dim 23 janvier 2022 - 13:01

La Pologne expose des trésors volés aux francs-maçons par les nazis

De notre confrère lepoint.fr

La magazine Le Point nous livre aujourd’hui une information essentielle. Dans l’université de Poznan, quelque 80 000 volumes anciens constituent un des plus grands catalogues maçonniques et recèlent encore beaucoup de mystères.

C’est une véritable caverne d’Ali Baba, édition spéciale maçonnerie. Dans les longues travées de la bibliothèque de l’université de Poznan (Pologne), plus de 80 000 vieux ouvrages et objets de collection sont recensés. Ils constituent « l’un des plus grands catalogues maçonniques d’Europe », sinon « le plus important pour certains », explique Iuliana Grazynska, conservatrice de la collection. Du reste, plus de 89 cartons d’archives n’ont toujours pas été classifiés, et demeurent tout à fait mystérieux. Détail majeur : cette inédite collection a été rassemblée… par les nazis.

Parmi les innombrables équerres, compas, gravures et livres recensés, de nombreux objets sont en effet frappés du sceau de Heinrich Himmler, numéro deux du régime nazi et chef de la SS. « Les nazis détestaient la franc-maçonnerie », rappelle à l’AFP Andrzej Karpowicz qui fut pendant une trentaine d’années responsable de la collection de Poznan. Et d’expliquer que le nazisme fut le « fruit d’une vague anti-élites et anti-intellectuels », donc inévitablement « anti-francs-maçons ».

Confisqués à travers l’Europe

Les nazis ont fermé les loges ou les ont poussées à la dissolution, confisqué ou – plus rarement – brûlé leurs bibliothèques. Au long des avancées de l’armée allemande, les collections en provenance des pays conquis ont enrichi celle du Reichsführer-SS Heinrich Himmler, qui comprenait aussi des archives relatives aux juifs, aux jésuites ou aux sorcières, selon M. Karpowicz.

Transportée vers des endroits jugés mieux protégés contre les bombardements des Alliés, la collection fut divisée en trois parties principales, deux d’entre elles cachées en Pologne et la troisième en République tchèque. En 1945, les autorités polonaises en saisissent une partie à Slawa Slaska (Ouest) comptant jusqu’à 150 000 volumes et, selon toute vraisemblance, comprenant les archives du collaborationniste français Henry Coston, le reste ayant été confisqué par l’Armée rouge.

« La France a pu récupérer ces documents » peu après, alors qu’une bonne partie des autres a été distribuée entre diverses institutions et bibliothèques polonaises, indique M. Karpowicz, aujourd’hui à la retraite.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES