mar 28 juin 2022 - 05:06

Le Rite Opératif de Salomon – Au cœur de l’Art Royal

Didier Ozil – Éditions DETRAD aVs, Coll. Récits maçonniques, 2022, 280 pages, 21 €

Présentation de l’éditeur :

Le Rite Opératif de Salomon a été élaboré à partir de la fin des années soixante. La création de l’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal, en 1974, lui donne une structure pour s’épanouir. C’est donc l’un des rares rites maçonniques créés au 20e siècle, si ce n’est le seul. Nourri des différents rites et traditions maçonniques du 18e et 19e siècles, il possède pourtant son âme propre : une beauté formelle des cérémonies, un rythme, une approche résolument différente du travail en Loge. Son échelle en 9 degrés articule les principaux mythes de la franc-maçonnerie dans un réarrangement nouveau, appuyé sur la Tradition.

Mais d’où vient l’idée de sa création ? Quel est son projet initiatique ? Pourquoi se revendique-t-il opératif ? Cet ouvrage entend répondre à ces questions par l’étude de ses textes et de sa pratique.

C’est en amoureux du Rite, que l’auteur nous entraine au coeur de l’Art Royal, voie de réalisation de soi par l’initiation maçonnique, une initiation pensée pour le monde d’aujourd’hui.




Didier Ozil, Grand Maître Général de l’OITAR (2013-2016) Photo François Koch

Biographie de l’auteur :

Réalisateur de films, Didier Ozil a travaillé de nombreuses années pour la télévision. Initié en 1992 au sein de l’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal, il a appartenu à plusieurs Loges. Grand Maître Général de 2013 à 2016, il a été également membre du Suprême Conseil.

[NDLR : Posons dans un premier temps le décor.

OITAR, Quésaco ?

L’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal (OITAR) apparaît officiellement en janvier 1974, à l’issue d’une longue période de gestation. Il procède d’une initiative de Jacques de La Personne, ancien Grand Orateur Adjoint du Conseil de l’Ordre (1970-1971), et président de la Commission des rituels du Grand Orient de France, avec l’assistance de huit autres Frères, tous membres du GODF. Il résulte d’une réflexion sur la pratique maçonnique inspirée entre autres par la démarche traditionnelle des anciennes fraternités de métiers comme le sont encore les compagnonnages en France. L’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal – Rite Opératif de Salomon – Fraternité de maçons libres et de Loges souveraines dont le site https://www.oitar.info/ nous précise que « La Franc-maçonnerie offre un art de vivre et une science du bonheur » est forte à ce jour de quelques 70 Loges et comptent environ 1200 Sœurs et Frères

Puis dans un second temps, interrogeons-nous sur l’auteur de cet ouvrage, notre Frère Didier Ozil, qui fait sienne cette déclaration du regretté Frère Marc Jode tirée de la préface de l’ouvrage des « 40 ans de l’OITAR… » sur le Rite Opératif de Salomon (ROS) qu’il définit comme « un manteau d’Arlequin dont on ne voit plus les coutures ».

L’OITAR, Obédience naturellement mixte mais sans militantisme, doit à son Ancien Grand Maître Général le fait d’être plus visible dans le paysage maçonnique français, en signant des communiqués avec d’autres Obédiences, ou en participant à des manifestations publiques, comme début 2015, après l’attentat contre Charlie Hebdo, ou les 1ers mai au cimetière du Père-Lachaise, devant le mur des Fédérés. Didier Ozil est l’un des contributeurs du « OITAR 1974-2014 – Renaissance d’une franc-maçonnerie initiatique et traditionnelle » (Éditions DETRAD aVs, 2014), ouvrage qui proposait, au travers de très nombreux témoignages, de retracer l’histoire de cet Ordre.

Pour un Maçon deux termes sont essentiels : « Ordre Initiatique » – et non une obédience – et « Traditionnel » – c’est-à-dire en rapport avec un savoir et une connaissance que les anciens ont mis à la disposition de l’humanité. C’est exactement l’objectif premier des fondateurs qui estimèrent que la Franc-Maçonnerie devait accentuer la vigueur de la quête spirituelle, tout en retrouvant ladite Tradition.

Préfacé par Roger Dachez, historien de la Franc-Maçonnerie et Président de l’Institut Maçonnique de France, et avec un avant-propos signé par Laurence Sidersky, dite « Bretagne la Rayonnante », Grand Maître Général de l’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal, Didier Ozil ouvre son livre avec la question, qui s’adresse tant à l’initié qu’au profane « Qu’est-ce qu’un rite ? » Rappelons qu’un rite est un ensemble de règles et de cérémonies fixant le fonctionnement et se présentant sous forme de textes. Et de définir aussi ce qu’est un rituel. Tout en nous faisant savoir qu’il nous offre une vision, la sienne, grâce à son vécu et son expérience. Partager et transmettre, c’est bien le but de l’auteur qui souhaite faire connaître le spécificité de son Ordre et son riche d’un patrimoine culturel bientôt cinquantenaire, alliant tradition et modernité.

Dider Ozil retrace son parcours, sa rencontre avec le fondateur du OITAR, disserte sur les notions de secret/discret et dissèque le Rite Opératif de Salomon, le seul mis en œuvre au sein du OITAR, et ses spécificités telles les galeries, ces soirées réservées à l’accueil des profanes. Un rite peu connu des Maçons en France, même si ce dernier est pratiqué au sein du GODF mais seulement par deux ou trois Loges, dont l’une, la Loge historique « Les Hommes » fête ces 50 ans en février 2022. Il nous propose un chantier, celui de vivre les cérémonies des trois premiers grades, grades traditionnellement pratiqués en Loge bleue, mais aussi d’aller au-delà puisque le ROS offre un parcours en 9 degrés d’avancement. Les 6 degrés après la maîtrise sont structurés en trois Ordres : Œuvrier, Chevaleresque et Sacerdotal.

Les six autres degrés ne faisant que développer et approfondir l’Initiation acquise en Maçonnerie dite « bleue » seule à donner la transmission initiatique selon la tradition du métier de bâtisseur à laquelle se réfère l’OITAR.

Un livre découverte permettant de mieux connaître le ROS qui était ignoré, inconnu, voir caché et le place maintenant en pleine lumière.]

Yonnel Ghernaouti
Membre de la Respectable Loge « Le Centre des Amis » N° 1 et du Collège de la Loge Nationale de Recherche « Villard de Honnecourt » N° 81 de la Grande Loge Nationale Française, Yonnel Ghernaouti est chroniqueur littéraire. Dans le cadre de la culture et de la communication, il met en œuvre et collabore à l'organisation de salons maçonniques – notamment celui des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon en qualité de Commissaire général - et à la ligne éditoriale de réseaux sociaux. Membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il coopère également à de nombreux ouvrages maçonniques.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES