jeu 13 juin 2024 - 23:06

Les archives révèlent la véritable histoire de la franc-maçonnerie de Léon

De notre confrère espagnol ileon.eldiario.es – Par Javier Fernández-Llamazares

Les francs-maçons léonais étaient «quatre chats» sans grande influence ni pouvoir, ils n’avaient ni cornes ni queues, et encore moins étaient-ils persécutés pour leur militantisme maçonnique. Telle est la réalité de la documentation conservée autour de ce mouvement depuis le XIXe siècle.

Si l’on part de la prémisse acceptée que l’Histoire peut être définie comme la recherche et l’acceptation de la connaissance du passé à travers des documents écrits conservés, sur la franc-maçonnerie à León, les documents écrits sont conservés. Tout le reste n’est pas histoire, mais pur mythe et spéculation intéressée basée sur des théories indémontrables, anachroniques et sectaires. Les francs-maçons léonais étaient «quatre chats» sans grande influence ni pouvoir, ils n’avaient ni cornes ni queues, et encore moins étaient-ils persécutés pour leur militantisme maçonnique. C’est la réalité.

Les premières spéculations sur la franc-maçonnerie remontent à 1760, lorsque le comte d’Aranda aurait (soi-disant) fondé la Grande Loge qui deviendrait connue à partir de 1780 sous le nom de Grand Orient d’Espagne, fortement influencée par la franc-maçonnerie française (comme le reste des francs-maçonneries) du monde). En 1800 elle compterait 400 loges et serait sous la direction du comte de Montijo , qui avait succédé à Aranda. Sa simple existence est cependant très discutable, et le résultat, selon Ferrer Benimeli , d’une époque où une histoire manipulée de la franc-maçonnerie a été fabriquée afin de la doter d’antiquité et de prestige. Oui en préparationd’un comte d’Aranda, fondateur de la franc-maçonnerie espagnole, a joué son rôle dans l’expulsion des jésuites , la succession du comte de Montijo est un non-sens historique, puisqu’en 1789 le titre correspondait à María Francisca de Sales Portocarrero et au comte consort, Felipe de Palafox ne put être Grand Maître en 1800, étant mort en 1790. C’est son fils, Eugenio Eulalio Palafox Portocarrero , né en 1773 et Comte de Montijo depuis 1808, qui appartient à la loge des Amis Réunis de la Vertu, fondée en Madrid en 1820 et intégrée exclusivement par les Espagnols, qui demandèrent sa régularisation au Grand Orient de France car il n’y avait pas de Grand Orient espagnol. Le 1er mai 1871, le premier numéro duBulletin du Grand Orient d’Espagne et dans le numéro 2 publié quinze jours plus tard La franc-maçonnerie était définie comme suit : 

« La franc-maçonnerie est le rassemblement d’hommes libres et honnêtes qui, véritables apôtres de la vérité, de la science et de la vertu, marchent toujours à la pointe du progrès ; ils instruisent sans cesse par l’enseignement et la pratique ce qui est bien et ce qui est beau, et s’efforcent de faire de l’humanité une seule famille de frères, unie par le travail, l’amour et la pensée ».

De belles paroles qui pourraient être attribuées à l’Église catholique, à la Société royale des amis du pays ou à toute autre mentalité de toute institution philanthropique de l’époque ou du présent le plus immédiat.

Liste de la Loge Legionense d’Apio Herdonio. Centre documentaire de la mémoire historique de Salamanque

Il n’y avait rien de secret dans les composantes de la franc-maçonnerie léonaise, puisqu’elles publiaient leurs noms, prénoms, adresses, profession, état civil… et imprimaient même les données dans des bulletins officiels. De plus, les problèmes économiques des organisations maçonniques étaient une constante. La documentation conservée (telle que celle ci-dessus) montre qu’il y avait fréquemment un grand nombre de victimes dues au non-paiement des quotas établis.

La Real Sociedad Económica de Amigos del País de León et ses partenaires ont été le véritable germe du progrès dans notre province, bien qu’il y ait eu plus de tentatives, comme celle des francs-maçons. En fait, il y avait la même mission et une relation directe avec le but fondateur de la franc-maçonnerie de Léon, qui n’était autre que d’aider les plus nécessiteux : c’était aussi simple que cela. Bien sûr, au fond, c’était la même idée que le clergé appliquait : aider ceux qui en avaient besoin. Une autre chose était la manière dont le financement a été obtenu pour une entreprise aussi compliquée. Car, à quoi les francs-maçons léonais ont-ils utilisé l’argent ? Que faisaient les francs-maçons léonais ?

Document de la Loge ‘Legionense del Herdonio’. Centre documentaire de la mémoire historique de Salamanque

En 1888, la franc-maçonnerie de Leon, dirigée par le mécanicien français Alberto Laurin Pagny, accompagné de Juan Gómez Salas et de Ramón Quijano González (en tant que secrétaire) écrivait, comme on peut le voir sur l’image ci-dessus, que “la situation pénible dans laquelle le dernier les tempêtes de neige et leur fonte peuvent être trouvées dans une multitude de villes situées dans les montagnes de cette province, elle est connue dans toute l’Espagne et n’a pas besoin d’éloges. Cette loge ne doit pas rester immobile en présence de tant de malheurs, et dans la séance extraordinaire tenue le 18, elle a convenu de s’adresser à ce respectable atelier en demande de ressources pour aider ces malheureux montagnards sans abri et sans nourriture [ . .. ] ».

Alberto Laurin Pagny, avec la première voiture immatriculée à León.

Car dans la franc-maçonnerie léonaise de la fin du XIXe siècle, tout était parfaitement typé et réglementé : les règlements des loges maçonniques étaient publiés et quiconque avait la moindre inquiétude à ce sujet pouvait y avoir accès (comme aujourd’hui). Rien n’est plus éloigné des légendes puériles obscurantistes : les francs-maçons avaient tout parfaitement réglé, et ils publiaient ainsi sans vergogne son fonctionnement interne. Contrairement à la Société royale des amis du pays, qui comptait de nombreux hommes et femmes influents et économiquement puissants, à quelques exceptions près qui n’ont aucune comparaison avec les hommes illustres de la Société royale d’économie (Laurín, Duport, Malagón…) cela n’est jamais arrivé avec les francs-maçons léonais. Les francs-maçons léonais n’avaient aucune pertinence sociale.

Couverture du règlement de la Loge ‘Luz de León’. Centre documentaire de la mémoire historique de Salamanque

Au XIXe siècle, il y avait une grande influence française et par conséquent maçonnique dans la configuration commerciale et urbaine de León, et comment pourrait-il en être autrement, des familles françaises comme Laurín ou Duport ont apporté quelques membres à la franc-maçonnerie provinciale. Les Duport ont acquis plusieurs terrains dans la région d’Ordoño II et aux environs de Guzmán, appartenant et finançant des activités maçonniques.

Bien sûr, il y avait aussi des femmes propriétaires d’origine française, comme Isabel Bouchet et Albert, ainsi que de grands acheteurs de biens ecclésiastiques, comme Juan Dantín, également d’origine française. Les pharmacies étaient en grande partie tenues par des familles d’origine française, comme Chalanzón ou Barthe. Des noms de famille d’origine française tels que Lescún, Lubén, Echever, Eguiagaray ou Durruti, se sont liés et se sont consacrés à l’industrie florissante de la tannerie.

Le mensonge anticlérical

Une autre absurdité a été de vouloir présenter ces francs-maçons comme des hommes agressifs et belliqueux de convictions républicaines et anticléricales. Rien n’est plus éloigné de la réalité. Par exemple, le professeur Benito Blanco était un franc-maçon renommé qui a publié de nombreux articles et poèmes dans la presse de l’époque. Il est conseillé à quiconque s’intéresse le moins du monde à ces questions de compiler les écrits de Benito Blanco, pour voir s’il reconnaît un soupçon d’anticléricalisme ou, plus précisément, “d’anti-jésuitisme” – pour plus d’aide, vous pouvez consulter le livre de José Eguiagaray Pallarés intitulé De ayer a hoy , à la page 90 et suivantes, pour voir s’il y a un soupçon d’« anticléricalisme » ou « d’antipatriotisme » – selon les mots de Benito Blanco : eh bien non, c’est tout le contraire .

Le président des francs-maçons, le tailleur Antonio Malagón, envoyait des lettres maçonniques avec l’en-tête de sa maison de commerce (année 1889). Centre documentaire de la mémoire historique de Salamanque

Une telle absurdité sectaire anachronique et insultante est de vouloir placer tous les francs-maçons comme de fervents adeptes des doctrines républicaines du XIXe siècle, en les associant à Gumersindo de Azcárate, Miguel Morán, Felipe Fernández-Llamazares ou d’autres, en les qualifiant d’anti-monarchistes. Que beaucoup de choses les unissent n’en font en aucun cas des « anti-rien ». Benoît White a écrit :

« Le roi entra dans un landau ouvert, suivi de la voiture dans laquelle voyageait le maire, du gouverneur civil D. Enrique Ureña [Barthe] et de D. Félix Argüello, vice-président de la commission provinciale. Arrivé au palais de la Diputación, le gouverneur civil se tenait à pied à droite du carrosse royal et suivait ainsi toute la rue Ancha, chose difficile au milieu d’une foule cordialement enflammée désireuse de se rapprocher du monarque. Lorsqu’ils furent arrivés à la cathédrale et qu’il fut reçu dans l’atrium par l’hon. M. Bishop, de mémoire inoubliable pour les habitants de Leon, D. Francisco Gómez Salazar, cet évêque instruit parmi les instruits qui était professeur de droit canonique à l’Université centrale et pour qui c’était toujours quand D. Gumersindo de Gumersindo visitait Leon pour la première fois, sucrez […] »

Mais quelle manie ont certains historiens de transformer les plus illustres gens de Léon en anticléricaux !

Lettre d’Emilio Menéndez Pallarés à José Pallarés Berjón. Archives Banque Fernández Llamazares

Le célèbre franc-maçon Emilio Menéndez Pallarés a envoyé des lettres de Madrid à son cousin de sang José Pallarés Berjón avec la normalité la plus absolue, comme le montre ce fragment de la lettre ci-dessus où il offre sa collaboration, et celle des francs-maçons portugais, afin qu’il puisse faire des affaires. à Lisbonne, car une partie des articles vendus à León provenaient de fournisseurs portugais. 

Et c’est qu’au sein de la franc-maçonnerie léonaise il y avait de tout. Ni Miguel Morán ni Gumersindo de Azcárate, ni un seul document sur un seul membre de la famille Fernández-Llamazares n’incitent à penser qu’ils appartenaient à la franc-maçonnerie (qu’ils aient sympathisé avec elle ou non). Les listes des maçons léonais conservés le précisent. Et il y a des mécaniciens, des militaires, des professeurs, des tailleurs, des commerçants, des employés, des entrepreneurs, des industriels, des avocats, des médecins et même deux femmes “femmes au foyer”.

Et qu’est-il arrivé aux francs-maçons et aux “mystérieux documents maçonniques” de 1936 à León ? Ce sera le sujet d’un prochain article, car, malheureusement, les historiens d’aujourd’hui continuent de nourrir trop de bobards

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES