dim 28 novembre 2021 - 17:11

TURQUIE : Franc-maçonnerie et kémalisme

De notre confrère turc yeniasya.com.tr – Par M. Latif SALİHOGLU

Il y a 86 ans : 9 novembre 1935

L’Union maçonnique turque a publié une déclaration le 9 novembre 1935. Dans cette déclaration, il a été annoncé par voie de presse et de diffusion que les activités de la société maçonnique étaient terminées et que ses actifs étaient reversés aux centres communautaires.

Pendant des années, les nationalistes-turcs kémalistes* ont examiné cette situation comme suit :

« Mustafa Kemal est contre la franc-maçonnerie. Pour cette raison, ils ont fermé leurs organisations et mis fin à leurs activités. »

Cependant, la situation réelle n’est pas du tout comme ça. En fait, au contraire. Car, les buts et les activités des Maçons ont été placés sur l’épine dorsale de « l’État officiel », surtout à partir de cette date, et leur chemin a été défriché.

Said Nursi, qui mentionnait la franc-maçonnerie avec les termes « communisme, hérésie, irréligion » ou « ennemis secrets de la religion » dans ses œuvres, était enfermé dans le donjon d’ Eskişeh et condamné à la peine de mort.

Cependant, dans le Traité du Cinquième Rayon, qu’il a écrit en 1908, au même endroit où sont mentionnés les Maçons, il mentionne spécifiquement que le Comité Sufyani Antéchrist « a trompé les comités des Maçons et a obtenu leur soutien ».

Autrement dit, dans cet événement, il y a accord, coopération, voire solidarité totale au sens de « prends ma rose-donne ma rose ». 

Voici une partie de cette mention dans le Cinquième Rayon, dans laquelle les « Narrations Ahirzaman » , dont la plupart sont des mutashabih, sont interprétées :

ÉMISSION DEUXIÈME

Les deux Dajjals sont assistés par le comité secret des juifs (le comité sabbatéen de Thessalonique), qui se venge violemment contre l’islam et le christianisme, et l’aide d’un autre comité redoutable sous le voile des libertés des femmes (la liberté de choisir et d’être choisi pour les femmes) ; en fait, depuis que le Dajjal islamique a trompé les comités des francs-maçons (l’Union maçonnique turque) et a gagné leur soutien, on pense qu’il s’agit d’une puissance terrible.

Les kémalistes, qui ne connaissent pas de limites dans leur fanatisme autant qu’ils sont ignorants du sujet, attribuent la fermeture des organisations maçonniques à cette époque à la perspicacité du gouvernement et considèrent cela comme un exploit de la politique du parti unique. D’une certaine manière, ils veulent dire :  » O gens ! Regardez, voyez, entendez : la direction et le personnel fondateur du Parti populaire sont contre la franc-maçonnerie. C’est pourquoi ils ont fermé leurs organisations sans aucune hésitation. »

Cependant, la réalité est contraire à de tels discours, parce que le gouvernement de l’époque était entièrement sous le commandement et l’influence des maçons et était prêt à servir leurs idéaux.

En fait, la plupart des ministres et députés du gouvernement à parti unique, dont le ministre de l’Intérieur, Şükrü Kaya, étaient soit des francs-maçons, soit intimement liés à eux.

Lorsque nous regardons l’histoire de la franc-maçonnerie en Turquie, nous trouvons les informations suivantes concernant cette période dans les sources officielles des maçons :

* Mustafa Kemal a une réunion avec le ministre de l’Intérieur Şükrü Kaya. Il lui dit que les maçons devraient aller expliquer la situation générale à leurs dirigeants et qu’ils devraient dissoudre leurs organisations de leur propre gré, sans avoir besoin d’aucune loi.

Sur ce, une déclaration signée par les membres de l’Association des Francs-Maçons est publiée par l’Agence Anadolu comme suit : « Elle a été remise à notre Agence avec des signatures de responsables et notoires. La Société maçonnique turque, tenant compte de l’évolution sociale de notre pays et de ses énormes progrès croissant de jour en jour, et en observant la bonté découlant de l’application des principes démocratiques et laïcs prévalant dans la République de Turquie, de mettre fin à ses activités sans aucune loi à cet égard, et de travailler avec tous ses biens pour le développement social et culturel. Il a trouvé commode de faire un don aux Maisons du Peuple.

Le ministre Şükrü Kaya a également fait la déclaration suivante au nom du gouvernement : « Les maçons turcs, voyant que leurs idéaux étaient inclus dans le programme principal du gouvernement, ont dissous leurs propres organisations. Le gouvernement n’a fait aucune tentative ni eu une aucune implication dans cette affaire. (Voir : Journaux du 10 novembre 1935 ; aussi mason.org.tr)

A la lumière de ces informations, on comprend bien pourquoi et dans quel but la Loge maçonnique a été fermée à cette époque.

En bref : le gouvernement de l’époque entreprend toutes les activités que les maçons veulent accomplir et affiche une attitude qui inclut et même surpasse la franc-maçonnerie, comme pour dire : Cet honneur m’appartient.

* Kemal Atatürk, communément appelé Mustafa Kemal Atatürk ou parfois simplement Mustafa Kemal, né en 1881 à Salonique et mort le 10 novembre 1938 à Istanbul, est un homme d’État turc. Il est le fondateur et premier président de la république de Turquie de 1923 à 1938

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES