dim 23 juin 2024 - 07:06

Les trois secrets de la Franc-maçonnerie

De notre confère suisse bazonline.ch – Par Daniel Aenishanslin

Christoph Grauwiller a fait des recherches sur le sujet des francs-maçons. Ses recherches révèlent que les francs-maçons sont intervenus de manière décisive dans la fondation du canton rural.

“C’est clair. Les francs-maçons ont largement contribué à la fondation et à l’établissement du canton de Bâle-Campagne.» C’est dire Christoph Grauwiller, 79 ans, lui-même maître dans une loge maçonnique bâloise. Grauwiller a accumulé beaucoup de connaissances sur son espèce. Le Liestaler construit maintenant ses conférences sur cette connaissance. Plus récemment chez le poète : intérieur et musée de la ville de Liestal.

La conférence portait sur ce point de référence des francs-maçons dans la région de Bâle. Elle a voulu démontrer que sans le réseau des francs-maçons Baselbieter, “beaucoup parlent avec mépris du feutre”, cela n’aurait pas fonctionné avec un canton indépendant. Mais ce ressenti est beaucoup plus tourné vers le bien commun “que le lobbying d’aujourd’hui, qui ne vise qu’à faire passer ses propres intérêts”.

Christoph Grauwiller est assis dans le faucon derrière une pile de dossiers. Le restaurant servait autrefois de bar pour le pavillon Liestal “Zur Bundtreue”. “Il y a encore beaucoup de rumeurs sur la Franc-maçonnerie aujourd’hui”, dit-il. Il n’y a que trois secrets : ceux des trois rituels d’apprenti à compagnon à maître. Avant le rituel, personne ne sait à quoi s’attendre. Seul le maître connaît les trois parce qu’il les a expérimentés lui-même.

Exclus parce qu’ils ont fait preuve de compréhension

Ce sont des initiés, les neuf francs-maçons autour du leader révolutionnaire Stephan Gutzwiller qui ont été expulsés de la loge bâloise. Exclus parce qu’ils ont traité les paysagistes avec compréhension. Parmi eux se trouvaient Karl Gottlieb Kloss, qui devint plus tard le beau-père du conseiller fédéral Emil Frey, Johannes Mesmer, dans le restaurant duquel ils rencontrèrent à Muttenz, ou Benedikt Banga, rédacteur en chef du prédécesseur de la « Basellandschaftliche Zeitung », fondée en 1832 sous le titre « L’intrépide Rauracher ».

Le restaurant Falken, siège de la loge Liestal "Zur Bundtreue", au tournant du siècle.
Le restaurant Falken, siège de la loge Liestal “Zur Bundtreue”, au tournant du siècle.Image : Archives Grauwiller

La politique est en fait taboue dans une loge, c’est pourquoi la partisanerie et les exclusions dans le chaos de la séparation des années 1830 sont atypiques. «La religion, Dieu sont tabous. Nous n’avons qu’un seul bâtisseur tout-puissant de tous les mondes.” Un terme que l’hindou, le juif, le musulman et le chrétien peuvent accepter. Le maître parle couramment au pied levé. Il n’a pas touché à la tasse de thé qu’il a commandée.

Les nobles valeurs

Même si la religion ne devrait pas jouer un rôle, les idéaux des francs-maçons pourraient certainement être fondateurs de la religion. L’honnêteté, la fidélité, la bonté en font partie. Résistance à l’injustice, et devant Dieu la Franc-maçonnerie doit être révérence et amour. “On ne devient pas franc-maçon, on l’est déjà”, déclare Grauwiller, ancien enseignant, directeur, inspecteur d’académie et major de l’armée suisse. “Il ne faut pas reconnaître un franc-maçon à ses paroles, mais à ses actes.”

C’est un pacifiste. Complètement. C’est pourquoi il n’apprécie pas le monument qui commémore la bataille du Hülftenschanz. « Cela ne nous sert à rien d’honorer les héros et d’adorer la guerre ; les héros étaient ceux qui ont été condamnés à la prison pour avoir voulu aider le peuple.” Le 3 août 1833, la bataille décisive entre les troupes du domaine bâlois et les ouvriers ruraux se déroule au Hülftenschanz près de Pratteln.

Équerre et compas sur le Volume de la Loi sacrée (VLS).

Christoph Grauwiller fait une brève digression et raconte au passage une anecdote tirée de son riche fundus franc-maçon. Comme Joseph-Ignace Guillotin, un franc-maçon qui a donné au monde la guillotine qui porte son nom, rendant l’inhumain plus humain. Des maçons partout. Il fallait souvent plusieurs coups d’épée pour décapiter le condamné. “Une exécution est tout sauf maçonnique”, critique-t-il. Une telle guillotine peut être vue dans le musée du bourreau à Sissach.

Libération du peuple et découverte à Aarau

Les francs-maçons sous Stephan Gutzwiller étaient si importants parce qu’ils étaient des gens instruits, savaient lire, écrire et faire de l’arithmétique. “Ils avaient les outils pour mobiliser les personnes nécessaires dans le nouveau canton.” L’éducation a toujours été importante pour eux. « Les maisons d’école devraient être construites sur un terrain plus élevé afin que les gens puissent voir que le plus grand bien n’est pas l’église, mais l’école. L’éducation du peuple est la libération du peuple.” Les francs-maçons ont également fondé la banque hypothécaire pour relancer l’économie du canton rural.

A Aarau, il a trouvé tous les documents de la loge de Liestal, dit Grauwiller. Les neuf francs-maçons qui avaient été virés de la loge bâloise y furent d’abord logés. Il est également devenu clair qu’ils avaient tous entretenu une relation avec Heinrich Zschokke. Il était autrefois un émissaire du gouvernement de Bâle dans un conflit avec le Landschäftler ainsi que le gouverneur de Bâle. “La découverte à Aarau a été mon expérience aha et la clé du traitement historique”, déclare Christoph Grauwiller. Elle est là. La tasse de thé. Toujours intact.  

Aime boire du thé, mais parle rarement des francs-maçons : Christoph Grauwiller.
Aime boire du thé, mais parle rarement des francs-maçons : Christoph Grauwiller.Photo: Nicole Pont

De 1994 à 2022, Grauwiller et sa femme Kathrin ont dirigé le musée « Zum Bunten S ». Il montrait des jouets des monts Métallifères. La collection de 1 100 kilos est allée au musée du jouet de Seiffen l’automne dernier. Retour aux Monts Métallifères.

Symboles

Ses recherches sur les objets exposés ont révélé que la plus ancienne usine de jouets d’Europe, la SFF de Samuel Friedrich Fischer, a été fondée par un franc-maçon. Le logo comporte des équerres et des compas, des symboles maçonniques comme l’œil qui voit tout sur le billet d’un dollar. L’usine a produit les jouets du franc-maçon et inventeur de la maternelle Friedrich Fröbel, un élève de Pestalozzi. Johann Heinrich Pestalozzi lui-même n’était pas franc-maçon, mais parlait devant les Illuminati, un ordre de la noblesse allemande.

« Connais-toi toi-même » est une phrase très importante des francs-maçons. Lorsqu’il réfléchit sur lui-même et sur le fait qu’il est entré en contact avec tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont eu quelque chose à voir avec les jouets des Monts Métallifères, il en vient à la conclusion : “Je ne suis pas quelqu’un qui collectionne, pour accumuler des richesses . Je suis un collectionneur de relations.”

La conversation est terminée, les documents sont à nouveau regroupés. Enfin l’heure du thé. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES