mer 17 avril 2024 - 14:04

Partir avec… ses doutes, ses incertitudes, ses colères

L’histoire nous plonge dans un dialogue intemporel entre une femme et son ange gardien, cette petite voix murmurant dans sa tête. Frédérique, à la croisée des chemins, s’apprête à vivre une aventure inattendue et extraordinaire, qui la mènera au cœur des méandres de l’inconnu.

Si la vie n’est qu’une suite d’obstacles, faut-il les résoudre pour en sortir grandie ? Pouvons nous refuser la mort au prétexte qu’on a encore « trop de choses à faire » l’héroïne vit une expérience de mort imminente et ses « guides » lui retracent ses expériences passées. Comme Platon devons nous imaginer que l’âme survit ? Qui conduit le train de notre destinée ? Il y a du « MATRIX » et du HARRY POTTER dans les interrogations de l’auteure et si le pari de Pascal se rejouait à chacune de nos interrogations sur le sens de notre vie ?…Si comme le dit l’adage : « partir, c’est mourir un peu », l’ouvrage nous apprend que mourir n’est peut-être pas partir du tout.

L’AUTEURE

Donat-Sol aime les voyages et la nature. C’est dans la plénitude des ballades en campagne qu’elle puise son inspiration. Poésie et musique accompagnent la rédaction de ce roman pour aller chercher au plus profond de son âme: émotion, humour et peut-être, dérision. Comme elle l’écrit, en préambule c’est son « ange gardien » qui a tenu sa plume pour rédiger un dialogue intemporel sur ses doutes, ses incertitudes et ses colères.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour cette interview; Cette personne a une façon délicieuse de parler de ses questionnements et des réponses qu’elle y apporte. Une belle âme, c’est évident.
    La seule chose qui me dérange est l’emploi des mots “être positif” pour qualifier ce que je préfère appeler “garder la foi et l’espérance en soi,” et ainsi de choisir d’avancer avec confiance. L’expression qu’elle emploie et redit à plusieurs reprises est aujourd’hui devenu un élément de langage tellement galvaudé que c’est un “fourre-tout” qui ne veut plus rien dire car chacun lui fait dire ce qu’eil veut. Bien nommer est une des premières choses qu’on apprend sur le chemin initiatique pour bien développer sa pensée symbolique. Il me semble qu’elle n’en manque pourtant pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

jissey
jissey
Jacques Carletto est journaliste, Conseil en Communication et Directeur de Collection ésotérique aux Editions Dervy - LES OUTILS MACONNIQUES DU XXI e siècle – la collection qui pose des questions- ( 40 ouvrages parus) au Groupe TREDANIEL. il interviewe en vidéo chaque semaine des auteurs ayant publié des ouvrages de spiritualité et développement personnel. Ses vidéos se retrouvent sur le site maçonnique européen N° 1 (500 à 1200 lecteurs uniques/jour) et sont visitées entre 3K et 14 K lecteurs par semaine Jacques Carletto a dirigé les publications IBM France pendant 10 ans – Conseil indépendant, il a contribué aux études de repositionnement de magazines en kiosque. Il a également enseigné les techniques du journalisme en licence et maitrise à la Sorbonne Nouvelle – Paris pendant 5 ans. Créateur de la méthode marketing ESM ( Entretiens Systé-Marketing) applicable aux situations de crise en entreprise il l’a également enseignée pendant 5 ans en MASTERS 1 & 2 à la Sorbonne Nouvelle -Paris NB/ Pour visiter son site gratuit d'interviews YOUTUBE => https://www.youtube.com>user>jissey92 ou contact:jissey@wanadoo.fr

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES