mer 19 juin 2024 - 20:06

Société secrète…  La Mano Negra

La Mano Negra (« La Main Noire » en espagnol) est une prétendue organisation anarchiste secrète et violente, qui aurait agi en Andalousie à la fin du xixe siècle et à laquelle on attribua des assassinats ainsi que des incendies de récoltes ou de bâtiments.

Lida Clara Eugenia, La Mano Negra – Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), (L’Échappée, coll. « Dans le feu de l’action », 2011).

Histoire

Des pressions furent exercées sur plusieurs témoins, qui firent des aveux impliquant les inculpés. On considéra comme preuve valable un bout de papier trouvé au milieu des montagnes avec la liste des membres supposés de la Mano Negra. En dépit de l’absence de preuves formelles et du fait que les groupes anarchistes de la zone aient affirmé n’avoir aucun lien avec cette organisation, les forces de l’ordre espagnoles menèrent une répression féroce motivée par quatre crimes commis entre la fin de 1882 et le début de 1883 qui déboucha sur la condamnation à mort de quinze paysans ; sept d’entre eux furent exécutés sur la Place du Marché de Jerez de la Frontera le 14 juin 1884.

L’existence de cette organisation a été remise en question dès l’éclatement de l’affaire et n’a toujours pas reçu d’éclairage satisfaisant. Des études continuent d’être menées sur ce thème ; une théorie très diffusée dans les milieux académiques suggère une invention dans le style des opérations sous fausse bannière ou une manipulation du gouvernement de Sagasta pour réprimer les révoltes paysannes du sud de l’Espagne, comme cela fut déjà insinué par Vicente Blasco Ibáñez dans son roman sociologique de 1905 La Bodega. Néanmoins, Clara E. Lida remet en cause ces théories. Elle suggère notamment que l’existence réelle de la Mano Negra ne doit pas être discutée sur la période 1882-1883, pendant laquelle elle n’existe peut-être plus et sert effectivement de justification à la répression policière, mais plutôt dans une période antérieure (à partir de 1874) pendant laquelle la FTRE et le mouvement anarchiste espagnol étaient contraints à la clandestinité

Jerez de la Frontera – Sentence du procès pour l’assassinat de Bartolomé Gago y Campos dit “el Blanco de Benaocaz”, également connu sous le nom de “procès de la Mano Negra” – gravure de Juan Comba, 22 juin 1883.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Guillaume Schumacher
Guillaume Schumacher
Guillaume SCHUMACHER a été initié au GODF à l’Orient d’Épinal. Il participe également, quand il le peut, aux Imaginales Maçonnique & Ésotériques d'Épinal organisées aussi par son atelier. Avant d'être spéculatif, il était opératif. Aujourd'hui, il sert la nation dans le monde civil. Passionné de sport et de lecture ésotérique, il se veut humaniste avec un esprit libre et un esprit laïc.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES