dim 28 novembre 2021 - 18:11

ITALIE : Croissance et renaissance

De notre confrère italien expartibus.it – Par Rosmunda Cristiano

Chaque année, à l’automne, les feuilles tombent. Cela symbolise souvent la mort et la tristesse.


Mais dans leur destin à cette époque de l’année il y a un goût mêlé entre l’amer et le sucré. Bien qu’ils puissent se détacher de la branche, se flétrir et mourir, ils produisent un nouveau sol riche en nutriments au cours du processus.
Ils s’inscrivent ainsi dans un processus dans lequel la mort n’est plus une fin, mais simplement une phase d’un chemin cyclique.

Les feuilles comme un voyage de l’âme, comme un emblème de fertilité et d’espoir. Une image pour tous, celle de la pousse verte qui naît entre les feuilles sèches et le froid de l’hiver.

La croissance et la renaissance sont des symboles universels qui ont toujours été associés aux feuilles, ce sont les moyens par lesquels la plupart des plantes obtiennent de l’énergie, car à partir de là, elles absorbent les rayons du soleil avec de la chlorophylle.

C’est cette substance chimique qui leur donne leur couleur verte typique. Grâce à ce processus, la connexion qui existe entre tous les êtres vivants avec l’énergie naturelle est démontrée.

Si l’énergie vibratoire est redirigée et bien utilisée, la croissance et la renaissance peuvent être atteintes.

Avez-vous déjà pensé au nombre de feuilles dans le monde ? Et combien meurent et repoussent à chaque fois ? Vous êtes-vous déjà arrêté pour observer un arbre dans toute sa beauté et avez-vous plutôt remarqué à quel point il est triste lorsqu’il est nu ?

La feuille symbolise la croissance, la fertilité et le renouveau : pensez à comment au printemps les arbres déroulent leurs feuilles vertes, comment en été ils paraissent grands et forts et comment en automne ils se referment sur eux-mêmes, se dessèchent puis tombent ; un cycle de vie qui ressemble étroitement aux étapes de la vie d’un être humain, naît petit et délicat, devient fort et robuste, vieillit, se remplit de rides, puis meurt.

Tout au long de l’histoire, les grands empereurs, les écrivains et les représentants les plus éminents de la société ont toujours porté des couronnes de feuilles pour indiquer la proximité de la divinité et de la victoire. Sans surprise, même aujourd’hui, les étudiants de premier cycle ont la tête entourée d’une couronne de laurier pour exprimer leur succès.

Dans chaque Franc-Maçon le concept de Croissance et de Renaissance est intrinsèque, il fait partie de l’évolution naturelle de celui qui choisit de leur consacrer sa vie.

L’acacia est l’un des éléments maçonniques au sens le plus figuratif. Ses feuilles accompagnent toute la vie du franc-maçon et même après. Il représente l’espoir et la continuation de la vie après la mort et, dans l’univers maçonnique, fait référence au concept d’immortalité.

L’origine de ce symbole est liée au mythe d’Hiram. Le légendaire architecte du Temple de Salomon assassiné par les trois méchants compagnons qui voulaient indûment obtenir la parole du Maître fut enterré dans la nuit par ses assaillants, qui plantèrent une branche d’acacia sur la butte. Indice qui aidera à retrouver ses restes. Il est curieux que les bourreaux qui auraient dû vouloir cacher leur crime aient rapporté l’enterrement de cette manière.

L’acacia acquiert ainsi une double valeur, comme ces outils de construction, l’équerre, la règle et le maillet, utilisés par les tueurs pour détruire. De même, la branche plantée dans le sol comme trace de la reconnaissance du corps devient le signe du Maître, l’incarnation d’Hiram. Et, de fait, le Triangle intervient dans la symbologie de la maçonnerie pour concilier les contraires.

L’acacia est un arbre très résistant et vivace, qui, dans les temps anciens, était utilisé pour représenter l’immortalité et dans la franc-maçonnerie, il représente l’esprit immortel des idées qui passent d’une génération à l’autre, symbole par excellence du processus de mort de vieil homme et renaissance dans l’homme nouveau, pierre angulaire de la philosophie de la franc-maçonnerie.

Sagesse et renaissance ; dans l’Antiquité il était considéré comme l’image du lien entre le visible et l’invisible, l’acacia est l’arbre initiatique qui incarne le passage de l’ignorance à la connaissance.

Le jardin est en deuil,
une pluie froide ruisselle sur les fleurs.
Frissons d’été
Feuille par feuille, l’or tombe
à terre, du haut acacia.
L’été sourit étonné et langoureux
dans le jardin rêveur qui s’éteint à mesure qu’il se fane.
Longtemps encore proche des roses,
l’été semble survivre, mais il aspire au repos.
Un à un, il ferme ses [grands]
yeux qui sont maintenant fatigués.
Herman Hesse – Septembre

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES