mer 08 février 2023 - 02:02

Le Symbolisme des degrés maçonniques de Perfection-Approche transversale

Quel sous-titre étrange pour un ouvrage touchant à l’Art Royal. Il est vrai que le terme « approche transversale » désigne toute intervention dans plusieurs domaines surtout dans celui de l’entreprise.

S’agissant d’une théorie psychosociologique existentielle et multi référentielle, développée par René Barbier (1939-2017), ancien professeur de sciences de l’éducation à l’université Paris-VIII, l’approche transversale est particulièrement utilisée en science de l’éducation.

Sylvie Monpoint souhaite-t-elle nous éduquer ? La Maçonnerie n’est-elle pas l’école de la tolérance et de la vertu ? Ce qui importe, ici et maintenant, c’est la méthode ! Avec une vison nouvelle et transversale donc, l’auteure nous conduirait-elle sur le chemin de la perfection ? Il semble que oui…

Sylvie Monpoint nous fait savoir, dans son introduction, que la Sœur est Maîtresse. Elle prend d’ailleurs partie de tout mettre au féminin : la Sœur, la récipiendaire, l’initiée ; l’idée n’étant pas d’exclure bien évidemment ses Frères bien-aimés. La Sœur souhaite donc persévérer sur la voie de la connaissance et poursuivre sa recherche spirituelle. Elle est donc introduite en Loge de Perfection. Vous l’avez compris, elle pratique le Rite Écossais Ancien et Accepté (RÉAA). Aborder la symbolique des Loges de Perfection (4e au 14e degré) pourrait être, pour certains, du déjà lu. En réalité, l’auteure souhaite distiller, çà et là, quelques interprétions toutes personnelles. Elle utilise les rituels actuels du Suprême Conseil Féminin de France – installé à Londres en avril 1970 par le Suprême Conseil féminin du Royaume-Uni et du Commonwealth, proclamé en juin 1972 et lié à la Grande Loge Féminine de France – et ceux du Suprême Conseil de France – fondé en 1804 et au sein du Grand Orient de France jusqu’en 1815 puis devenu indépendant en 1821 et étant à l’origine de la création de la seconde Grande Loge de France en 1894. Ces deux Suprêmes Conseils sont chargés de gérer les hauts grades du RÉAA. Au commencement, Sylvie Monpoint dresse un tableau des différents degrés composant ceux de la Loge de Perfection : les degrés du deuil, avec le 4e Et le 5e, les degrés de restructuration, du 6e. au 8e, les degrés des Élus, du 9e au 11e, les degrés d’architecture avec le 12e degré puis les 13e 14e degrés, ceux de la Voûte Sacrée.

Est-ce le fruit du hasard si l’ouvrage se découpe en sept parties – le nombre 7 est souvent reconnu et apprécié pour sa richesse symbolique et se retrouve dans un grand nombre de traditions, de croyances, de légendes et de religions ? Peut-être… Peut-être pas.

Toujours est-il que l’auteure débute avec une légende et un récit, celui du mythe d’Hiram et de sa mort. Resituant le personnage de l’Ancien Testament premier Livre des Rois et deuxième Livre des Chroniques Hiram et retraçant les passages essentiels de sa vie, dans les textes sacrés et les rituels, mais surtout de son passage à trépas, Sylvie Monpoint reprend ladite légende au grade de Maître Maçon et au degré de Maître Secret, avec dès le 5e degré, les funérailles. Reprenant l’incident diplomatique au 6e degré, traitant de justice au 7e, elle aborde la notion de chambre secrète au 8e degré, puis du châtiment des meurtres au 9e degré. Quant au 10e, il fait l’objet d’une suite du châtiment des meurtriers, des mérites et récompenses (11e),de l’ école d’architecture (12e), de la légende des trois mages (13e). La fin de ladite légende s’achevant avec dernier degré en Loge de Perfection, le 14e, celui de Grand Élu Sublime Maçon.

Sylvie Monpoint aborde son étude toujours selon le même procédé : un récit prenant en compte les éléments rituéliques et comportant, bien souvent, un extrait dudit rituel, puis un point d’étape, fruit de son analyse, s’enrichissant parfois de remarques préliminaires.

Tablier Grand Maître Architecte-12° degré RÉAA – Nos Colonnes

La seconde partie traite de la Loge – lieu et décoration – et du Collège des Officières et surtout de la disposition que la Loge prend aux différents degrés. L’auteure nous conte ensuite l’histoire des attributs, des décors – tabliers, sautoirs –, des nombres, mais aussi de l’heure des travaux – début et fin – ; avec pour chaque degré une tentative d’explication du sens réel. Les signes, attouchements et mots, détaillés par récapitulatif graphique,  font l’objet de la quatrième partie à travers les 11 degrés. Des approfondissements précédés de commentaires généraux. La cinquième partie traite des questions d’ordre et des sentences ; une interprétation générale nous éclaire. Quant aux premières questions d’ordre, celles que l’Apprentie reçoit dans son instruction, un tableau synthétique reprend par degré les questions et les réponses. Des questions d’ordre, en Loge mais aussi en Loge de Perfection. Après ceux des voyages symboliques, nous avons connaissance de ceux exécutés en Loge de Perfection. Consubstantiel de toutes les formes d’initiation, l’auteure décrit comment ces voyages sont effectués – leur nombre, la vêture du récipiendaire, nature du message reçu.

Source Nos Colonnes

Le 7e et dernier chapitre est une synthèse reprenant les lectures morales et initiatiques. L’épilogue est suivi de quatre annexes sur la légende d’Hiram, extrait du rituel d’élévation, sur les funérailles d’Hiram, d’après le rituel du 5e degré, sur le Royale Arche du 13e degré, 1804 du fonds Kloss puis de la destruction du temple, un texte tiré d’un ouvrage de Claude Guérillot (OE).

Sylvie Monpoint est Franc-Maçonne depuis plus de 25 ans et travaille au sein de la Grande Loge Féminine de France, au RÉAA. Elle est médecin dermatologue, écrivain et conférencière, présidente d’une association humanitaire pour l’aide à la scolarisation d’enfants pauvres au Cambodge. Sa réflexion s’articule autour des différentes voies, formes et expressions de la spiritualité et de leur point de rencontre.

Elle est l’auteure de La peau dévoilée-La dimension spirituelle de la peau (Josette Lyon, Poche, 2017), ZORRO-Un initié sous le masque (Librinova, 2019) – qui n’a pas été, petit ou grand, émerveillé par ce cavalier qui surgit au galop ? –, Les sentiers oubliés de la Beauté-Redécouvrir la beauté au quotidien (Éd. Lazare et Capucine, 2020), La peau de Sagesse (Éd. Lazare et Capucine, Coll. «

Sofia », 2021), La peau dans l’initiation maçonnique (MdV Éditeur, Coll. Les Symboles Maçonniques, N° 99, 2021) – cf. notre note de lecture du 26 septembre 2021 – et La coccin’elle qui rêvait de voyage (Éd. Lazare et Capucine, 2022).

Très bonne pédagogue, l’expertise de l’auteure est reconnue de toutes et tous.

Sylvie Monpoint – MdV Éditeur, Coll. Franc-maçonnerie initiatique, 2023, 228 pages, 22 €

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES