. La franc- maçonnerie est un réseau national et international qui œuvre pour la philanthropie : c’est le plus ancien du monde et compte plus de pays affiliés que l’ONU, par exemple.

Pourquoi avez-vous décidé de passer d’une loge secrète à une société discrète ?

  • Parce que nous n’avons rien à cacher. La franc-maçonnerie faisait partie de tous les processus historiques. Depuis 2008, date à laquelle la nouvelle direction a pris le relais, nous avons commencé à travailler avec une nouvelle politique beaucoup plus ouverte. 

Avec cela, ils cherchent à ce que plus de personnes puissent rejoindre la loge ?

  • Peut-être finalement oui. L’idée est d’avoir un effet multiplicateur : quiconque veut se rapprocher sera plus que bienvenu. Tout citoyen peut désormais faire une demande d’admission et il n’est plus obligatoire de connaître un franc-maçon comme il l’était historiquement, mais la demande peut être initiée via notre site Web et nos réseaux sociaux. L’idée, justement, est de faire connaître ce qu’est la franc- maçonnerie .

Quelle est la mission de la franc-maçonnerie dans le monde ?

  • La franc-maçonnerie a besoin de former des citoyens, au sein de notre siège, pour parvenir à une société plus fraternelle. Quels citoyens ? Tous ceux qui sont prêts à s’asseoir et à écouter des gens qui pensent différemment. Notre but ultime est de parvenir à une société plus fraternelle. Là où l’on peut exercer sa libre pensée, on peut librement exercer sa religion et sa non-religion. C’est-à-dire le droit de croire et de ne pas croire. Le droit de choisir et d’être choisi. Vivre en démocratie dans un système républicain avec tolérance. Comprendre qu’il n’y a pas d’ennemis à penser différemment. Que nous devons tous coexister au même endroit.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES