dim 28 novembre 2021 - 19:11

ITALIE : un Franc-maçon avait aboli la peine de mort

Du site du Grand Orient d’Italie grandeoriente.it

Anniversaires, le 26 octobre il y a 195 ans naissait Giuseppe Zanardelli, l’un des plus grands hommes d’État et francs-maçons du XIXe siècle. C’est lui qui a aboli la peine de mort en Italie, qui a ensuite été restaurée par le fascisme

Le 26 octobre 1826 naissait Giuseppe Zanardelli, l’un des plus grands hommes d’État et francs-maçons du XIXe siècle, auteur en 1882 d’une loi électorale courageuse et en 1889 d’un code pénal qui devint un modèle pour les démocraties du monde entier qui abolit la loi la peine de mort, promoteur à l’aube du XXe siècle du tournant dit libéral et, au niveau local, maître incontesté de la vie publique. Peu connu et célébré, il fut un acteur majeur de l’histoire italienne et européenne : au premier rang des soulèvements de 1848, l’un des animateurs les plus actifs de la conspiration contre les Autrichiens, l’un des représentants les plus influents de la gauche libérale, un homme politique qui a marqué son action par les principes d’un libéralisme socialement ouvert, mais hostile à l’intervention des catholiques en politique. Et dont la vie a été fascinante et riche et s’est déroulée par l’entrelacement de l’éducation familiale, de la formation culturelle et de la passion politique.

Né à Brescia le 26 octobre 1826, Giuseppe Zanardelli était le premier des quinze enfants d’une famille bourgeoise aux conditions économiques modestes. Il s’inscrivit à la faculté de droit de l’Université de Pavie. Mais il n’a pas terminé le cours en raison du déclenchement des soulèvements révolutionnaires de 1848. De sentiments libéraux et patriotiques, il a décidé de s’enrôler comme combattant dans le Corps des Volontaires Lombard pendant la première guerre d’indépendance, participant à la campagne du Trentin.

Après l’échec des soulèvements révolutionnaires, il s’enfuit en exil en Toscane, où il termine ses études à l’Université de Pise et y reste jusqu’en 1851, date à laquelle il peut retourner en Lombardie. Peu de temps après, son père, Giuseppe, décède. prématurément en tant que fils aîné, il dut s’occuper de l’entretien de la famille, donnant des cours particuliers de droit, travaillant comme secrétaire de théâtre et collaborant avec quelques journaux. L’un d’eux était le périodique Il Crepuscolo, le journal le plus célèbre de l’époque, pour lequel Zanardelli a écrit des essais sur l’économie politique depuis 1857.

En 1859, à la veille de la seconde guerre d’indépendance, Zanardelli est à nouveau contraint de quitter le pays pour son activité conspiratrice, se réfugiant à Lugano, en Suisse ; il y resta peu de temps, avant de rejoindre Giuseppe Garibaldi, à l’époque commandant des chasseurs des Alpes à Côme, d’où le général l’envoya dans sa Brescia natale pour préparer l’insurrection qui ouvrirait la voie à l’armée Franco-Piémontaise.

Le 29 février 1860, il est initié à la franc-maçonnerie dans la loge de la Propagande du Grand Orient d’Italie. Après l’annexion de la Lombardie au royaume de Sardaigne, Zanardelli décide de se lancer dans la politique en se présentant à la Chambre des députés aux élections du 25 mars 1860 et en étant élu au collège de Gardone Val Trompi dans les rangs de la Gauche historique, occupant également divers postes administratifs (dont celui de maire de Nave).

Zanardelli ne se consacre activement à la politique qu’à partir du 18 mars 1876, date à laquelle la gauche, dont il est l’un des principaux représentants, accède au pouvoir. Vittorio Emanuele II confie la présidence du Conseil au chef du groupement libéral-démocrate, Agostino Depretis, qui nomme Zanardelli ministre des Travaux publics dans son premier gouvernement. L’homme politique de Brescia garda le ministère jusqu’au 14 novembre 1877, date à laquelle il démissionna en raison de divergences sur la gestion des accords ferroviaires. Peu de temps après, le 24 mars 1878, Vittorio Emanuele II mourut et son fils Umberto Ier de Savoie lui succéda, Zanardelli devint ministre de l’Intérieur dans le gouvernement dirigé par Benedetto Cairoli, pendant une période de grave instabilité. En tant que propriétaire de l’Intérieur, il s’est occupé du projet de réforme de l’extension du droit de vote et ce jusqu’au 18 décembre 1878.

Nommé ministre de la Justice dans le gouvernement Depretis IV le 29 mai 1881, Zanardelli a pu achever la rédaction du nouveau code de commerce et faire approuver la législation sur le travail des femmes et des enfants. De plus, il réussit à rejeter la demande d’extradition des camarades de l’irrédentiste Guglielmo Oberdan, qui s’étaient réfugiés en Italie après la condamnation à mort du patriote italien. Le 4 avril 1887, Zanardelli entra de nouveau dans le gouvernement de Depretis, toujours en tant que ministre de la Justice, tandis que Crispi devenait ministre de l’Intérieur. Après la mort de Depretis, survenue alors qu’il était encore en fonction, Crispi lui succéda, le reconfirmant dans le même ministère, dans son premier gouvernement, et en restant en fonction jusqu’au 6 février 1891.

Durant cette période Zanardelli initie une réforme du système judiciaire et réussit à faire approuver le premier code pénal de l’Italie unie, considéré parmi les plus libéraux et avancés parmi ceux en vigueur à l’époque : le code Zanardelli est présenté à la Chambre en novembre 1887, publié le 22 novembre 1888, promulgué le 30 juin 1889 et entré en vigueur le 1er janvier 1890. Entre autres, par son initiative personnelle, la peine de mort a été abolie.

Dans le Rapport au Roi, Zanardelli se dit convaincu que « … les lois doivent être écrites de telle manière que même les hommes de peu de culture puissent en comprendre le sens ; et cela doit être dit surtout d’un code pénal, qui concerne un très grand nombre de citoyens même dans les classes populaires, qui doivent avoir la possibilité de savoir, sans avoir besoin d’interprètes, ce qui est interdit par le code » . Zanardelli croyait que le droit pénal ne devait jamais oublier les droits de l’homme et du citoyen et qu’il ne devait pas considérer le criminel comme un être nécessairement irrécupérable : il fallait non seulement intimider et réprimer, mais aussi corriger et éduquer.

Toujours la même année, il autorise la libération de l’anarchiste Giovanni Passannante, auteur d’un attentat contre le roi en 1879, qui se trouve dans des conditions inhumaines et est transféré à l’asile de Montelupo Fiorentino. Après sa démission de ministre, Zanardelli est élu président de la Chambre des députés le 24 novembre 1892, et prend une part active à la campagne d’obstruction de 1899-1900 contre le projet de loi sur la sécurité publique présenté par le gouvernement Pelloux.  Cela lui vaut le soutien de l’Extrême-Gauche historique dans la formation, après la chute du gouvernement Saracco, d’un nouveau gouvernement, qui reste en fonction 991 jours, du 15 février 1901 au 3 novembre 1903. Le chef de la majorité à cette époque était Sidney Sonnino, mais Le roi Vittorio Emanuele III a préféré lui confier la tâche, qui se trouve pourtant minoritaire au Parlement.

Cependant, ses fragiles conditions de santé ne lui ont pas permis d’achever des travaux majeurs, Pendant son gouvernement l’aqueduc des Pouilles a été établi , des mesures spéciales ont été approuvées pour la ville de Naples concernant l’assainissement du budget municipal et le démarrage d’un programme d’industrialisation, une loi sur le divorce a été proposée qui, bien que déjà approuvée par la Chambre, a dû être retirée en raison d’une forte opposition populaire . De plus, Zanardelli, en septembre 1902 , fit un voyage dans le sud de l’Italie, à travers la Basilicate (une des régions les plus pauvres d’Italie à l’époque) et  pornonça aussi un discours à Potenza, devenant ainsi le premier chef du gouvernement d’Italie unie à se rendre à le sud.

Au cours de ses dernières années de vie, il a concentré son attention sur la question du Sud (Mezzogiorno) et son rapport de voyage sera fondamental pour l’approbation de la loi spéciale pour la Basilicate (23 février 1904), l’un des premiers exemples d’intervention extraordinaire de l’État dans le Sud. Il se retire définitivement de la scène politique et démissionne de son poste de Premier ministre le 3 novembre 1903. Il mourut un peu plus d’un mois plus tard, le 26 décembre 1903, à Toscolano Maderno, à l’âge de 77 ans, et fut enterré au cimetière de Brescia.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES