jeu 02 décembre 2021 - 05:12

VENEZUELA : Les ouvriers d’Hiram Abiff : d’où vient la franc-maçonnerie ? (III)

De notre confrère vénézuélien El Nacional – Par Mario Munera Muñoz PGM

Poursuivant sur le thème « D’où vient la franc-maçonnerie ? », je vais me référer aux déclarations historiques faites par Herbert Ore Belsuzarri dans son livre : Origine de la franc-maçonnerie sur le début de son fonctionnement, bien sûr, basé sur la « Maçonnerie ou Constructeur », dont la Franc-Maçonnerie a pris ses instruments pour en faire des symboles initiatiques dans son avenir « spéculatif ».

Lorsque les premiers groupements humains apparaissent, la première chose qui se forme est leur mode de communication : la langue et l’écriture. Selon les historiens antiques, la première forme « urbaine » connue est celle de la civilisation sumérienne. Selon les archéologues, ils ont trouvé une ville appelée Uruk (3 000 à 3 500 avant JC) et là les premiers vestiges de l’écriture la plus ancienne ont été trouvés, ainsi que d’autres villes qui ont formé la civilisation sumérienne.

Les Sumériens étaient constitués en plusieurs cités-états et chaque cité ou ville avait une ziggourat (pyramide à gradins) pour observer les étoiles et la demeure du dieu de la cité, un palais et un roi.

Les Sumériens étaient de grands bâtisseurs, mais le matériau utilisé était de l’adobe de boue, qui n’a pas résisté au passage du temps, et il en reste peu de vestiges. Le peuple sumérien était situé en Mésopotamie, l’actuel Irak. C’est dans ce secteur de Babylone ( Bab ili , porte de Dieu) que la célèbre Tour de Babel (une ziggourat carrée à sa base) a été construite.

En franc-maçonnerie, nous nous définissons comme les architectes de notre temple intérieur.

Qu’est-ce qu’un architecte ? Selon les Grecs, « c’est celui qui connaît la technique de construction du temple », et ils n’étaient pas prêtres des cultes religieux. Les architectes sont les premiers maçons, ceux qui connaissent la technique, le savoir; ils sont les bâtisseurs initiés. Le mot architecte vient du grec : arkho , le premier, celui qui sait faire, et tekton , un ouvrier qui construit, un charpentier… « arkhitekton : l’ouvrier d’abord, celui qui sait construire le temple ».

Il est important de noter que si un architecte ne « construit » pas il n’est pas dans la fonction qui lui est assignée par le rite. Les architectes ont eu une évolution dans leurs connaissances qui les a amenés à faire de grands travaux, dont beaucoup subsistent encore. Ils connaissaient la géométrie, l’arithmétique, l’astrologie, l’écriture, la mécanique. Ils développèrent l’astronomie, ils divisèrent l’année en 12 mois, les mois zodiacaux, les heures du jour et de la nuit : 12 pour les Sumériens était le nombre de l’Univers. Ils n’utilisaient que l’adobe d’argile, la pierre qu’ils n’avaient pas.

Les Égyptiens ont hérité de la connaissance sumérienne de l’architecture. Ils ont utilisé la pierre comme élément de construction, ce qui nous a permis d’apprécier leurs grandes œuvres des temps modernes. La Grande Pyramide de Khéops constitue la plus grande réalisation architecturale noble au monde, faite à la main, avec des pierres de grand tonnage, et la roue n’a pas été utilisée. Imhotep (il y a 4.600 ans) connaissait la science, avait une réputation d’architecte expérimenté, les scribes d’Egypte le classent comme l’architecte le plus imminent de son temps. Il était le successeur des architectes sumériens : roi, prêtre et architecte. Il connaissait les lois de l’Univers.

Le savoir des architectes sumériens se transmettait par la parole aux architectes égyptiens. « Leur tradition transmise de maître à apprenti au fil des siècles a atteint un haut degré de sagesse qui a permis des solutions techniques et de gestion des ressources , tant naturelles qu’humaines, de ceux qui aujourd’hui n’ont aucune explication », et ce savoir perdu pour le monde moderne . Nous ne comprenons pas comment ils ont fait ces grandes structures architecturales.

L’Egypte est la civilisation où l’ arkhitekton reflète son caractère , le premier ouvrier, celui qui sait. Même aujourd’hui, nous n’avons pas pu récupérer la sagesse perdue que possédaient les architectes égyptiens, elle s’est perdue dans le temps car elle n’était transmise de maître à apprenti que sous forme orale et non écrite. Tournons-nous maintenant vers Israël, où le roi Salomon a reçu, dans un rêve, les instructions de Jéhovah pour construire le Grand Temple. Il a demandé de l’aide à l’Égypte, qui a accepté, et pour sceller ce pacte, il a épousé la fille du Pharaon, Saimon.

Le pharaon nomma son plus grand architecte pour ce projet : Hiram Abib, le fondateur. En Grèce, à l’entrée du frontispice de l’École platonicienne, il y avait un écrit : « Que personne n’entre ici s’il n’est géomètre. La géométrie est la base de l’art de la construction et de l’architecture, c’est la science des nombres. La géométrie est le corps du nombre (Pythagore) et harmonise les différentes parties. La géométrie a besoin d’un processus d’initiation pour sa connaissance et sa pratique, en tant que science initiatique elle est sacrée et secrète pour le profane.

A Rome, le roi Numa Pompilius (deuxième roi de Rome) crée et organise les collèges d’architectes (VIIe siècle av. J.-C.). Les écrivains allemands Krause, Heldmann et d’autres soutiennent la théorie selon laquelle les collèges romains d’architectes sont liés à la Société des francs-maçons. Son organisation, ses idées et ses actions sont dues au Romain Coleegii Artificium qui est passé de nos jours, avec très peu de changements, à la franc-maçonnerie.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES