lun 21 juin 2021 - 00:06

« Parlez-vous le franc-maçon ? Les langages symboliques de la franc-maçonnerie »

Le titre et le thème de ce livre me sont venus à la suite d’une réflexion qui trouble mon esprit depuis plus de 35 ans et à laquelle personne jusqu’à présent n’est parvenu à m’apporter de réponse satisfaisante.

Cette réflexion, formulée récemment, et presque dans les mêmes termes, par un impétrant dans ses impressions d’initiation, est la suivante : « Ce spectacle loufoque, avec cette mise en scène faite de bouts de ficelle, franchement… j’ai trouvé tout cela ridicule ! Je me suis demandé si j’étais tombé chez les fous ! Et s’il fallait en rire ou bien en pleurer. Alors, j’ai pris le parti d’en rire. »

Cette confession sincère, que l’on entend de plus en plus souvent parmi les jeunes initiés, n’est pas nouvelle : c’est celle que j’ai moi-même ressentie il y a trente-cinq ans, lors de ma propre initiation. Mais, à l’époque, mon parrain m’avait prévenu : il aurait été incongru de le dire – surtout si je le pensais -. Je risquais d’être mis à l’écart, pour n’avoir rien compris. Aujourd’hui, la parole est plus libre. On ne se gêne pas. Autre temps, autres mœurs…

« Et pourtant, je suis resté » conclut l’apprenti.

C’est bien là le point important :

–          Pourquoi est-il resté ?

Intuitivement, il a senti qu’il y avait quelque chose de plus derrière cette mise en scène faite de bouts de ficelle. Mais quoi ?

C’est la question que je me suis posée :

–          Pourquoi est-il resté ? et pourquoi moi-même suis-je toujours en franc-maçonnerie trente-cinq ans plus tard, après cette cérémonie que je n’avais pas comprise ?

Car les raisons de fuir ne manquent pas. Elles ont orienté les nombreuses interrogations qui m’ont interpellé :

–          Pourquoi laisser dans l’ignorance les impétrants qui frappent à la porte du temple ?

–          Pourquoi faire ânonner, à des êtres humains doués d’intelligence, un enseignement qui les enténèbre… alors qu’ils sont censés recevoir la lumière de l’initiation ?

–          Dans ce contexte, comment un néophyte peut-il percevoir les significations des discours qu’on lui tient ?

–          Et à quoi lui sert d’écouter, si c’est pour ne pas comprendre ? et de parler, si c’est pour n’être pas entendu ?

–          Pourquoi l’instruction fait-elle répéter aux nouveaux initiés des formules apprises sans qu’elles soient comprises ?

–          Ne vaudrait-il pas mieux les expliquer pour qu’ils puissent aussitôt en réinvestir le sens ?

–          Quant au sens, la logique ne pourrait-elle résoudre à elle seule les questions que les néophytes se posent ?

–          Et si la logique ne peut y parvenir, vers quoi leurs pensées peuvent-elles se tourner ? Vers la pensée analogique ?

–          Si c’est le cas, pourquoi la pensée analogique apporterait-elle un plus par rapport à la pensée logique ?

–          Qu’est-ce que la pensée analogique, d’ailleurs ? La symbolique, c’est bien de l’analogique, non ?

–          Et puis, qu’est-ce que le langage symbolique ajoute aux simples mots de tous les jours ?

–          Pourquoi est-il si important en franc-maçonnerie ?

–          Quel est son but, ses moyens, son mode de fonctionnement ?

–          Vision logique et vision symbolique s’opposent-elles ?

–          Finalement, comment est bâtie l’architecture symbolique des langages maçonniques ?

Il y a là bien des paradoxes qu’il est difficile de concevoir !

Ce livre pose toutes ces questions, et y répond avec discernement, comme le montre les sujets traités :

–          LA RUPTURE ENTRE LE MONDE PROFANE ET LE MONDE INITIATIQUE

Chez les fous. « Au théâtre, ce soir ». Des trucs dans la tête. Le jargon des francs-maçons. « Ô, âge ! Ô désespoir ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? » Une peau de lézard qui ne mue pas.

–          COMMENT COMPRENDRE… SANS SAVOIR LIRE ?

Carton-pâte et bouts de ficelle. Épeler, sans lire ni écrire. Apprendre pour se faire comprendre. L’être donne du sens au monde. L’intercession du Saint-Esprit ? Le langage de l’être intérieur.

–          L’INFORMATION, LA COMMUNICATION ET LA TRANSMISSION

Les sources du langage. La conservation de l’énergie. L’échange d’informations. Les supports d’informations. La communication interactive. Un projet de transmission. Aussi perdu que la parole…

–          UN MONDE DE LANGAGES

L’intention expressive. Un langage pour donner du sens au monde. Des systèmes de pensées pour comprendre le monde. Un monde de langages qui donnent du sens. La force illocutionnaire du discours.

–          LE MODE DE PENSÉE LOGIQUE

Un animal raisonnable. Comment fonctionne la pensée logique ? Le « logos », ou l’art de la parole. Le critère d’évidence. Les faits et les propositions. La raison et la vérité. Les champs gnosiques. Les jeux de langage.

–          LE MODE DE PENSÉE ANALOGIQUE

Les limites du mode de pensée logique. Raisonner juste sur des pensées fausses. En remontant de bas en haut. Qu’est-ce que l’analogie ? Quelques définitions. L’analogie de forme et l’analogie de fond. Les différents types d’analogies. Les sens de l’analectique. Correspondances, concordances, similitudes, homologies, équivalences.

–          LA COMPLÉMENTARITÉ DES DEUX MODES DE PENSÉES

Un même cerveau pour deux démarches. La raison et l’imagination. Le discours mythique et le discours scientifique. La complémentarité de la raison et de l’imagination.

–          DE L’APPROCHE ANALOGIQUE À LA DÉMARCHE SYMBOLIQUE

Hermétique à l’hermétisme. La théorie des champs. Un monde d’interactions. Le symbole, lien interactif des éléments du cosmos. Autre chose que soi-même.

–          LA DÉMARCHE SYMBOLIQUE

Les images et les signes de reconnaissance. De l’histoire du symbole à l’histoire de l’écriture. Tout est symbole. Jeux de mots et jeux d’images. Du sens à la connaissance. Une tenue de colonne… Le bonheur d’une enfant. Le voile du symbole. Du mythe au rite.

–          L’ÊTRE FINI ET L’INFINI DE L’ÊTRE

Le logos du cosmos. Voiler pour dévoiler. Un être double. Le signe visible de l’invisible. Le dépassement de soi. Les ténèbres et la lumière.

–          LES TRADITIONS, LES DISCOURS ET LES LANGAGES

Les discours maçonniques. Un éléphant, ça trompe ! Le paradigme. Un langage de vérité. Le psittacisme maçonnique. Réinterpréter les langages symboliques des traditions. Une carte routière pour comprendre le monde.

–          LES LANGAGES SYMBOLIQUES DE LA FRANC-MAÇONNERIE

Le décor culturel. Une classification à trois niveaux. D’autres traditions complémentaires. Cinq traditions, sept discours et neuf langages. Un plan de recherche.

Ce livre, je l’ai d’abord écrit pour les jeunes initiés, afin de conforter leur démarche… mais pas seulement : il s’adresse aussi à tous ceux qui souhaiteraient trouver des réponses à apporter à ces jeunes « maçons sans tablier » prêts à nous rejoindre, à tous ceux qui doutent à un moment de leur parcours et à tous ceux qui se demandent s’ils vont rester en franc-maçonnerie.

Ce livre introduit enfin aux cinq traditions, aux sept discours et aux neuf principaux langages symboliques de la franc-maçonnerie, qui seront développés et étudiés dans de prochains ouvrages.

Pierre PELLE LE CROISA, le 1er mars 2016

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES