mer 22 mai 2024 - 13:05

Collaboration présumée dans la persécution des francs-maçons ?

De notre confrère du Vénézuela elnacional.com – Par Stéphane Oria

Je demande d’enquêter devant la CPI sur le Grand Maître Colonel Ubaldo Jiménez Silva, pour collaboration présumée dans la persécution des francs-maçons

Karim Khan , procureur de la Cour pénale internationale, a annoncé le samedi 1er avril 2023 que l’enquête sur l’affaire du Venezuela se poursuivra “puisqu’il est considéré qu’il existe une base raisonnable de croire que des crimes contre l’humanité ont été commis”.

Je lui ai demandé ce qu’il était advenu des corps, le détective m’a dit qu’ils avaient probablement été coupés en morceaux et jetés dans la rivière… L’avocat m’a dit qu’il avait vu les corps de près ; qu’ils avaient reçu des coups de grâce… J’ai entendu dire qu’un des trois arrêtés avait été violé par ses ravisseurs… Tous ces récits traitent de la persécution des francs-maçons menée par le régime Maduro entre 2017 et 2018.

Chers lecteurs, je partage avec vous des extraits de la lettre que j’ai récemment envoyée au procureur Karim Khan à l’occasion de l’activation de la VPRS et en relation avec l’affaire de persécution des francs-maçons que j’ai suivie, il y a 4 années consacrées à ce sujet délicat qui me concerne personnellement. Avec ce document un cycle ou un chapitre se clôt, je reviens à mon activité dans mon domaine professionnel en science politique et marketing avec la satisfaction d’avoir rempli mon rôle dans la défense des droits de l’homme, souhaitant que tous ceux cités soient invités à comparaître devant ces tribunaux en tant que témoins, victimes et autres catégories.

Cher Procureur Karim Khan

Cour pénale internationale

Son bureau.

Tout d’abord, recevez un salut cordial, servez cette lettre pour vous féliciter pour votre travail en faveur de la détermination des responsabilités pour les milliers de crimes déjà connus qui ont été commis au Venezuela, dont la responsabilité présumée incombe aux responsables du gouvernement Maduro, connus sous le nom de régime.

L’occasion d’exposer et d’expliquer la nature de la persécution des francs-maçons au Venezuela est opportune, en ce sens il convient de noter conformément aux critères utilisés par la CPI « conformément à la règle 85 du règlement de procédure et de preuve, les victimes sont des personnes qui ont subi un ou plusieurs préjudices du fait de la commission de crimes relevant de la compétence de la CPI. Les parents et proches de ces victimes sont également considérés comme des victimes .

“Les victimes peuvent également inclure des organisations et des institutions lorsque leurs actifs dédiés à certaines fins sont lésés à la suite de la commission d’un crime relevant de la compétence de la CPI…”

La persécution des francs-maçons au Venezuela était un fait public et notoire, que la presse nationale et internationale a rapporté comme une action généralisée, mais cela a été fait systématiquement, affectant les francs-maçons liés à Oscar Pérez, principalement ceux qui le connaissaient personnellement mais aussi ceux de nous qui, sans avoir de relation personnelle, partageons sa loge avec lui, et qui, en raison de notre profession ouvrière et de notre position politique, nous inscrivons dans le profil des suspects du régime Maduro pour avoir publiquement répudié sa dictature, avons également été touchés par ladite persécution. Revue de presse https://www.elnacional.com/opinion/denuncian-a-maduro-por-persecucion-y-crimenes-contra-masones-venezolanos/

Il faut préciser que tout comme il y a eu des francs-maçons qui ont été directement touchés, il y a eu ceux qui n’ont pas subi de représailles, ainsi que ceux qui auraient participé en collaborant avec le régime Maduro.

C’est à cause de ces derniers, pour ceux qui auraient collaboré avec le régime Maduro au détriment de leurs frères, que je vous écris dans cette lettre, afin de vous informer et demander qu’ils soient convoqués à comparaître devant une enquête sur ses fonctions aux fins de déterminer sa participation ou non aux responsabilités pénales individuelles.

Je veux établir que je fais cette demande dans le cadre de mon droit en tant que citoyen vénézuélien, directement affecté par le fait d’être membre de la Loge Santiago Mariño N 208, me voyant contraint de m’exiler du pays, étant absent de ma famille avec des conséquences terribles pour moi, l’abandon de mon travail et de mes biens, à cause de la persécution contre les maçons que Maduro a entreprise contre les membres de ma loge.

En ce sens, je veux présenter une série de circonstances concernant le comportement de la personne qui était le Grand Maître de la Grande Loge du Venezuela et la principale figure de la franc-maçonnerie vénézuélienne entre les années 2016-2019, le colonel de la Garde nationale Juan Ubaldo Jiménez Silva, dans ce qui, à mon avis, le rend digne de cette demande d’enquête devant son bureau, afin de déterminer s’il a ou non des responsabilités en tant que collaborateur présumé dans la persécution des francs-maçons en raison de sa relation avec Oscar Pérez.

Le type de crime présumé auquel j’évoque et dénonce tout au long de ma présentation, qui n’est pas le critère d’un juriste, mais celui d’un politologue spécialisé en relations internationales, qui essaie humblement de comprendre ce qui s’est passé et de partager ses inquiétudes à la recherche de conseils. En ce sens, des violations des droits de l’homme auraient pu être commises dans les commissions présumées de crimes d’incitation à la haine, de diffamation, de dissimulation d’informations, de complot en vue de partager des informations personnelles avec des organisations de sécurité de l’État dénoncées pour crimes contre l’humanité, d’inviolabilité de l’information, de désinformation et de déni du droit de secourir, toutes ces présomptions de crimes et autres que votre bureau et vos experts considèrent.

En principe, je voudrais vous informer qu’en juillet 2017, en raison de l’événement public et notoire du prononcé d’Oscar Pérez demandant la démission de Nicolás Maduro et appelant à l’article 350 de la Constitution du Venezuela, le vénérable professeur de la Loge Santiago Mariño N 208 Rubén Rodríguez a invité tous les membres de la loge à se présenter pour la célébration d’un procès maçonnique contre Oscar Pérez (…). Rubén Rodríguez m’a informé qu’il suivait les instructions du Grand Procureur, une autorité dépendant de la Haute Chambre sous la direction du Grand Maître Ubaldo Jiménez Silva.

Selon la version (…) les personnes présentes ont été invitées à se désaffilier d’Oscar Pérez, la majorité acceptant de maintenir l’affiliation d’Oscar Pérez. (…) Je n’ai pas assisté au procès maçonnique en raison du caractère politique de cet appel, qui pourrait également être interprété comme une violation des droits fondamentaux (…) Trois semaines après le procès, les frères Oscar Pérez et José Pimentel , suivant la version dont je dispose, le vénérable maestro Rubén Rodríguez lui a refusé l’accès à l’atelier, rendant de facto effective la non-affiliation des deux maçons.

La décision du vénérable maestro Rodríguez impliquait qu’ils soient expulsés de l’atelier, conscients qu’à la périphérie du Grand Temple, Oscar et Pimentel étaient recherchés par la police politique de Maduro, soupçonnée d’avoir reçu l’ordre de les assassiner (… ) dans ce qui semble avoir été une absence totale de devoir d’assistance.

Cher procureur, j’ai déclaré que je n’étais pas présent ce jour-là dans la loge, car j’avais commencé à entrer dans la clandestinité à partir du jour où j’ai appris le procès d’Oscar Pérez et après avoir lu le prétendu document signé par le colonel Silva qui a déclaré Oscar Pérez méritant un procès pour crime de trahison contre la patrie.

Ci-dessous, je transcris pour vous des extraits du contenu du document :

Le Très Resp :. Grand Maître de la Très respectable Grande Loge de la République du Venezuela R:.H:. JUAN UBALDO JIMENEZ SILVA, en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés et par l’autorité de la loi au nom de la Haute Chambre maçonnique de justice, je remplis le devoir de publier cette déclaration (…)

  1. Que l’article 18 dudit titre précise « Les devoirs des francs-maçons sont : (…) La qualité de franc-maçon se perd : 1) pour trahison , 2) pour action déshonorante ; et celui dont la perte de ladite qualité a lieu dans une sentence définitive prononcée dans un procès maçonnique conformément à l’article 21 de notre Constitution.
  2. Que l’une des attributions en tant que Grand Maître conformément aux dispositions de l’Ordre Juridique Positif est d’agir en qualité de Juge et de présider le tribunal au Statut du Parquet Maçonnique.

ACCORD ET DURÉE

Tenez procès contre Q:.H:. Oscar Alberto Pérez, carte d’identité n ° 15943499, après avoir évalué la conduite dans les différents événements où le Q:.H:. Oscar Alberto… Fin du rendez-vous.

Voir copie imprimée du décret dans ce lien ( https://comisionmasonicaddhh.com/decreto-de-expulsion-de-oscar-perez/ )

Je tiens à souligner dans cette requête devant votre cabinet Monsieur le Procureur, l’importance que prennent les procès maçonniques pour les dictatures lorsqu’ils parviennent à pénétrer dans les loges, je présume dans le but d’exposer la personne à la haine ou au mépris public et en plus de lui retirer toutes les formes de secours, à cet égard, en janvier de cette année, l’ancien Grand Maître de la Grande Loge de Cuba Francisco Javier Alfonso Vidal a demandé l’asile aux États-Unis et a déposé de sérieuses plaintes à ce sujet. Alfonso Vidal a accusé les responsables de Díaz-Canel de lui avoir demandé de mener un procès maçonnique pour expulser José Ramón Viñas Alonso, lorsqu’il a refusé cette requête et d’autres il a été menacé, ce qui l’a forcé à se réfugier, dit Vidal qu’il y a une faction liée au gouvernement de La Havane au sein de la Grande Loge de Cuba, dirigée par des officiers de contre-espionnage.https://www.cubanet.org/destacados/ni-traidor-ni-cobarde-entrevista-al-ex-gran-maestro-de-la-masoneria-en-cuba/

Précisément en termes de contre-espionnage, concernant le récit que le régime Maduro a apparemment tissé en relation avec un réseau présumé de collaborateurs d’Oscar Pérez au sein des loges, il est opportun d’inviter le bureau du procureur de la CPI à étudier la prétendue déclaration offerte par le responsable de la Défense publique et franc-maçon Ramón Delgado, devant le tribunal militaire du premier tribunal de contrôle basé à Caracas (…). Le procès-verbal est daté du 16 juillet 2017.

Je transcris un extrait ci-dessous :

« À la salle d’attente afin de pouvoir écouter la déposition du citoyen accusé : Ramón Fernando Delgado Vegas, titulaire de la carte d’identité n° V-XX.XXX.XXX, qui a déclaré :… “Je nie les accusations dont on m’accuse, j’étais à Santa Fe, dans la maison d’Oscar Pérez, pour le Groupe franc-maçon, je l’invite dans un groupe de ska, pour des activités cinéma, nous avons rassemblé des livres et des idées, nous avons échangé pour monter en classe supérieure. Ils se rencontraient le 25 juin 2017, à Santa Fe, il m’invite à monter dans l’hélicoptère puis à tirer, c’est alors que je lui réponds “tu es fou”… En conséquence, le juge militaire citoyen a accordé le droit parler au citoyen Freddy Jesús Velásquez en sa qualité de défenseur privé du citoyen afin de poser les questions qu’il devait poser au citoyen accusé et par conséquent répondu, si je veux poser des questions à l’accusé, dites votre relation avec le citoyen Oscar Pérez ? Il a répondu : Il a eu 3 mois de relation maçonnique. Illustre au Tribunal sur la franc-maçonnerie ? Il a répondu : C’est pour l’être intérieur et le bien-être de tous. Quels sujets y sont abordés ? Il a répondu : Nous avons parlé du travail qui va être fait. À cause de ça? Il répondit : Avec des mouvements pour monter au grade supérieur. C’est tout… » Téléchargez la déclaration complète ici (https://comisionmasonicaddhh.com/dictamen-tribunal-declaracion-ramon-delgado/ ).

Après avoir publié leurs déclarations ou célébré le procès de Ramón Delgado, à la mi-juillet 2017, les premières convocations du Cicpc (juillet-août) aux membres de la loge Santiago Mariño N 208, ceux touchés à cette époque, Rubén Rodríguez, Yhonny Calderón, Jameson Jiménez, Galian Sánchez et Marcial Jiménez ont été, selon le témoignage d’un des proches des détenus, obtenu à partir de leur déclaration à la presse, ils ont été détenus pendant plus de 12 heures pour interrogatoire.

En décembre 2017, la maison de Yhonny Calderón, qui travaillait comme deuxième gardien de la loge Santiago Mariño, a été perquisitionnée, son rôle était d’instructeur des apprentis, Oscar Pérez et José Pimentel étaient apprentis (…) Le raid sur le Calderón’s s’est produit le 27 décembre 2017 et son mandat d’arrêt a été émis le 6 février 2018. Je demanderais à votre honneur d’appeler frère Calderón à témoigner.

En janvier 2018, Jameson Jiménez, un membre de la loge, qui était aussi un ami d’enfance d’Oscar Pérez, a été kidnappé par les collectifs. Apparemment, il a été soumis à de terribles tortures. Ce cas a été largement rapporté dans la presse, on sait qu’il a été libéré lors d’une fausse opération de sauvetage par la police FAES, puis de nouveau, a été arrêté et poursuivi pour le crime présumé de trahison. Je demande au parquet d’appeler cette victime et ce témoin à témoigner.

Je tiens à souligner que jusqu’à ce moment-là, aucune de ces arrestations n’a été dénoncée par la Grande Loge du Venezuela, bien qu’elles aient été rendues publiques et notoirement rapportées dans la presse.

Le 17 janvier, le régime de Maduro localise les allées et venues d’Oscar Pérez et de José Pimentel, on sait qu’après des négociations avec les responsables de Maduro, ils ont décidé de se rendre. Oscar Pérez a demandé que sa vie et celle de ses compagnons soient respectées, ce qui s’est passé ensuite est connu sous le nom de massacre d’El Junquito, ils ont tous été exécutés de manière extrajudiciaire, le crime a été enregistré, devenant une preuve.

J’étais au courant de l’inaction de la Grande Loge du Venezuela, j’avais peur que l’information soit cachée, j’ai donc contacté la Grande Loge de l’Equateur dans la figure de son Grand Maître Humberto Plaza, ils ont été les premiers à exposer la relation d’Oscar Pérez avec la franc-maçonnerie et condamnant la dictature de Maduro pour le crime commis, puis il a été remplacé par la plupart des Grandes Loges hispanophones, en particulier la déclaration publiée par la Confédération maçonnique interaméricaine se démarque. Lire la déclaration complète du CMI sur ce lien https://comisionmasonicaddhh.com/comunicado-de-la-cmi-condenando-el-crimen-de-oscar-perez/

Une fois que le régime Maduro a commis les crimes horribles contre Oscar Pérez et José Pimentel, la Grande Loge du Venezuela a publié une déclaration signée par le grand maître Ubaldo Jiménez Silva, je veux partager quelques extraits du document controversé.

“Il n’est vrai d’aucune manière que les organes disciplinaires de la Grande Loge de la République du Venezuela aient ordonné et encore moins décidé (…) l’expulsion maçonnique de Q:.H : Oscar Pérez”

“Avec tout le respect que je vous dois, j’exhorte les autorités nationales à enquêter sur les événements qui se sont produits .

“Il est également obligatoire d’observer comment un autre personnage a fait mention dans les réseaux sociaux, que certaines loges de notre juridiction auraient été “pillées” par les services de renseignement militaires, un fait qui n’est pas vrai”

“Dans un autre ordre d’idées, il faut admettre qu’il est absolument vrai que certaines loges de la juridiction ont été visitées et les membres de leurs conseils d’administration invités à se confronter devant les agences de renseignement militaire”

“Face à ces circonstances, il est imposé, le cas échéant, de se conformer aux devoirs et obligations que la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela et les lois indiquent… Lors de la comparution devant ces organes, puisqu’il n’y a rien à cacher, il est recommandé aux représentants des Loges de collaborer à l’enquête menée par [les forces de sécurité de l’État disant la vérité ».

Le document est signé par le colonel Jiménez Silva avec Franklin Barboza en sa qualité de grand secrétaire, le document peut être téléchargé sur ce lien https://comisionmasonicaddhh.com/wp-content/uploads/2022/07/Comunicado-de-Prensa -par-Venezuela-1.pdf

Monsieur le Procureur Khan, mi-2018, les disparitions forcées des francs-maçons Wilmer Muñoz et Juan Hurtado ont été dénoncées. La plainte a été déposée par l’ancien détective du Cicpc Endry Méndez, publiée dans ma chronique à El Nacional.

Selon la déclaration obtenue, le détective Endry Mendez a été appelé par Alfredo Tovar comme ancien grand secrétaire au nom des autorités de la Grande Loge du Venezuela(…) Selon la version du détective Méndez, il a rencontré les épouses, mené les enquêtes , après ses travaux de recherche, il est arrivé à la conclusion que les deux maçons ont été soumis à une disparition forcée par les agences de sécurité de l’État, désignant la DGCIM et Sebin comme responsables. https://comisionmasonicaddhh.com/datos-generales-para-la-descarga-de-masones-desaparecidos-wilmer-munoz-y-juan-hurtado/

Le détective m’a dit qu’il avait donné des preuves de condamnation aux épouses, les avait partagées avec Alfredo Tovar et Ubaldo Jiménez. Il a mentionné qu’il avait demandé l’aide des deux responsables de la Grande Loge du Venezuela parce qu’il soupçonnait que sa vie était en danger en raison de l’exposition qu’il avait eue lors de l’enquête sur ces cas, la Grande Loge a ignoré la demande d’aide, le détective a dû fuir à l’extérieur du Venezuela. Une fois en exil, il a été la cible d’un prétendu attentat contre sa vie, qu’il soupçonne d’avoir été ordonné par le régime Maduro. Aujourd’hui le détective Endry Méndez demande de l’aide pour pouvoir déménager en France, il soutient que sa vie est toujours en danger alors qu’il est en Amérique du Sud. Publication de l’article complet dans ce lienhttps://www.elnacional.com/opinion/testigo-de-desapariciones-forzadas-de-masones-pide-ayuda-para-llegar-a-francia/

L’une des hypothèses traitées dans cette affaire est l’extermination présumée du réseau d’aide d’Oscar Pérez, on soupçonne que les deux fonctionnaires figuraient peut-être sur la liste de contacts d’Oscar Pérez, avec l’atténuation que des agents de contre-espionnage pourraient avoir obtenu vos données dans les fichiers du Grande Loge selon l’interprétation de vos instructions émises dans le document 1 daté du 26 janvier 2018 dans le cadre de votre appel à collaborer avec le régime Maduro, donc par conséquent lors du croisement des données et de l’obtention d’une correspondance, elles auraient pu faire l’objet de certaines formes de parti pris et de représailles qui ont abouti à leur disparition forcée, je demande une enquête à cet égard et que les responsabilités soient déterminées. Données généraleshttps://comisionmasonicaddhh.com/datos-generales-para-la-descarga-de-masones-desaparecidos-wilmer-munoz-y-juan-hurtado/

Monsieur le Procureur Khan, au cours des années 2017 et 2018, la Grande Loge du Venezuela a insisté auprès de ses membres pour mettre à jour leurs données personnelles, ils n’ont pas inclus de mention d’être responsable de la protection des données personnelles, ils n’ont pas mentionné l’utilisation qu’ils en feraient les données personnelles, la Grande Loge du Venezuela, en plus de demander les données des membres, a également demandé les données des épouses et des enfants.

Monsieur le Procureur Khan, je souhaite partager d’autres informations d’intérêt, à la suite de la traque que le régime Maduro a entreprise contre Oscar Pérez, la Cour Nationale du Droit d’Asile en France dans son avis du 13/12/2018 après audience la défense, a accordé l’asile au citoyen Ángel Fajardo González, membre de la Loge Santiago Mariño n° 208, en raison du danger pour sa vie que représentait le fait d’avoir fait partie de la même loge qu’Oscar Pérez. Publication de l’article complet dans ce lien https://www.elnacional.com/opinion/francia-otorga-asilo-politico-a-mason-que-frecuentaba-la-logia-de-oscar-perez/

Monsieur le Procureur Khan, avec cette décision, le premier précédent juridique a été établi qui reconnaît pour la première fois la situation de violation des droits de l’homme en raison de l’appartenance à un groupe social spécifiquement la franc-maçonnerie au Venezuela et en particulier pour être associé au Santiago Mariño Lodge N 208 dont Oscar Pérez était également membre, cela démontre le degré de persécution et d’extermination utilisé par le régime Maduro contre certains maçons.

Le procureur Khan, le tribunal des droits de l’homme du Royaume des Pays-Bas a accordé l’asile politique à l’avocat William Jiménez, membre visiteur de la loge Santiago Marino N 208, Jiménez pour l’affaire Oscar Pérez, William était ancien directeur du service d’inspection au Senamecf ( https://comisionmasonicaddhh.com/wp-content/uploads/2022/01/REMISION-INFORME-CASO-15-DE-ENERO-2018.pdf), était présent lors de l’autopsie pratiquée sur Oscar Pérez et ses compagnons, depuis l’exil il a été le premier à dénoncer l’intention du régime Maduro d’effacer les preuves, il a empêché l’incinération des corps d’Oscar Pérez et a identifié la chaîne de commandement présent lors des irrégularités, parmi lesquels des vice-ministres, des hauts responsables militaires du régime Maduro, j’ai publié leur plainte dans ma colonne d’opinion. Les deux cas des frères William Jiménez et Ángel Fajardo ont démontré la gravité de ce qui s’est passé dans la persécution des francs-maçons au Venezuela, leurs témoignages ont été et sont très importants pour la cause de la justice. Publication de l’article complet dans ce lienhttps://www.elnacional.com/opinion/william-jimenez-identifica-sospechosos-en-informe-de-la-exfiscal-entregado-a-la-corte-penal-internacional/

Enfin, Monsieur le Procureur Khan, je ne veux pas dire au revoir sans mentionner que le colonel Jiménez Silva aurait été condamné en cour martiale en 1999, selon le document publié sur le site TSJ. Il a fait l’objet d’un avis qui l’a condamné à une peine de 11 ans de prison pour la commission présumée des crimes de vol de fonds, appartenant aux forces armées, dans un degré de continuité et d’abus d’autorité. Je comprends qu’il a ensuite été acquitté par le TSJ.

Leurs phrases sont toujours publiées sur le site de TSJ , j’ai fait une copie imprimée de ces phrases dans le but de les conserver au cas où elles seraient supprimées ( https://comisionmasonicaddhh.com/ubaldo-jimenez-silva-sentencia-sala – constitutionnel/ )

Monsieur le Procureur, la franc-maçonnerie vénézuélienne a une longue tradition en faveur des libertés. Simón Bolívar a été un libérateur de 5 nations et Francisco de Miranda, un précurseur de l’indépendance en Amérique latine, tout comme 37 citoyens éminents qui reposent au Panthéon national. Il s’agit d’Andrés Eloy Blanco, président de l’Assemblée constituante du Venezuela en 1946 ; Luis Beltrán Prieto Figueroa, président du Congrès de la République du Venezuela 1962 ; tout comme les présidents du Venezuela Raúl Leoni, Jaime Lusinchi, Octavio Lepage et Juan Guaido. Notre institution mérite la conformité de tous ses membres aux intérêts supérieurs de l’humanité, l’adhésion aux valeurs et principes de la démocratie.

Pour tout ce qui précède, Monsieur le Procureur Khan, nous restons à votre ordre dans l’espoir que les enquêtes seront ouvertes et détermineront s’il y a eu ou non des responsabilités dans les dossiers des demandes d’enquête déposées, espérant qu’à défaut nous serons convoqués déclarer tout ce qui précède.

Je vous dis au revoir en vous souhaitant du succès dans votre gestion.

José Esteban Oria

Politologue, président de la Fédération vénézuélienne des politologues

Membre de la Loge Santiago Mariño N 208

Groupe Adhoc Commission Maçonnique Internationale des Droits de l’Homme

Lien du contenu complet de la lettre https://comisionmasonicaddhh.com/carta-al-fiscal-karim-khan-solicitandole-investigar-al-past-gran-maestro-coronel-gn-jimenez-silva-por-presunta-colaboracion- en-persécution-des-maçons/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES