dim 26 septembre 2021 - 05:09

Les nouvelles communications

Pourquoi les cultures islamiques refusent religieusement les IMAGES et pourquoi les cultures occidentales les craignent, plus ou moins consciemment ? L’IMAGE serait-elle plus puissante que ce que la rationalité l’imagine? Quels pourraient être les nouveaux paradigmes de communication médiatique à l’ère numérique ?

LA PEUR DE L’IMAGE (et du monde virtuel ? )

Comme l’a très finement observé le sociologue Michel Maffesoli :«  Une racine constante de la culture occidentale est la peur panique de l’image. Cet iconoclasme, d’antique mémoire, a souvent été analysé. Mais il faut bien en saisir les éléments essentiels pour comprendre la crainte inspirée, de nos jours, par le monde virtuel. En bref, rappelons la lutte des prophètes de l’Ancien testament, contre les icônes et autres idoles faites de pierre ou de bois. Combat farouche afin d’arriver à un Dieu unique, qu’il convient d’adorer en « esprit et en vérité ». L’accent est mis sur le cerveau, le cognitif. Et la Vérité que cela permet d’atteindre.

L’idole, dont il est important de rappeler qu’elle était d’essence féminine, cause et effet de cultes à la « terre mère », l’idole donc, ne faisait pas appel à la raison, mais au ventre. Il y a quelque chose d’hystérique en elle. C’est l’utérus qui est sollicité. Qu’est ce que le ventre, sinon le symbole des sens en leur diversité. Le ventre, en sa position centrale, est le signe de l’entièreté de l’être. Pour utiliser un oxymore instructif, il est vecteur d’une raison sensible, alliant les contraires, les faisant entrer en interaction, en coïncidence.

FONCTION MAGIQUE DE L’IMAGE

Si l’image a très probablement eu une fonction magique à ses origines ainsi qu’une fonction de langage, on retrouve encore à l’heure actuelle ces 2 paradigmes : la magie de la photo, immortalisant l’objet, le talisman de la vidéosurveillance qui est sensé nous « protéger », ou encore la fonction chamanique de la télévision, qui rassemble tous les spectateurs comme jadis les habitants sur la place du village. Dans une civilisation industrielle, la magie est la technologie (cf. l’apocalypse de la prédiction du BUG de l’an 2000…). La fonction langage elle, est plus que nécessaire dans une mondialisation requérant une compréhension universelle, avec par exemple la signalétique, les pictogrammes ou l’image témoin du reportage

L’IMAGE SYMBOLIQUE AGIT SUR LE MENTAL

L’abstraction vide le symbole et engendre le signe ; l’art, au contraire, fuit le signe et nourrit le symbole Le symbole est donc beaucoup plus qu’un simple signe : il porte au-delà de la signification, il relève de l’interprétation et celle-ci d’une certaine prédisposition. Il est chargé d’affectivité et de dynamisme. Il joue sur des structures mentales. C’est pourquoi il est comparé à des schèmes affectifs, fonctionnels, moteurs pour bien montrer qu’il mobilise en quelque sorte la totalité du psychisme.

FONCTION SOCIETALE DE L’IMAGE  (Du contrat de lecture au pacte de lecture)

L’environnement détermine notre psychologie, notre perception et donc nos sens. Par exemple dans certaines civilisations et tribus, l’environnement rond fait que leur perception, adaptée à un autre champ visuel, ne perçoit pas les illusion d’optique de profondeur. Selon M.Mc Luhan la technologie bouleverse l’utilisation de nos sens et implique de profonds bouleversements, y compris biologiques. L’imprimerie a ainsi développé le sens de la vision au détriment de l’ouie; les ethnologues confirment que l’écrit modifie les comportements sociaux au sein de la tribu. Nous ne serons donc dans la civilisation de l’image que lorsque notre corps même aura intégré ces nouveaux processus de perception. Le monde  de l’édition actuel ignore ces processus, voire les refuse inconsciemment. Les mots du changement disent le changement.  De même que le PACTE social de nature Dyonisiaque remplace peu à peu  le CONTRAT social de nature Apollinienne  dans nos relations politico sociétales (cf  « Iconologies » du sociologue Michel Mafessoli)  le PACTE de lecture va se substituer dans les comportements culturels au CONTRAT de lecture.

De la même façon qu’une sensibilité anarchisante n’est plus liée à la verticalité du pouvoir émetteur (L’écrit) mais se libère par l’horizontalité  des choix du récepteur (décodage de l’IMAGE)  le symbole orgiaque de la fête  exulte avec l’éparpillement du regard comme avec le maniement ludique de la ZAPETTE quand il s’agit de surfer d’une émission TV à une autre. (choix du contexte) En ce qui concerne les ouvrages imprimés ceux  plébiscités seront, à l’instar des ouvrages enluminés du Moyen Age, ceux qui alterneront les mythes dyonisiens qui privilégient l’émotion et la sensualité supportées par  l’IMAGE et les mythes sociaux  apolloniens du savoir et du rationnel symbolisés par l’ECRIT.

Le PACTE de lecture traduit le retour de ce que les sociologues de la résilience nomment l’afrèrement . Non plus la loi du père,  de culture judéo-chrétienne,  qui est centrée sur une dimension  ouranienne, patriarcale et descendante de l’autorité « divine » mais une dimension chtonnienne, plus proche de la terre, de ce monde-ci, sensuelle, et partageable avec ses alter-ego . L’afrèrement c’est le moment où l’on voit revenir les passions, les émotions à partager avec les autres. Moments où les humeurs sociales redeviennent dominantes en particulier quand elles émergent dans des choix écologiques symbolisant  le pacte avec la Nature. De manière analogique, parce qu’il faudra relier « terre et ciel », nécessité du transfert de savoir et nécessité du partage par appropriation,   les nouveaux comportements de lecture vont conduire inéluctablement à de nouvelles règles de mise en page, tout particulièrement avec la migration des lecteurs sur des outils  supportant le numérique avec  texte, image et sons. Aux premiers livres plaqués tels quels sur Internet vont se substituer des ouvrages à Pacte de lecture avancé permettant au lecteur de retrouver le plaisir du savoir et de la culture. La technologie consumériste a déjà investi sur les outils de lecture nomades (Smartphones et tablettes) Les éditeurs devront  aussi tenir compte des supports réseaux Internet où la fratrie se nomme «  veux-tu devenir mon ami » ?

NOUVEAU PARADIGME POUR ASSOCIER TEXTE & IMAGE & SONS 

la méthode ratio intuitive  ® comme évolution  éditoriale

A la suite des  recherches de Wolfgang Iser, l’école sémiologique de Constance analyse l’acte de lecture en se centrant sur le comportement du lecteur. L’un des apports majeurs de cette école est d’avoir ouvert la voie aux théories de la réception en lecture. L’acte de lecture est fondé sur une dichotomie : le texte ou trace écrite est fixe, durable et transmissible, tandis que la lecture est éphémère, inventive, plurielle et plurivoque. L’acte de lecture est intimement lié aux supports socioculturels du lecteur, périphériques à l’objet de la lecture (le livre ou le magazine) Ces supports qui environnent son univers de communication doivent aujourd’hui intégrer la vidéo, les mobiles, smart phones et tablettes électroniques. Mais l’art de la continuité sur lequel reposait le livre a volé en éclat avec le nouvel espace de lecture offert par l’écran, qui se caractérise par la dispersion, la mosaïque, la fragmentation. C’est ainsi que les supports traditionnels (magazines ou livres) intègrent désormais des mises en page où le « grapillement »  de lecture a remplacé la logique discursive continue.La méthode ratio intuitive intègre cette conclusion d’opposition entre le monde imaginaire de l’image et le monde réel de l’écrit, qui détermine les nouveaux horizons d’attente du lecteur. En formation comme en communication, et pour un thème donné, le fait de présenter d’abord un texte qui sollicite le cerveau gauche (la logique, l’analyse) puis une image qui sollicite le cerveau droit (l’intuition, la vue spatiale) permet d’être à la fois force de proposition écrite et force de créativité imagée (décodage libertaire fait par le lecteur).Les interviews vidéos (SON & IMAGES)  seront des compléments indispensables aux productions imprimées. Elles conforteront, en effet, la liberté laissée au lecteur de construire sa propre opinion à partir de celle des « fratries » interviewées. Jacques Carletto

(la méthode ratio-intuitive est support de  « learning pad » marque déposée par Jacques Carletto et Ramez Cayatte – Consultant en management et créativité – à l’INPI)

jissey
Jacques Carletto est journaliste, Conseil en Communication et Directeur de Collection ésotérique aux Editions Dervy - LES OUTILS MACONNIQUES DU XXI e siècle – la collection qui pose des questions- ( 26 ouvrages parus) au Groupe TREDANIEL. il interviewe en vidéo chaque semaine des auteurs ayant publié des ouvrages de spiritualité et développement personnel. Ses vidéos se retrouvent sur le site maçonnique européen N° 1 (500 à 1200 lecteurs uniques/jour) et sont visitées entre 3K et 14 K lecteurs par semaine Jacques Carletto a dirigé les publications IBM France pendant 10 ans – Conseil indépendant, il a contribué aux études de repositionnement de magazines en kiosque. Il a également enseigné les techniques du journalisme en licence et maitrise à la Sorbonne Nouvelle – Paris pendant 5 ans. Créateur de la méthode marketing ESM ( Entretiens Systé-Marketing) applicable aux situations de crise en entreprise il l’a également enseignée pendant 5 ans en MASTERS 1 & 2 à la Sorbonne Nouvelle -Paris

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES