mer 29 mai 2024 - 14:05

Sur les sentiers de la liberté : Une odyssée européenne des lumières  

Dans Voyager en Europe au temps des Lumières – Les émotions de la liberté, Gilles Montègre offre une perspective fraîche et exhaustive sur le concept de voyage pendant le siècle des Lumières, au-delà du célèbre « Grand Tour » aristocratique.

Rappelons que le« Grand Tour » était une tradition de voyage qui s’est développée à partir du XVIIe siècle et qui a perduré jusqu’au début du XIXe siècle. Il s’agissait d’un long voyage à travers l’Europe entrepris par de jeunes aristocrates, principalement britanniques, mais aussi d’autres nations européennes, à la fin de leur éducation formelle. Cette pratique était considérée comme un rite de passage culturel et éducatif. Le parcours typique du « Grand Tour » menant les voyageurs à travers la France, l’Italie et parfois l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, et même la Grèce et le Moyen-Orient. L’Italie, avec ses trésors de la Rome antique et de la Renaissance, était souvent le point culminant du voyage.

Gilles Montègre trace le parcours d’une variété de personnages, de Voltaire et Casanova à un énigmatique voyageur qui pourrait être le fils caché de Montesquieu. Ce faisant, il révèle l’émergence d’un voyage émancipateur, marquant le début d’une nouvelle approche de la nature et des sociétés humaines. Le livre illustre comment une diversité d’individus – femmes, artisans, savants, domestiques, aventuriers, et philosophes – a parcouru l’Europe du XVIIIe siècle, explorant des terres allant des Highlands écossais à l’Italie, en traversant les Alpes ou en naviguant vers les îles de la Méditerranée.

Dans son ouvrage Gilles Montègre détaille la façon dont l’Europe des Lumières n’a pas seulement cherché à explorer le monde mais a aussi entrepris une introspection critique, inaugurant de nouvelles méthodes de voyage. Ces voyages étaient chargés d’émotions profondes révélant un désir de liberté, contribuant ainsi à une nouvelle compréhension des liens entre l’époque des Lumières et l’ère des révolutions.

Il fait dialoguer les manuscrits inédits de cette figure éminente des Lumières que fut François de Paule Latapie (1739-1823) – voyageur, naturaliste, inspecteur des manufactures de la province de Guyenne, et théoricien influent dans le domaine de l’architecture paysagère – avec 254 autres textes de l’époque pour proposer une vision historique du voyage “au ras du sol”. Dans une ère où les questions environnementales remettent en question le tourisme de masse, Gilles Montègre invite à repenser notre rapport au voyage.

Le Grand Tour, c’est le voyage initiatique entrepris par les jeunes gens aisés, et bientôt les artistes et les écrivains, à travers l’Europe. Point d’orgue de ce périple, l’Italie.

L’ouvrage se compose de quatre parties, chacune explorant diverses facettes du voyage: les nouveaux territoires du voyage, la société du voyage, l’observation et le savoir, et enfin les émotions en mouvement. Ces sections abordent des thématiques variées allant de la diplomatie culturelle à l’intimité émotionnelle des voyages, témoignant de la richesse et de la profondeur de l’expérience du voyage à cette époque.

Revenons sur François de Paule Latapie qui fut une figure notable du XVIIIe siècle en France, reconnu pour ses multiples casquettes de voyageur, naturaliste, et inspecteur des manufactures de la province de Guyenne.

La vie et les œuvres François de Paule Latapie illustrent bien l’engagement intellectuel et pratique envers les sciences naturelles et l’économie durant la période préindustrielle en France. Il est né dans une époque de grandes découvertes scientifiques et d’expansions coloniales et a reçu une éducation qui lui a permis de développer un intérêt profond pour les sciences naturelles et l’économie. Ses voyages l’ont principalement conduit à travers la Guyenne, où il a observé et documenté la faune et la flore locales.

Campi Phlegraei : Observations sur les Volcans des Deux-Siciles-Sir William Hamilton ; 1re de couv., détail, planche originelle en bas d’article

Ces expéditions lui ont permis de contribuer à la connaissance des ressources naturelles de la région et les échantillons recueillis lors de ses voyages ont enrichi les collections de musées et d’institutions scientifiques. Ses notes de voyage ont fourni des données précieuses pour d’autres naturalistes et économistes. Bien que moins connu que certains de ses contemporains, l’œuvre de Latapie a eu un impact durable dans les domaines de la botanique et de l’économie régionale. Ses travaux ont contribué à un meilleur aménagement des pratiques agricoles et industrielles en Guyenne, influençant ainsi les politiques économiques locales. C’est tout l’intérêt de cet ouvrage que de nous faire découvrir celui qui fut un exemple de l’érudit du XVIIIe siècle, dont la curiosité et la rigueur intellectuelle ont traversé plusieurs domaines de connaissance, influençant à la fois la science et l’industrie de son temps.

Gilles Montègre

Gilles Montègre nous donne un aperçu structurel approfondi de l’ouvrage et suggère une étude complète du phénomène du voyage au XVIIIe siècle, avec un accent particulier sur les émotions et la liberté. Dans son introduction, l’auteur pose les bases théoriques et conceptuelles du livre, définissant le voyage non seulement comme un déplacement physique mais aussi comme un parcours intellectuel et émotionnel.

Dans sa première partie – « Les Nouveaux Territoires du Voyage » – Gilles Montègre explore l’expansion géographique et conceptuelle du voyage à l’époque des Lumières. Les deux chapitres sont une analyse de la manière dont les voyages influencent et sont influencés par les frontières européennes, les modes de transport, et la littérature de voyage.

Dans « La Société du Voyage », deuxième partie, ici l’auteur examine les différents acteurs du voyage, incluant les grands seigneurs ainsi que les femmes et les travailleurs. Une étude sérieuse sur l’évolution des classes sociales dans le contexte du voyage et comment celles-ci interagissaient avec les idées de liberté et d’indépendance.

Gabriel Lemmonnier, Dans le Salon de Madame Geoffrin en 1755, 1812, Château de Malmaison, Rueil..jpg

Avec « Observer et savoir », cette partie est dédiée aux méthodes et aux impacts de l’observation durant le voyage, qu’il s’agisse de l’art, de la science ou de la diplomatie. Cela peut refléter la curiosité scientifique et l’ambition de connaissances caractéristiques de l’époque des Lumières.

Enfin, dans la dernière et quatrième partie intitulée « Émotions en mouvement », Gilles Montègre se focalise sur l’expérience émotionnelle du voyage, y compris la relation entre le voyageur et son environnement, les esthétiques et la politique. Impliquant une exploration des répercussions émotionnelles des voyages et leur lien avec la quête d’autonomie et d’expression personnelle.

« Le chaînon manquant de l’histoire du voyage », la conclusion, suggère une réflexion finale sur la place du voyage dans l’histoire plus large des idées et des sociétés, ou une proposition pour combler un écart dans la littérature historique sur ce sujet.

Galerie des antiquités romaines, tableau de Giovanni Paolo Panini (1757).jpg

À travers cette structure, Gilles Montègre nous invite à considérer le voyage non seulement comme un élément central de l’époque des Lumières, mais aussi comme une métaphore de la recherche de la liberté et de l’émancipation. Le livre offre une analyse détaillée des divers aspects du voyage, de ses acteurs à ses implications culturelles, sociales et émotionnelles, le tout dans le contexte des bouleversements et des innovations intellectuelles du XVIIIe siècle.

L’ouvrage de Gilles Montègre est remarquablement illustré, comprenant 28 illustrations enrichissantes qui ajoutent une dimension visuelle fascinante à la narration. Parmi celles-ci, il convient de souligner le très grand intérêt des cinq cartes incluses. Ces cartes ne sont pas seulement informatives ; elles enrichissent la compréhension du lecteur sur les divers itinéraires et contextes géopolitiques de l’époque des Lumières et des voyages européens de Latapie, entre autres. Elles servent d’excellent complément aux descriptions détaillées de Montègre, offrant ainsi une aide précieuse pour visualiser les diverses routes empruntées par les voyageurs de cette période révolutionnaire.

L’auteur réussit à capturer l’essence d’une époque où le voyage se transforme donc en un acte de liberté et d’expression personnelle, réfléchissant les courants intellectuels et émotionnels qui ont traversé l’Europe des Lumières.

Maître de conférences HDR et agrégé d’histoire à l’Université Grenoble Alpes, Gilles Montègre,  est reconnu comme un spécialiste du XVIIIe siècle. Sa biographie révèle un historien passionné par les thématiques du voyage, des savoirs, des émotions, et de la diplomatie. Parmi ses travaux précédents figure Le Cardinal de Bernis – Le pouvoir de l’amitié, qui a reçu le Grand prix historique de Provence en 2019.

Voyager en Europe au temps des Lumières-Les émotions de la liberté

Gilles MontègreTallandier, 2024, 656 pages, 26,90 €

Disponible chez l’éditeur, DETRAD et dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre.

Achetez dans votre zone, chez votre libraire préféré, pour qu’il continue à vous conseiller, à vous inspirer, à vous faire rêver et, surtout, à animer votre quartier !  

Campi Phlegraei : Observations sur les Volcans des Deux-Siciles-Sir William Hamilton ; planches enluminées d’après les dessins faits et coloriés sur la nature même, sous l’inspection de l’auteur, par l’éditeur Pierre Fabris. Hamilton, William (1730-1803), auteur du texte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES