dim 28 novembre 2021 - 17:11

La tradition martinésiste – Théosophie et théurgie des Élus Coëns

Serge Caillet – Le Mercure Dauphinois, 2021, 246 pages, 19,50 €

Présentation de l’éditeur :

La Tradition martinésiste apparaît en France, au XVIIIe siècle, portée par l’homme qui lui a donné son nom : Martines de Pasqually (1710 – 1774), fondateur et premier grand souverain de l’Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l’Univers. Elle a été transmise à sa suite par Louis-Claude de Saint-Martin, le Philosophe inconnu, dans son œuvre, et par Jean-Baptiste Willermoz, dans les grades et les instructions du Rite écossais rectifié.
Cette tradition à part entière s’apparente à certaines formes de la kabbale, sans être pour autant de nature kabbalistique. Mais elle se rattache surtout, par des relais qui restent encore mystérieux, à certains courants du judéo-christianisme des premiers siècles de notre ère. La Tradition martinésiste comprend une doctrine théosophique d’une richesse inouïe. On y enseigne la nature de Dieu, l’émanation des esprits ou des anges, et de l’homme, leur prévarication et leur chute dans les formes célestes et terrestres, les rapports entre les êtres, la nature des corps et des âmes, sous l’angle de l’arithmosophie, c’est-à-dire de la sagesse des nombres, comme expression de ces réalités supérieures.
Mais la Tradition martinésiste enseigne aussi une pratique théurgique complexe, spécifique à l’Ordre des élus coëns : le culte primitif transmis par les grands élus, depuis Adam jusqu’au Christ, et confié par Martines de Pasqually aux élus coëns. Après avoir décrypté et commenté les rituels de réception des élus coëns ( » Les Sept sceaux des élus coëns « , Le Mercure Dauphinois, 2011), Serge Caillet nous livre aujourd’hui une explication, point par point, des grands thèmes de la Tradition martinésiste, basée sur l’étude des textes et de nombreuses figures explicatives du XVIIIe siècle.
Avec cette synthèse sans pareille, Serge Caillet éclaire d’un jour nouveau la Tradition martinésiste, en donnant à tous les amateurs de choses cachées les clefs de la théosophie et de la théurgie des élus coëns.

Biographie de l’auteur :

Après avoir été marqué dans son adolescence par l’œuvre de Jacques Bergier (il a fondé avec Claudine Brelet la première association des Amis de Jacques Bergier, en 1983), il a été l’élève et le collaborateur de Robert Amadou.

Auteur de nombreux ouvrages, depuis 1983, il a consacré l’essentiel de ses travaux aux rites occultistes ou illuministes de la franc-maçonnerie, notamment à la franc-maçonnerie égyptienne dont il a retracé l’histoire et publié des rituels, et plus récemment, à la franc-maçonnerie swedenborgienne. Il a étudié l’histoire, la doctrine et les rites de l’Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l’Univers et du martinisme, de la Belle Époque jusqu’aujourd’hui. On lui doit aussi une étude des mouvements néo-templiers (notamment l’Ordre rénové du Temple) et des courants rosicruciens présents au sein de la Fédération universelle des ordres et sociétés initiatiques (FUDOSI). Il a également mis en lumière quelques grandes figures de l’ésotérisme comme Martinès de Pasqually (1710 ? – 1774), Antoine-Joseph Pernety (1716 – 1796), Fernand Rozier (1839-1922), et Nizier Philippe (1849-1905). Depuis 2007, il tient sur Internet le bloc-notes d’un historien de l’occultisme, essentiellement consacré à l’actualité de l’histoire de l’occultisme. Il a été élu Sociétaire des Gens de Lettres, en 1995.

Parmi ces ouvrages le plus connus, citons La Franc-maçonnerie égyptienne de Memphis-Misraïm, préface de Robert Amadou, Paris, Cariscript, 1988 ; nouv. éd. revue, corrigée et augmentée, Paris, Dervy, 2003) ; traduit en russe (Moscou, 2011), Arcanes et rituels de la maçonnerie égyptienne, Paris, Guy Trédaniel, 1994, L’Ordre rénové du Temple. Aux racines du Temple solaire, préface de Jean-François Mayer, Paris, Dervy, 1997, Monsieur Philippe, l’Ami de Dieu, Paris, Dervy, 2000 ; nouv. éd. revue, corrigée et augmentée, Paris, Dervy, 2013, recension à retrouver sur https://www.glnf.fr/article.php?id=118, Les sept sceaux des élus coëns, Grenoble, Le Mercure Dauphinois, 2011, Les hommes de désir. Entretiens sur le martinisme (en coll. avec Xavier Cuvelier-Roy), Grenoble, Le Mercure Dauphinois, 2012, La franc-maçonnerie swedenborgienne, Marseille, Éditions de la Tarente, 2015, recension à retrouver sur https://www.glnf.fr/article.php?id=1698

Il est aussi l’auteur de très nombreux articles dans les revues Le Fil d’Ariane, Le Monde inconnu, L’Autre Monde, L’Initiation, Bulletin martiniste, L’esprit des choses, L’Originel, Fragments, Renaissance Traditionnelle, Historia Occultae, Les Cahiers de l’Ailleurs, Aletheia.

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti, membre de la Respectable Loge Le Centre des Amis N° 1 de la Grande Loge Nationale Française et Chapelain de la Loge Nationale de Recherches Villard de Honnecourt, est désormais, après six ans passés en qualité de Député Grand Archiviste, responsable, dans le cadre de la culture et de la communication, de l'organisation des salons maçonniques et de l’éditorial des réseaux sociaux. Membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il est le chroniqueur littéraire de la G.L.N.F., écrit aussi dans La Chaîne d’Union du Grand Orient de France et collabore à de nombreux ouvrages.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES