dim 01 août 2021 - 23:08

On avance, on avance, mais c’est une évidence : y’a pu d’sens !

Beaucoup des douleurs de nos sociétés s’expliquent par la perte du sens de la vie qu’a causée l’affaiblissement des grandes religions et idéologies. Notre cortex cingulaire est le vecteur de ces souffrances. Cet article explore ce que nous pouvons restaurer pour garder les avantages sans subir les inconvénients des situations sociétales passées :  gestuelles, rituéliques, valeurs partagées.

Nous, les maçons sommes à  la recherche assidue de la parole perdue. Mais dans la société actuelle, on nous serine que pour l’humain de base la vie n’a plus de (bon) sens . Ces deux phrases porteraient-elles sur le même sujet ? Ben, pit-êt ben ! Et on va essayer de le montrer en se servant des dernières observations scientifiques sur le cerveau humain.

Quand Sapiens est apparu, se nourrissant de chasse et de cueillette, peu de bookmakers auraient parié sur sa survie, vu la faiblesse de sa constitution en comparaison des prédateurs . Son cerveau l’a sauvé, avec notamment la capacité d’évaluation des possibilités ( un prédateur derrière les feuilles qui remuent ? Une intention hostile derrière ces yeux qui me regardent ? ) . Bref la capacité de prédiction avec une bonne fiabilité nous a été indispensable, et s’est ancrée dans nos gènes. Afin de maintenir la fiabilité de la prédiction, un système de surveillance s’est mis en place, dans une petite zone  centrale de notre cerveau :  c’est le cortex cingulaire. Cette zone s’active, tel un système d’alarme qui s’allume, provoquant des sensations désagréables, dès qu’apparaît un phénomène qui diffère de la prévision.  La vigilance ainsi ravivée permet de prendre les décisions nécessaires à la survie. Dans le clan des chasseurs-cueilleurs, tous les membres sont connus et leurs actions prévisibles. C’est plus rare au néolithique :  dans les grandes villes qui apparaissent, les étrangers, parlant un idiome inconnu, allument les cortex cingulaires .

Mais il existe un moyen d’apaiser ce cortex cingulaire :  c’est de se rassurer en observant que ces étrangers partagent les mêmes valeurs que vous, et agissent de manière identique. On voit là l’intérêt d’une gestuelle rituélique commune, en appui sur des croyances communes ; le succès des grandes religions provient de là, et aussi celui de la franc-maçonnerie.

Problème 1 : si les valeurs sont différentes, on peut en faire un prétexte à ségrégation, haine, guerres, etc.

Problème 2 : il faut s’assurer que les valeurs sont réellement alignées, donc on invente les sacrifices que le nouveau venu doit s’imposer pour prouver sa bonne foi.

Problème 3 : tout cela est géré par un clergé qui en vit bien, interprète comme par hasard les règles en accord avec ses intérêts, et affirme fortement détenir la seule et unique Vérité…

Problème 4 :  la science découvre les lois de la nature, bien différentes de celles clamées avant. 

Problème 5 : la technologie fait faire plein de progrès matériels ( médecine, confort et plaisirs ) et, associée à la démocratie, donne à l’individu une liberté de choix comme jamais.

Problème 6 : étant pour la plupart d’entre nous des enfants de pauvres, la tentation du consumérisme est irrésistible, avec son cortège de dégâts causés à l’environnement…et ça nous fait dire que ce monde a perdu tout bon sens.

C’est quoi déjà la définition de sens ( en mettant à part ce qui a trait aux 5 sens ) : Raison d’être, valeur, finalité de quelque chose, ce qui le justifie et l’explique.

Nous revoilà donc dans l’histoire dans laquelle on se situe, qui raconte d’où on vient ( racines), ce qu’on est (identité), ce qui nous tient à cœur (valeurs, sacré ) et où on veut aller:  on retrouve ces notions de prédictibilité , éventuellement avec répétition, qui permettent à notre cortex cingulaire de se « rendormir ».

L’égalité, valeur qui nous est chère, est très récente ; elle soutient notre estime de soi, laquelle est un puissant calmant du cortex cingulaire. Il en va de même pour la fraternité ( création de groupe bienveillant, etc. ) et la liberté ( ce qu’on décide se réalise:  le cortex cingulaire adore ).

Mais liberté et égalité combinées ont amené l’individualisme, et ce dernier nous a joué un mauvais tour : on peut se jeter sur tout ce qui nous fait envie, mais tout seul, chacun pour soi, et on perd ainsi tous les bienfaits des joies prises en « communion » , et d’abord l’effet anxiolytique puissant que l’action en groupe procure à notre cortex cingulaire :  celui-ci se souvient que, dans la préhistoire, l’humain esseulé n’avait aucune chance de survivre longtemps.

Notre monde moderne et sa communication de la transparence tous azimuts a entraîné une perte de confiance du peuple dans ses élites, qu’elles soient politiques, économiques, scientifiques, religieuses ou spirituelles. Le complotisme est la résultante de cette méfiance généralisée, qui ruine tous les effets rassurants obtenus jusqu’ici. La compétition économique forte ruine les bienfaits de l’estime de soi obtenue par les luttes des anciens. La fuite dans un consumérisme abrutissant fait dire «mais tout cela n’a plus aucun sens ! »

Et pourtant le challenge est là et nulle part ailleurs : nous devons réussir à retrouver les joies collectives, libérées de cette compétition omniprésente. La technologie a permis que nos corps ne soient plus broyés par la charge de travail, mettons fin aux guerres économiques incessantes. Pour ce faire, ne supprimons pas l’actuelle liberté de circuler sur la planète : la non-connaissance de l’autre est le berceau du repli sur soi identitaire, germe de tant de guerres. L’objectif doit être de créer un corpus de valeurs humanistes partageables par tous les peuples de la terre. En les célébrant par des rituels en groupe, nous avons une chance de créer un égrégore mondial.

On a montré que les personnes capables d’émerveillement ont un cortex cingulaire plus petit que la moyenne. Etes-vous prêts pour un rituel « un émerveillement par jour » ?

En tous cas, ça irait dans le bon sens, pour nous et notre environnement, non ?

Patrick Van Denhovehttps://www.lebandeau.net
Après une carrière bien remplie d' ingénieur dans le secteur de l'énergie, enfin je puis me consacrer aux sciences humaines ! Heureux en franc-maçonnerie, mon moteur est la curiosité, et le doute mon garde-fou.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES