mer 29 juin 2022 - 12:06

VENEZUELA : Les ouvriers d’Hiram Abiff – Les Landmarks

De notre confrère vénézuélien elnacional.com – Par Mario Munera Muñoz PGM

Les maçons sont libres penseurs par nature et nous ne sommes pas soumis aux dogmes d’origine divine, proclamés par des hommes qui se définissent comme des représentants de Dieu. Nous utilisons la raison, le doute systématique et la recherche. Nous arrivons à la vérité par le discernement, la connaissance et la méditation. 

Les principes de la Franc Maçonnerie sont les suivants : la morale universelle et la loi naturelle dictée par la raison et définie par la science. S’il reconnait un Être Supérieur, il n’admet pas d’autre différence entre les humains que le mérite ou le démérite. Après la définition précédente de ce qu’est un franc-maçon, nous allons évoquer un sujet brûlant au sein de l’auguste Institution : les landmarks, qui ont divisé l’institution entre les « orthodoxes » et les vrais libres penseurs, en raison de certains de ses 25 points. Le terme « landmarks » a son origine chez les maçons anglais et est considéré comme issu de la Bible, Job, (24:2 Certains ont traversé les « frontières » ; ils ont volé des troupeaux et les ont fait paître…). Ce sont des limites physiques qui ne doivent pas être transgressées. La franc-maçonnerie, pour son instruction, a pris pour base la tradition juive. La loi juive dit : « Tu ne dois pas changer les signes de ton prochain, ceux que le temps lui a donnés pour héritage.« 

En franc-maçonnerie, les « Landmarks » ont un sens plus large, mais aussi plus ambigu. Il y a plusieurs définitions qui touchent aux concepts, qui affirment qu’ils sont très anciens, universels, qu’ils sont inaltérables, ce sont des coutumes, des lois écrites, des secrets, qui sont indéfinissables ; D’autres suggèrent qu’ils ne doivent pas exister, même si cela semble difficile à croire, les « limites » ont un peu de tout cela. Mais, l’avis général des maçons convient qu’ils ne doivent pas être changés. Or, Mackey, qui en a compris les limites, les définit comme suit : « Ces coutumes anciennes et universelles de l’ordre, qui ont été progressivement acceptées ou ont été imposées par une autorité compétente, et c’était à une époque si lointaine qu’il ne reste aucune trace de la date. Pour lui, les landmarks sont la plus grande autorité que la mémoire ou l’histoire puisse offrir, ils sont donc universels, inaltérables et irremplaçables». C’est une définition acceptable, mais peinte sous la couleur du dogme. Inaltérable. Pourtant, au fil du temps, le concept a évolué, surtout lorsque les lois ont également évolué. La seule chose immuable est la voie initiatique. Dans la franc-maçonnerie, les «landmarks» sont les limites qu’aucune Grande Loge ne peut ignorer, abroger ou modifier; donc inviolable. Historiquement, on ne connaît pas l’existence de repères. La seule chose immuable est la voie initiatique. Dans la franc-maçonnerie, les «landmarks» sont les limites qu’aucune Grande Loge ne peut ignorer, abroger ou modifier; donc inviolable. Historiquement, on ne connaît pas l’existence de landmarks.

Avant la fondation de la Grande Loge d’Angleterre, si les landmarks étaient une vérité révélée, la franc-maçonnerie aurait un corps doctrinal comme une religion car elle vénère le GADLU, elle a des rituels et des rites, mais ce n’est pas une religion. Il est difficile d’appartenir à quelque chose de sacré sans dogme, mais la franc-maçonnerie n’est pas une religion. Selon Albert Mackey, les fondements de la loi maçonnique doivent être recherchés dans les anciennes limites ou frontières, dans la loi non écrite, dans les anciennes constitutions (loi écrite). La controverse la plus forte se trouve dans le landmarks numéro XVIII, qui dit ceci : « Les femmes… ne peuvent pas être initiées. » La femme participe à la franc-maçonnerie depuis des siècles, et au départ dans d’autres institutions qui se perdent dans la nuit des temps. Ce landmarks exclut les femmes d’un ordre qui se dit égalitaire, en même temps que fraternel. Un autre « La Régularité et La Régularité », « Les loges mixtes et féminines ». Ce landmarks doit être changé afin que les autres déclarations qui l’accompagnent, soit vraiment garante de la considération de la franc maçonnerie comme une institution basée sur l’égalité et la fraternité. L’enseignement initiatique ne se prête à aucune limitation. Recevez mes Baisers de paix

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES