mer 26 janvier 2022 - 10:01

ITALIE : Les femmes et la franc-maçonnerie

De notre confrère italien expartibus.it – Par Rosmunda Cristiano

L'intuition d'une femme est plus proche de la vérité que la certitude d'un homme.
Rudyard Kipling

Dans l’opinion publique séculière, et aussi dans l’esprit de bon nombre de frères francs-maçons avec peu de préparation historique et théorique sur les fondements de l’ésotérisme et de la tradition de la franc-maçonnerie elle-même, tant en Italie qu’ailleurs, il y a la fausse idée que les « femmes » sont interdit en franc-maçonnerie.

Ou que leur admission n’est permise que dans les Communions et Obédiences « irrégulières et fallacieuses », alors que l’authentique « orthodoxie » latomiste ne permettrait pas, pour de prétendues raisons spirituelles, le mélange participatif entre hommes et femmes dans les loges.

Or, outre le fait qu’il n’y a pas d' »orthodoxie » et de « régularité » maçonniques et que ceux qui les citent ou les englobent dans leur propre raisonnement confondent en réalité la franc-maçonnerie – école de libre pensée, d’hétérodoxie et d’hérésie féconde – avec quelque Église ou La confession dogmatique, aux origines de la franc-maçonnerie moderne Les femmes ont joué un rôle très important et, à l’époque contemporaine, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, ce rôle s’est également amplifié.

La franc-maçonnerie est une école initiatique. En faire partie, c’est entreprendre un voyage pour sa propre croissance et, de fait, contribuer à la croissance de la société humaine. Par conséquent, les raisons d’entrer dans la franc-maçonnerie sont et restent personnelles.

Contrairement à ce qu’on entend souvent, la femme peut entrer dans la franc-maçonnerie sans que cela soit en contradiction avec les enseignements initiatiques. Formellement il peut vous rejoindre depuis 1893, lorsque Maria Deraismes et Georges Martin ont donné vie à l’Ordre Maçonnique Le Droit Humain précisément pour permettre l’égalité de l’homme et de la femme sur la base de fondements ésotériques clairs et irréfutables.

Les deux ont ainsi créé la première structure qui accueillerait les femmes et les hommes, sans distinction, tout en respectant la qualité morale et éthique qui est exigée de ceux qui comprennent bien le Progrès de l’Humanité, qui est la finalité centrale du travail maçonnique.

Maria Deraismes a instruit un premier groupe de femmes qui figurent parmi les fondatrices de l’Ordre aux valeurs maçonniques puis de nombreuses autres. Tous étaient intellectuels, écrivains, journalistes, bienfaiteurs engagés dans des œuvres de charité encore visibles aujourd’hui, enseignants, éducateurs, philosophes et artistes.

Chaque protagoniste dans son domaine, a démontré ensemble la très haute valeur de la recherche spirituelle qu’ils portaient dans leur cœur et avec laquelle ils ont donné une impulsion à la croissance d’un Ordre international qui, tout en se transformant au cours de ses plus de cent ans d’histoire pour faire face avec les temps qui changent, a su maintenir la marque avec un caractère éthique et moral profond pour l’établissement de la liberté, de l’égalité et de la fraternité dans le monde.

Cela ne veut pas dire que pour entrer dans la franc-maçonnerie, il est nécessaire de posséder des compétences extraordinaires. Beaucoup de ces figures illustres ont en effet développé leurs qualités personnelles après avoir reçu l’initiation.

La franc-maçonnerie réveille les vertus endormies de l’être humain et nous pouvons tous nous améliorer au point de retrouver notre centrage intérieur stable et devenir un point de référence pour les autres.

Surtout, ce processus d’éveil de la conscience se déroule de la manière la moins envahissante dans le plein respect des personnalités individuelles, voire en les exaltant, mais pas de manière égoïste.

En parlant du rôle des femmes dans la franc-maçonnerie, il a été souligné combien cette institution est toujours apparue comme un lieu de réflexion exclusivement masculine.

Tout en se définissant comme

un chemin personnel, de type ésotérique et initiatique, qui a pour but l’amélioration de ceux qui le font

La franc-maçonnerie vise l’amélioration de l’individu comme prémisse de celle de tout le pays et de l’ensemble de l’humanité : éléments partagés, dans les demandes et les actions, par de nombreuses femmes, dont la position au sein de l’Institution a toujours été complexe et controversée.

La franc-maçonnerie en Italie est divisée en diverses obédiences qui font référence à différentes organisations maçonniques dans le monde et à différents rituels. Les deux plus grandes sont : le Grand Orient d’Italie Palazzo Giustiniani, qui, tout en n’admettant pas de femmes, prévoit des formes mixtes d’association appelées « Étoile de l’Est », et la Grande Loggia d’Italie Palazzo Vitelleschi, la seule obédience qui accepte et admet les femmes au sein de leurs ateliers sans aucune forme de séparation : ils peuvent marcher et arpenter la pyramide maçonnique jusqu’à n’importe quel niveau.

Dans le débat qui a eu lieu lors de la conférence de Cagliari, ‘Isis Dévoilée – L’initiation des femmes’ , en 2011 représentant l’Obéissance, le Souverain Grand Commandeur, Grand Maître de la Grande Loggia d’Italie Palazzo Vitelleschi, Luigi a pris la parole. Pruneti qui souvenir :

Même dans notre institution, pendant des siècles, les femmes étaient interdites d’entrée, mais leur présence s’accroît et nombre d’entre elles jouent des rôles de grande importance. D’autre part, une association, comme l’est la franc-maçonnerie, ne peut être définie comme universelle si elle discrimine alors sur la base du sexe.

Il y a quelques siècles, il était peut-être évident l’interdiction de leur permettre d’entrer dans la franc-maçonnerie, puisque la femme n’était pas libre, mais soumise à une protection paternelle ou conjugale ; depuis quelque temps pourtant, les choses ont changé et si le féminin a un potentiel et des aspirations identiques au masculin il est absurde de lui refuser la possibilité d’une croissance initiatique.

De plus, souvent et à tort, une motivation ésotérique a également été invoquée basée sur le caractère solaire, c’est-à-dire masculin, de l’initiation, attitude qui persiste encore dans la franc-maçonnerie d’influence anglo-saxonne d’interdire l’entrée à la gent féminine.

Je crois que la franc-maçonnerie est traditionnelle et non traditionnelle, une modalité qui confine souvent à des attitudes préjudiciables, complètement aux antipodes de notre communion.

L’exclusion de la femme, donc, comme exemple de traditionalisme, de cet état d’esprit qui tend, par inertie, à tout conserver, même les aspects les plus extérieurs qui ont été modelés en vertu des périodes historiques et qui, jamais comme dans cette dernière période, devrait être révisé.

Heureusement, même si lentement, on assiste à un renversement de tendance et, de plus en plus souvent, le dualisme homme-femme cède la place à l’unicité de l’individu, dépassant l’appartenance au genre, focalisant l’attention sur l’essence de la personne plutôt que sur le « sexe ».

Il reste un fait que les femmes qui entrent dans la franc-maçonnerie, en plus de partager ses valeurs et ses principes, ont une plus grande attention et sont plus sensibles à l’aspect initiatique – ésotérique : faire partie d’une institution qui leur est interdite depuis des siècles et qui a représentait un véritable tabou et cela constitue un autre aspect d’attraction et de conquête particulière.

La réalité est que la Franc-Maçonnerie et ses valeurs universelles tendent à l’amélioration de l’Homme entendu dans son sens le plus large, où chacun est, en effet, doit être appelé à participer, sans aucune forme de discrimination, afin que chacun puisse apporter sa contribution à la croissance. et au progrès individuel et social de la communauté.

Je termine cette réflexion par une citation de Lydia Genzardi contenue dans un article paru dans le Catena Journal, n.12, 1969 intitulé « Présence active des femmes dans la société et la franc-maçonnerie » :

Parmi toutes les associations créées par des hommes, je crois que les femmes peuvent trouver une pleine compréhension et collaboration dans la mise en œuvre de ces idéaux précisément et uniquement dans la franc-maçonnerie.

La franc-maçonnerie est progressiste, elle aspire donc à créer un monde social meilleur, son triple but est l’union, la perfection et le bonheur de l’humanité.

Si par perfection nous entendons le masculin et le féminin, comme l’obéissance particulière à laquelle nous avons l’honneur d’appartenir, quelle autre association peut être plus agréable que celle-ci ?

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES