mer 29 mai 2024 - 12:05

La laïcité en mouvement : Un siècle de transformation, de 1905 à aujourd’hui

Lorsqu’un ouvrage traite un sujet de façon chronologique, comme c’est le cas pour Histoire intellectuelle de la laïcité – De 1905 à nos jours de Vincent Genin, plusieurs points de lecture et d’interprétation peuvent être particulièrement pertinents.

Le premier d’entre eux est que cela permet de suivre l’évolution du sujet étudié à travers différents contextes historiques, sociaux, et politiques. Dans le cas de la laïcité, observer comment ce principe a été interprété, mis en œuvre, et contesté depuis 1905 aide à comprendre les transformations sociétales et les débats intellectuels qui ont influencé sa conception et sa pratique. Et d’identifier aussi, au fil des ans, les différents acteurs – individus, groupes, institutions, etc. – qui ont joué un rôle dans l’histoire de la laïcité, aidant en cela à comprendre les dynamiques de pouvoir et les intérêts en jeu autour de ce principe.

Et ce principe attire l’œil du lecteur – qui voit tout ! –, c’est le dessin à la plume et à l’encre de Chine de la première de couverture que nous devons à l’illustrateur Joseph Constant. Il est riche en symbolisme et en allusions au concept de laïcité tel qu’il est compris et vécu en France. Représentant un personnage central, probablement un intellectuel ou un législateur, tenant un livre – peut-être symbolisant la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État – émettant une lumière vive –, il suggère que la laïcité est perçue comme un guide ou une lumière dans la société. Pour l’initié, la lumière fait aussi référence à l’illumination, à la connaissance et à la raison. Des valeurs souvent associées à la laïcité.

Autour de cette figure, un groupe de personnes de divers milieux, religieux ou non, lèvent les bras, soit dans un geste de célébration, soit comme s’ils cherchaient à capter un peu de cette lumière. Cette diversité des personnages ne refléterait-elle pas notre société française dans son ensemble et la manière dont les différents groupes sociaux interagissent avec la notion de laïcité ?

Le franc-maçon notera la présence du coq, symbole traditionnel de la France, qui est représenté au sommet de la lumière, ce qui, pour nous, signifie que la laïcité est au cœur de notre identité nationale. De plus, le coq chante impliquant que la laïcité, concept vivant, est une source de fierté nationale et un principe actif et vibrant au sein de notre culture.

Arrêtons-là la description symbolique du dessin et entrons au cœurs même de l’ouvrage…

Vincent Genin – Site gsrl-cnrs.fr

L’ouvrage de Vincent Genin s’annonce comme une contribution importante à la compréhension de la laïcité en France. Il propose une exploration approfondie de la laïcité, au-delà de sa représentation habituelle comme sujet de controverse, en la présentant comme un objet de réflexion intellectuelle. L’auteur s’efforce de démêler la laïcité de ses principes fondateurs, souvent éclipsés par son instrumentalisation dans la société française contemporaine. Cette instrumentalisation a conduit à une mauvaise interprétation de la laïcité en tant que religion civile, favorisant les clichés et la transformant en un mythe moderne. Vincent Genin souligne comment les domaines politique, médiatique et parfois intellectuel ont tendance à négliger les recherches approfondies en sciences sociales sur la laïcité.

Pastel de Jean-Jacques Rousseau par Quentin de La Tour (1753)
Nicolas de Largillierre, portrait de Voltaire en 1718 – Musée Carnavalet

Dans ce que Vincent Genin nomme « Ouverture » en lieu et place d’une introduction, présente la laïcité comme un concept qui a évolué au fil du temps et les raisons qui rendent son étude nécessaire. En commençant avec les écrits de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), auteur de J.-J. Rousseau à Monsieur de Voltaire, le 18 août 1756.

Dans son chapitre premier « Archéologie des traditions politique et philosophique », Vincent Genin pose les bases historiques et intellectuelles de la laïcité, en examinant les origines des traditions politiques et philosophiques qui l’entourent, avec une analyse critique des interprétations et des appropriations de la laïcité à travers différentes périodes. Immédiatement suivi par « Une cristallisation sous les auspices du catholicisme de gauche (1956-1966) », explorant explore l’interaction entre la laïcité et le catholicisme de gauche, probablement en lien avec les changements sociopolitiques de l’époque. En passant au crible des personnalités tels que René Rémond qui a beaucoup écrit sur la politique française, l’influence de cette figure emblématique de la IVe République qu’était Pierre Mendès France sur les institutions politiques et éducatives françaises.

L’auteur analyse ensuite les périodes où la laïcité a été moins prééminente dans le discours public, suivie d’un regain d’intérêt et de comment les études en sciences sociales, notamment par l’École pratique des hautes études – établissement d’enseignement supérieur spécialisé dans les Sciences de la vie et de la terre, les Sciences historiques, philologiques et les Sciences religieuses (l’EPHE) – ont contribué à sa compréhension.

« Les années d’incubation (1985-1988) » se concentre sur les développements conceptuels de la laïcité avant les grands bouleversements politiques et sociaux de la fin des années 80.

Après les années d’incubation, « Les années électriques (1988-1992) » abordent les périodes de forte tension politique et sociale où la laïcité était un enjeu central, y compris dans les débats sur l’éducation et l’islam en France. Les lecteurs découvriront l’équipe HSL (Histoire et Sociologie de la Laïcité) de l’EPHE.

Panneau laïcité, ville d’Étampes

Dans « Internationalisation et réflexivité (1992-2005) », le chapitre 6, l’auteur analyse comment la laïcité a influencé la scène internationale, et comment elle est perçue et réinterprétée à travers différentes cultures. Puis il discute de la période (2005-2016) où la laïcité a été utilisée comme un instrument de consensus apparent mais également comme un outil dans les politiques de sécurité, en lien avec les questions de radicalisation et d’inclusion sociale en analysant, ensuite et ce depuis 2016, les développements récents où la laïcité est peut-être devenue un symbole du nationalisme dans la France contemporaine, avec une analyse critique des implications de ce phénomène.

Dans sa conclusion « Considérations Finales. La République du même », Vincent Genin

donne une réflexion sur les implications des discussions précédentes pour l’état actuel et l’avenir de la République française.

Le livre s’appuie sur des archives inédites et de nombreuses sources depuis 1905 pour naviguer à travers les complexités de la laïcité telle qu’elle a été façonnée par divers penseurs, et pour remettre en question l’ensemble de valeurs et d’idéologies qui ont fini par entourer ce terme totem dans la France contemporaine. Cette entreprise vise non seulement à fournir une compréhension plus claire de la laïcité, mais aussi à suggérer que son appropriation ultime pourrait refléter une nouvelle forme de nationalisme dans le pays.

Vincent Genin, avec son parcours approfondi dans l’histoire des sciences sociales relatives aux religions et aux laïcités, apporte une profondeur académique à cette enquête. Ses titres, incluant une habilitation à diriger des recherches de l’École pratique des hautes études de Paris et son appartenance au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) au CNRS, le positionnent comme une figure de proue dans ce domaine. Les travaux antérieurs de Genin, tels que ses études sur Marcel Detienne et l’impact de Max Weber sur les historiens français, soulignent son expertise dans l’examen de l’interaction entre religion, laïcité et pensée intellectuelle.

À travers cette exploration, Genin aspire à élever le débat sur la laïcité au-dessus de la mêlée des débats politiques contemporains, visant une compréhension plus nuancée et historiquement informée.

Histoire intellectuelle de la laïcité-De 1905 à nos jours

Vincent GeninPUF, 2024, 352 pages, 25 € – ebook 19,99 €

Disponible dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre. Achetez dans votre zone, chez votre libraire préféré, pour qu’il continue à vous conseiller, vous inspirer, vous faire rêver et, surtout, à animer votre quartier !  

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES