lun 27 septembre 2021 - 18:09

ITALIE : Les Médecins francs-maçons dans le Trieste de la fin du XIXème siècle

De notre confrère italien triesteallnews.it – Par Zénon Saracino

L’histoire de la franc-maçonnerie à Trieste a fait l’objet, au cours des dernières décennies, d’études et d’enquêtes académiques approfondies dans le dédale d’associations et de clubs qui peuplaient la ville entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle ; un travail en filigrane, très universitaire, suscitant un intérêt de la part de la franc-maçonnerie elle-même associée, comme en témoignent les nombreuses préfaces, introductions et commentaires qui ont agrémenté les travaux des chercheurs.

Dans ce contexte, l’histoire de la médecine et de la franc-maçonnerie vont de pair à Trieste dans une filiation irrédentiste commune qui transforme radicalement la secte originelle des francs-maçons. L’association des francs-maçons à la cause nationale italienne de 1848 détermine une métamorphose involontaire qui voit disparaître le libéralisme des origines au profit d’un irrédentisme de plus en plus féroce. L’origine cosmopolite, qui avait permis à la franc-maçonnerie de se répandre au XVIIIe siècle dans la cité maritime, disparut lentement au siècle suivant. Après l’affirmation définitive dans les années d’occupation napoléonienne et le passage à la clandestinité, la franc-maçonnerie de Trieste peuple les rangs du parti libéral-national, en étendant ses activités. La philosophie universaliste des origines recule cependant au profit d’un irrédentisme guerrier, au fur et à mesure qu’elle progresse vers l’année fatale » 1914. S’il s’agit, il va de soi, de généralisations ; les rangs de la franc-maçonnerie européenne étaient si étendus, si ramifiés, qu’ils comprenaient une myriade d’attitudes et d’opinions politico-sociales.
Dans ce contexte, passons à l’histoire de la médecine, la figure du médecin acquiert une valeur différente de celle de la Révolution française, devenant une composante essentielle de ce système de contrôle du corps des citoyens analysé par le philosophe de Michel Foucault .. À partir de l’État moderne né avec les Lumières et Napoléon Bonaparte, une nouvelle idée de citoyenneté apparait . L’objectif est, pour la première fois, de créer un nouveau corps pour un nouveau citoyen, avec un accent renouvelé sur l’hygiène et la santé. Dans ce contexte, le médecin a donc la tâche, avec l’enseignant et d’autres personnalités de l’État, de « forger » un homme nouveau, libéré des maladies et des superstitions du passé. Un siècle comme le XIXe siècle, teinté de profondes inégalités sociales, exacerbe ce rôle du médecin « éducateur ». Il n’est donc pas surprenant qu’une figure « du pouvoir », comme le médical, soit à Trieste affiliée à des structures qui revendiquent le pouvoir, comme la franc-maçonnerie et en général, au niveau public, les partis politiques.

L’illégalité de la franc-maçonnerie dans les territoires autrichiens après la Restauration rend difficile, mais pas impossible, de retracer quels médecins étaient également maçons ; nous en énumérons quelques-uns qui se distinguent par la double fidélité au caducée et au compas. La source, rapportée par Giuliano Cecovini pour le bimestriel des années quatre-vingt « Il Lanternino », est le « marcheur » de la loge maçonnique d’Udine , qui comptait 72 inscrits à Trieste , dont 10 médecins .
Un profil classique d’un médecin franc-maçon de Trieste était celui d’ Ernesto Spadoni(1856-1920), sous surveillance de la police autrichienne pour idées républicaines, un farouche membre de la commission municipale des récréateurs . En plus d’être franc-maçon, il a été président de l’association de la libre pensée.

Vitale Tedeschi (1854-1919), quant à lui, est une figure progressiste infatigable : après son diplôme classique à Vienne, il retourne dans sa ville natale pour y travailler comme pédiatre. En 1890, il fonda une « laiterie populaire » qui proposait du lait stérilisé pour l’alimentation maternisée. En 1899, il organisa une « polyclinique de garde médicale” au profit de malades pauvres qui sollicitaient les conseils et le travail de médecins spécialistes”. Après avoir émigré à Padoue, il y fondera la première clinique pédiatrique universitaire italienne.
Un médecin-scientifique Edoardo Menz (1862-1908) : après un diplôme dans la capitale impériale, en 1891, il reste à Vienne, à l’époque ville soignant les névroses et de médecins (Freud y enseigne), spécialisés en neuropsychiatrie. De retour à Trieste, il a été recruté à l’hôpital Public, où il a commencé à travailler pour la clinique d’électrothérapie. Ce sont les premières années de la radiologie: après la découverte des rayons X dans laquelle tant d’espoirs ont été placés, on expérimentait les premiers traitements . Dans ce cadre, Menz déménagera même à Berlin pour apprendre les nouvelles techniques. De retour dans sa ville natale, il devient ainsi directeur du service de radiologie de la Polyclinique. Mais Edoardo Menz était aussi expert de l’Institut des accidents du travail, consultant de la Société d’hygiène et vice-président de l’ordre des médecins. Une particularité entièrement triestéenne : il était également partenaire de la SGT, la Société de Gymnastique.

Une autre personnalité, Guglielmo de Pastrovich (1876-1927) est plus un psychiatre qu’un médecin ; après avoir obtenu son diplôme à Vienne en 1899, de Pastrovich a travaillé comme médecin à Nabresina (aujourd’hui Aurisina), avant d’être embauché comme assistant à l’ hôpital psychiatrique de Trieste , qui correspondait à l’époque au Frenocomio civico di Guardiella. De Pastrovich a eu une carrière rapide, devenant directeur de l’institut et, après la fin de la Première Guerre mondiale, le premier président de l’Association médicale de Trieste .

En revanche, un personnage particulier, presque un médecin « guerrier », est Gino Cosolo (1876-1961) qui, après un diplôme à Graz en 1902, choisit de sa propre initiative de lutter contre les fléaux épidémiques qui sévissaient dans les marais de l’île de Morosini, dans la province de Gorizia, avant de s’installer dans l’Istrie tout aussi atteinte. Au début de la Première Guerre mondiale, Cosolo s’enfuit en Italie, où il s’enrôle comme médecin militaire . Il fut parmi les premiers soldats italiens à entrer dans la ville le 5 novembre 1918 . Par la suite, dans le domaine médical, il se consacre à l’étude de l’anatomie pathologique, mais la mort de son frère le convainc d’abandonner les outils de chirurgien au profit de la ferme familiale.

Avec le rattachement de Trieste à l’Italie, dans le court intervalle qui a précédé le fascisme et sa lutte contre les sociétés secrètes, la franc-maçonnerie de Trieste a repris des forces, avec 400 membres, dont 40 médecins. Les liens de la franc-maçonnerie à Trieste avec l’irrédentisme et les libéraux nationaux sont indéniables, illustrés par l’affiliation de Giacomo Venezian au Grand Orient d’Italie. Si le seul but de la franc-maçonnerie de la Vénétie Julienne avait été de garantir le passage de Trieste en Italie, celle-ci se serait dissoute après 1920, comme tant d’autres associations patriotiques. Pourtant, la franc-maçonnerie a persisté, en effet elle a même été revigorée après l’intermède du conflit. Il est donc légitime d’émettre l’hypothèse que, comme l’irrédentisme lui-même, la franc-maçonnerie locale n’était pas un bloc monolithique, mais exprimait une multiplicité de positions politiques et sociales. Dans le domaine médical, l’engagement des médecins francs-maçons de Trieste au niveau des œuvres caritatives a été une action louable, surtout dans une période de grande inégalité comme les décennies entre le XIXe et le XXe siècle.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES