mer 17 juillet 2024 - 16:07

Guillaume Trichard : Invité dans La Matinale de la RTS

De notre confrère suisse rts.ch – Propos recueillis par Pietro Bugnon/asch

« La franc-maçonnerie n’a rien à cacher, on ouvre grand nos portes »

Guillaume Trichard »

Invité dans La Matinale de la RTS, Guillaume Trichard, grand Maître du Grand Orient de France, explique que la franc-maçonnerie a avant tout pour but de rendre ses membres “des hommes et des femmes meilleurs”. Pour ensuite faire rayonner leurs actions dans la société.

Le Grand Orient de France, fondé en 1728, est la plus ancienne obédience maçonnique française. Si la franc-maçonnerie suscite beaucoup d’interrogations, Guillaume Trichard rappelle que la discrétion ne porte que sur l’identité de ses membres.

“Pour le reste, le Grand Orient de France, comme beaucoup d’obédiences maçonniques, ouvre grand ses portes. Nous avons lancé depuis plusieurs années une politique d’extériorisation et de communication très importante. En réalité, nous n’avons rien à cacher.”

“Lors des Journées européennes du patrimoine, nous ouvrons nos temples. Les hommes et les femmes peuvent venir les visiter”, explique-t-il.

Se défendant de tout mystère, il rappelle que les rituels “sont connus, téléchargeables sur internet, achetables dans les librairies en ligne”. Pour le grand Maître, “en réalité, le vrai secret, c’est le secret intime de sa propre initiation. Pour le reste, il n’y a absolument rien à cacher”. “Nous sommes une communauté d’hommes et de femmes de bonne volonté, qui ont simplement envie de travailler sur eux-mêmes, d’édifier leur propre temple intérieur, de devenir des hommes et des femmes meilleurs.”

Réflexions sur la précarité

Guillaume Trichard explique que cette introspection doit ensuite servir au plus grand nombre. “En devenant des hommes et des femmes meilleurs, on a l’ambition de rendre ensuite la société meilleure.” La franc-maçonnerie, dit-il, peut aider une République “malade” qui “souffre d’un certain nombre de maux”. Il cite les valeurs de laïcité, de démocratie, de justice sociale, qu’il estime menacées.

« Il n’y a pas aujourd’hui d’obédience qui aurait cette capacité à changer la face du monde en appuyant sur quelques boutons »

Guillaume Trichard

“Et je crois que ce travail a été lancé tout au long de cette année. On a eu beaucoup de réflexions sur le sujet de la dignité humaine. Nous avons organisé beaucoup de conférences sur le thème de la précarité étudiante, des travailleurs pauvres, des millions de Françaises et Français qui vivent sous le seuil de pauvreté, du mal logement. Quand je disais qu’il fallait réparer la République, c’est parce que j’avais une conviction, c’était celle de la montée des populismes.”

“Le plus vieux laboratoire d’idées”

La question de l’influence de la franc-maçonnerie sur la société et la politique revient souvent. Guillaume Trichard nuance: “Je dirai d’abord que la franc-maçonnerie inspire. Elle inspire comment? Elle inspire par le travail de ses membres. En réalité, ce n’est pas la franc-maçonnerie qui influence telle ou telle entité.”

“Ce sont des francs-maçons, frères et sœurs qui, par leur action incessante en dehors du Temple, s’investissent dans des associations, dans des ONG, dans des syndicats, dans des partis politiques, se présentent aux élections et travaillent à cette amélioration de la société. En réalité, évidemment, c’est ça la véritable influence. Il n’y a pas aujourd’hui d’obédience qui aurait cette capacité à changer la face du monde en appuyant sur quelques boutons.”

Guillaume Trichard décrit volontiers le Grand Orient comme “le plus vieux laboratoire d’idées”. Mais au-delà de ça, “nous sommes avant tout une fraternité. Ce qui fait le cœur de notre engagement, c’est bien l’exercice et la pratique de la fraternité entre nos membres et de la solidarité avec nos frères et nos sœurs en humanité”.

Et de conclure:

« Nous considérons les hommes et les femmes sur la Terre comme étant nos frères et nos sœurs, et donc nous devons leur venir en aide et nous le faisons à travers un certain nombre d’actions. »

2 Commentaires

  1. Etant membre de la GLNF (depuis plus de 42 années), j’adhère à tout ce qu’a dit ci-dessus le GM du GODF.

    Fraternellement,

    Jérôme Lefrançois

  2. J’espère que ceux et celles qui auront écouté cet interview comprendront que les adeptes de la Franc-Maçonnerie en Suisse, n’ont pas les pieds-fourchus et donc sont libres de travailler à leur développement personnel librement assumé!
    Franc-maçonne depuis bientôt 40 ans, je réalise qu’il est difficile d’expliquer aux femmes leurs droits de penser librement et sans jugement d’autrui…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Erwan Le Bihan
Erwan Le Bihan
Né à Quimper, Erwan Le Bihan, louveteau, a reçu la lumière à l’âge de 18 ans. Il maçonne au Rite Français selon le Régulateur du Maçon « 1801 ». Féru d’histoire, il s’intéresse notamment à l’étude des symboles et des rituels maçonniques.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES