mar 28 juin 2022 - 05:06

HONGRIE : Peintres – maçons

De notre confrère hongrois kanadaihirlap.com – Par András Révay

Surprenante pour beaucoup, une exposition étonnamment inhabituelle s’est ouverte à Budapest à la Galerie du Prophète. Ce n’est pas la nouveauté ou la façon dont les objets sont fabriqués qui est intéressante, mais plutôt le choix du sujet qui mérite une attention absolue. Il y a un mot dans le titre de l’exposition que la personne moyenne, même si elle a peut-être entendu, en sait probablement peu – peut-être est-elle mauvaise. Le titre est révélateur, indiquant que les artistes sont tous membres d’un même groupe : les « Peintres maçonniques ».

Parlant des créateurs et des œuvres, le critique Eszter Götz a déclaré : Cette exposition soulève un thème inhabituel : on peut voir sur les murs des œuvres d’artistes qui ont entrepris et s’engagent encore à appartenir à l’ordre des francs-maçons. Soit dit en passant, c’est un anniversaire à peu près rond: il a 150 ans (c’est-à-dire 151, car il serait tombé d’ici 2021), donc la loge de la franc-maçonnerie Nagyoriens en Hongrie a été créée il y a environ 150 ans.

Nous savons plus ou moins par les livres d’histoire, la littérature ou l’histoire culturelle qui étaient les francs-maçons : des hommes – et des femmes pendant des centaines d’années – qui ont vécu les événements d’une cérémonie d’initiation restée inchangée pendant des siècles. Leurs idéaux sont guidés par le triple concept de « liberté, égalité, fraternité ». Ils n’attendent pas des avantages de l’appartenance à l’ordre, mais un apprentissage et un développement. Ils travaillent à affiner leur personnalité et leur état d’esprit. 

Pendant qu’ils sont occupés à faire cela dans leurs loges, ils portent un tablier. Ce tablier fait également référence au travail, le tablier des corporations de bâtisseurs médiévaux. Dans les tabliers ornés de la première salle, nous ne pouvons reconnaître que la forme des tabliers de maçonnerie d’origine, mais leurs broderies, figures et scènes sont déjà des éléments picturaux des traditions maçonniques. Colonnes, épée, chaîne, jardin, lettres grecques, église, triangles et compas. Les mêmes signes se retrouvent dans la plus grande salle, dans les peintures, avec un peu de recherche. Mais ce ne sont que des signes. Qui sont les francs-maçons ? 

Nous pourrions parler de nombreuses grandes personnalités bien connues, de George Washington à Lajos Kossuth, de Ferenc Kazinczy à Kosztolányi. Je ne les donnerais pas en exemple maintenant, mais un homme qui fut le héros de la guerre d’indépendance de 1848 célébrée il y a quelques jours et qui semble avoir été oublié ces derniers temps. István Türr, lieutenant général de Garibaldi, qui à partir des années 1880 est devenu un fervent partisan de la paix mais de la paix. 

Lorsque toute la Hongrie a brûlé dans la fièvre du millénaire en 1896, ici à Budapest, en tant que président du Congrès mondial de la paix, il a lancé l’appel que le Congrès a envoyé aux chefs d’État, aux dirigeants, aux présidents et au chef de l’Église catholique Église : paix. Dépensons les dépenses militaires pour construire des écoles, des hôpitaux, aider les pauvres et les nécessiteux, répandre le bien commun, répandre l’éducation. La conscience publique hongroise a oublié István Türr, mais pas les francs-maçons : chaque 15 mars, une nouvelle couronne est placée sur sa plaque commémorative dans la rue de Budapest portant son nom.

 Mais revenons aux peintres maçonniques. Qu’est-ce qu’ils ont en commun? Des symboles et des paysages, une image de genre villageoise et une grande course urbaine, des chevaux et des anges nous entourent sur des toiles. Où peuvent-ils avoir quelque chose en commun ? C’est difficile, mais ce ne serait pas plus facile même si nous recherchions d’autres branches de l’art. Car quel est le point commun entre Kipling et Áron Tamási, Ferenc Móra et Lajos Kassák ? Ou dans la musique de Mozart et Duke Ellington, Franz Liszt et Nat King Colé ? Ils portaient tous les tabliers des francs-maçons et professaient leurs principes. Il y avait ceux qui montraient ouvertement le mystère de l’initiation et de l’initiation, comme Mozart, et il y avait ceux qui étaient explorés par la recherche, comme dans le coffre au trésor de Ferenc Móra. Et de qui voyons-nous ici les œuvres, qui sont-elles et comment se côtoient-elles ? Plusieurs modes de vie, plusieurs façons de penser. 

Ödön Márffy a souvent organisé une exposition de ses œuvres à Paris, puis est devenu membre fondateur du Groupe des Huit Artistes à la maison, qui ont été les premiers représentants de la peinture hongroise moderne. La plupart d’entre nous connaissent ses portraits lyriques de Chinchka, qui a peint et dessiné des dizaines de photos de la veuve d’Ady, qu’il a épousée un an à peine après la mort du poète. Lajos Kassák a écrit à propos des photos de Márffy :« Ils sont presque fabuleux, mais leur lien avec le monde réel est incontestable. Il émane d’eux une lyrique calme et nostalgique, et peut-être la lyrique d’un homme vivant entre réalité et rêve, (…) une nostalgie constante de l’inaccessible. ” Le graphiste et dessinateur à la mode du début du siècle, Tibor Pólya , a également visité Paris, mais il n’était pas attaché au post-impressionnisme doux et lyrique d’Ödön Márffy, il a dépeint la vie quotidienne dans la Grande Plaine avec un humour extraordinaire. Il peint des images de genre, est éditeur d’images pour des journaux hebdomadaires et nombre de ses dessins animés font la une des journaux très en vogue à l’époque. Le fou Istok, ou Jankó des grains de poivre, dans les années 1910 et 1920 était quelque chose comme Charlie Hebdo de la France d’aujourd’hui. La première exposition de György Ruzicskay était à Oradea. Il a fait une tournée en Italie, en France et s’est retrouvé à Szarvas, puis à Budapest. En 1944, il cache plusieurs familles dans le grenier au-dessus de son atelier et étend devant la trappe qui y mène une toile réalisée à l’époque représentant le Christ souffrant sur la croix. Il a sauvé de nombreuses vies et les survivants ne l’ont pas oublié : en 1978, il a reçu le True World Award. Oszkár Papp était résistant pendant l’occupation allemande. Il organisa un groupe de partisans et participa à la démolition de la Statue Sphérique. 

Dans les années 1950, parce qu’il refuse d’accepter l’art social, il est expulsé du Collège des Beaux-Arts. Selon Iván Vitányi, il cherchait la « face cachée de la réalité », l’esprit et les lois de la constante métamorphose du monde. Dans la franc-maçonnerie, il a trouvé le médium spirituel qu’il cherchait,  L’un de ses thèmes de prédilection était le tournesol, une plante qui essaie toujours de se tourner vers la lumière avec ses pétales radieux. Il recommanda le nom de Tournesol à la seule loge maçonnique féminine hongroise encore en activité aujourd’hui. Lors de ses funérailles en 2011, des représentants de tous les ordres maçonniques de Hongrie étaient là et ont formé une chaîne autour de la tombe. Enfin, Tamás Konok, le grand maître de la peinture géométrique hongroise, resserrera les rangs de ses grands prédécesseurs en 2020, avant de rendre l’âme. 

Lui aussi s’imprègne du parfum de l’art libre à Paris. Il a ensuite vécu à Zurich et ne s’est installé en Hongrie que dans les années 1900. Au lieu de la vue, il était excité à l’idée de rendre l’invisible visible. L’essence d’un monde transcendant peut être saisie dans les lignes et les formes géométriques. De nombreux modes de vie, de nombreuses formes d’expression artistique. Et voici les successeurs d’aujourd’hui : peintres, architectes, graphistes, Parfois doux, raconté dans le langage des symboles, avec des allusions mystérieuses, parfois avec l’affichage de symboles maçonniques. Là où on n’en voit pas, on peut aussi découvrir un triangle, une colonne,

une église, ou encore un échiquier, l’un des symboles les plus anciens au monde. Si nous avons regardé attentivement les illustrations sur les tabliers de la première salle, nous n’avons pas eu à chercher longtemps pour trouver les outils et l’équipement pour la construction non plus. Église de la Nature, écrivait Baudelaire. La pierre qui compose le temple est l’homme, selon les francs-maçons. Sa mission est de se construire, de travailler sur lui-même tout le temps. Portant ou sans tablier, et même s’il n’a pas de boussole, de rapporteur, de ciseau, de marteau et de truelle à la main, il est certainement là dans son âme – et dans ses créations.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES