sam 23 octobre 2021 - 09:10

ALLEMAGNE : Que font les francs-maçons à Bensberg ?

De notre confrère allemand in-gl.de

Les Francs-Maçons de la Loge Matteo Alberti se réunissent dans une cave au bord des douves depuis 20 ans. Les origines de ce mouvement remontent à très loin et des spéculations les entourent. Mais que font-ils réellement, qu’est-ce qui les motive ? Dans la cave sous la maison Herweg à Bensberg, Michael Lux, le “vénérable maître adjoint”,  nous éclaire sur le sujet lors d’une conversation inhabituellement ouverte.

La “Nouvelle maison Herweg” sur l’Ancien marché entre l’hôtel de ville, l’hôtel Malerwinkel et le château, date du XVIIIème siècle et est maintenant un bâtiment résidentiel normal ; mais dans sa cave voûtée se trouve un lieu de réunion et de travail de la loge maçonnique Matteo Alberti.

Michael Lux nous accueille en costume noir, chemise blanche et cravate blanche. C’est la tenue avec dans laquelle les frères 3-points se rencontrent pour le travail en loge. Frères trois points ? C’est ainsi qu’on appelle aussi les francs-maçons : Parce qu’ils utilisent souvent les trois points ∴ dans leur correspondance les uns avec les autres. Ils apparaissent derrière des abréviations. Les érudits discutent de la signification des points.

Notre hôte à Bensberg est « vénérable maitre adjoint ». Donc le chef adjoint de la loge. Il représente les francs-maçons locaux et les autres membres du conseil d’administration en public, dirige temporairement les rituels lors des réunions des frères, il nous emmène aujourd’hui au sous-sol du bâtiment sur les douves. Dans les locaux de la loge Matteo Alberti.

Pour parler, nous descendons un escalier raide dans le sous-sol, qui a deux voûtes en forme de dôme. La première salle est réservée aux soirées d’invités et aux réunions normales. Nous irons dans la deuxième salle, le soi-disant temple, plus tard.

Rituels séculaires

Que font les francs-maçons ? Michael Lux explique : « En bref : la franc-maçonnerie est une formation séculaire. Ce sont des rituels pratiqués pour le développement personnel, basés sur des siècles d’expérience ainsi que sur des principes humanistes et éthiques fondamentaux guidant une vie. »

Cela soulève un certain nombre de questions : d’où vient le nom et comment fonctionne cette « formation » ? Vous travaillez, vous les francs-maçons en vase clos. Par conséquent, il y a des spéculations sur ce mouvement. Michael Lux veut faire la lumière sur lces zones d’ombre

“Les francs-maçons ont été officiellement fondés en Angleterre le 24 juin 1717, mais des documents plus anciens indiquent l’existence de logesdepuis le 13ème siècle”, explique Lux. Les francs-maçons ont commencé avec les tailleurs de pierre des constructeurs de cathédrales de l’époque.

Les artisans étaient analphabètes, mais possédaient d’énormes connaissances en technologie de construction, qu’ils gardaient bien sûr pour eux et ne se les transmettaient que les uns aux autres.

Photo : Thomas Merkenich

Equerres et Compas

“Dans le même temps, ils ont mis en place des systèmes de sécurité sociale, par exemple pour protéger les membres de la famille en cas d’accident ou de décès du tailleur de pierre», explique Lux. Lorsque les loges des bâtisseurs de cathédrales disparurent, la tradition fut maintenue et des non- artisans furent également acceptés. C’est de là que furent créées les loges actuelles.

Les équerres et les compas font référence à cette histoire, ils sont considérés comme le symbole central des francs-maçons. « L’équerre représente la vie juste, la droiture. Le compas fait référence à l’impact externe de nos actions, au fait d’être humain dans la société », explique Lux.

Travailler la personnalité

“Notre objectif est le développement personnel : De même que le tailleur de pierre travaille la pierre brute pour qu’elle s’emboîte dans le mur, nous travaillons sur nous-mêmes. Afin, que nous puissions être idéalement partie d’une société humaniste, que nous essayons d’aider à créer et à maintenir “, dit Lux.Cela affecte plusieurs niveaux, tels que la famille ou la communauté. Francs-maçons, liberté, égalité, fraternité, tolérance et humanité – telles sont les valeurs fondamentales par lesquelles les francs-maçons s’orientent.

“Bien sûr, aucune pierre n’est semblable à l’autre, l’individu avec ses angles et ses arêtes doit en principe être préservé, précise le franc-maçon. Il fait référence à la coupole de la cave voûtée dans laquelle nous nous parlons. Ici aussi, il n’y a pas deux pierres identiques, mais ensemble, elles forment un toit solide au-dessus de nos têtes.

Photo : Thomas Merkenich

Les trois degrés des francs-maçons

Ils se réunissent trois fois par mois, toujours le vendredi. Ensuite, vous organisez des soirées d’invités au cours desquelles les amis et leurs épouses, les personnes intéressées – notamment les chercheurs – sont invités à des conférences.

Suivent des débats : « Un principe important des francs-maçons apparait : nous nous rencontrons tous au même niveau, quel que soit l’âge ou la profession. La tolérance et le respect sont importants pour nous.”

Selon Michael Lux, il y a des francsmaçons dans le monde entier, dans tous les pays sauf ceux à système totalitaire. En Allemagne, ils sont organisés sous l’égide des Grandes Loges Unies d’Allemagne (VGLvD). Il existe cinq groupes différents : les loges à orientation humaniste, à caractère chrétien et à caractère prussien. Il y a aussi des ramifications de Grande-Bretagne et des États-Unis.

Rituels dans le temple

Un autre élément, séparé des événements publics, est le travail dans le temple, rapporte Lux.Dans le deuxième dôme, le soi-disant temple. Des rituels anciens y sont pratiqués – qui servent à intérioriser les principes éthiques des francs-maçons.

Il existe trois degrés de francs-maçons : apprenti, compagnon et maître. Ici aussi, l’origine des tailleurs de pierre des bâtisseurs des cathédrales se précise. Le travail de l’apprenti est au service de la connaissance de soi, “regarder en soi” est la devise des apprentis maçonniques.

Avec compagnon il s’agit de se reconnaître dans les autres : “Regarde autour de toi !”, d’influencer la société, de prendre ses responsabilités.

Il y a certainement quelque chose de spirituel là-dedans, confirme Lux, et on y trouve aussi des éléments de psychologie, par exemple en ce qui concerne la connaissance de soi. Néanmoins, il s’agit de savoirs séculaires qui sont pratiqués et transmis.

Le travail sur soi se fait essentiellement dans le temple. « Lorsque nous travaillons dans le temple, nous portons un costume noir, une chemise blanche, une cravate et des gants. Le contraste indique, entre autres, que tout ne se passe pas bien dans la vie. Juste en noir et blanc.”

Il y a aussi un insigne, le soi-disant bijou, qui représente la loge et a un aspect différent dans chaque loge. Le tablier fait référence à l’origine des francs-maçons, les tailleurs de pierre. Quiconque accomplit les travaux du temple en tant que « maître » – c’est-à-dire qu’il instruit les rituels – porte également une large écharpe.

Nous entrons dans le temple par une lourde porte en chêne. Il y a quelques symboles à voir, le triangle, l’œil qui voit tout, des petites pyramides, des livres avec des rituels, une pierre taillée et une pierre brute, une épée, des petits maillets sur les tables.

Des colonnes de verre avec des roses, une chaîne et une corde sont disposées au milieu pour former une image avec le symbole de la vie sur le sol, qui reste caché pendant la conversation. « Nous ne pouvons pas tout montrer », dit Lux.

À l’avant, il y a un lourd fauteuil en bois avec une fine sculpture ouvragée, le lieu de travail du vénérable maître. Il y a des sièges pour les officiers à gauche et à droite ainsi qu’en face. « L’orientation de la pièce va d’ouest en est. Le maître de la chaise est assis à l’est, là où le soleil se lève », explique Lux.

Ordre externe et interne

“Après être entrés dans la salle l’un après l’autre au son de la musique, les frères prennent place dans les rangées de sièges nord et sud”, rapporte Lux. Cela semble très ordonné, et en effet : « L’ordre extérieur du temple doit refléter l’ordre intérieur des frères.

Une fois les frères assis, différents rituels ont lieu. Il s’agit principalement de dialogues, de coups de maillet et de références à des symboles. “Par exemple, nous utilisons une mesure de 24 pouces pour refléter notre journée”, explique Lux.

Il ouvre un livre, les rituels peuvent être lus. En termes compréhensibles, aucune alchimie n’est écrite là. Mais le sens n’est révélé qu’avec une connaissance plus approfondie du symbolisme, avec la participation aux rituels dans le temple lui-même.

« Les travaux du temple sont effectués dans la langue nationale respective, sur la base des rituels, dont certains datent du XVIIe siècle. » Cependant, ils sont adaptés au fil des ans par une commission rituelle sans, bien sûr, changer leur caractère.

Francs-maçons dans la Montagne: La première loge à Cologne a été fondée en 1751, après quoi le mouvement s’est étendu vers la montagne : Wuppertal a été créée en 1815, et en 1889 un emplacement à Gummersbach avec la loge de Bergische Treue. Remscheid a suivi en 1903, et il devrait y avoir deux loges à Solingen.

Matteo Alberti à Bergisch Gladbach a été fondée en mars 1999 dans la Goethe-Haus Bensberg. La consécration du temple, l’allumage des feux, dans la cave sous la maison Herweg a eu lieu le 16 janvier 2000. La loge compte une trentaine de membres. Elle porte le nom du maître d’œuvre du château de Bensberg. Plus d’infos sur le site du lodge.

Francs-maçons et église

Travail du temple, évolution vers une vie libre et autonome, il n’est pas surprenant que les francs-maçons n’aient pas été appréciés partout. « Il y a toujours des rumeurs qui circulent sur une conspiration mondiale des francs-maçons », dit Lux, « mais elles n’ont aucun fondement. Cependant, l’Église catholique nous voit d’un œil critique. Le développement de personnalités indépendantes sans intervention divine, fondée sur les idéaux des Lumières et de l’humanisme, ne semble pas convenir. »

En 1738, par exemple, une bulle papale a été publiée qui stipulait l’incompatibilité de l’Église et de la franc-maçonnerie. Plusieurs pourparlers avec le Vatican n’ont pas fondamentalement changé cette attitude, a déclaré Lux.

Photo : Thomas Merkenich

Boules pour être franc-maçon

« Pour l’être un, il faut le demander », Lux cite les francs-maçons du monde anglophone. Toute personne intéressée par une loge peut, après s’être inscrite, participer sans engagement à des soirées d’invités, faire connaissance avec la communauté et en apprendre davantage sur le travail.

Ceux qui veulent adhérer demandent alors l’admission. Les frères votent sur la proposition par « boules » : ils lancent des boules noires ou blanches dans un récipient. En fonction du nombre de boules noires et blanches, le demandeur devient membre de la loge.

« Les francs-maçons deviennent extrêmement importants, car il devient de plus en plus clair dans notre société qu’il y a un manque d’éthique indépendante de la religion et universellement valable », affirme Lux. La tolérance, en principe, il n’y a pas de règles uniformes pour l’être, elle doit être pratiquée encore et encore.

« Agir selon des règles éthiques est un test constant », dit Lux, et cite Voltaire, qui a déclaré : « Je ne suis pas d’accord avec vous, mais je ferai tout pour que vous soyez autorisé à l’exprimer. » À son avis, cela résume ce principe de tolérance chez les francs-maçons en quelques mots.

Loges pour femmes?

“Pour des raisons de tradition, seuls les hommes sont acceptés dans une loge masculine”, déclare officiellement le vénérable de la loge Matteo Alberti à Bensberg. Néanmoins, la participation des femmes aux soirées d’invités est la bienvenue et expressément souhaitée, souligne Lux. De nombreuses femmes sont également des hôtes régulières de ces soirées. La loge organise également des fêtes de famille ou des réceptions auxquelles les femmes peuvent participer.


En Allemagne, il existe également des loges uniquement féminines, qui travaillent de la même manière, continue Lux. Mais pourquoi les francs-maçons insistent-ils sur ce principeun peu dépassé.

Une franc-maçon donne en fait la bonne réponse, dit Lux. La grand maîtresse Antje de la loge maçonnique Constantia à Düsseldorf a pris la position suivante : elle a beaucoup affaire avec les hommes sur le plan professionnel, et elle aime être avec les femmes et échanger des idées dans la loge. C’est moins complexe.

Sans l’articulation des rôles entre les sexes, le travail sur soi-même est plus facile,  dit Lux. Après tout, on ne demande pas à une équipe de football pourquoi elle n’accepte que des hommes ou que des femmes.

Cependant : Il existe également quelques loges mixtes en Allemagne.

Les secrets restent gardés

Michael Lux apporte un peu de lumière sur l’obscurité des francs-maçons. Mais encore certaines choses restent cachées, ne sont réservées qu’aux frères (ou sœurs) : « Ce qu’un frère dit à l’autre reste entre nous. Et bien sûr aussi nos livres et les rituels. “Parce que les rituels s’adressent à l’intellect et au sentiment, dit Lux. Ils ne veulent pas dévoiler cette expérience aux frères de la loge. Le vécu personnel est primordial.

Lux peut bien comprendre que ces secrets non révélés conduisent à plusieurs reprises à des spéculations sur les francs-maçons. « Le mystérieux et l’inconnu sont suspects aujourd’hui. C’est certainement du au fait que tant de choses sont rendues publiques aujourd’hui», dit-il. « Même les choses personnelles deviennent publiques. Le caché devient alors rapidement obscur, incertain, suspect.”

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez devenir membre d’une loge. Boules blanches requises.

Photo : Thomas Merkenich

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES