mer 29 mai 2024 - 14:05

Découvrez le cœur de Fès dans un voyage musical inoubliable

« Fès ma belle, ma délicieuse – Une ode à l’impériale médina », réalisé par Jean-Claude Cintas et coréalisé avec Jean-Pierre Zirn, est un film poétique de 64 minutes qui rend hommage à la ville impériale de Fès, au Maroc.

Fès, perle du Maroc

La ville repose sous le voile d’une histoire millénaire, se faisant l’écho des épopées et des sagesses d’antan. En ses murs, la mémoire du monde arabo-andalou se fond dans l’ocre de ses bâtisses, où chaque pierre et chaque détour racontent un récit de conquêtes, de savoir et de spiritualité. C’est une ville qui se vit comme un poème ininterrompu, dont les vers seraient tissés par les ruelles labyrinthiques de sa médina, la plus grande zone piétonne du monde, un chef-d’œuvre inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ses souks, vibrant au rythme d’un quotidien qui n’a guère changé depuis des siècles, offrent un kaléidoscope de couleurs, d’odeurs et de sons, où le cuivre, le cuir, les épices et les étoffes racontent des histoires de caravanes lointaines. Fès est cette mosaïque vivante, où se mêlent le bleu profond de ses céramiques, le vert émeraude de ses tuiles et l’or scintillant de ses ornements, témoignage de son âge d’or sous la dynastie des Idrissides.

Fès, vue panoramique

Au cœur de Fès bat Al-Qarawiyyin, joyau de la spiritualité et de l’éducation, considérée comme la plus ancienne université encore en activité. Fondée par Fatima al-Fihri au IXe siècle, elle symbolise le rôle central de Fès dans la transmission du savoir à travers les âges, carrefour des civilisations où se sont rencontrés et fécondés pensée islamique, philosophie grecque et science.

Mosquée El Qaraouiyyine

Fès, c’est aussi une symphonie de jardins cachés et de fontaines murmurantes, oasis de fraîcheur et de paix au sein de l’effervescence urbaine. Ses palais dérobés, avec leurs cours intérieures où le temps semble suspendu, invitent au rêve et à la contemplation.

La spiritualité imprègne chaque coin de rue, dans les chants des muezzins qui s’élèvent vers le ciel à l’unisson, rappelant les fidèles à la prière. La ville, sanctuaire de saints et de savants, demeure un phare de la foi, où les minarets pointent non seulement vers les cieux mais aussi vers les profondeurs de l’âme.

Fès, c’est l’appel du passé qui résonne dans le présent, une mélodie intemporelle qui chante la richesse d’un héritage préservé. Elle est la gardienne de traditions ancestrales, témoignant de la grandeur d’une civilisation qui a su marier l’art, la foi et le savoir, faisant d’elle non seulement une ville impériale mais aussi une cité de lumière et de sagesse. Fès invite à un voyage au cœur de l’histoire, un pèlerinage de l’esprit et du cœur dans les dédales de sa beauté éternelle.

Jean-Claude Cintas

Tout cela, Jean-Claude Cintas nous le conte !

Ce film se distingue comme le premier film poétique dédié à la ville, célébrant sa riche histoire, sa culture, et son architecture à travers ce que Cintas appelle « 12 Chantpoèmes ». Le film est un voyage à travers la médina de la ville, mettant en avant ses artisans, ses marchés et la vie vibrante de ses murs, le tout complété par la musique du célèbre oudiste marocain Driss El Maloumi.

Driss El Maloumi, par Jacob Crawfurd

Directeur du Conservatoire de Musique d’Agadir depuis 2010, El Maloumi est non seulement un interprète de la musique traditionnelle berbère, mais sa musique s’enrichit également de rencontres avec des musiciens de renom international. Il a collaboré avec des artistes tels que Jordi Savall & l’Ensemble Hesperion XXI, Montserrat Figueras, et Pierre Hamon, et participé à de nombreux albums et projets, couvrant un large éventail de genres musicaux, de la musique traditionnelle et classique au jazz.

Driss El Maloumi a également composé de la musique pour des spectacles et des films, confirmant son statut de compositeur polyvalent. Ses collaborations s’étendent à de grandes figures poétiques telles qu’Abdellatif Laâbi et Adonis. Parmi ses réalisations discographiques, on trouve l’album de jazz Tawada, son premier album solo L’âme Dansée, 3MA avec Ballaké Sissoko & Rajery, et “Makan” en trio avec Saïd El Maloumi et Lahoucine Baqir, ainsi que “Aswat”, son dernier projet en trio. Sa discographie reflète une exploration continue de nouvelles sonorités et la fusion des traditions musicales à travers le monde.

Jean-Claude Cintas, décrit comme un artiste aux multiples facettes, intègre diverses formes d’expression artistique dans son travail, incluant l’écriture, le chant, la musique, la peinture, et le cinéma. Son lien profond avec le Maroc, ayant été né à Oujda et y ayant vécu durant ses premières années, imprègne le film, qu’il décrit comme la quintessence de son engagement poétique avec le pays.

Le film plonge dans l’essence de Fès, explorant sa profondeur spirituelle et historique, présenté comme une lettre d’amour à la ville. Il guide le spectateur à travers les ruelles intemporelles, les mosquées, les écoles et les ateliers de Fès, capturant le mélange d’âme, de tradition et d’artisanat de la ville. Le récit est à la fois une réflexion personnelle et collective sur l’identité, l’appartenance et la beauté transcendante de Fès.

Jean Claude Cintas est un artiste et écrivain qui explore souvent des thèmes profonds et symboliques dans son travail. Son œuvre « Fès, ma belle, ma délicieuse » s’inscrit dans cette démarche, mêlant poésie et chant évoque des réflexions spirituelles ou initiatiques. Ces chantpoésies initiatiques mettent en valeur ce lieu symbolique qu’est Fès, une des villes impériales du Maroc, chargée d’histoire, de spiritualité et de mysticisme. Ces chantpoésies servent à initier l’auditeur ou le lecteur à des états de conscience différents, utilisant le rythme, le son et le verbe pour évoquer une quête spirituelle, une transformation intérieure et le thème de la quête. Avec « Fès, ma belle, ma délicieuse », chantpoésies initiatiques, plongez dans un monde qui évoquera un fantastique voyage spirituel.

Pour ceux intéressés par l’exploration du riche tissu culturel de Fès et de son héritage, « Fès ma belle, ma délicieuse » offre une perspective unique et artistique, invitant les spectateurs à voir la ville à travers les yeux de quelqu’un qui la chérit profondément. L’édition DVD Collector du film est disponible avec un livret de 12 pages, fournissant des renseignements précieux sur les thèmes abordés.

« Fès ma belle, ma délicieuse – Une ode à l’impériale médina »

CD Collector’s Édition, avec Booklet de 12 pages, 21 €

Disponible sur les sites marchands/Suivez Jean-Claude Cintas sur son Facebook.

“Fès ma belle, ma délicieuse” Bande Annonce du film du Chantpoète Jean Claude Cintas

La 4e de couverture du booklet

6 Commentaires

  1. J’ai eu le bonheur de passer les fêtes de Noël de cette année au cœur de la Médina et je garde un souvenir de paix, de richesse et de partages avec les habitants.
    C’est une ville qui comme beaucoup de villes marocaines nous offre le luxe de prendre notre temps et de nous reconnecter au temps qui passe en quittant le temps qui court.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES