sam 23 octobre 2021 - 09:10

ESPAGNE : Berango enseigne l’héritage invisible de la franc-maçonnerie

De notre confrère espagnol deia.eus – Carlos zárate / berango 

A travers une exposition et une conférence qui fera le point sur son histoire et son évolution au pays basque

Depuis le XIXe siècle, la franc-maçonnerie fait partie de la société basque sans distinction de classe. Cette institution appartenait à des “personnes décisives” dans le développement de la société basque, qui “ont laissé leur empreinte par leur progrès”, explique Aitor Miñambres, directeur du musée mémorial de la ceinture de fer, qui, avec la mairie de Berango , a organisé une exposition et une conférence sur la franc-maçonnerie en Biscaye . Un “patrimoine invisible” qui est mis en lumière à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, dont le thème tourne cette année sur la promotion des rencontres pour interagir avec des groupes traditionnellement sous-représentés et marginalisés dans la présentation et l’interprétation du patrimoine culturel.

Ainsi, au moyen d’une exposition photographique, qui se déroulera dans la salle de réunion de Berangoeta pendant le mois d’octobre – de 12h00 à 14h00 et de 17h00 à 20h00 du lundi au vendredi ; et les samedis et dimanches de 11h00 à 13h00 -, la persécution subie par les maçons sera annoncée. « Après la guerre de Sécession, la franc-maçonnerie a subi une dure répression de la part du régime franquiste, accusé d’être la cause du déclin du pays. Aujourd’hui encore, elle est toujours stigmatisée et son intégrité n’est pas reconnue . A cette occasion, nous aurons accès à cet héritage. inconnu, pas encore inclus dans le cadre de la Mémoire historique », souligne Miñambres.

Parallèlement, en plus de l’exposition, une conférence est également prévue le 7, de 19h00 à 20h30 – une demi-heure avant la visite du musée -, par Xabier Gómez et Urko Cuesta, ce dernier, président de l’association Hitzaren Etxea, promu pour restaurer la mémoire des loges maçonniques biscayennes qui ont subi les représailles du régime franquiste et l’honneur de la franc-maçonnerie.

Ainsi, l’exposition et la conférence proposeront un voyage « depuis le milieu du XIXe siècle pour tenter de récupérer des loges et des noms qui ont existé en Biscaye et sont inconnus », précise Cuesta. Ainsi, par exemple, après avoir mené une enquête dans les archives de Salamanque, où des données et des documents ont été récupérés, il révèle qu’il y avait des loges à “Portugalete, Erandio, Bilbao, Bermeo, etc., fonctionnant depuis le 19ème siècle”, et qui exposent maintenant à Berango. De plus, on raconte qui étaient ces “personnes pertinentes” de la société biscayenne telles que “Mazarredo, Urquijo, Cándido Palomo, Tomás Meabe ou Medinabeitia“, qui appartenaient à la franc-maçonnerie.

Dans ce sens, Cuesta soutient qu’il est important de “donner de la visibilité à ces personnes” qui faisaient partie de cette institution et qui ont vu comment leur “honorabilité” a été remise en cause sous le régime de Franco sous le mystérieux halo qui persiste et entoure encore la franc-maçonnerie. « Ce type d’activité permet aux gens de rapprocher la franc-maçonnerie, pour qu’ils puissent voir qu’il y a des gens derrière, leurs histoires, etc. continue.

De même, l’itinéraire visuel analyse la période de la deuxième république, “au cours de laquelle dans le gouvernement provisoire d’Azana la majorité étaient des francs-maçons”, précise Cuesta. La conférence analysera également le fait de l’abondance des “Maçons Républicains” ou l’influence des “Maçons Anglais à Bilbao” . Dans ce cas, Cuesta indique que les Anglais qui sont venus travailler à Bilbao pour les mines, ingénieurs ou industriels, ont apporté leur façon de travailler, qui a généré une « culture maçonnique » en Biscaye. Une culture qui, au fil du temps, a combiné le « clair-obscur », c’est-à-dire des périodes de prospérité plus ou moins grande, avec d’autres de répression comme le franquisme, que Cuesta décrit comme une « persécution personnelle et cruelle » pour les chasser. “Il y avait une loge à Séville dans laquelle ils ont assassiné 300 maçons“, indique Cuesta, à propos d’une des photographies que l’on peut voir dans l’exposition, dans laquelle sont observées les croix placées sur les visages d’une série de personnes éliminées. par les franquistes. Un harcèlement que la loge Altuna de Donostia a également subi au point qu'”elle a dû être dissoute”, ajoute Cuesta, qui soutient que

les gouvernements totalitaires, qu’ils soient de droite ou de gauche, sont toujours allés à l’encontre de la libre pensée.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES