jeu 25 juillet 2024 - 18:07

Dans l’épreuve, multiplions les preuves !

(Les « éditos » de Christian Roblin paraissent le 1er et le 15 de chaque mois.)

Une devise de la franc-maçonnerie me trotte dans la tête, depuis quelque temps : c’est celle du Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA) : Ordo ab Chao. « Vous avez dit bizarre, mon cher Frère. Comme c’est bizarre… » Certes, cette locution latine signifiant « l’ordre tiré du chaos » ne peut s’entendre comme d’un ordre arbitraire plaqué sur la société mais bien comme d’une injonction à retrouver l’ordre sous-jacent au chaos même du vivant.

Pourtant, sur bien des fronts, l’on en est à redouter de voir renverser les précautions d’usage à la compréhension des choses : ne valent plus alors que des interprétations brutes voire brutales, toute formule lapidaire pouvant désormais frapper littéralement comme un jet de pierre, incarner un mot d’ordre qui, au lieu d’être de chair, devient de sang, passant du sensible au terrible !

Il faut donc faire attention à ce que l’on dit et s’assurer que l’on est bien compris, ce qui devient de plus en plus compliqué, dans la polarisation aux extrêmes de la société, dans l’hystérisation du débat public. Plus que jamais sans doute doit-on s’attacher à l’esprit de mesure et de tempérance que nous révérons comme vertu. Nous connaissons les dangers des passions collectives et des démagogies réductrices. Dans des secteurs opposés et puissants de l’opinion – que l’on ne saurait, pour autant, rabattre l’un sur l’autre sans une expéditive malhonnêteté –, soufflent violemment des vents hostiles aux idéaux de la franc-maçonnerie, celle-ci prônant la compréhension de l’autre et la « transigeance », ce mot déjà rare, désormais près d’être banni du vocabulaire comme tous ceux qui fleurent un tant soit peu la nuance et la concession.

Toujours est-il que le franc-maçon, porté à la découverte de l’autre et soucieux de progressivité dans son appréhension constante du monde, est rudement mis à l’épreuve, ces temps-ci. Eh oui, le franc-maçon est mis au pied du mur, du mur de l’incompréhension et de l’intolérance. Le monde qui l’entoure – et non plus celui dont il avait l’habitude et qui, à bon compte, je le concède, lui paraissait lointain – s’enflamme ou se ferme, à la moindre occasion. Il est à craindre que son humanisme ne soit vu comme une lâcheté. Or la vraie lâcheté ne serait plus seulement d’étouffer son cri, mais de faire taire sa raison. Dans cette ivresse à tout régler d’un trait, le petit ringard de franc-maçon, si ridiculement démodé voire démonétisé, risque d’être regardé, plus encore que comme un médiocre, comme un incapable. Même si on ne le pourchasse pas, on l’ignorera et ce n’est guère mieux…

Alors, mes Sœurs et Mes frères, haut les cœurs ! Gardez le cap et le calme. Ne mollissez ni ne faiblissez pas. Expliquez aussi tranquillement que possible ce qui vous paraît juste et adapté ! Non point à tout bout de champ (ce serait bientôt une satisfaction morale aussi vaine qu’épuisante) mais en choisissant à bon escient les causes et les circonstances. Donnez, en tout cas, partout où c’est primordial, sa chance à l’Homme !

Le monde vous pèse et c’est bien normal. Répétez-vous inlassablement : Dans l’épreuve, multiplions les preuves !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Christian Roblin
Christian Roblin
Christian Roblin est le directeur d'édition de 450.fm. Il a exercé, pendant trente ans, des fonctions de direction générale dans le secteur culturel (édition, presse, galerie d’art). Après avoir bénévolement dirigé la rédaction du Journal de la Grande Loge de France pendant, au total, une quinzaine d'années, il est aujourd'hui président du Collège maçonnique, association culturelle regroupant les Académies maçonniques et l’Université maçonnique. Son activité au sein de 450.fm est strictement personnelle et indépendante de ses autres engagements.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES