lun 24 juin 2024 - 02:06

Loges et Temples Maçonniques à Madagascar

Une Loge à Foulpointe (actuellement Mahavelona), sur la côte milieu est de Madagascar, a eu une existence fugace en 1798. Elle a été créée conjointement par des Frères de France, de l’île de la Réunion (anciennement appelée Bourbon) et de l’île Maurice (anciennement île de France). Précisons que ces Frères pratiquaient la traite d’esclaves, la culture et l’exportation du riz ainsi que l’élevage et la commercialisation des bœufs.

Une autre Loge à Tananarive (actuellement Antananarivo) qui existe encore jusqu’à aujourd’hui, c’est la loge symbolique « Imerina » qui a vu le jour le 8 septembre 1890. Imerina connait des éclipses de 1891 à 1898 : inactive car interdite par la monarchie de Madagascar au moment de la guerre franco-malgache. Elle ne reprend des activités régulières que fin 1898, après la conquête Française de Madagascar.

Que peut-on dire des Temples ?

De 1904 à 1907, les travaux sont organisés dans des locaux provisoires, puis lors de sa tenue solennelle (21 juillet 1906), la R∴L∴ France Australe (Grand Orient) a décidé de se construire un temple et de constituer à cet effet un capital de 15000 francs par lancements d’actions de 100 francs. Finalement, la Société anonyme immobilière, dénommée « la sécurité » propriétaire et gestionnaire a eu son capital fixé à 12000 francs en 240 actions de 50 francs et son siège social était fixé rue Gallieni, adresse officielle du Temple.

 C’est LE PREMIER TEMPLE DE LA RUE GALLIENI

L’édification de ce Temple à Tananarive avait constitué une réelle avancée de la franc-maçonnerie à Madagascar.

La liste des actionnaires nous est connue ; elle a été publiée dans son édition du 9 août 1908 par le journal “Le Signal de Madagascar”. Ils sont trente actionnaires, parmi lesquels on distingue : – 7 membres de l’enseignement (Autret, Devaux, Gatault, Landeroin, Lefèvre, Méheust et Riou), dont 5 ont moins de trente ans, indicateur de la jeunesse des instituteurs recrutés pour la colonie ; – 6 autres actionnaires sont fonctionnaires des Travaux Publics (Dorland, Fouchard, Girod, Hugues, Jaquet et Pireaud).

Ceci nous donne déjà des premiers éléments quant à la sociologie de la loge à ses débuts, jeune et composée majoritairement de fonctionnaires.

 La Ligue des Droits de l’Homme Dans “Le Signal de Madagascar” de Tamatave (actuellement Toamasina) 01/08/1908, représentée par Henri de Busschère journaliste très anti-maçon et très anti-Victor Augagneur (gouverneur de Madagascar et ancien Vénérable Maître de la R∴ L∴ Les Amis de la Vérité à Lyon), interpelle l’opinion publique au sujet des administrateurs de la société “La Sécurité” : tous les six sont évidemment francs-maçons et, pour trois d’entre eux, fonctionnaires des Travaux Publics (Alfred Jaquet, Rémy Hugues, Eugène Pireaud).

Déjà à cette époque, Il dénonce un possible conflit d’intérêt.

Henri de Busschère dit alors : « M. Jaquet est, si je ne me trompe pas, adjoint au directeur des travaux publics. Cette qualité seule aurait dû l’éloigner d’un conseil d’administration ».

 Ce procès est relayé par La Ligue des Droits de l’Homme, alors dirigée à Paris par des protestants (Francis de Pressensé et Mathias Morhardt) qui saisissent l’occasion pour mettre également en cause Victor Augagneur et sa politique de laïcisation de l’école à Madagascar.

 Quoi qu’il en soit, le bornage provisoire de l’emplacement du Futur Temple eut lieu le 12 mai 1908. Quant à sa construction, elle fut achevée en quelques mois. Mais à cause de son emplacement centralisé dans la ville d’Antananarivo et quelques problèmes de sécurités liés à la curiosité des gens, il a été décidé de construire un autre Temple à la périphérie de la capitale. La construction de celui-ci fut prise en charge par la famille Gay propriétaire d’un grand hôtel à Tananarive à cette époque.

La grande particularité à cette époque fut la convivialité maçonnique des banquets Fraternels. La loge Imerina était souvent associée aux agapes du Grand Orient, et inversement.

Le menu du banquet solsticial du 27 janvier 1906 de la RL France Australe était même imprimé (Cfigure)

Ces fêtes qui ont lieu dans les Loges de la capitale de Madagascar se prolongent jusqu’à minuit plein…et passé.

Une quête a été faite, après le banquet au profit de l’Orphelinat Maçonnique.

Actuellement avec l’augmentation des Obédiences et des Loges, les Temples ont essaimé non seulement dans la capitale mais également dans toutes les régions.

Que penser de l’existence des Francs-Maçons à Madagascar ?

On peut dire que la Franc-Maçonnerie a encouragé l’action culturelle en faveur du développement des particularités de Madagascar.

On peut d’ailleurs citer dans ce sens :

  • La création du « prix de Madagascar et de la réunion » 1913
  • La création d’une école des Beaux-Arts, ouverte aux filles et aux garçons.
  • « L’exposition artistique » de la Foire de Tananarive 1923

De façon générale, la Franc-Maçonnerie est assez bien acceptée à Madagascar, ce qui n’est pas comparable à ce qui s’est passé au Sénégal lors du REHAFRAM 2018 (Rencontres Humanistes et Fraternelles d’Afrique et de Madagascar).

Le problème de la Franc-Maçonnerie, c’est qu’elle est très européocentrique : racines bibliques, kabbale, romaine, grecque … essentiellement. Et comme tout le pourtour de la méditerranée pense être le nombril du monde tout comme la Chine se nomme elle-même « l’Empire du milieu ». On ne peut s’empêcher de penser que tout cela cache des visées impérialistes sous-tendues par une pensée monomaniaque. Et, il est presque normal que ceux qui ne s’accrochent qu’à cela, sont incapables de transcender vers l’universalité de la condition humaine.

 Ref : « de la France Australe à l’Etoile Australe (1903 – 2023)

Histoire générale de la Franc-Maçonnerie à Madagascar (édition à paraitre) – Jean Luc LE BRAS 7 mai 2023

Contribution de notre F∴ Francis Rabenjamina

8 Commentaires

    • Merci mon F:. J’espère que je donne l’exemple et que d’autres vont enrichir cette histoire…et parler aussi du Présent Maçonnique dans les différentes villes de Madagascar

    • Bonjour,

      Je prends connaissance avec intérêt de l’histoire maçonnique sur la Grande Ile.
      Je suis dans une loge du DROIT HUMAIN en FRANCE, et je viens à TANA au mois de févier 2024. J’aurais plaisir à partager avec vous une rencontre à l’occasion d’une tenue.
      Naturellement à votre écoute, bien cordialement. Christian VERNAND

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES