lun 04 juillet 2022 - 10:07

PORTUGAL : « Tous les Maçons doivent s’assumer comme Maçons. J’en appelle à mes frères pour qu’ils assument »

De notre confrère portugais dn.pt – Par João Pedro Henriques

Le Grand Maître sortant du Grand Orient Lusitanien confie qu’il aurait préféré que son successeur soit le jeune Carlos Vasconcelos et non le senior Fernando Cabecinha, dans un souci de rajeunissement de l’organisation. Il demande plus de demandes en recrutement.

Dix ans d’avance sur Grande Oriente Lusitano (GOL). La direction de Fernando Lima Valada de la plus ancienne obédience maçonnique portugaise a été la plus durable dans l’organisation depuis le 25 avril – et elle se termine aujourd’hui avec l’investiture de son successeur, Fernando Cabecinha. Interrogé par DN au siège de l’organisation, dans le Bairro Alto, à Lisbonne, le Grand Maître sortant, Fernando Lima Valada, fait le point sur ses trois mandats. Ce qui s’est bien passé – mais aussi ce qui n’a pas fonctionné.

N’avez-vous jamais eu l’impression que c’était trop de temps, notamment lorsque vous vous êtes présenté pour un troisième mandat (2017-2021) ?
Non, je n’ai pas ressenti ça. Lorsque j’ai postulé pour un troisième mandat, c’était à cause d’un ensemble de circonstances et ils me l’ont demandé. Alors non, je n’ai pas ressenti ça.

Est-il possible de légiférer en interne pour limiter les mandats ou est-ce un faux problème ?
Nous devons très bien savoir ce qu’est la franc-maçonnerie. S’il s’agissait d’une association, d’un parti politique, cela aurait du sens d’un point de vue démocratique. Et cela aurait aussi du sens dans la franc-maçonnerie. Mais sa nature interne et la manière dont nous fonctionnons font que, parfois, nous devons mélanger la nature démocratique des processus avec la volonté générique qui nous pousse. Et donc il y a ce mélange entre la démocratie et la nature même de notre institution.

Abonnez-vous aux newsletters Diário de Notícias et recevez des informations de première main.S’ABONNER

Comment GOL s’est-il amélioré après votre long consulat en tant que grand maître ?
Dans les institutions, comme dans la vie, il y a des moments où l’on est meilleur et des moments où l’on est pire. Malgré tout, malgré que tout ne soit pas toujours parfait – il ne le sera jamais -, je pense qu’aujourd’hui GOL est meilleur qu’avant. Elle est meilleure dans l’autonomie de ses magasins, dans sa localisation physique, elle est meilleure en termes d’organisation et en termes administratifs, financiers et patrimoniaux, elle est meilleure en solidarité interne et elle est meilleure en communication – c’est-à-dire sa connaissance de Franc-maçonnerie en dehors de la franc-maçonnerie.

L’organisation est-elle mieux vue aujourd’hui qu’elle ne l’était avant de devenir Grand Maître (2011) ?
Il est mieux connu et mieux vu. Mais comme dans toutes les situations, certains voient mieux et d’autres voient pire. Et il a plus d’exposition. Nous avons des études de notoriété, que nous avons réalisées mais qui ne sont pas publiques, où cela est démontré.

Y a-t-il quelque chose à supposer a échoué?
Bien sûr que oui. Il y avait deux choses que j’aurais aimé qu’il ne se passe pas. En premier lieu, je suis apologiste de l’idée – défendue par António Arnaut [« père » du SNS et Grand Maître de GOL de 2002 à 2005] – que tous les francs-maçons devraient s’assumer comme francs-maçons. Bien sûr, avec la liberté de conscience, personne ne peut contraindre qui que ce soit. Il n’y a aucune raison pour le mythe que les francs-maçons n’assument pas cette qualité. Deuxièmement, une question interne : j’aimerais beaucoup que tout l’édifice législatif interne soit refondu, et cela n’a pas été le cas. Ce sont des documents remarquables mais pour la période où ils ont été réalisés, juste après le 25 avril. Mais aujourd’hui l’époque est différente et même si j’ai suggéré cette révision à plusieurs reprises, je ne pense pas avoir réussi à sensibiliser les francs-maçons.

Pouvez-vous donner un exemple au monde profane d’un changement dans cette architecture législative qui pourrait avoir des répercussions sur les actions de GOL ?
Je peux donner une idée générale : nous avons trop de règlements, trop de constitutions, trop de règles. Ce qu’il faut, c’est un homme libre dans une loge libre et les obédiences subsidiaires des loges, et il n’y a pas de tentations contraires ici.

Vous avez déjà évoqué la question du secret de l’appartenance à la franc-maçonnerie. Une organisation comme celle-ci a-t-elle du sens de nos jours ? N’est-ce pas quelque chose qui finit par affaiblir la franc-maçonnerie plus qu’à la défendre ?
Il y a un malentendu à ce sujet, c’est un mythe urbain. GOL n’est pas un secret. C’est sur la Rua do Grémio Lusitano nº 25, notre organisation est connue, le patrimoine est connu, notre relation institutionnelle avec d’autres organisations est connue. Ce n’est pas vrai que nous sommes une société secrète. Cet argument aura servi certains intérêts mais il n’est pas vrai. Le secret maçonnique est un secret intime de chacun, comme nous avons nos secrets dans nos familles, leurs secrets intérieurs. C’est le vrai secret et c’est pourquoi nous défendons la liberté de conscience et nous ne voulons pas de violations de la liberté de conscience. Quoi qu’il en soit, j’appelle tous mes frères à s’assumer comme francs-maçons, ceux qui comprennent qu’il n’y aura rien pour leur nuire.

« Il y a un Grand Maître élu et je le respecte totalement, c’est mon Grand Maître. Mais je ne peux pas cacher que j’avais une préférence pour le jeune candidat, Carlos Vasconcelos. Je pense que la franc-maçonnerie doit aussi se rajeunir. »

Hormis le covid, qui a été et est évidemment un moment difficile pour tout le monde, quel est l’autre moment le plus difficile que vous ayez enregistré dans ces dix années en tant que Grand Maître ?
Quiconque a été à la tête de diverses organisations pendant plus de 45 ans, comme c’est mon cas, a toujours une certaine difficulté à dire que tel ou tel a été le moment le plus difficile. Je ne peux pas faire ça. Nous avons traversé des moments plus faciles et des moments plus difficiles, mais le résultat final positif est ce qui compte.

Il y a eu des scandales dans la franc-maçonnerie au cours des dix dernières années, mais en fait les plus gros étaient dans d’autres obédiences maçonniques, pas dans GOL. Comment le GOL peut-il se défendre contre des scandales qui affectent la franc-maçonnerie dans son ensemble mais qui se produisent en réalité dans d’autres obédiences ?
Je ne le vois pas ainsi. Je dis souvent que je n’accuse pas l’Église catholique d’avoir des prêtres pédophiles. Je ne suis pas catholique mais je respecte l’Église catholique et je ne pense pas qu’elle soit affectée dans son ensemble par ça…

…Mais vous pensez peut-être que l’Église catholique, en tant que structure et hiérarchie, ne peut pas traiter ce problème…
…Finalement. La franc-maçonnerie est une institution humaine composée de centaines de personnes, des milliers partout dans le monde. S’il y a deux ou trois ou quatre cas qui pourraient être des scandales, c’est une minorité des minorités. On ne peut pas juger une institution pour ça.

Mais on peut considérer que ces scandales – ainsi que ceux de pédophilie dans l’Église – sont le résultat de la nature même de l’organisation et, en l’occurrence, de son caractère secret.
Non pas du tout. J’étais président d’entreprises avec des milliers de personnes et il y avait aussi des comportements moins corrects et des situations moins correctes. Mais ce n’est pas ce qui les a profondément marqués et c’est pourquoi ils ont continué à payer des salaires, à créer des emplois, à apporter leur contribution à l’économie.

Nous avons aussi le problème de la misogynie. À l’heure actuelle, il existe déjà des obédiences mixtes opérant au Portugal. Pourquoi ne pas ouvrir GOL aux femmes ? Ce ne sera plus une caractéristique qui, au lieu de défendre l’organisation, ne fait en réalité que lui nuire .
Il faut connaître un peu l’histoire de la franc-maçonnerie pour comprendre cela. Et dans notre cas concret, nos relations avec les femmes maçonniques sont les plus fructueuses. Il faut dire que nous avons toujours été les défenseurs de l’initiation des femmes, c’est GOL qui a aidé les femmes à fonder leur magasin de femmes, nos magasins sont fréquentés par des femmes dans leur travail, nous allons dans les magasins de femmes… .

…mais une logique de séparation continue de fonctionner…comme l’école des garçons et l’école des filles…
… Je ne sais pas si les choses peuvent être vues comme ça. Si nous voulons philosopher sur la psychologie organisationnelle, sur le sexisme et sur le féminisme et des choses comme ça, nous entrons probablement dans le mauvais débat. Ce qui serait profondément mal, c’est que nous n’admettions pas que les femmes étaient des francs-maçons. Et on peut aussi admettre une obéissance mixte. Mais cela ne veut pas dire que n’étant pas une obédience mixte, constitutionnellement, cela fait de nous des rétrogrades ou une organisation qui sent le moisi du XVIIIe siècle. On s’empresse de dire que les magasins mixtes sont en progrès. Le progrès est d’admettre qu’il existe des magasins mixtes, des magasins pour hommes et des magasins pour femmes, chacun avec sa propre idiosyncrasie et que tout le monde peut s’identifier et visiter. Cela respecte l’identité de chacun et la conscience de chacun. C’est ce qui compte : le respect de la diversité.

« Nous devons être plus exigeants [dans le recrutement de nouveaux francs-maçons], non seulement dans la probité morale mais aussi dans la formation. Cela doit être démocratique mais cela doit aussi avoir quelque chose d’élitiste. Soyons honnêtes : ce n’est pas une organisation de base. Nous il faut être plus exigeant. »

Reconnaissez-vous qu’aujourd’hui GOL a un problème de « alphabétisation maçonnique » ? Autrement dit, que de nombreux membres de l’organisation ne la connaissent pas assez bien, ne connaissent pas ses textes ou son histoire, ni ne comprennent vraiment ses rituels ? Y a-t-il un problème avec un manque de catéchisme maçonnique ?
Finalement, tous les [membres du GOL] n’auront pas une connaissance souhaitable de nos textes, normes, rites et rituels.

Mais pensez-vous que le recrutement a assoupli l’exigence ?
Il y a toujours des erreurs de casting dans toutes les organisations. Parfois, il n’y a pas de travail – et c’est l’un des principes fondamentaux de la franc-maçonnerie, le travail. Nous ne nous consacrons pas toujours aux études et au travail et parfois nous ne nous comprenons pas très bien.

Y a-t-il des mesures concrètes qui peuvent être prises pour atténuer ce problème?
Il peut y avoir un entraînement plus intense. Il peut y avoir plus de publicité pour nos « boards » et certains sont notables.

Mais spécifiquement par rapport à GOL : pensez-vous devoir être plus exigeant lors du recrutement de ses membres ?
Ont obtenu a obtenu. Nous devons être plus exigeants, non seulement en probité morale mais aussi en formation. Cela doit être démocratique, mais cela doit aussi être élitiste. Ne chicanons pas, soyons honnêtes : ce n’est pas une organisation de base. Et donc nous devons être plus exigeants.

Il y a un nouveau Grand Maître élu [Fernando Cabecinha, une histoire de l’organisation]. Il reconnaît que cette élection a été défaite dans une ligne de continuité par rapport à son mandat (puisque le candidat battu, Carlos Vasconcelos, est son grand maître adjoint).
Nous sommes pleinement démocratiques en période électorale. Quel que soit le résultat, nous acceptons le résultat. Je ne peux pas être déçu. Si le peuple maçonnique décidait d’adopter ces idées, je n’aurais qu’à accepter. Mais je suis un homme libre – je ne suis peut-être pas d’accord avec eux tous. Il y a un Grand Maître élu et je le respecte totalement – c’est mon Grand Maître. Mais je ne cache pas que j’avais une préférence pour le jeune candidat, Carlos Vasconcelos. Je pense que la franc-maçonnerie aussi doit se rajeunir, elle doit avoir un visage jeune devant elle, elle doit montrer qu’elle se renouvelle, par elle-même et en elle-même. Et j’ai reconnu en Carlos Vasconcelos les qualités maçonniques et profanes pour cela.https://189e9be55628c1cde4b93b8eb8eb0941.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Il a été critiqué pour ne pas s’être exprimé lorsque le gouvernement de Passos Coelho a mis fin aux vacances du 5 octobre. Comment répondez-vous à ces critiques ?
GOL n’est pas un club, ce n’est pas une association, ce n’est pas un parti politique. Il a une nature qui lui est propre. Au sein de GOL, il y a la plus grande diversité. Ici, seuls les racistes et les xénophobes ne conviennent pas. Pour le reste, on a tout, de la gauche, de la droite, catholiques, athées, musulmans. Comme il y a tant de diversité, il n’appartient pas au Grand Maître de parler au nom de tous. Si le grand maître prend une position politique, il nuit à la diversité de l’organisation. Ces critiques montrent seulement qu’il y a des gens qui n’ont pas compris ce qu’est la franc-maçonnerie. Dans l’actualité, il n’appartient pas au Grand Maître de prendre position.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES