dim 28 novembre 2021 - 18:11

ITALIE : « L’enquête contre la franc-maçonnerie était une chasse aux sorcières », elle s’est traduit par la condamnation du procureur général CORDOVA

De notre confrère italien affaritaliani.it

Cordova, ancien procureur général, condamné aux frais de justice en faveur du Grand Orient d’Italie : « Enquête de chasse aux sorcières » légitime critique.

Par une sentence publiée le 27 octobre dernier, la deuxième section civile du tribunal de Reggio de Calabre , définissant le jugement qui avait été promulgué par Agostino Cordova contre le grand orient d’Italie du Palazzo Giustiniani, a rejeté la demande faite par l’ancien procureur général et le condamne à payer les frais de justice. 

Il s’agit d’une décision très importante pour l’Ordre étant donné que la justice ordinaire a considéré légitime, la critique qui a défini comme une « chasse aux sorcières » l’enquête judiciaire menée par le procureur de Cordova d’alors qui a abouti en juillet 2000 avec le dépôt d’un dossier d’accusation à Rome.

« Chers Frères, ce jugement – dit le Grand Maître Stefano Bisi – nous réjouit car ilrend également justice aux nombreux Frères qui, dans ces années lointaines mais douloureuses ’92 et ’93 se sont retrouvés persécutés et qui ont subi des perquisitions nocturnes des forces de l’ordre dans le cadre de cette enquête.

C’est pour cette raison qu’aujourd’hui nous ressentons une joie particulière à la lecture de la phrase qui démontre sans équivoque les excès de l’enquête de Cordova et qui donne satisfaction au Grand Orient d’Italie du Palazzo Giustiniani même s’elle ne pourra jamais guérir et annuler les dommages subis par tant de nos chers Frères qui ont été livrés à l’opinion publique comme des criminels ».

Voici en clair toute la reconstruction de l’affaire judiciaire qui a conduit à la sentence favorable pour le Goi défendus par les avocats Raffaele D’Ottavio et Fabio Federico :  

L’épilogue judiciaire provient de l’initiative du Grand Maître, Stefano Bisi , visant à obtenir le retour de la quantité massive de documents saisis au GOI en 1993 à l’instigation du procureur en chef de l’époque Agostino Cordova dans le cadre du célèbre enquête contre la franc-maçonnerie.

En particulier, le journal Il Dubbio – s’inspirant du discours public du Grand Maître Stefano Bisi tenu à l’occasion de la Grande Loge en 2017, au cours duquel l’acceptation de la demande et le début de la restitution des documents saisis ont été annoncé – qui a publié un long article dans lequel, rappelant le jugement de classement, le mode opératoire qui avait caractérisé cette fameuse enquête judiciaire était sévèrement critiqué .

En effet, on lit dans la phrase précitée : « Les accusations avancées (dir. Agostino Cordova) ne paraissent pas fondées car l’article jugé part d’un fait récent, à savoir la restitution des premiers dossiers saisis lors de l’enquête sur Franc-maçonnerie, pour retracer le déroulement de l’enquête précitée avec des termes particulièrement critiques qui sont également repris par la décision de classer sans suite l’enquête rendue par le Tribunal de Rome en 2001 ».

La multiplicité des expressions sévères et dures utilisées dans l’article de presse précité ne permet pas de les retranscrire intégralement dans ce court reportage ; par conséquent, veuillez vous référer à l’article ci-joint pour une représentation plus précise et exhaustive, on ne peut que rapporter ci-dessous ceux considérés par l’ancien procureur comme diffamatoires : « (éd. Cordoue) surnommé le » Minotaure  » a vu Naples comme la capitale de Mal !; « La chasse au franc-maçon a commencé en 1992…. » Le GIP qui a clos l’enquête l’a définie comme dépourvue de délit et illégitime » ; « Ceux qui ont été saisis étaient des dossiers pleins d’histoires, de visages et de noms mis à l’ombre dans une chasse aux sorcières qui s’est terminée par un coup d’épée dans l’eau «Selon Bisi, les francs-maçons ont été persécutés, montrés du doigt, traités comme des mafieux ; que Cordova, depuis son bureau de Palmi, avait tenté par tous les moyens, transmettre le dossier à Rome, en raison de la compétence territoriale » ; « Au fil des années, ces documents sont restés entre les mains des procureurs, sans que personne ne se soucie d’effacer les stigmates imprimés en gros caractères sur la carte d’identité de chacun des francs-maçons qui se sont retrouvés en gros plan » ; « Selon le GIP… très souvent les enquêtes sur les associations secrètes n’aboutissent à rien de plus qu’à un tas de poussière (une expression jamais utilisée par le GIP), finissant par être rendues publiques et, en tant que telles, elles doivent être soigneusement évitées.

Et l’article 330 du code de procédure pénale avait été interprété comme le pouvoir du ministère public et de la police judiciaire d’acquérir des informations et non, comme il se doit, des informations relatives à un crime » ; « … Comme il voyait des monstres chez les Maçons à tout prix » ; « Presque 30 ans plus tard, ces monstres ont disparu, mais la chasse aux sorcières ne s’est jamais terminée « .  

Agostino Cordova a donc cité le Grand Orient d’Italie devant le tribunal, affirmant que : « cet article rapportait les déclarations faites par le Grand Maître du GOI Stefano Bisi le 04/07/17 dans le discours prononcé devant la Grande Loggia de Rimini, affirmant que Cordoba aurait mis à l’ombre des francs-maçons » et demandant que la responsabilité pour diffamation aggravée soit établie et ainsi prononcé la condamnation relative aux dommages et intérêts. Le Grand Orient d’Italie du Palazzo Giustiniani a été traduit devant le tribunal, en la personne du Grand Maître Stefano Bisi, pour répondre à la question en précisant que ces expressions, bien que dures, sévères et fortes, relevaient de l’exercice du droit légitime d’information- critique, et étaient respectueuses de la vérité des faits, du droit d’expression et répondant pleinement à l’intérêt public de la connaissance exacte des faits judiciaires connus. Ses affirmations étaient étayées par une abondante documentation composée de documents judiciaires, parlementaires et du CSM ainsi que d’extraits de best-sellers bien connus et d’autres publications contemporaines. 

En particulier, il a été démontré que lesdites expressions dures et fortes contre l’enquête menée contre le GOI, en effet, ont trouvé une correspondance complète, tout d’abord, dans les motivations exprimées dans le jugement de classement et deuxièmement dans les faits historiques antérieurs et ultérieurs. qui avait confirmé l’exactitude.  
Le juge, exprimant sa pleine adhésion à la défense du GOI, a statué que : l’avis était devenu public compte tenu du grand nombre d’articles journalistiques qui ont évoqué cette initiative judiciaire et du grand écho médiatique qui avait également résulté des questions parlementaires et de la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire ».

Le GOI a promptement soutenu que la critique peut bien faire usage de propos sévères et durs pour autant qu’elle respecte la vérité des faits, c’est-à-dire, en l’occurrence, respectueuse des motifs du classement ; de sorte que la motivation légalement exprimée dans le décret de classement précité selon laquelle de simples éléments et non des éléments de nature criminelle ont été recherchés et recueillis dans cette enquête, comme le prévoit l’art. 330 du code de rite criminel, peut bien s’exprimer en critique avec l’expression « chasse aux sorcières » ou similaire couramment utilisée et telle que contenue dans l’article d’Il Dubbio.

Le juge civil, sur ce point, a statué que : « en l’espèce, il convient de noter que la référence aux mesures judiciaires qui sont citées dans l’article en question sont, comme mentionné, toujours ponctuelles et jamais les phrases prononcées, même si elles sont caractérisées par un jargon journalistique (comme dans le cas de « passer la balle » en référence au transfert de compétences à Rome ou de « chasse aux sorcières ») finissent par faire allusion à des comportements illégitimes menés par le procureur de Cordova, il convient de noter , en effet, que dans certaines parties de l’article certes la critique de l’enquête qui concernait la franc-maçonnerie est plus sévère, comme dans le cas d’un stigmate, mais ces déclarations ne s’adressent pas directement à la personne du Dr. Cordova mais en général à l’enquête elle-même et aux conclusions auxquelles elle est parvenue ».

En conclusion, le tribunal a jugé que : « d’après l’analyse effectuée jusqu’à présent, il est clair qu’il n’y a aucune allégation de diffamation car le contenu de l’article est globalement véridique, bien qu’avec quelques inexactitudes non pertinentes, le langage utilisé n’est jamais inapproprié, offensant ou fortement allusif et, enfin, les nouvelles rapportées et la reconstruction globale de l’affaire juridique sont certainement dans l’intérêt public étant donné la résonance déjà eue dans le passé par l’enquête ouverte par le procureur de Cordova ».  

Après la proclamation du jugement l’ancien procureur général Agostino Cordova a été condamné à payer les dépens en faveur du Grand Orient d’Italie au Palazzo Giustiniani.

 

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES