lun 22 avril 2024 - 02:04

Jean-Pierre Rollet : « Il n’y a pas de pouvoir tentaculaire de la franc-maçonnerie »

De notre confrère breton letelegramme.fr – Par Pierre Coudurier

Grand Maître de la Grande Loge nationale française (GLNF), Jean-Pierre Rollet vient à la rencontre de ses « frères », ce vendredi, à Rennes. Entretien.

Quelle est la raison de votre venue à Rennes ?

Je vais d’abord aller, ce vendredi, à la rencontre des « frères » de la province de Bretagne, afin d’être à leur écoute et répondre à leurs questions. Par ailleurs, je présenterai une conférence, ouverte au grand public, sur le thème « Être franc-maçon à la Grande Loge nationale française au XXIe siècle ». Samedi, j’inaugurerai à Rennes de nouveaux locaux (« temple » dans le vocabulaire maçonnique).

Qu’est-ce qu’être franc-maçon à la GLNF en 2023 ?

Probablement la même chose qu’être franc-maçon à la GLNF en 1913, date de notre fondation. Il faut avant tout être un homme animé par une volonté sincère de se perfectionner, et par un idéal humaniste. La dimension initiatique et spirituelle de notre franc-maçonnerie aide chacun d’entre nous à trouver un sens à sa vie. La loge reste un lieu d’épanouissement et de construction autour de valeurs de fraternité. Nous les concrétisons aujourd’hui, plus que jamais, à travers les actions caritatives de notre fondation, reconnue d’utilité publique, qui, grâce à l’abondance de dons, apporte son aide à de multiples causes. Nous sommes intervenus pour l’Ukraine, dernièrement sur le séisme en Turquie et en Syrie. À titre d’exemple, j’apporterai vendredi un chèque de notre fondation, d’un montant de 1500 €, destiné aux sapeurs-pompiers du Finistère.

Contrairement au Grand Orient (GO), les adhérents de la Grande Loge nationale française (GLNF) ne s’immiscent pas dans des questions confessionnelles et politiques. Pourquoi ?

Leur démarche est tout à fait louable, mais elle n’est pas la nôtre. Le Grand Orient poursuit une démarche maçonnique et humaniste notamment portée sur la vie de la cité : réfléchir aux problèmes du monde et aux questions de société. La Grande loge, considérant que les controverses religieuses ou politiques peuvent diviser les hommes, les tient à l’écart de ses travaux consacrés au symbolisme et à la spiritualité, sources d’épanouissement intérieur. Si chacun reste libre de ses croyances et de ses opinions, celles-ci relèvent de son intimité : il ne les exprime pas au sein de la GLNF.

Certains considèrent les maçons comme une communauté obscure aux pouvoirs tentaculaires. Cette image vous colle-telle encore à la peau aujourd’hui ?

C’est en effet la vision que propageait en France le régime de Vichy, à qui la franc-maçonnerie faisait horreur, puisqu’elle prônait la liberté de conscience, la tolérance et l’amour inconditionnel de son prochain. Il n’y a pas de pouvoir « tentaculaire » de la franc-maçonnerie. Nos lois sont celles de la philanthropie, de la générosité, de la bienveillance. Notre communauté fraternelle, qui ne recèle d’autre secret qu’un vécu indicible, et que certains ignorants décrivent comme « obscure », est en fait inondée de lumière.

Suite pour les abonnés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES