mar 23 avril 2024 - 17:04

Découvrez les secrets de la Chevalerie à l’Aigle Rouge dans le dernier dossier d’ARCANA

Au moment où vous aurez ARCANA-La revue du Grand Ordre Égyptien du Grand Orient de France entre les mains, ce qui frappe avant tout, c’est son format.

Un format personnalisé (16,5 cm × 27 cm) adapté à des besoins spécifiques ? Est-ce celui convenu afin de satisfaire au déchiffrement, non pas des hiéroglyphes mais, ici et maintenant, aux mystères entourant, depuis toujours, les Rites Égyptiens ?

Avec un titre et un terme évocateur, celui d’Arcana…

Dans les traditions ésotériques, les « Arcana » se réfèrent généralement aux vérités profondes et aux principes universels qui sous-tendent la réalité, souvent exprimés symboliquement, comme dans les Arcanes majeurs du Tarot. Ces principes sont considérés comme des clés pour comprendre les mystères de la nature, de l’existence humaine, et du cosmos lui-même.

Pour une sœur, un frère travaillant aux Rites Égyptiens, « Arcana » comme nom de la revue du Grand Ordre Égyptien (GOE) est une publication consacrée à l’exploration de ces mystères et connaissances cachées, dans le cadre spécifique de la tradition et du symbolisme égyptien. Les Rites Égyptiens en franc-maçonnerie se distinguent par leur référence à l’imaginaire, aux mythes, et à la cosmologie de l’Égypte antique, cherchant à incarner et à transmettre une sagesse perçue comme étant d’origine très ancienne.

Revenons, un court instant, sur l’histoire du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm.

Jean Étienne Marconis de Nègre

Plus souvent dénommé désormais Rite Égyptien, il est intégré au Grand Orient de France depuis 1862, grâce au travail du franc-maçon Jean Étienne Marconis de Nègre (1795-1868) qui fut d’abord élu grand maître pour la France le 7 juillet 1838, puis grand maître général du Rite de Memphis, l’un des rites maçonniques égyptiens fondé par son père, Gabriel Mathieu Marconis dit de Nègre. Il a joué un rôle significatif dans l’histoire de la franc-maçonnerie ésotérique et a contribué au développement des rites maçonniques égyptiens. Puis ce fut la quasi-disparition. Jusqu’à ce que, en 1999, le Grand Orient de France réveille la pratique du Rite pour les loges bleues. Peu après, la juridiction pour les grades de perfection (le Grand Ordre Égyptien) se structure et administre maintenant un nombre croissant d’ateliers.

Après l’éditorial du Premier Patriarche Grand conservateur Patrick Bertrand, en quelque sorte le gardien des mystères et des sagesses du Rite de Memphis-Misraïm au sein du Grand Ordre Égyptien du Grand Orient de France, évoquant l’histoire d’Arcana et de l’Académie Égyptienne, rappelant les débuts de l’Académie et son rôle dans la distribution de la revue à chaque membre de la juridiction. Il souligne les accords de 1862 et la structure organisationnelle de l’obédience, en mettant en avant le rôle de très illustre frère Ludovic Marcos (1951-2018), en tant que Président du Souverain Grand Conseil du GOE du GODF.

L’Académie Égyptienne, comme il la décrit, réunit des membres éminents du rite, incluant les Grands Défenseurs du Rite 31e et les Princes de Memphis 32e. Il questionne le but de la création de l’Académie, en mettant en lumière l’importance de la connaissance et la sagesse accumulée à travers l’histoire par des figures comme Platon, Aristote, et d’autres érudits de l’Alexandrie ancienne. Patrick Bertrand conclut en soulignant la mission fondamentale de l’Académie, qui est d’éradiquer l’ignorance et de promouvoir la connaissance. Éducation et l’éveil intellectuel sont considérés comme essentiels pour le développement personnel et collectif au sein de l’ordre.

Nous apprenons aussi le libre accès à la revue puis l’éditorialiste nous invite à plonger dans la lecture de planches venues de toutes les vallées, telles Nantes, Marseille, Paris.

Le dossier est consacrée à « La Chevalerie de l’Aigle Rouge »

Le titre de Chevalier de l’Aigle Rouge évoque un grade ou un niveau d’initiation dans certains ordres ésotériques ou maçonniques. L’aigle, en tant que symbole, est fréquemment associé à la vision élevée, à la puissance et à la souveraineté. L’utilisation de la couleur rouge symbolise le sacrifice, la passion, ou l’engagement spirituel profond. Ensemble, ils peuvent représenter une quête de connaissance ou de sagesse supérieure, marquée par un engagement total de l’individu. Le Chevalier de l’Aigle Rouge est un degré marqué par l’astrologie de tradition et la Kabbale du Sepher Yetsirah dans le Rite Égyptien. Le Chevalier de l’Aigle Rouge est également appelé Philosophe Inconnu. Son champ de cohérence ne se situe pas dans la séquence postmortem d’Hiram, et il ne comporte aucun élément culpabilisant. En somme, le Chevalier de l’Aigle Rouge incarne des aspects ésotériques et symboliques profonds dans le contexte du Rite Égyptien. Sans doute aussi du mysticisme pour ceux qui cherchent à explorer au-delà des limites de la connaissance conventionnelle et de l’expérience spirituelle.

Le dossier « La Chevalerie à l’Aigle Rouge » comporte sept chapitres :

  • « Les Chevaliers de la Table Ronde », ce chapitre traite des légendes arthuriennes et de la chevalerie médiévale (naissance de la légende, exploits des chevaliers, leurs quêtes, celle du Graal, et leur code d’honneur) ;
  • « Les 7 Pas du Chevalier », l’auteur nous invitant à emboiter le pas. Il s’agit d’une analyse symbolique des étapes de l’initiation maçonnique, comparées aux étapes de la chevalerie, tout en suivant le chemin de l’alchimie spirituelle ;
  • « La Chevalerie d’Hier à Aujourd’hui », ce chapitre pourrait examiner l’évolution de la chevalerie à travers l’histoire et son influence sur la spiritualité et la franc-maçonnerie ;
  • « La Musique des Sphères », un sujet traité par Lysiane Métry, musicienne, évoquant l’harmonie cosmique, la gamme pythagoricienne, la musique comme métaphore spirituelle et le son universel. De quoi nous apporter des réflexions quant à son rôle dans les rituels maçonniques.
  • « Le Kybalion », un texte ésotérique qui explore les principes hermétiques. Ce chapitre les décrypte et donne leur signification pour les francs-maçons.

Rappelons que le Kybalion se centre autour de sept principes hermétiques, qui, selon le texte, expliquent la nature de la réalité et comment l’univers fonctionne – principe de mentalisme, principe de correspondance, principe de vibration,  principe de polarité, principe de rythme, principe de cause et d’effet et principe de genre. Il offre une synthèse intrigante de la philosophie hermétique, présentant un cadre pour comprendre les mystères de l’univers et notre place en son sein. Comme pour tous les textes ésotériques, son interprétation et son utilité varient largement selon notre propre désir et niveau de conscience…

  • « Le Mythe du Désert chez Antoine de Saint-Exupéry, Jean-Marie-Gustave Le Clézio et Michel Tournier »,  nous plongeant ainsi dans les symboles du désert, tels que la solitude, la purification et la recherche de la vérité intérieure.

Une belle thématique peu explorée et que nous souhaitons développer.

Le désert, dans la littérature, est souvent plus qu’un simple décor; il devient un personnage à part entière, une entité remplie de symbolisme. Chez Antoine de Saint-Exupéry, Jean-Marie-Gustave Le Clézio, et Michel Tournier, le désert est un espace qui révèle, transforme et interroge. Chacun de ces auteurs utilise le mythe du désert pour explorer des thèmes tels que la solitude, la quête de soi, la spiritualité, et le rapport à l’autre et au monde. Leur traitement du désert, bien que distinct, souligne sa puissance mythique et sa capacité à refléter les profondeurs de l’âme humaine.

Antoine de Saint-Exupéry

Dans l’œuvre de Saint-Exupéry, notamment dans Le Petit Prince et Terre des Hommes, le désert est un lieu de révélation et de rencontre essentielle. Pour Saint-Exupéry, pilote qui a lui-même expérimenté l’immensité du Sahara, le désert est un lieu qui enseigne la simplicité, la fraternité et l’essentiel invisible pour les yeux. Dans Le Petit Prince, le désert devient le lieu de la rencontre avec le renard, symbole des liens qui nous transforment et nous définissent. Dans Terre des Hommes, le désert est le théâtre d’une lutte pour la survie qui révèle la fraternité et la solidarité entre les hommes.

Le Clézio, en 2008 ( press conference at the Grand Hôtel in Stockholm)

Pour Le Clézio, lauréat du prix Nobel de littérature en 2008, le désert est également un espace de quête et de transformation. Dans Désert (1980), il explore à travers le destin croisé de ses personnages, la confrontation avec le désert comme une expérience de dépouillement, mais aussi de connexion profonde avec le monde. Le désert, chez Le Clézio, est à la fois le lieu de l’exil et de la résistance, un espace où la mémoire et l’histoire se rencontrent, où le silence et l’immensité invitent à une réflexion sur l’identité et l’altérité.

Michel Tournier

Michel Tournier, dans Le Roi des Aulnes et d’autres œuvres, traite également le désert non pas comme simple décor, mais comme un lieu chargé de signification, capable de métamorphoser ses personnages. Chez Tournier, le désert peut symboliser le vide existentiel, mais aussi un appel à une quête spirituelle et à un renouveau. Il s’intéresse à la manière dont le désert, par son immensité et sa rudesse, force l’individu à se confronter à lui-même, à ses peurs et à ses désirs les plus profonds.

Désert du Taklamakan, Chine

Le mythe du désert chez Saint-Exupéry, Le Clézio, et Tournier sert de toile de fond à une exploration de la condition humaine, offrant une riche palette d’émotions, de réflexions et de transformations. Chaque auteur, à sa manière, montre comment ce milieu extrême peut révéler l’essence de l’être humain, ses forces et ses vulnérabilités. Le désert devient un miroir de l’âme, un lieu où le temps et l’espace prennent une autre dimension, où le réel et le symbolique se rencontrent.

  • « Initiation et Transcendance », un chapitre où l’Humain, être de transcendance est un être d’ouverture. Un dernier chapitre abordant l’essence même de l’initiation maçonnique, la transformation personnelle et la quête de la transcendance spirituelle.
1re de couverture, détail

La revue annuelle Arcana est une source précieuse pour ceux qui s’intéressent à la spiritualité, à l’ésotérisme et à la tradition maçonnique égyptienne et à son héritage spirituel.

ARCANA-La revue du Grand Ordre Égyptien du Grand Orient de France

Le dossier « La Chevalerie à l’Aigle Rouge »

N° 12, avril 2024, 64 pages, 15 € – 18 € port inclus

Disponible chez Conform édition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES