dim 26 septembre 2021 - 06:09

Hold Up ou la séduction du vraisemblable

Contrairement à pas mal de monde, je n’ai pas vu le reportage Hold-up. Je n’avais pas envie de consacrer du temps à ça, d’autant plus que je connaissais déjà une partie du film (un peu comme quand je vais voir un film Marvel : je sais comment ça va se finir… Je n’y vais plus guère que pour admirer la finition de l’image et déplorer la qualité du scénario).
Bref, étant un habitué des salles obscures et des ficelles de la dramaturgie et son utilisation dans les média comme vecteur pour faire passer un message, je me doute du contenu : le virus SARS-COV-2 aurait été créé par des riches et des labos pour éradiquer ou contrôler les pauvres, via l’inoculation d’un vaccin contenant des nanomachines activables par la fameuse 5G, l’épidémie ne serait qu’un prétexte pour faire passer des lois autoritaires etc. Sans compter les Deep States et autres cabinets noirs, agendas cachés.

Pour en avoir vu quelques extraits, j’ai pu voir combien la forme était volontairement haletante : ralentis, musiques de films à suspense, cautions d’intellectuels de tout bord (qui ont dû bien manger leur chapeau au vu du montage final… Au point que certains, tels la sociologue Monique Pinçon-Charlot ont regretté leur participation et l’usage qui en est fait).

Il ne m’appartient certainement pas de démêler le vrai du faux, ou encore de moquer le propos partisan du film. Des professionnels le feront bien mieux que moi, et mettront du temps, beaucoup de temps pour produire leur copie.

Pour ceux qui aiment ce sujet, le récent numéro du Un, consacré au complotisme donne un aperçu des thèses développées par le film. Je vous invite également à lire les articles de l’excellente revue Critica Masonica consacrés au couple extrême-droite/ésotérismei, qui apportent un éclairage très intéressant.

Je n’adhère en rien aux thèses complotistes, bien qu’étant Franc-maçon, ou plus précisément parce que je suis Franc-maçon. En effet, il suffit de savoir que « La » Franc-maçonnerie n’est pas un groupe homogène et ne représente en rien une force politique. Qui plus est, quand je vois en Conseil des Maîtres nos préoccupations, plutôt de l’ordre du choix du revêtement du sol des locaux que de la conquête du monde, et les très longs débats pour trancher entre le carrelage, le parquet ciré ou le béton traité, je ne puis décemment croire que nous ne puissions avoir une quelconque influence sur la marche du monde. Je ne crois pas non plus en l’existence d’un Etat profond piloté par des banquiers affairistes juifs et ce genre de fadaises.

Par contre, l’existence d’une oligarchie de hauts fonctionnaires gangrenés de conflits d’intérêts et prenant des décisions contraires à la volonté générale, créant de facto un déni de démocratie, ça, c’est une réalitéii, tout comme le détournement de l’appareil d’État à des fins non avouables (enrichissement de certains en vendant des biens stratégiques, comme les barrages par exemple). Le cynisme des grandes firmes pharmaceutiques est une horrible réalité. La destruction des services publics qui maintiennent la cohésion sociale, réalité également. La lutte des classes, le patronat voulant prendre sa revanche sur le prolétariatiii en faisant jouer ses lobbies pour pilonner le Code du Travail, sont des réalités aussi. Peut-être à nuancer, mais indéniables.
Et la confiscation de la démocratie par une oligarchie incompétente et dévoyée est une réalité aussi. La catastrophe environnementale à venir et l’incurie de nos dirigeants à ce propos, on pourrait en écrire des pages. Beaucoup de pages (en papier issu de forêts gérées durablement…). Soit dit en passant, c’est dans la frustration populaire face à l’irresponsabilité des élites que croît le populisme, ne l’oublions pas.

Le problème que pose cette crise de nos institutions, mélangée à l’ignorance dans laquelle nous sommes (volontairement) entretenus est la très grande frustration et l’immense ressentiment qu’elle génère. Nous nous sentons impuissants à voir nos libertés, nos acquis, bref, tout ce qui rend nos existences possibles rayés d’un trait de plume de technocrates de plus en plus illégitimes.

Nous cherchons donc un sens à notre malheur, et les idées complotistes ont ceci de séduisant qu’elles apportent ce sens, en confortant nos biais cognitifs. Y croire donne un éclairage nouveau sur le monde et permet de se réconforter d’une explication ayant les apparences de la logique et de la réalité. On retrouve ici la vertu consolatrice de la religion et de la croyance.

Qui plus est, la croyance au complot permet de créer du lien avec d’autres « initiés » ou croyants et donc de se sentir moins seuls. D’ailleurs, l’historien spécialiste de l’extrême-droite Stéphane François, dans ses analyses, voit dans les théories complotistes farfeluesivla naissance d’une mythologie contemporaine.

En fait, nous cherchons tous la vérité. Le problème est que nos intelligences tendent à reconstituer non pas les faits dans leur enchaînement rationnel, mais dans un enchaînement probable. Et c’est là que se joue la bascule. On imagine les complots les mieux structurés, on y croit parce qu’ils sont bien pensés, et parce qu’ils fournissent des ennemis identifiables. On veut y croire parce qu’ils sont vraisemblables… Donc semblables au Vrai ! Or, ce qui est semblable au vrai ne peut être que faux. La bascule se joue alors quand on confond hypothèse et fait, croyance et vérité. Si en plus, l’esprit du sujet est envahi d’ignorance, de fanatisme et d’ambition, la combinaison de la séduction du vraisemblable et des passions tristes peut prendre une ampleur catastrophique, autre que la production de films partisans : agressions, dégradations, tortures, meurtres etc. Tout ce que procure l’obscurantisme, en fin de compte. C’est peut-être ce hold-up dont il s’agit, celui de notre raison, remplacée par nos passions. L’ambiance est décidément bien crépusculaire…

Et si vous aimez les documentaires à sensation ou sur des faits dérangeants, mais bien élaborés, visionnez plutôt les enquêtes et documentaires de la chaîne Arte. La forme du thriller y est, mais avec un vrai travail journalistique, didactique, vous permettant de vous faire votre propre avis.

J’ai dit.

iOn pourra lire les travaux de Stéphane François, spécialiste de la question du complotisme dans le numéro 10 de la revue (septembre 2017) et le numéro spécial de janvier 2016. A mettre entre toutes les mains.

ii Voir le très récent ouvrage de Chloé Maurin, ancienne collaboratrice d’hommes politiques : Les inamovibles de la République (éditions L’Aube, 2020).

iiiVocabulaire marxiste employé à dessein.

ivNotamment la théorie des anciens astronautes, diffusée par la série de reportages the Alien Theory

Josselin Morand
Josselin Morand est ingénieur de formation et titulaire d’un diplôme de 3e cycle en sciences physiques, disciplines auxquelles il a contribué par des publications académiques. Il est également pratiquant avancé d’arts martiaux. Après une reprise d’études en 2016-2017, il obtient le diplôme d’éthique d’une université parisienne. Dans la vie profane, il occupe une place de fonctionnaire dans une collectivité territoriale. Très impliqué dans les initiatives à vocations culturelle et sociale, il a participé à différentes actions (think tank, universités populaires) et contribué à différents médias maçonniques (Critica Masonica, Franc-maçonnerie Magazine). Enfin, il est l’auteur d’un essai : L’éthique en Franc-maçonnerie (Numérilivre-Editions des Bords de Seine).

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES