mer 19 juin 2024 - 00:06

Qu’est-ce qui se cache derrière les théories du complot sur les francs-maçons

De notre confrère allemand sonntagsblatt.de

De nombreuses rumeurs et histoires de complot entourent les francs-maçons. Le commissaire de la secte de l’Église d’État, Matthias Pöhlmann, explique ce qu’est vraiment la communauté des hommes secrets.

l y a 50 ans, en 1973, les pourparlers de Tutzing entre la franc-maçonnerie et l’Église évangélique ont eu lieu. De plus, des représentants des Grandes Loges Unies d’Allemagne et de l’EKD se sont rencontrés au lac de Starnberg. L’une des conclusions était, entre autres, que la franc-maçonnerie ne se considère pas comme une communauté religieuse qui veut concurrencer les confessions chrétiennes ou d’autres religions. 

Et aujourd’hui? Nous avons parlé au commissaire de la secte de l’église d’État, Matthias Pöhlmann, de la relation entre les loges et l’église aujourd’hui, de ce qui se cache derrière les rumeurs de conspirations présumées et de la réalité de la communauté des hommes secrets.

“La symbolique et les rituels viennent de ce monde de confréries de tailleurs de pierre.”

Beaucoup connaissent les francs-maçons principalement à partir d’histoires de complot. Où est la véritable origine ?

Matthias Pöhlmann : La franc-maçonnerie organisée a commencé en 1717 lorsque plusieurs loges individuelles à Londres ont fusionné pour former une grande loge anglaise. Cette année est souvent citée comme l’année légendaire de fondation de la franc-maçonnerie. Cependant, il existe également d’autres datations dans la recherche qui prétendent que l’émergence aurait pu avoir lieu un peu plus tôt ou un peu plus tard. Malheureusement, les documents pour cela manquent.

Cependant, on peut voir qu’au moins les confréries médiévales dites tailleuses de pierre ont inspiré les francs-maçons. La symbolique et les rituels viennent de ce monde de confréries de tailleurs de pierre. C’étaient des maîtres d’œuvre extrêmement compétents qui n’étaient pas soumis aux droits de guilde locaux, mais travaillaient dans tout le pays et avaient des connaissances spéciales en construction pour la construction de cathédrales. Ils s’appliquaient ensuite également aux cabanes de construction appropriées et devaient identifier leurs connaissances en construction avec un mot de passe et des poignées spéciales pour la protection. Ils se distinguaient des maçons traditionnels qui travaillaient la pierre à gros grains, car leur travail spécifique consistait à travailler la pierre reconstituée pour les cathédrales. Pour cela, ils avaient besoin de connaissances et de compétences particulières pour protéger ces secrets professionnels.

Quels symboles viennent de ces confréries ?

Par exemple, quand il est dit qu’un Frère maçon fait un dessin, cela signifie qu’il doit donner une conférence dans la Loge ou se voit confier une tâche par le Maître de la Chaire, qui est le Président d’une Loge. Dans les loges se trouvent divers offices et aussi des symboles de cette époque des confréries de tailleurs de pierre, comme l’angle droit, le compas ou le fil à plomb.

Comment s’est passée la transition ?

Au fil du temps, les maçons “opératifs” se sont développés en une forme “spéculative” et symbolique de la franc-maçonnerie. La terminologie, les rituels et le symbolisme ont été adoptés dans les loges dites “lodge”, le mot anglais pour Bauhütte. De plus en plus de maçons non opératifs, c’est-à-dire de francs-maçons symboliques, étaient représentés. Cette forme d’organisation a été utilisée pour échanger et discuter de nouvelles idées sous la protection de ces loges. Cependant, la transition exacte est encore une sorte de “boîte noire” et n’est pas entièrement explorée.

“Il est frappant que ce soit la forme classique d’une communauté masculine.”

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, la franc-maçonnerie peut être considérée comme une forme classique de société masculine éthique. Ils se sont donné pour tâche de travailler sur leur propre personnalité et de devenir de meilleurs hommes. Il est frappant que ce soit la forme classique d’une communauté d’hommes. Dans le même temps, il existe également des femmes francs-maçons en Allemagne, bien qu’en nombre beaucoup plus restreint, estimé entre 600 et 700 par rapport aux quelque 15 000 hommes francs-maçons.

Les loges de femmes sont probablement arrivées plus tard, n’est-ce pas ?

Alors c’est comme ça, et là nous avons fondamentalement trois représentations. Nous avons la franc-maçonnerie masculine et les loges féminines. La troisième forme est la franc-maçonnerie mixte, venue très fortement de France. La franc-maçonnerie allemande est basée sur les dispositions de la Grande Loge anglaise. Elle jouit d’une dignité particulière et détermine en fin de compte quelle Grande Loge est régulière et laquelle ne l’est pas. Pour obtenir un brevet, certains critères doivent être remplis : Il doit être légal. Les loges allemandes sont basées sur la Grande Loge anglaise.

Matthias Pöhlmann Commissaire du culte Église d'État de Bavière

ELKB Matthias Pöhlmann est le commissaire de secte de l’église d’État de Bavière

À quoi ressemble la franc-maçonnerie en Allemagne ?

En Allemagne, il existe différents enseignements de la franc-maçonnerie, qui sont regroupés sous l’organisation faîtière des Grandes Loges Unies d’Allemagne. La plus grande grande loge de ce pays est celle des «maçons anciens, libres et acceptés d’Allemagne», qui a un objectif humanitaire.

Une autre grande loge est l’Ordre maçonnique, qui utilise un système suédois et est similaire à un ordre religieux de chevaliers. Les autres grandes loges sont la loge mère nationale « To the Three Globes», ainsi que la grande loge américano-canadienne et britannique.

Ces différentes Grandes Loges ont choisi les types d’apprentissage de base d’Apprenti, de Compagnon et de Maître, certaines Loges offrant des niveaux de connaissances supplémentaires. Une forme spéciale est la franc-maçonnerie de haut degré, par exemple dans le “ Rite écossais ancien et accepté d’Allemagne ”, qui comprend un total de 33 degrés et est considérée comme un approfondissement ou une continuation des degrés d’apprenti, de compagnon et de maître.

“L’idée d’humanité joue un rôle important dans la franc-maçonnerie.”

Qu’est-ce qui relie les francs-maçons, quelles valeurs sont importantes pour eux ?

L’idée d’humanité joue un rôle important dans la franc-maçonnerie. Tolérance, égalité et fraternité sont donc les vertus correspondantes de la franc-maçonnerie.

Cela ressemble aux Lumières et à la Révolution française.

Oui, l’émergence de la franc-maçonnerie était certainement une réaction à l’absolutisme et a également été influencée par les expériences des guerres de religion. L’objectif était de créer un espace dans lequel les guerres n’éclateraient plus en raison des différences religieuses. La loge doit être un lieu de fraternité et de compréhension. Il ne devrait pas parler de politique ou de religion. Plus précisément, il s’agit de politique partisane et de conflits confessionnels, afin de ne pas introduire de conflits dans les loges. C’était l’idée de base qui continue à ce jour.

Au début, de nombreux aristocrates, y compris des rois et des empereurs, étaient étroitement associés à la franc-maçonnerie. Surtout en Prusse, les empereurs étaient aussi les patrons de la franc-maçonnerie. Frédéric le Grand, par exemple, est entré en contact avec la franc-maçonnerie par l’intermédiaire d’amis et s’est montré intéressé par de nouvelles idées. Bien que la franc-maçonnerie soit éclairée, tolérante et ouverte aux nouvelles idées, elle était entièrement dominée par les hommes. Les loges étaient dominées par les hommes, avec des costumes et des rôles correspondants. Cette contradiction a accompagné les francs-maçons dès le début : d’une part l’idée d’égalité des droits, d’autre part des hiérarchies diverses au sein des loges avec offices et assimilés.

“L’élite intellectuelle ne se rassemble plus exclusivement dans les loges maçonniques.”

Pouvez-vous dire que la franc-maçonnerie était une tendance à l’époque ?

L’émergence de la franc-maçonnerie est également marquée par l’esprit des Lumières et une nouvelle mode dans laquelle se crée un réseau d’amitiés et de contacts. Ce réseau et la rencontre avec des hommes que l’on n’aurait peut-être jamais rencontrés autrement sont l’une des forces annoncées de la franc-maçonnerie à ce jour.

Cependant, beaucoup de choses ont changé au fil du temps. L’élite intellectuelle ne se rassemble plus exclusivement dans les loges maçonniques, car on se demande souvent s’il existe aujourd’hui des maçons éminents ou connus. La liste de ces personnes est maintenant assez mince et les noms les plus connus incluaient Goethe et d’autres. L’une des dernières grandes connaissances, que presque personne ne connaît plus, était Karlheinz Böhm, fondateur de la fondation “People for People”, et Holger Börner, l’ancien Premier ministre de Hesse. Il y a aussi un acteur qui a joué dans Good Times Bad Times…

…Wolfgang Bahro alias Jo Gerner ?

Exactement.

Quel est l’impact public des francs-maçons ?

Dans la franc-maçonnerie, vous pouvez bien sûr sentir le changement dans l’environnement social, en particulier en ce qui concerne la situation concurrentielle avec les Lions et les Rotary Clubs, les soi-disant Clubs de service. Les francs-maçons sont également engagés socialement et travaillent pour de bonnes causes, mais ils sont plus engagés dans l’aide silencieuse. En revanche, les clubs service préconisent de faire le bien et d’en parler le plus possible. Cette différence signifie que beaucoup de gens ne savent pas que les francs-maçons soutiennent également des projets sociaux.

Alors que les francs-maçons ont été persécutés et interdits dans le passé, en particulier à l’époque nazie, ils ont évolué. Aujourd’hui, ils sont tolérés dans la société et sont impliqués dans des projets sociaux. Cependant, ils gardent un secret et soulignent que la franc-maçonnerie est une expérience personnelle.

La franc-maçonnerie a évolué au fil du temps et montre aujourd’hui un intérêt pour le dialogue et l’échange avec le public. Les francs-maçons sont attachés à des objectifs intéressants et sont prêts à parler. À titre d’exemple, j’ai observé dans une loge de Francfort qu’ils possédaient des biens immobiliers dans la Kaiserstrasse et les louaient. Bien qu’ils ne soient pas autorisés à faire de profit, ils mettent les bénéfices à la disposition de la musique d’église. Ceci est bien sûr extrêmement positif et montre que les francs-maçons apportent également une contribution précieuse à l’engagement social.

“L’Église évangélique a eu une relation plus détendue avec la franc-maçonnerie dès le début, puisque beaucoup des premiers francs-maçons étaient protestants.”

En parlant de cela : quelle est la relation entre les francs-maçons et les églises ?

Il existe des différences claires concernant la relation entre la franc-maçonnerie et les diverses dénominations. L’Église catholique a eu des difficultés avec les francs-maçons dès le début. En 1917, un catholique franc-maçon est excommunié. Cette interdiction stricte a été assouplie en vertu de nouvelles réglementations, mais l’Église maintient toujours l’incompatibilité. Les raisons en sont dans l’universalité et le relativisme que diffuse la franc-maçonnerie, ainsi que dans la question des actes sacramentels.

Dès le début, l’Église évangélique a eu une relation plus détendue avec la franc-maçonnerie, puisque bon nombre des premiers francs-maçons étaient protestants. Bien qu’il y ait eu des pourparlers entre l’Église évangélique et les Grandes Loges Unies d’Allemagne dans les années 1970 pour parvenir à un accord, certaines questions sont restées sans réponse.

En ce qui concerne la religion, il existe différentes visions au sein de la franc-maçonnerie, certains se considèrent comme religieux, d’autres ont une religiosité implicite, et il y a aussi des athées.

Pourquoi les francs-maçons gardent-ils le secret sur leurs réunions et leurs rituels ?

En franc-maçonnerie, la tradition du secret est un moyen d’instaurer la confiance au sein de la loge. Un franc-maçon ne doit pas trahir son frère, et les discussions internes doivent rester au sein de la loge. Ce secret sert d’exercice éthique et crée un espace sûr d’échange, d’amitié et de confiance.

Il est fascinant qu’il n’y ait pas de titres ou de différences professionnelles dans la Loge – tous sont frères sur un pied d’égalité. Certains francs-maçons ont déjà rencontré des personnes intéressantes à travers cette communauté. Par exemple, un maître boulanger qui faisait une conférence aux frères m’a dit qu’il y avait des professeurs et que c’était un gros défi pour lui. Il n’y a pas de hiérarchie dans la Loge.

Je me suis aussi demandé pourquoi le secret et l’isolement sont nécessaires. Mais cela semble aussi être un jeu pour souligner la valeur ajoutée. Dans ma publication, j’ai décrit les rituels, et certains francs-maçons en ont pris note avec un cœur lourd. Un maître maçon a recommandé le livret aux jeunes frères, mais il a rendu inaccessibles les rituels de degré supérieur afin de ne pas interférer avec l’expérience personnelle. L’expérience joue un rôle important dans la franc-maçonnerie.

“Il n’est pas rare que des organisations perçues comme opaques ou mystérieuses fassent l’objet de théories du complot.”

Venons-en à la question qui mérite d’être posée : d’où vient toute cette fiction complotiste sur les francs-maçons ? Est-ce uniquement à cause de leur secret ?

Cela remonte aux premiers jours des premières loges et une grande partie de cela a été jouée par quelqu’un du nom de Leo Taxil. C’était un journaliste et un esprit libre qui était initialement dans la loge mais a ensuite été expulsé. Après cela, il a diffusé des rapports aventureux sur de prétendues machinations sataniques de la franc-maçonnerie. Il a affirmé que les maçons tenaient le culte du diable et autres. Taxil a ensuite été embauché à l’Église catholique pour éduquer sur ces activités supposées dangereuses des francs-maçons. Lors d’une grande convention, il a présenté ses “révélations” aux membres du clergé, répandant ainsi l’image des machinations sataniques dans la franc-maçonnerie jusqu’à admettre publiquement qu’il avait diffusé de “fausses nouvelles”.

Des gens comme Alfred Rosenberg, l’idéologue en chef du NSDAP, ont également alimenté le sentiment anti-franc-maçonnerie.Des allégations et des rumeurs ont circulé allant de pactes avec le diable à des maisons soi-disant dangereuses construites par des francs-maçons. De telles idées témoignent d’un véritable ennemi de la franc-maçonnerie, qui repose sur l’ignorance et les insinuations.

Il n’est pas rare que des organisations perçues comme opaques ou mystérieuses fassent l’objet de théories du complot. Cela s’applique non seulement à la franc-maçonnerie mais aussi à d’autres institutions telles que le Vatican. En raison de leur internationalité, les francs-maçons étaient également supposés avoir de l’influence et beaucoup d’argent, ce qui, cependant, ne correspond pas aux faits. De telles idées fausses et suspicions sont souvent basées sur un mélange d’ignorance et de besoin d’explications simples pour des phénomènes complexes.

“Les dialogues avec les francs-maçons sont intéressants et enrichissants pour les deux parties.”

Comment pensez-vous que la franc-maçonnerie va continuer ?

Il est difficile de donner une prévision précise. Le développement de ces dernières années montre cependant que la franc-maçonnerie gagne à nouveau en popularité. Dans le cadre d’un pluralisme idéologico-religieux, les intéressés semblent opter pour cette forme de spiritualité non ecclésiastique. La franc-maçonnerie peut être considérée comme un type de spiritualité masculine, dans laquelle le transcendant joue un rôle. Il est important d’éduquer et de contrer les fausses hypothèses. Il existe de nombreuses formes au sein de la franc-maçonnerie, des francs-maçons chrétiens à ceux qui ont des problèmes avec l’Église.

On m’a moi-même demandé si je voulais devenir franc-maçon, mais ma réponse a été non. J’aime trop les discussions sur la politique et la religion. J’aime cependant donner des conférences dans les loges maçonniques, où je discute des questions de foi. Il y a différents points de vue au sein de la franc-maçonnerie, certains aimeraient plus de relations publiques et aimeraient présenter davantage le profil maçonnique au monde extérieur.

La franc-maçonnerie peut rester lourde car elle contrepointe et met l’accent sur l’engagement dans le processus d’individualisation tout en discutant de valeurs qui peuvent être interprétées différemment. Cependant, les dialogues avec les francs-maçons sont intéressants et enrichissants pour les deux parties. Je vois ma tâche dans la transmission de l’héritage de la foi chrétienne aux francs-maçons également et les encourager à jeter un regard sur l’image de l’homme du christianisme, que je considère comme plus réaliste que les idées parfois trop idéalistes et optimistes de la franc-maçonnerie. Il y a un joli bon mot du côté maçonnique : la franc-maçonnerie serait une bonne chose s’il n’y avait pas les frères.

couverture de livre

Maison d’édition Herder

Les francs-maçons. mythe et histoire

Matthias Poehlmann

Les francs-maçons sont-ils les cerveaux secrets des affaires mondiales et font-ils partie d’un réseau impénétrable de conspirations ? Cherchent-ils le pouvoir politique et l’influence économique ? Gestes, rites et symboles mystérieux – qu’y a-t-il derrière eux ? L’expert confirmé Matthias Pöhlmann offre dans ce livre sous une forme concise et très claire ce qui est difficile à trouver ailleurs : des informations fiables sur un sujet où les mythes couvrent souvent les faits.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES