dim 21 avril 2024 - 16:04

24/03/2018 : Notre Frère Arnaud Beltrame, héros national, passe à l’Orient Éternel

5 ans déjà ! Ne pas oublier.

Le myosotis – Forget me not, “Ne m’oublie pas”

Né le 18 avril 1973 à Étampes, dans l’Essonne, et mort en service le 24 mars 2018 à Carcassonne (Aude), Arnaud Beltrame est un officier supérieur de Gendarmerie.

Facebook Gendarmerie nationale

Il est connu pour s’être volontairement substitué à un otage au cours de l’attaque terroriste menée par l’assassin islamiste Radouane Lakdim* du vendredi 23 mars 2018 à Trèbes, dans l’Aude, et avoir succombé aux blessures reçues durant ce lâche attentat.

Son sacrifice a eu un grand retentissement en France et à l’étranger, et lui a valu un hommage national.

Arnaud Beltrame, lors d’une cérémonie militaire dans l’Aude en février 2018.
  • Colonel Arnaud Beltrame, Franc-Maçon de la Grande Loge de France

La Grande Loge de France a organisé une cérémonie en hommage au Frère Arnaud Beltrame le jeudi 19 avril 2018 au Grand Temple Pierre Brossolette, en l’Hôtel de la Grande Loge de France. Lors de la Tenue funèbre, le Vénérable Maître de la Loge « Jérôme Bonaparte » déclare :

« Tu t’es dressé à la hauteur de Jean Moulin et de Pierre Brossolette. Tu as porté haut les mots honneur, patrie et fidélité. Tu nous as rappelé qu’il vaut mieux mourir fidèle à ses idéaux que de vivre sans âme. »

Avant de conclure par une phrase du Talmud : « Qui sauve une vie sauve l’Humanité entière. »

Quant au Grand Orateur d’alors, il a prononcé les mots suivants : « C’était un homme mosaïque, officier, chrétien et franc-maçon. Nous luttons trop contre toute forme de prosélytisme pour nous approprier son acte. Sa mort n’est pas une défaite, car il nous guide des Ténèbres vers la Lumière. »

Un Temple porte désormais son nom rue Puteaux.

  • Rappelons-nous l’hommage national à l’Hôtel des Invalides

Le 28 mars 2018, le cercueil est convoyé devant le Panthéon, d’où part un cortège funèbre jusqu’aux Invalides en passant par les quais de Seine. Le corbillard est précédé de motocyclistes de la Gendarmerie et entouré de la cavalerie de la Garde Républicaine. C’est la première fois, à la connaissance de l’historien Christian Amalvi, qu’un hommage national est précédé d’un tel cortège.

La cérémonie de l’hommage national est présidée par le président de la République Emmanuel Macron dans la cour de l’Hôtel des Invalides, en présence de trois anciens présidents de la République (Valéry Giscard d’Estaing, Nicolas Sarkozy et François Hollande) et de nombreuses personnalités politiques.

Les drapeaux sont mis en berne sur l’ensemble du territoire. La cérémonie est ouverte exceptionnellement au public. Dans son éloge funèbre, le président de la République indique que « le nom d’Arnaud Beltrame devenait celui de l’héroïsme français, porteur de cet esprit de résistance qu’est l’affirmation suprême de ce que nous sommes ». Il est fait, à titre posthume, commandeur de la Légion d’honneur.

  • Arnaud Beltrame : un nom passé à la postérité

De nombreuses promotions de grandes écoles portant son nom et de nombreux lieux sont nommés en sa mémoire. Au printemps 2019, c’est plus de 150 communes qui ont déjà ou prévoient de baptiser à son nom une voie, une place ou un établissement communal.

Il s’agit d’une approximation car il n’existe pas de liste officielle et exhaustive de cet engouement qualifié de « France Arnaud Beltrame ». En 2020, un jardin Arnaud-Beltrame est inauguré dans le 3e arrondissement de Paris.

Nous n’oublierons jamais son courage, sa bravoure et son sacrifice. RESPECT !

« LE TRAVAIL POUR LOI, L’HONNEUR COMME GUIDE »

Telle est la devise de l’École Militaire Interarmes (EMIA), d’où le Colonel Arnaud Beltrame, Commandeur de la Légion d’honneur, était sorti major, promotion « Campagne d’Italie » (1999-2001).

LE TRAVAIL POUR LOI

Fort de sa foi et de son courage, l’officier issu du rang n’a d’autre alternative pour s’imposer. « Le travail est beau et noble » disait Alfred de Vigny, « Il donne une fierté et une confiance en soi que ne peut donner la richesse héréditaire ».

Conjugué à l’expérience, il donne aussi la compétence, source de confiance pour les subordonnés, et qui, le jour du combat, permettra de limiter la marge d’incertitudes.

La devise de l’EMIA est celle de l’ancienne école militaire d’infanterie et des chars de combat de Saint-Maixent.

Mais il implique d’autres qualités :

La force de caractère, qui est le produit du courage et de la volonté. Forgée souvent dans la difficulté et dans l’adversité, elle permet d’oser, d’exiger toujours plus tant de soi-même que des autres, d’entreprendre davantage.

L’honnêteté, qui incite à ne pas cacher ses faiblesses, mais plutôt à chercher à les corriger.

La rigueur, c’est-à-dire la volonté d’appliquer strictement les règlements, d’aller jusqu’au bout de ses décisions, de ne pas se contenter de “L’à peu près”.

La disponibilité, qui amène l’officier à donner la priorité au Devoir.

L’HONNEUR COMME GUIDE

L’officier de l’Ecole Militaire Interarmes qui a fait sienne cette devise défend entre autres les valeurs suivantes :

La loyauté, c’est-à-dire la fidélité à tenir ses engagements, à respecter les lois et les conventions librement acceptées. La loyauté accroît la confiance et l’estime réciproque, l’esprit d’équipe.

Le courage physique et moral, qui permet de continuer son action avec calme et fermeté en dépit du danger, de reconnaître ses erreurs, mais aussi de faire exécuter ses décisions lorsqu’elles sont justifiées.

Le goût de l’effort, parade à l’approximatif, à la routine, à l’égoïsme et au scepticisme.

L’esprit de discipline, pris dans un sens actif et participatif faisant appel à l’intelligence, à l’esprit d’initiative, au sens de la responsabilité.

Le sens de l’humain, car le commandement n’est autre qu’une relation entre des hommes et que l’efficacité de l’un dépend en grande partie de la qualité de l’autre. Commander exige de comprendre les hommes, de les respecter.

La solidarité enfin, la conscience de la communauté d’intérêt des officiers, de l’Armée et de la Nation en général, entraînant l’obligation morale de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance.

En hommage. À mon camarade parachutiste et gendarme.

*Franco marocain de 25 ans inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, fiché S, Redouane Lakdim, petit délinquant devenu « soldat » de Daesh, né le 11 avril 1992 au Maroc et domicilié dans la petite cité Ozanam de Carcassonne, a abattu, ce vendredi 23 mars, quatre personnes dans les attaques sanglantes de Carcassonne et Trèbes, dans l’Aude.

Sources : Wikipédia, Wikimedia Commons, Direction générale Gendarmerie nationale (DGGN), www.ladepeche.fr, www.francetvinfo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES