jeu 29 février 2024 - 12:02

Le paradoxe maçonnique : Et si la franc-maçonnerie était un univers féminin ?

Un paradoxe est par définition une constatation qui s’oppose à l’opinion communément admise.

Les apparences !

Il est banal d’entendre dire que la franc-maçonnerie est réservée aux hommes, qu’on y met en exergue des valeurs de construction propres au monde masculin et qu’on y célèbre la force.

Par ailleurs la franc-maçonnerie utilise de nombreux symboles phalliques qui, à travers le sexe masculin en érection, pourraient apparaître comme la volonté de valoriser une prétention à voir l’autorité masculine offrir un modèle de sagesse et d’harmonie.

Tout cela semble vrai, mais il y a aussi d’autres réalités !

Sans vouloir rentrer dans tous les détails du fonctionnement d’une loge maçonnique, il est possible de relever au moins huit observations :

  1. D’abord, nous fonctionnons en loge dans un univers clos et protégé !
  2. Le profane sort de la chambre de réflexion, symbole de la caverne, matrice maternelle pour devenir un enfant de la veuve.  
  3. Le caractère obsessionnel du rituel accentue notre recherche de la sécurité.
  4. Nous célébrons la force mais nous nous refusons à l’utiliser !
  5. La valeur essentielle que nous mettons en exergue est la Fraternité.
  6. Notre héros, Hiram, ne se défend pas face à l’agression subie et se laisse mourir sans se plaindre !
  7. Nos deux raisons d’êtres sont l’aide caritative et l’effacement personnel pour accéder à la perfection.
  8. Nous avons une réelle difficulté à nous extérioriser et à organiser nos structures obédientielles.

Ces huit particularités, qui nous constituent, appartiennent toutes à la polarité féminine de l’expression humaine par opposition aux valeurs dites masculines que sont la violence, la raison, l’extériorisation et le pouvoir.

On pourrait ajouter une 9ème constatation : qui n’a pas été impressionné par la qualité des tenues des loges féminines ?

Par ailleurs, on peut être étonné de voir combien les sœurs des loges mixtes ont tendance à se masculiniser ; sans parler de l’incapacité à féminiser les fonctions, le port de la veste et du pantalon semble être devenu une règle ! Comme si nos sœurs avaient peur de montrer leur féminité !

On pourrait aussi ajouter que les francs-maçons masculins ont toujours adoré militariser le rituel maçonnique en rajoutant des éléments de protocoles, de hiérarchisation et de solennité aristocratique qui n’ont rien à voir avec notre démarche.

l'énergie dans les mains
mains ouvertes recueillant une belle lumière

Qu’en déduire ?

Tout se passe comme si il y avait un mal être existentiel entre un contenu riche en valeurs féminines et des acteurs voulant affirmer une apparence masculine !

Ne pourrait-on pas penser que l’histoire de la franc-maçonnerie et son vécu aujourd’hui, dans tous les continents, contient cette ambiguïté constitutionnelle entre :

  • Une démarche initiatique, progressive, intuitive, sensible et donc éminemment féminine,
  • Et des acteurs masculins mal à l’aise pour s’approprier cette démarche afin de la rendre vivante et exemplaire !

Ce paradoxe a une conséquence importante : on peut en déduire que l’avenir de la franc-maçonnerie mériterait d’assumer son féminin sacré y compris par les frères !

Cette polarité féminine de la franc-maçonnerie peut aussi être une vraie chance pour le développement et la pérennité de notre ordre car dans ce monde en péril, il est clair que ce sont les valeurs féminines qui ont toutes les potentialités pour redonner un sens au rétablissement d’une harmonie déstabilisée par le masculin pervers.

Ce féminin caché n’est pas une exception ! Les religions les plus dogmatiques répriment la féminité !

Malheureusement, comme la prise de responsabilité féminine ne peut se faire par la force,  elle est dépendante de la bonne volonté « masculine » à bien vouloir accepter de lui confier les rênes du pouvoir !

Aujourd’hui, le monde se meurt de la captation du pouvoir par des hommes qui en font un enjeu de leurs égos !

Pauvres humains !

4 Commentaires

    • Je me suis permis de relever un constat qui est un des nombreux signes du syndrome de la “féminité masquée” ; ce syndrome n’est pas spécifique à notre ordre ; la société entière en est atteint ! La réflexion que je propose va au-delà de ce “détail” en démontrant que le dynamisme maçonnique, en rapport avec le dualisme Yin-Yang, est plutôt “Yin” !

  1. Cher frère Alain,
    Je souscris à la remarque de notre frère Patrick.
    Plutôt que de voir en le port du pantalon une “féminité cachée”, il faudrait penser à la contrainte qu’impose le port de la jupe et d’autres raisons à ce port, il est vrai, de plus en plus généralisé de cet habillement “masculin”.
    Principale contrainte, la gêne occasionnée par le tissu qui vous (ou plutôt nous) entoure dans beaucoup des activités quotidiennes. Le froid qui vous envahit par tous les côtés alors que les jambes… et le bas du corps sont protégés par le pantalon. Le regard plus ou moins lubrique des messieurs (y compris nos frères!) sur une femme en jupe assise en face d’eux. J’ajouterai (en souriant) que Marilyn passe très bien sur une bouche d’aération, mais moins facile dans la vie courante! Je pourrais en ajouter mais trop long lasse.
    De plus, si on y réfléchit, ce sont les hommes qui ont imposé le port de la jupe aux femmes… par peur de leur propre féminité?
    En toute fraternité et sans aucune aigreur car, si je porte le plus souvent des pantalons, il m’arrive aussi souvent de porter des jupes.

    • Merci MTCS Andrée,
      je n’ai aucun a priori et je ne juge pas l’intérêt de choisir telle ou telle tenue ; ce n’est pas le pantalon qui à lui seul justifie ma remarque c’est l’ensemble pantalon-veste qu’affectionne certaines soeurs et qui donne cette image masculine ! ma remarque était un clin d’oeil car dans certaines loges cela ressemble à un uniforme ;
      Ton témoignage est intéressant car il corrobore cette “nécessité” pour de nombreuses sœurs de cacher leur féminité face à des frères qui se révèlent des mâles !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Alain Bréant
Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES