sam 20 avril 2024 - 02:04

La Grande Loge Unie d’Angleterre participe à la #London Pride Parade 2023

C’est aux côtés de la « @Masonic_Charity » que la Grande Loge Unie d’Angleterre (GLUA), « Mother Lodge », participera, le 1er juillet prochain, à la #London Pride Parade 2023

Lisez ci-dessous le témoignage d’un franc-maçon de ladite Grande Loge, membre de la communauté #LGBTQIA+, partageant comment #Freemasonry lui a permis d’embrasser son vrai moi !

Masonic Charity.

Le site de Grande Loge Unie d’Angleterre

LGBTQIA + et franc-maçonnerie : comment un franc-maçon ouvertement gay a été “inculqué” du pouvoir d’être lui-même.

Mon expérience a été fantastique ! La franc-maçonnerie, en particulier ma loge, a continué à me soutenir dans tous mes efforts, qu’ils soient liés à ma sexualité ou non. La franc-maçonnerie offre une plate-forme unique dans laquelle être soi-même, qui que l’on soit.

L’un des fondements de la franc-maçonnerie est l’inclusivité et l’égalité et l’UGLE travaille dur pour s’assurer que les membres de tous horizons sont soutenus et représentés, en particulier ceux qui s’identifient comme LGBTQIA+. L’une des questions les plus fréquemment posées, que nous allons explorer dans cet article, est la suivante : pouvez-vous être gay tout en restant franc-maçon ?

La réponse est un oui retentissant, la franc-maçonnerie est fière de ses valeurs fondamentales d’inclusivité et accueille de nouveaux membres, quelles que soient leur race, leur religion et leur orientation sexuelle.

Pour aider à célébrer le mois de la fierté et mettre en lumière certains de nos membres les plus divers, nous nous sommes assis avec Mitch Bryan, 32 ans, pour discuter de la façon dont il a découvert qu’il était un franc-maçon ouvertement gay.

Frère Mitch Bryan.

Mitch est membre des francs-maçons depuis plus de dix ans, ayant été initié alors qu’il n’avait que 22 ans dans la Royal Sussex Lodge of Emulation No.355 à Swindon et est maintenant Vénérable Maître.

L’homme de 32 ans, qui travaille pour une entreprise énergétique, vit à Londres depuis 16 mois et vit actuellement avec son partenaire Tom à Chiswick.

Nous avons interviewé Mitch qui a partagé avec nous son parcours dans la franc-maçonnerie et nous a expliqué comment le fait de faire son coming-out à ses frères l’a aidé à lui « inculquer » le pouvoir d’être lui-même.

Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre la franc-maçonnerie ?

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été entouré de maçons, principalement des amis de la famille. Ce n’est que lorsque j’ai été un peu plus âgé que j’ai découvert la franc-maçonnerie elle-même et que j’ai commencé à m’y intéresser. Un de mes copains de rugby m’a invité à rencontrer les frères du Royal Sussex après une répétition un soir. Je me suis rapidement inscrit après cela et le reste appartient à l’histoire !

Quand avez-vous réalisé pour la première fois que vous étiez LGBTQIA+, et quand avez-vous commencé à le dire aux autres ?

Honnêtement, je ne peux pas vraiment mettre le doigt sur un moment précis où j’ai réalisé que j’étais gay, mais c’était probablement il y a bien 15 ans. Cela a été une lente prise de conscience pour moi, donc ce n’est qu’au cours des sept dernières années que j’ai commencé à faire mon coming out à mes amis et à ma famille.

Étiez-vous ouvertement LGBTQIA+ lorsque vous avez rejoint les francs-maçons ?

Quand j’ai rejoint la franc-maçonnerie, je n’étais pas ouvertement gay, je n’ai fait mon coming out à mes frères de loge que dix ans après mon adhésion. J’avais l’impression que c’était le bon moment pour moi de sortir car j’étais finalement à l’aise de partager le fait que j’étais gay. 2022 est spécial pour moi à bien des égards, car mon arrivée dans ma loge a coïncidé avec le fait que je devienne Vénérable Maître.

Quelle a été votre expérience en tant que franc-maçon et personne LGBTQIA+ ?

Mon expérience a été fantastique ! La franc-maçonnerie, en particulier ma loge, a continué à me soutenir dans tous mes efforts, qu’ils soient liés à ma sexualité ou non. La franc-maçonnerie offre une plate-forme unique pour être soi-même, qui que l’on soit.

Quelle a été la réaction des autres francs-maçons lorsqu’ils ont découvert que vous étiez LGBTQIA+ ?

La communauté maçonnique a été très réceptive. J’ai reçu des messages très positifs de membres du Craft qui m’ont soutenu sans relâche. C’était fascinant de pouvoir rencontrer d’autres maçons LGBTQIA+ qui se sont présentés à moi après que j’ai commencé à rendre ma sexualité publique. Le soutien de leur part et de tous ceux qui ont confirmé leur soutien a été merveilleux.

Comment décririez-vous les relations avec les autres francs-maçons en termes d’intimité émotionnelle, d’ouverture, d’honnêteté, de soutien, de tolérance et d’acceptation ?

 En tant que jeune maçon, en âge et dans mon parcours maçonnique, j’ai l’impression d’avoir beaucoup apporté en matière de tolérance, d’ouverture et de soutien. Pendant la majeure partie de mon mandat maçonnique, j’ai défendu de jeunes et de nouveaux clubs maçonniques. Cela m’a vraiment ouvert les yeux sur ce que nous pouvons tous accomplir en tant qu’individus, mais plus important encore, comment nous pouvons façonner l’avenir de la franc-maçonnerie.

En étant ouvert et en éduquant ceux qui m’entourent, j’ai été bouleversé par le soutien tangible qui m’a été apporté ainsi qu’à de nombreux autres maçons LGBTQIA+.

La communication est très puissante et constitue un excellent moyen d’éduquer ceux qui ne connaissent pas grand chose à la communauté LGBTQIA+. La démographie des membres maçonniques est vaste, et pour cette raison, nous devons tous être respectueux de la façon dont nous abordons la sexualité, moi y compris. Je connais de nombreux membres qui ont grandi à une époque où l’homosexualité était très mal vue et, dans certains cas, illégale. Pour cette raison, je crois que la seule façon d’aider quelqu’un à comprendre est de partager mes expériences, les problèmes que j’ai rencontrés et les défis auxquels j’ai été confronté. 

Pourriez-vous décrire votre niveau d’ouverture avec les francs-maçons au sujet de votre orientation sexuelle ?

Je suis très ouvert sur le fait d’être gay, mais seulement au point qu’on me le demande. Ma sexualité n’est pas un sujet pertinent dans chaque conversation que j’ai, ni particulièrement intéressant. Le domaine que je pense que nous devons adapter est la façon dont nous abordons nos membres en les incluant en tant qu’individu, puis en tant que communauté.

Les Festivals des Dames sont une partie très importante et traditionnelle de la franc-maçonnerie, remerciant les épouses pour leur soutien indéfectible à leurs maris au cours d’une autre année maçonnique. Cela ne devrait jamais être oublié, mais beaucoup d’entre nous n’ont pas de femme. Je ne voudrais pas changer le terme “Ladies Festival”, mais je voudrais que ceux qui organisent les événements soient conscients de leur démographie et de la façon dont cela pourrait être perçu par un membre de la Loge avec un partenaire, qui peut ne pas être aussi à l’aise pour parler sur leur sexualité que je suis.

Pensez-vous que les francs-maçons soutiennent les membres LGBTQIA+ ?

Absolument. J’ai rencontré des francs-maçons vraiment intéressants et inspirants, homosexuels ou non, qui m’ont inculqué le pouvoir d’être qui je suis. En tant que fraternité, nous sommes très inclusifs et je pense que notre organe directeur, UGLE, continue de chercher des moyens d’inclure tous les hommes dans un monde en constante évolution.

Un excellent exemple en est la récente mise en œuvre de la « politique transgenre ». Pour moi, ce fut un véritable tournant pour la franc-maçonnerie sous UGLE. Il a fait entrer notre fraternité moderne et avant-gardiste dans le 21e siècle.

faites un don.

Je défends continuellement la franc-maçonnerie auprès de tous ceux qui me posent des questions à ce sujet et je peux vraiment dire que nous sommes inclusifs pour tous. Ce que je pense que nous pourrions faire mieux, c’est parler davantage de la façon dont nous sommes réellement inclusifs pour tous. J’ai généralement tendance à trouver que ceux qui ne sont pas d’accord avec les sujets de changement soudain le font parce qu’ils ne connaissent pas grand chose sur le sujet au départ. J’ai été dans cette situation plusieurs fois mais j’ai réalisé rapidement qu’avec quelques recherches et un réseau de soutien, mes craintes étaient généralement ma propre ignorance.

Aviez-vous des idées préconçues sur ce que les francs-maçons pourraient penser de la sensibilisation LGBTQIA+ avant de nous rejoindre ?

Quand on m’a demandé pour la première fois de rejoindre la franc-maçonnerie, j’ai certainement pensé ‘ont-ils laissé les homosexuels se joindre?’. Bien sûr, c’était en 2012, et le Royaume-Uni est un pays culturellement diversifié et la franc-maçonnerie en Angleterre ne fait pas exception. Une fois que j’ai rejoint et décidé par moi-même que c’était le bon moment pour sortir, les membres de ma loge m’ont beaucoup soutenu.

Que pense votre partenaire du fait que vous soyez franc-maçon ?

Mon petit ami, Tom, est intrigué par la franc-maçonnerie, mais pas assez pour qu’il la rejoigne. Il a été d’un grand soutien pendant ma maîtrise et continue de m’aider dans mon cheminement.

Que diriez-vous aux homosexuels qui envisagent de rejoindre la franc-maçonnerie ?  

La franc-maçonnerie m’a donné une plate-forme pour être la meilleure version de moi-même. J’ai rencontré certains des meilleurs humains du monde entier, j’ai été accepté dans des loges à des milliers de kilomètres de chez moi à bras ouverts et j’ai tellement appris sur moi-même et sur ce dont je suis capable. J’ai pu m’entourer de personnes partageant les mêmes idées qui m’ont appris les avantages de l’intégrité, de l’amitié, du respect et de la charité.

Nous tenons à remercier Mitch d’avoir pris le temps de partager son histoire et son parcours maçonnique avec nous.

Source : UGLE united Grand Lodge of England – Construire  une société  bienveillante avec intégrité

https://www.ugle.org.uk/
Freemason’s Hall, Londres.

3 Commentaires

  1. « La franc-maçonnerie est fière de ses valeurs fondamentales d’inclusivité et accueille de nouveaux membres, quelles que soient leur race, leur religion et leur orientation sexuelle » – ’inclusivité sans les femmes ? C’est une blague de la GLUA ?

    • TCF,
      TC Léonard,
      Non, ce n’est pas une blague. Depuis plusieurs années, c’est même juste et parfait.
      Ladite phrase “The answer is a resounding yes, Freemasonry takes pride in its core values of inclusivity and welcomes new members no matter their race, religion and sexual orientation.” est bien écrite sur le site d’UGLE.
      https://www.ugle.org.uk/discover-freemasonry/blog/lgbtqia-and-freemasonry-how-openly-gay-freemason-was-instilled-power-be-himself
      D’ailleurs, la presse anglaise et internationale en parlent notamment :
      – Huffington Post – Les francs-maçons autorisent les femmes membres – si elles se sont jointes en tant qu’hommes
      – The Guardian – “Les francs-maçons admettront les femmes – mais seulement si elles se sont d’abord jointes en tant qu’hommes
      – New York Times – “Les francs-maçons anglais ouvrent la porte aux membres transgenres
      – BBC – “Les francs-maçons acceptent les femmes transgenres

      Une façon normale et logique de rester en harmonie avec la loi anglaise de 2004 sur la reconnaissance du genre (Gender Recognition Act 2004).
      Oui, à la GLUA, Mother Lodge, des femmes sont nos frères.

      La politique complète de l’UGLE est disponible sur leur site Web.
      « Les faits saillants de la nouvelle politique de genre incluent : Un candidat à l’admission à la franc-maçonnerie sous la juridiction de l’UGLE doit être un homme. Si une personne qui a subi un changement de sexe et est devenue un homme demande à devenir franc-maçon, sa demande doit être traitée de la même manière que pour tout autre candidat masculin ».

      Un franc-maçon qui après l’initiation cesse d’être un homme ne cesse pas d’être un franc-maçon. Un franc-maçon qui devient une femme n’est pas tenu de démissionner du métier. Si une personne démissionne de l’artisanat, elle et les personnes à sa charge pourraient ne plus être éligibles à certains des avantages offerts par les œuvres caritatives maçonniques maintenant ou à l’avenir. Une Loge peut voter pour exclure tout membre pour un motif suffisant. Les motifs suivants constitueraient une discrimination illégale et ne pourraient donc jamais constituer une cause suffisante :

      Le fait qu’un membre soit légalement devenu une femme ;
      Une croyance erronée selon laquelle un membre est légalement devenu une femme ;
      Le fait qu’un membre soit en train de passer d’un homme à une femme ; ou
      Une croyance erronée selon laquelle un membre est en train de passer d’un homme à une femme.
      De même, une Loge ne doit pas tenter de persuader un membre de démissionner de la Loge ou de discriminer un membre sur la base de l’un de ces motifs. Une Loge ne doit à aucun moment exiger d’un membre qu’il prouve qu’il est légalement un homme.

      Les membres féminins doivent toujours être accueillis avec le préfixe “frère“. Des alternatives au costume formel et à la cravate ont été autorisées, y compris une “jupe et un haut sombres et élégants“. La question est maintenant de savoir comment le reste du monde maçonnique réagira à la politique de l’UGLE. Pour les lecteurs qui ne sont PAS francs-maçons, UGLE n’est souverain que parmi ses loges à charte. Il n’y a pas d’organe directeur mondial pour la fraternité, et l’UGLE n’est qu’une des centaines de juridictions. Ainsi, dire “Les francs-maçons ont changé leur politique” ne s’applique qu’aux loges à charte anglaises.

  2. OK Yonnel – les femmes trans déjà initiés en tant qu’homme peuvent rester à la GLUA mais
    1. les femmes non trans ne peuvent pas devenir membres de la GLUA
    2. les femmes trans (née civilement hommes) ne peuvent être initiée à la GLUA
    … ce n’est pas exactement une conception large de l’inclusivité….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES