dim 21 juillet 2024 - 08:07

La parole perdue ? Oui, mais c’est bien sûr …

NDLR : Ce texte est une énigme ; si vous le lisez au premier degré, il pourrait vous apparaître farfelu ! Utilisez la possibilité d’insérer un commentaire pour donner votre interprétation ! L’auteur s’engage à vous donner la clé de l’énigme le 1er mars.

Il est minuit. Je suis au buffet de la gare, rêveur, fasciné par les allées et venues des badauds et des voyageurs, encore nombreux à cette heure ! J’adore les lieux de départ, gares, aéroports, ports, gares routières ; les êtres humains, me semble-t-il, y sont différents, l’esprit déjà tourné vers l’aventure !

Ma flânerie ne m’empêche pas de me rappeler que notre VM m’a demandé de préparer une réflexion sur la parole perdue.

Une petite mère vient de s’asseoir sur la chaise d’à côté ; sur l’écran de télé, le journaliste commente sans passion l’agonie du peuple ukrainien et la gêne des dirigeants occidentaux, pris au piège de n’avoir pas livré les armes nécessaires pour résister à l’invasion du tueur cosaque !

Dehors, un groupe de jeunes descendus du train, se dirige vers le lieu privilégié de leur non-existence.

A quelques pas de moi, un couple d’amoureux s’embrasse goulument, oublieux du temps qui passe, figé dans l’éternité de la passion.

Au bar, un vieux sirote consciencieusement un nième ballon, marmonnant dans sa barbe, ce qui pourrait être des récriminations contre la société !

Et j’imagine que dans quelques jours, dans un lieu plus ou moins secret, quelques individus, dont je serai, disserteront sur cette parole perdue qui pourrait permettre aux vrais initiés de rejoindre l’ineffable dans le cosmos.

Pendant ce temps-là, d’autres humains ferraillent allègrement les ventres de leurs congénères.

Et moi, je cherche, en attendant de devenir sage voire très sage !

Faut-il que nous soyons devenus fous ? Et, peut-être même, aveugles, repus que nous sommes de mots, de certitudes, de convenances, d’avantages acquis !

A quoi bon chercher ?

Nul havre de paix n’est à notre portée et les portes des temples sont toutes grandes ouvertes pour permettre au vent de l’incohérence d’y pénétrer et de faire voleter les feuillets des rituels que des fantômes utilisent comme des tapis volants !

Dans les couloirs des sous-sols, j’imagine d’autres frères, à la mine désabusée, se gausser des règlements de comptes qui agitent le suprême machin pendant qu’à quelques milliers de kilomètres des enfants apprennent à gagner quelques sous en exhibant leurs moignons !

Une jeune femme bourrée de tiques, s’est assise à la table voisine ; elle n’arrête pas de regarder sa montre et j’imagine qu’elle attend fébrilement le livreur qui lui apportera l’apaisante came!

C’est l’heure où dans le collège du quartier, le prof’ de techno peut sans crainte traiter ses ouailles d’emmerdeurs à défaut de les aimer  et que dans son pavillon, une jeune femme esseulée  n’arrête pas de picoler en attendant sa série préférée !

Tournez, tournez, corps sans âme, reprenez la gestuelle des ancêtres enivrés, mécaniques fatiguées, aux regards vides de ceux qui ont tant oublié !

Sur le banc de l’arrêt bus, le vieil homme regarde en souriant la Mercédès blanche qui vient de s’arrêter aux feux :  lentement, il se tourne vers la compagne édentée qui se tient à ses côtés et lui roule le plus beau palot du monde ; dans leurs regards complices, ils doivent s’imaginer que ce prélude annonce la plus exquise jouissance qui les attend ; bien sûr ce ne sera pas dans une chambre du Sofitel du coin, peut-être sur un carton dans le couloir du métro, une fois les grilles fermées !

Qu’importe puisque nous sommes contents et satisfaits, dans l’attente du train qui nous emmènera un jour vers le crématoire de l’oubli, laissant la place à d’autres cherchants, rêveurs impénitents !

Mais au fait, oui, bien sûr, il fallait y penser ! Cette parole perdue, c’est pas si compliqué !

13 Commentaires

  1. Cette parole perdue est , selon Oswald Wirth “la clef du secret maçonnique, autrement dit la compréhension de ce qui reste inintelligible aux profanes et aux initiés imparfaits !” . Encore aujourd’hui, c’est extraordinaire de voir que la grande majorité des francs-maçon-ne-s n’ont pas compris ce symbolisme du mythe de la parole perdue et font croire qu’ils/elles l’ont compris en inventant des paraboles plus ou moins fantasques !

  2. Cette “parole perdue” a été remplacée, nous dit le rituel, par une “parole substituée” ou de remplacement. Celle-ci est donc un mensonge devenu vérité. Cette substitution nous renvoie par métaphore au mensonge dans la cité, devenu pour sa part un véritable “sport national” dans tous les domaines ( politique, sports, medias, etc). C’est contre ce mensonge, cette “contre-façon de la vie sociale” , que doivent notamment lutter les maçons et maçonnes, avec leurs moyens.
    Le chantier est “cathedralesque”!
    Gilbert Garibal

    • Merci mtcf Gilbert pour tes remarques et ta réflexion qui est juste si on se place sur le plan sociétal mais le mythe de la parole perdue fait référence à la transcendance et c’est là que cela devient intéressant car à ce jour, sauf insuffisance de savoir de ma part, on ne sait toujours pas ce qu’a voulu dire le créateur du mythe d’Hiram ! Toutes les supputations proposées à ce jour ne sont pas vraiment satisfaisantes ! C’est pourquoi j’ai utilisé le mot “énigme” !
      A noter :
      – La parole substituée n’a pas la même fonction que la parole “perdue”, ce n’est donc pas un mensonge ! cette parole substituée n’est plus qu’une sorte de mot de passe qui permet aux maître-sse-s de se reconnaître !

  3. La parole substituée ( inventée, et qui en remplace une autre) est bien en soi, littéralement, un mensonge!
    La parole perdue est, par définition, elle, la vérité.

    De mon point de vue, maçons et maçonnes que nous sommes, ne “transposons” pas assez légendes, symboles et métaphores. Ce sont pourtant des outils précieux dans la “pratique” de la cité!

    Cette parole perdue nous renvoie à cette belle image : Jésus est assis sur le sable avec Marie-Madeleine au bord du lac de Tibériade. Il y écrit avec un bâton une phrase que sa compagne n’a pas le temps de lire : elle est trop vite effacée par la vague et le vent. Et la parole est ainsi perdue!

    Je ne sais plus où j’ai lu cette scène.

    Le rêve est parfois le plus court chemin vers la vérité! Et partant, je suis en train de me contredire!

    Personne n’est parfait!

    Gilbert Garibal

    • Belle image que cette vague qui vient effacer un message !
      Parole perdue = Vérité ! Donc la recherche de la parole perdue n’a aucun sens ! Donc la Vérité ne se recherche pas !
      Ce n’est pas la Vérité qui est un problème, c’est l’auditeur potentiel : s’il n’est pas en état d’entendre la Vérité il est perdu à jamais et ne sera jamais l’initié-e !
      Celui ou celle qui n’a pas été assez prompt pour lire le message avant que la vague ne l’efface n’est pas initiable !
      La Vérité est là à côté de nous ! Seuls les initiés peuvent la voir et la reconnaître !

  4. MMTTCCFF, mon humble interpretation : Le Verbe du commencement auprès de D. qui est D. sans quoi rien n’est existe me semble être l’étincelle dans chaque être humain . Certains en sont conscients, d’autres l’ignorent. Lorsque l’humanité atteindra le niveau de conscience requis (la fin de l’éternel retour , l’explicitation de l’esprit dans le temps,le retour de l’esprit à lui même, Hegel , ou Nietzsche : le reveil de la conscience ?) pourrions nous retrouver la réalité du Logos, qui est la Parole perdu.

    • Merci MTCF Albert pour cette belle contribution ! Cette énigme rentre dans le cadre de l’essai de compréhension d’une formulation pour laquelle l’histoire ne nous a pas donné de solution évidente. Il nous reste d’être assez perspicace pour imaginer la solution ! Il me semble que tu t’en rapproches ou du moins tu te rapproches de celle qui me semble la plus crédible et que j’ai essayé de mettre en subliminal du conte que j’ai publié ! Nous en reparlerons le 1er mars !

  5. Heureusement qu’elle est perdue ! car sans cela personne ne pourrait se questionner, chercher et ouvrir des pistes de réflexion qui permettent aux humains de se rencontrer, de dialoguer… Laissons chacun trouver la sienne et y mlettre le temps qu’il lui faudra . Imaginez un monde où une réponse immédiate, définitive et unique pourrait être donnée ! ! oups ! ! on voit ce que ça donne déjà avec la “doxa officielle” aujourd’hui portée par les media qui érige des murs ou des fossés entre les gens, au lieu de ponts. Au lieu de faire des liens, on fabrique des noeuds. Quelle tristesse…Cherchants, oui, éveilleurs, oui ; mais gare aux gourous et autres donneurs de vérité qui obtiennent aujourd’hui de réécrire et corriger des livres ; peut-être croient-ils, en supprimant le mot, pouvoir supprimer la chose ? C’est un abbé de cour à la cour de Louis XV qui avait écrit un très joli madrigal intitulé “le mot et la chose”; mais lui, il avait du talent ! J’attends le 1er mars avec plaisir.

    • MTCS bien sûr tu as raison , il ne s’agit pas d’empêcher chacun-e d’avoir sa propre interprétation ! Il s’agit de comprendre ou du moins d’essayer,de comprendre une logique !

  6. Dans un rutuel : je suis ce que je suis.
    Verbes être et/où suivre ?
    Qui auraut initié Jésus, et qui aurait initié son initiateur Jean…
    Qui avait initié M Hyram et qui aurait initié Salomon… Même questionnement.
    Nous sommes récemment passé de traditions orales à écrites et il nous manque des morceaux qui sont l’essence de nos mythes et de notre liberté et aussi de notre motivation a continuer à nos questionner en étudiant les mythe, la bible et ecrits Saints de toutes religions, kabbale inclue.
    Chacun savroute et ses rêves pour approcher sa vérité que nous partageons bien volontier, doutes inclus😏
    Fraternelles accolades.

    • Merci mtcf Alain pour ton commentaire très juste sur les innombrables questionnements concernant l’histoire des légendes et le questionnement que l’on peut avoir sur des faits historiques ! Peut-être que la particularité de la franc-maçonnerie pourrait tenir au fait qu’elle instrumentalise le “secret” qu’elle substitue avec un mot qui manifestement n’est pas du même ordre ! Elle nous laisse dans une interrogation pour laquelle on doit donner une réponse ! On voit bien que tous les rituels qui sont apparus après cherchent à donner une réponse et sans faire de polémique on voit bien que ces réponses ne sont pas satisfaisantes !

  7. Nous voici le 1er mars et le temps est venu de tenir parole !

    A propos de « l’énigme » : un indice !

    Le conte que je vous ai proposé expose ce que l’on pourrait appeler « des âmes en peine » de notre époque !

    D’une certaine manière, dans la démarche initiatique lorsqu’on n’a pas compris on est aussi « une âme en peine » !

    Il ne peut être dans mon propos de dévoiler le secret mais peut-être de donner un indice qui peut permettre de le comprendre !

    La particularité du contenu cognitif de la franc-maçonnerie se fonde sur une légende qui nous force à nous interroger ! Quel pouvait bien être ce secret que possédait le Maître Hiram et qu’il n’a pas dévoilé malgré les coups des mauvais compagnons ?

    Et ce secret dans le rituel prend le nom de la « parole du Maître » que l’on dit perdue !

    Chacun a compris que le mot substitué qui a été créé pour remplacer la parole du Maître n’est qu’un subterfuge, une sorte de parenthèse en attendant que … l’on découvre l’énigme !

    On comprend bien que l’expression « A la recherche de la parole perdue » n’est qu’un leurre ! Car la parole existe mais on ne l’entend pas !

    C’est cet indice qui, à mon avis, permet d’aller plus loin et de comprendre ce que peut être le but de l’initiation !

    Il y a d’autres indices qui confortent celui-là, à vous de les trouver !

    PS : Comme je l’écrivais à notre sœur Marie-Dominique, ceci n’empêche chacun-e d’avoir sa propre interprétation !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Alain Bréant
Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES