mer 17 juillet 2024 - 15:07

Réveillez-vous : Umberto Eco dévoile les mécanismes insidieux du fascisme

Paru en Italie en 1997 dans un volume d’essais intitulé Cinq questions de morale, traduit chez Grasset en 2000, Reconnaître le fascisme d’Umberto Eco* est un texte d’une extrême actualité : le témoignage lucide et terrible d’un des plus grands intellectuels du XXe siècle, qui a grandi dans l’Italie de Mussolini.

Umberto Eco, ayant grandi sous le régime fasciste de Mussolini, apporte une perspective unique et informée sur les mécanismes et les signes du fascisme. Son essai s’appuie sur ses expériences personnelles et son expertise académique pour fournir une analyse précise et alarmante de ce qu’il appelle le « fascisme éternel ».

Umberto Eco identifie quatorze caractéristiques principales du fascisme, qu’il divise en éléments évidents et insidieux.

Les caractéristiques évidentes sont la haine de la culture et l’obsession du complot.

Haine de la culture donc avec le rejet de l’intellectualisme, de la pensée critique et de la diversité culturelle. Les régimes fascistes cherchent souvent à contrôler ou à détruire les institutions éducatives et culturelles pour imposer une pensée unique.

Les régimes fascistes nourrissent et exploitent aussi les théories du complot pour semer la méfiance et diviser la population. Ils désignent des boucs émissaires, souvent des minorités ou des opposants politiques, comme responsables des problèmes de la société.

Ainsi que le refus de l’étranger, la xénophobie étant au cœur du fascisme, avec une hostilité envers les étrangers et les minorités. Cette caractéristique se manifeste par des politiques de discrimination, de persécution et parfois d’élimination des groupes perçus comme « autres ».

Benito Mussolini

Les caractéristiques insidieuses telles la peur du langage complexe et l’idée d’un peuple doté d’une volonté propre.

À commencer par la simplification excessive du discours politique pour éviter les nuances et les complexités. Les régimes fascistes préfèrent les slogans simplistes et les déclarations émotionnelles qui ne tolèrent aucune interprétation ou débat.

C’est ainsi que nous relevons une croyance en une entité collective avec une volonté uniforme, souvent manipulée par une élite dirigeante.

Cette idée de la « volonté du peuple » est utilisée pour justifier des actions autoritaires et répressives.

Et le chef suprême de considérer les désaccords comme des trahisons avec cette intolérance maladive à la critique et à la dissidence, perçues comme des actes de trahison.

Les régimes fascistes ne tolèrent aucune opposition et voient les désaccords comme des menaces existentielles.

Umberto Eco nous met en garde…

contre le potentiel retour du fascisme sous des formes plus subtiles et modernes. Il explique que les sociétés démocratiques ne sont pas immunisées contre le fascisme, qui peut réapparaître sous des formes masquées et insidieuses.

Mussolini lors de la marche sur Rome, avec ses quadrumviri Emilio De Bono, Italo Balbo et Cesare Maria De Vecchi
 

« Ce serait tellement plus confortable si quelqu’un s’avançait sur la scène du monde pour dire : « Je veux rouvrir Auschwitz, je veux que les chemises noires reviennent parader dans les rues italiennes ! » Hélas, la vie n’est pas aussi simple. »

Les clés fournies par l’auteur pour débusquer et combattre le fascisme sont cruciales pour les citoyens d’aujourd’hui :

En reconnaissant ces caractéristiques, les individus peuvent être vigilants et résister aux tentatives d’autoritarisme et de répression.

Umberto Eco, à travers son essai, non seulement éclaire les mécanismes du fascisme, mais il appelle également à une vigilance active pour protéger les valeurs démocratiques. Il rappelle que la lutte contre le fascisme est un effort continu et collectif, nécessitant une éducation, une prise de conscience et un engagement constants.

Reconnaître le fascisme est un ouvrage essentiel pour comprendre et combattre les idéologies autoritaires dans le monde moderne. Les quatorze caractéristiques identifiées par Umberto Eco fournissent un guide précieux pour identifier les signes avant-coureurs du fascisme et agir en conséquence pour préserver la démocratie et les droits de l’homme.

Umberto Eco en 2007

*Umberto Eco (1932-2016) était un écrivain, philosophe, sémiologue et universitaire italien, connu pour ses romans érudits et ses travaux académiques sur la sémiotique, l’étude des signes et des symboles.

Umberto Eco est né le 5 janvier 1932 à Alessandria, en Italie. Il a grandi dans une famille catholique, mais il s’est éloigné de la foi religieuse après avoir étudié la philosophie et la littérature médiévale à l’Université de Turin, où il a obtenu son doctorat en 1954.

Après avoir terminé ses études, Eco a travaillé comme éditeur culturel à la RAI (la radiodiffusion italienne) et a commencé à publier des essais sur la culture populaire et la sémiotique. Il a enseigné à plusieurs universités italiennes et étrangères, dont l’Université de Bologne, où il a été professeur de sémiotique.

L’emblème du parti national fasciste comprenant un faisceau de licteur

Son premier roman, Le Nom de la rose (1980) :

C’est peut-être le plus célèbre. Ce livre est un roman policier historique qui se déroule dans un monastère bénédictin au 14ème siècle. Il explore des thèmes tels que la foi, l’hérésie et le pouvoir de la connaissance. Il a été adapté en film en 1986, avec Sean Connery dans le rôle principal.

En 1988, Le Pendule de Foucault :

Un thriller intellectuel qui explore les théories du complot et l’ésotérisme, mettant en scène trois éditeurs qui créent un faux complot historique pour s’amuser, mais qui se retrouvent pris dans une véritable intrigue dangereuse.

Et il en a eu de nombreux autres :

  • L’Île du jour d’avant (1994), roman philosophique sur un homme naufragé sur un navire déserté, explorant des thèmes de perception du temps et de la réalité ;
  • Baudolino (2000), une épopée médiévale qui suit les aventures d’un homme du XIIe siècle à travers l’Europe et au-delà, mêlant histoire et fiction ;
  • La Mystérieuse Flamme de la reine Loana (2004), un roman sur un homme qui, après avoir perdu la mémoire, tente de reconstituer son passé à travers les livres et les souvenirs et,
  • Le Cimetière de Prague (2010), un roman qui explore l’antisémitisme et les théories du complot à travers la création fictive des « Protocoles des Sages de Sion ».

Sans compter ses nombreux essais et ouvrages académiques sur la sémiotique, la philosophie du langage, l’esthétique médiévale et la culture populaire. Parmi ses œuvres théoriques les plus influentes, on trouve

  • Lector in fabula (1979)Pennes et,
  • Trattato di semiotica générale (1975). Umberto Eco a reçu de nombreux prix et distinctions pour ses contributions à la littérature et à la pensée académique. Il était membre de plusieurs académies et institutions prestigieuses. Il était marié à Renate Ramge, une professeur d’art et de design, et avait deux enfants. Il est décédé le 19 février 2016 à l’âge de 84 ans.  

Son héritage est immense

Tant dans le domaine de la littérature que dans les études sémiotiques et culturelles. Ses œuvres continuent d’être lues et étudiées dans le monde entier, et son influence se fait sentir dans de nombreux domaines académiques et artistiques.

Les Cahiers Rouges

La collection Les Cahiers Rouges de chez Grasset est une série prestigieuse dédiée à la réédition de classiques de la littérature française et internationale. Fondée en 1983, cette collection se distingue par la qualité de ses choix éditoriaux et par son esthétique soignée. Les ouvrages publiés sous ce label sont souvent des œuvres majeures, parfois oubliées, qui méritent une nouvelle visibilité. Les Cahiers Rouges se concentrent sur des œuvres littéraires de grande valeur, souvent écrites par des auteurs célèbres ou dont l’œuvre a une importance culturelle et historique.

Les livres de cette collection se distinguent par leur couverture rouge caractéristique, leur typographie élégante et leur format maniable, ce qui en fait des objets de collection appréciés des amateurs de littérature.

La collection inclut une grande variété de genres littéraires : romans, essais, poésie, mémoires, et plus encore, offrant ainsi une richesse de choix pour les lecteurs.

Chaque réédition est soigneusement préparée, avec une attention particulière portée à la fidélité du texte original et souvent accompagnée d’une préface ou d’une postface offrant un éclairage supplémentaire sur l’œuvre et son auteur.

Les Cahiers Rouges ont réédité des œuvres de nombreux auteurs illustres, tant français qu’étrangers. Parmi eux, on peut citer : Albert Camus, Marguerite Duras, Marcel Proust, Jorge Luis Borges ou encore Romain Gary.

La collection « Les Cahiers Rouges » joue un rôle crucial dans la préservation et la diffusion de la littérature classique. Elle permet à de nouvelles générations de lecteurs de découvrir des œuvres intemporelles et de redécouvrir des textes essentiels de la culture littéraire mondiale. En rendant ces œuvres accessibles, Les Cahiers Rouges contribuent à l’enrichissement du patrimoine littéraire et à la promotion de la lecture et sont une référence incontournable pour les amateurs de littérature classique et contemporaine. En offrant des rééditions de haute qualité d’œuvres essentielles, elle garantit la pérennité et la transmission des trésors littéraires à travers les générations.

Reconnaître le fascisme

Umberto Eco Grasset, Coll. Les Cahiers Rouges, 2024, 64 pages, 7,90 €

2 Commentaires

  1. On retiendra pour la lutte contre le fascisme car celui-ci nous dit- on est eternel;
    d’une exigence à fournir un effort continu et collectif; necessitant une prise de conscience; une éducation et enfin un engagement constant.
    Merci pour la présentation de cet ouvrage si à propos

    Et cela pour 7€90

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Chemins de traverse » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES