jeu 26 janvier 2023 - 22:01

Antimaçonnisme : « Les maçons sont coupables de tout… même des récents attentats »

En juin dernier, nous avions dressé un portrait de quelques antimaçons, au travers de 7 repentis. Quelques mois plus tard, nous avions consacré un article à un autre spécimen assez virulent, répondant au nom de Johann Livernette. Ce dernier récidive avec une intervention chez les catholiques intégristes de l’Institut Civitas. Nous vous invitons à lire ci-dessous après la vidéo, le profil et l’historique de ce personnage.

Pour vous permettre d’apprécier la « qualité » de ses propos et la « mesure » dont il fait preuve, nous partageons son intervention filmée. Vous comprendrez aisément que certains antimaçons ne sont pas des bisounours :

Son intervention est un mélange d’antimaçonnisme et d’antisémitisme flagrant.

Cet individu est auteur d’un ouvrage titré « La franc-maçonnerie, 300 ans d’imposture ». Nous ne saurions vous inviter à la lecture des 372 pages de vomi contre la maçonnerie qui représente pour lui le bouc émissaire de tous les malheurs contemporains.

Est-il utile de rappeler que ce personnage est prompt à passer à l’action. Pour preuve, ce Toulonnais a été jugé il y a 18 mois en appel pour des violences conjugales contre son ex compagne, mère de leurs deux enfants.

Johan Livernette (crédits : YouTube, mars 2020).

Le personnage n’est absolument pas banal. La preuve, avant le procès, une cagnotte a été ouverte et a réuni un total de 12 000 €. Me Olivier Hasenfratz qui était l’avocat de la victime a déclaré à ce propos : « Tous ces gens qui pensaient venir en aide à un écrivain, ont en fait payé pour quelqu’un qui a battu sa femme ».

Le quotidien Var-Matin rapporte que « …les partisans de M. Livernette ont-ils estimé que ce Toulonnais, auteur de publications dénonçant un « complot judéo-maçonnique » ou plus récemment une « dictature sanitaire », payait le prix de ses « opinions ». »

Johan Livernette a finalement été condamné à dix-huit mois de prison (au lieu de vingt-quatre en première instance) dont six assortis d’un sursis probatoire. Il a été maintenu en détention. Pendant au moins deux ans après sa libération, il ne devra ni se rendre à Toulon, ni chercher à entrer en contact avec son ex.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES