sam 23 octobre 2021 - 10:10

MEXIQUE : La Société « Progrès et loisirs» d’Espita, Yucatán : entre maçons libéraux et féministes

De notre confrère mexicain yucatan.com.mx

Au Mexique, au XIXe et au début du XXe siècle, le libéralisme s’est propagé et promu à travers les loges maçonniques, atteignant le cas où, entre 1872 et 1911 , la pensée libérale et maçonnique ont fusionné dans les loges. Le Rite Ecossais Ancien et Accepté fut le premier connu au Mexique en 1821 et les hommes les plus éclairés y débutèrent. Plus tard, le Rite York a été créé et en 1826 le Rite National Mexicain.

Il est également important de se rappeler que lors du Congrès général de 1833, le Rite National Mexicain (RNM) a décidé d’initier une série de réformes, la plus importante à l’intérieur était d’inclure les femmes dans la franc-maçonnerie, car elles considéraient qu’il y avait entre leurs mains la formation des futurs citoyens et vers l’extérieur : lutter pour l’abolition des juridictions militaires et ecclésiastiques, la séparation de l’Église et de l’État, l’éducation laïque, la sécularisation des biens ecclésiastiques, la liberté de culte, etc. 

La pensée libérale était présente dans les loges maçonniques , mais aussi dans les sociétés culturelles que les francs-maçons libéraux fondèrent pour les différentes populations. L’une des plus importantes du sud-est mexicain était et est toujours la Société “Progrès et loisirs“.  

Il est important de noter que Valladolid et Espita ont été parmi les premières villes du Yucatán où se sont formées des loges maçonniques auxquelles participaient les patriarches des familles les plus importantes et que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ce sont précisément ces patriarches maçonniques qui fondèrent les sociétés culturelles. Un exemple en est celui des familles Triay, Peniche, Rosado, Patrón, Osorno, Erosa et Cetina, entre autres, qui dans le cas d’Epita à la fin du XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle ont activement participé à la franc-maçonnerie et simultanément dans la Société “Progrès et loisirs“. 

Ces sociétés ont été créées pour promouvoir des activités récréatives telles que des danses et des fêtes, mais surtout des actions culturelles telles que la préparation et la lecture de textes littéraires, la mise en scène de pièces de théâtre, des soirées musicales, entre autres qui étaient dirigées vers les classes économiques moyennes et hautes Yucatéques.

Exemples de sociétés culturelles au Yucatán

La Société « Progrès et loisirs » à Espita, « Avenir » à Valladolid et « Renaissance » à Tizimín sont des exemples de sociétés culturelles créées au Yucatán avec l’objectif explicite de semer les graines du progrès à travers la connaissance scientifique, les arts et les projets éditoriaux. et des liens avec la presse nationale et internationale. Ces centres sociaux sont devenus, comme en Europe et dans le reste du monde, des espaces privilégiés où les idées libérales, et sur la condition des femmes, pouvaient et étaient discutées. 

Les professeurs Santiago Pacheco Cruz et Edmundo Patron Erosa, à l’occasion des noces d’or de cette société en 1920, ont publié la “Revue historique de la Société progrès et loisirs de Espita“, un texte dans lequel a été incorporée la proclamation de son fondateur, son règlements, revues, procès-verbaux et autres documents originaux de l’entreprise, ce qui nous permet d’avoir une approche de première main sur certains aspects importants (Patron Erosa, Edmundo et Pacheco Cruz, Santiago (1925) “Historical Review of the Progress Society and Recreo de Espita, ateliers typographiques de la « La Revue du Yucatán » et ateliers typographiques du gouvernement de l’État. Mérida, Yucatán).

La Société « Progreso y Recreo » d’Espita, Yucatán : entre maçons libéraux et féministes

Un fait à souligner est que pendant les noces d’or la Société “Progrès et loisirs” Le 16 septembre 1920, le livre susmentionné rapporte que le discours inaugural a été prononcé par le membre honoraire Carlos R. Menéndez. Faute de place, je ne reproduirai que le premier paragraphe du discours : « Le Conseil d’Administration de la Société ‘Progrès et loisirs‘ a voulu que ma voix non autorisée soit celle qui a ouvert l’ acte le plus solennel de sa digne existence en tant que Institution; Et si je n’ai pas hésité un instant à accepter un honneur aussi marqué qu’immérité, c’est à cause de la grande affection que m’a toujours inspirée cette ville souriante, qui me donne l’impression d’une rose aux parfums délicats et immuables, plantée par les vieux grands-parents dans le jardin fleuri de l’Orient yucatèque, berceau de tant de héros et tombeau de tant de martyrs, dans les luttes épiques pour la liberté, pour la justice,  

Il convient de mentionner que les célébrations du 50e anniversaire de la Société ont été suivies en invitée d’honneur l’enseignante distinguée Mme Rita Cetina Gutiérrez, précurseur du féminisme yucatèque, fondatrice de l’école “La Siempreviva“, ainsi que la « Société Scientifique et Littéraire » Et un magazine du même nom.  

Revenant à la raison de la fondation de “Progrès et loisirs“, cela parait évident que le 31 août 1870, lorsque le colonel Don Heliodoro Rosado Sosa a écrit sa proclamation, invitant la jeunesse d’Espiteña à faire partie d’une société qui avait pour objectif d’illustrer et recréer la population, qu’il nomma : “Progrès et loisirs“. Sa bibliothèque, sa salle de lecture, le beau théâtre qui imitait le Parthénon grec, son orchestre, les activités menées par les sections littéraire et dramatique, ainsi que ses célèbres danses, ont rempli la ville d’Espita de lumière et de prestige, qui est devenue grâce à cette société dans une forte attraction et lieu de rencontre pour les artistes, les poètes et les personnes « cultivées » de tout le Yucatan.

Objectifs du libéralisme maçonnique

Les objectifs du libéralisme maçonnique sont clairement exprimés dans la proclamation de sa fondation, qui mentionnait : “contenir le germe illustratif de l’époque”, en vue, “un désir : le progrès”. Devenir un endroit où « les jeunes peuvent cultiver leur compréhension en communiquant leurs pensées les uns aux autres ». Et où “nous nous abonnerions aux journaux les plus intéressants, tant nationaux qu’étrangers, et nous serions au courant des événements en Europe et dans le reste de l’Amérique”. 

Le projet imaginé par les fondateurs de “Progrès et loisirs“, où la pensée libérale maçonnique s’exprimait clairement, était lié à la promotion de l’éducation laïque dans les établissements d’enseignement, non seulement dans la ville d’Epita mais dans d’autres parties de l’État.

La Société « Progreso y Recreo » d'Espita, Yucatán : entre maçons libéraux et féministes
La Société « Progreso y Recreo » d’Espita, Yucatán : entre maçons libéraux et féministes

Selon l’article 1 de son règlement, la société doit rechercher “le développement intellectuel en consacrant son attention à la branche très importante de l’instruction publique, en fournissant une aide efficace aux écoles sans préjugés dogmatiques d’aucune sorte, c’est-à-dire sans distinction de croyances religieuses, n’abritant que dans l’âme ce noble objectif : le respect des croyances ». 

La participation active des sociétés culturelles dans les communautés de l’intérieur de l’État afin de promouvoir l’éducation laïque et gratuite s’est exprimée dans le fait qu’un des premiers actes de “Progreso y Recreo” a été de soutenir l’initiative présentée au gouvernement. de l’État par la Société d’instruction de la ville d’Izamal, qui a demandé que l’enseignement soit décrété obligatoire dans l’État pour les enfants de 8 et 14 ans. L’initiative a été soutenue par la société du même nom dans le port de Progreso, également composée de maçons libéraux éclairés. L’exécutif a pris la question en considération et l’a transmise à la législature locale pour étude et peu de temps après elle l’a sanctionnée et publiée. 

Ce n’est pas non plus par hasard qu’en 1898, ce fut Heliodoro Rosado lui-même, qui était à l’époque le chef politique du parti Izamal, qui participa à l’ouverture du deuxième lycée de filles de cette importante population, avec le conseil municipal et les autorités de l’État (Article de journal, “Mariages de diamant. L’école civile pour filles d’Izamal” par le Dr Miguel F. Vera Lima, “Diario de Yucatán“, mercredi 28 avril 1982).

Le projet illustratif de la Société “Progrès et loisirs” d’Espita envisageait, comme l’exige le Rite National Mexicain, la nécessité d’incorporer les femmes, car sans elles le changement serait impossible, ce qu’exprimait ouvertement son fondateur lorsqu’il disait : “Quand nous arrivons à posséder une bibliothèque, le beau sexe pourra boire à la même fontaine que nous, car nous espérons que les gens civilisés de cette ville contribueront à illustrer cette précieuse moitié de l’homme.”

Véritable participation des femmes

Bien que la participation des femmes y ait été encouragée dès le début de la Société, ce n’est en fait qu’en 1892 que les membres du «Progreso y Recreo» ont décidé d’accepter les «filles d’Eva» comme membres. Accompagnant cet accord un discours émouvant où ils les reconnaissaient comme leurs égaux, au moins dans l’aspect de leurs capacités intellectuelles et en termes de leurs droits à participer aux doctrines libérales qui ont été discutées et promues dans ladite société.  

Pourquoi ne pas les accepter ? Elles se sont dit : peut-être à cause de leur féminité elles n’ont pas le droit suprême de jouir et de participer aussi aux sages doctrines que la Fraternité lançait aux quatre vents ? N’auraient-elles pas les critères et la capacité intellectuelle suffisante pour apporter leur savoir ? Rien de tout cela, nous comprenons que les femmes ont aussi la capacité de prendre part aux activités humaines… comme cela a été mentionné dans le discours.

Bien entendu, ces types de discours étaient assaisonnés d’un sentiment marqué et mal dissimulé de suprématie de la population féminine blanche d’Espite sur celle du reste de l’État, puisqu’elles considéraient leur ville Espita comme l’Athènes du Yucatan. Ainsi, dans son document fondateur, on peut lire : « Il n’est pas dans notre intention de singulariser la femme de Spite en la faisant apparaître comme la seule de son espèce, non, mais il semble que Natura ait voulu lui réserver un dose de clairvoyance, la dotant d’un esprit clair et d’un cerveau original. En témoignent les filles de la population avec leur entrée dans la Société ‘Progrès et loisirs et avec la participation active qu’elles ont prise dans toutes ses festivités, qu’elles soient littéraires ou théâtrales ».

À Espita, il y avait un lycée de filles appelé « de las Mercedes », fondé en 1868 par l’institutrice Manuela Olivares de Erosa, qui en fut la première directrice et à laquelle succéda en 1876 l’institutrice Rafaela Barrera Rivas. Lorsque le Liceo de « las Mercedes » a fermé en 1880, deux nouvelles écoles ont été ouvertes pour les filles et une pour les garçons : l’une dirigée par Mlle Remedios Cetina et l’autre par Juliana López. Depuis la fondation de « Progrès et loisirs », des liens étroits ont été établis entre la Société et les écoles pour garçons et filles, les premiers faisant d’importants dons de leurs fonds et réalisant des activités culturelles communes. 

La professeure Remedios Cetina a épousé le professeur Olayo Rosado Erosa, directeur de l’école des garçons, partenaire et responsable de l’orchestre “Progres et loisirs”, avec qui elle a eu plusieurs fils et deux filles. La chose remarquable à souligner est que les enfants de Doña Remedios lorsqu’ils ont atteint l’âge de la majorité ont été intégrés dans les activités de la Société et ont simultanément commencé dans la loge de leur communauté, atteignant, surtout Álvaro et Ernesto, des degrés élevés. Des décennies plus tard, les Triay, Rosado, Peniche, Erosa et Patron suivront le projet illustratif, que l’on peut corroborer dans la note du “Diario del Sureste” du dimanche 13 janvier 1950. Les liens entre les directions sont également clairs. maçonniques et celles appartenant aux sociétés culturelles,

« Fête maçonnique Lucido. Espita 12 janvier. Dans la nuit du 10 de nos jours, les dirigeants de la Loge ‘Narciso Campos Sabido‘ numéro 20 ont pris leurs fonctions, dirigés par MM. Álvaro Rosado Cetina, vénérable Maestro, et José A. Pérez M. et Rubén Triay Peniche, 1er et 2e veilleurs. Après l’acte, qui était solennel, les membres de ladite Loge et leurs invités se sont déplacés au domicile de M. Rosado Cetina, où l’événement a été célébré, avec une réunion. En premier lieu, M. Rosado Cetina a remercié les représentants de diverses sociétés pour leur présence et a immédiatement après fait la présentation de Mme Luz Erosa, veuve de Lara Manrique, notre compatriote, qui a été chef de plusieurs loges à l’intérieur de la République. À l’invitation expresse du professeur Prudencio Patron Peniche, il a utilisé le mot pour expliquer en termes généraux, les aspirations et les objectifs de la franc-maçonnerie, puis a adressé un salut fraternel à tous les participants. Puis Mme Erosa, la veuve de Lara, a exprimé sa satisfaction d’être de retour dans son pays natal après une longue absence, admirant, dit-elle, les efforts de ses compatriotes à travers le “Progreso y Recreo“, la loge et différents groupes, pour conserver latent à Espita l’esprit de progrès intellectuel et matériel dans lequel ses ancêtres ont su le placer. Il lut alors un de ses poèmes, recevant des applaudissements chaleureux » (« Diario del Sureste », dimanche 13 janvier 1950). Puis Mme Erosa, la veuve de Lara, a exprimé sa satisfaction d’être de retour dans son pays natal après une longue absence, admirant, dit-elle, les efforts de ses compatriotes à travers le “Progreso y Recreo“, la loge et différents groupes, pour conserver latent à Espita l’esprit de progrès intellectuel et matériel dans lequel ses ancêtres ont su le placer. Il lut alors un de ses poèmes, recevant des applaudissements chaleureux » (« Diario del Sureste », dimanche 13 janvier 1950). Puis Mme Erosa, la veuve de Lara, a exprimé sa satisfaction d’être de retour dans son pays natal après une longue absence, admirant, dit-elle, les efforts de ses compatriotes à travers le “Progreso y Recreo“, la loge et différents groupes, pour conserver latent à Espita l’esprit de progrès intellectuel et matériel dans lequel ses ancêtres ont su le placer. Il lut alors un de ses poèmes, recevant des applaudissements chaleureux » (« Diario del Sureste », dimanche 13 janvier 1950). pour avoir conservé latent à Espita l’esprit de progrès intellectuel et matériel dans lequel ses ancêtres savaient le placer. Il lut alors un de ses poèmes, recevant des applaudissements chaleureux » (« Diario del Sureste », dimanche 13 janvier 1950). pour avoir conservé latent à Espita l’esprit de progrès intellectuel et matériel dans lequel ses ancêtres savaient le placer. Il lut alors un de ses poèmes, recevant des applaudissements chaleureux » (« Diario del Sureste », dimanche 13 janvier 1950).

Dans le cas d’Epita, au cours des premières décennies du XXe siècle, les liens entre les sociétés culturelles, le projet éducatif libéral pour les garçons et les filles et les loges maçonniques peuvent être explicitement notés. Outre le rôle des femmes appartenant aux familles libérales en tant qu’épouses, mères et filles de francs-maçons, mais aussi dans le monde dit profane en tant qu’enseignantes des lycées et membres actifs des sociétés culturelles, où elles ont réussi à avoir accès non seulement à l’éducation ne dépendait que de la connaissance des différents courants de pensée.

En effet, la bibliothèque de la société est venue abriter des livres, des magazines et des journaux d’autres parties du monde. L’édition par les Espiteños éclairés d’un média local, « El Democrata », séminaire indépendant membre de la « Presse associée des États », qui a circulé durant les années 1877 à 1879 et de 1906 à 1913, a nettement favorisé l’échange de matériel imprimé et informatif avec d’autres groupes et entreprises de l’État et du pays. Tout cela a contribué à faire de la salle de lecture de la Société, telle que proposée par son fondateur, un espace de communication et de compréhension, où hommes et femmes pouvaient échanger leurs opinions et découvrir ce qui se passait dans le monde.

La participation des femmes d’Espite en tant qu’éducatrices dans les premiers lycées pour garçons et filles, ainsi que dans la société culturelle “Progreso y Recreo” et dans des projets éditoriaux est confirmée par le fait peu connu qu’Espita a été l’une des premières populations de l’intérieur de l’État où les femmes dirigeaient et administraient une revue littéraire. Ainsi, le 1er août 1912, paraît « Arpa Eolia », un mensuel littéraire, dirigé par Pilar Fontanilles de Rueda, précisément la directrice de l’école « Manuela Olivares » à l’époque et épouse de José Rueda Ontiveros, directeur et directeur de l’hebdomadaire local “Le Démocrate“. Il est également significatif que l’administratrice de la revue littéraire soit la jeune Mercedes Peniche López, une enseignante de la communauté qui, des années plus tard, sera connue sous le nom d’enseignante Mechita. “Professeur d’enseignants.” Le professeur Mercedes était la fille de deux Espiteños éclairés, partenaires du “Progreso y Recreo“: Felipe Peniche et Juana Raquel López, et un proche parent de Francisco Peniche López, avocat et poète, et Vicente Peniche López, professeur de droit et journaliste.

Des années plus tard, la directrice du magazine “Arpa Eolia” fera partie de l’organisation du premier congrès féministe du Yucatán tenu en 1916 et participera activement aux commissions avant et pendant l’événement. En effet, Pilar Fontanilles faisait partie du Comité d’Organisation chargé d’étudier et de répondre aux communications qui ont été présentées lors du Congrès. L’enseignante « Mechita », comme il fallait s’y attendre, a également participé au Congrès féministe du Yucatán en 1916.

Ce qui est décrit montre clairement et notoirement le fait qu’Espita, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, a vécu une vie culturelle intense à laquelle les femmes ont activement participé, ce qui se reflétera plus tard avec la large participation d’un contingent féminin. Premier congrès féministe. Cette vie culturelle et politique transcendantale qui a été vécue à Espita grâce à la Société “Progreso y Recreo“, où les femmes avaient et ont un rôle éminent et de premier plan, serait impossible à expliquer sans considérer leurs liens avec les maçons libéraux qui l’ont fondée, promu et lui a donné vie.  

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES