sam 13 juillet 2024 - 06:07

Les croisades : quand l’Europe voulait délivrer Jérusalem

De notre confrère canadien ici.radio-canada.ca

Dès 1495 ou 1496, des hordes de paysans, qui ont été remplacées par de véritables armées par la suite, ont répondu à l’appel de l’Église chrétienne pour libérer Jérusalem. L’historien Marc Carrier fait le point sur ces croisades qui ont duré deux siècles au Moyen Âge.

Au 11e siècle, des conflits entre les musulmans et les chrétiens apparaissent. De plus, les Turcs s’investissent à Jérusalem et bloquent les pèlerinages chrétiens.

Le pape Urbain II appelle à la première des huit croisades classiques. Les sept autres se terminent soit par des échecs ou de manière mitigée. La première est « couronnée de succès ». « Il semble y avoir une contradiction théorique, voire théologique, dans la notion même de croisade, parce que c’est l’Église catholique au Moyen Âge qui commande des actes de violence contre une autre confession », affirme Marc Carrier.

Les premiers participants à cette croisade sont investis d’une mission spirituelle. D’autres groupes se joignent à eux et ont plutôt des intérêts de conquête territoriale. En juillet 1099, Jérusalem est reprise.

En 1187, Saladin prend Jérusalem. De grands rois européens partent en guerre pour récupérer la ville sainte, mais ils échouent lors de cette troisième croisade.

Un problème apparaît : leur coût élevé. En raison d’un manque de financement, la quatrième croisade s’arrête à la ville chrétienne de Constantinople, la capitale de l’Empire byzantin. « L’impensable se commet lorsque la ville est prise par les croisés en raison d’une trahison perçue des Byzantins. Dans ce contexte, on commence à voir les croisades déraper », explique l’historien.

La division entre les catholiques et les orthodoxes commencent à se manifester. « On a bien beau dire qu’ils sont schismatiques, ils sont tout de même chrétiens », souligne notre invité.

En terminant, Marc Carrier raconte comment les croisades subsistent dans l’histoire et ont influencé la culture populaire, et pourquoi elles ont été un échec.

En complément :

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES