ven 09 juin 2023 - 00:06

« Je ne sais pas qui ils sont, ni ce qu’est la franc-maçonnerie ! » Mgr Américo Aguiar

De notre confrère portugais sol.sapo.pt – Par Vitor Rainho

Il se rend à Estádio do Dragão ainsi qu’à Moda Lisboa et s’entretient avec le président et le Premier ministre. Voici l’un des hommes les plus influents de l’Église catholique portugaise.

Dans la première partie de l’interview, Mgr Américo Aguiar a parlé des défis des Journées mondiales de la jeunesse, des “guerres” dans l’Église, de la place de chacun dans l’Église catholique, de sa relation avec le Pape et avec Tolentino Mendonça. Commençons par la dernière question de la première partie.    

On dit que le cardinal Tolentino Mendonça, évidemment, comme il l’a fait pour la retraite spirituelle du pape, a eu plus tard cette accession. Mais on dit aussi que ceux qui organisent normalement les Journées Mondiales de la Jeunesse…

Le voilà qui revient…

On dit qu’il est bien placé. Le nonce apostolique, me dit-on, a beaucoup de mal aujourd’hui à trouver des évêques, outre le fait qu’il y a peu de prêtres, mais aussi parce qu’ils doivent faire une radiographie sur la personne, parce que personne ne nomme un évêque et demain il y aura un article dans le journal pour être accusé de quoi que ce soit. C’est vrai?

C’est vrai. C’est vrai.

Et qu’est-ce qui rend cela difficile…

Dans les quatre, cinq prochaines années, l’Église portugaise change presque la moitié des évêques, c’est une réalité. Il est logique que dans une conversation de café, nous disons tous que le nonce est responsable de tous les maux et cela n’a aucun sens de retarder et ceci et cela. C’est parler de café. La réalité est que le travail en coulisses est nécessaire pour se conformer aux protocoles, et c’est de plus en plus difficile. Ça veut dire d’abord ce processus d’écoute, parce que c’est très intéressant qu’on parle, parle, parle, mais ce qui est certain c’est que cette écoute se fait.

Et maintenant bien plus encore…

Cette soumission, le choix de trois évêques [dont les noms sont envoyés au Vatican pour que le Pape en choisisse un], est le résultat d’une interrogation. On peut dire qu’il n’a pas demandé à qui il le devait, on peut dire qu’il n’a pas répondu à ce qu’il aurait dû répondre, on peut en dire beaucoup, mais ce qui est fait est fait. Prêt. Ensuite, l’examen minutieux de chacun se fait jusqu’à la moelle, et de plus en plus. Car c’est ce qu’il dit : vous ne pouvez pas risquer, même pour les personnes concernées, que quiconque se présente d’un instant à l’autre, quelle que soit leur fragilité, les mette dans une situation très compliquée et donc cet examen se fait avec beaucoup de soin .soin et avec première, deuxième et troisième main. Et puis il arrive aussi, et je comprends, qu’il y ait des frères à moi qui, vu la possibilité ou l’invitation ou lors de la nomination, pensez et répondez négativement à cette proposition, à cette demande que l’Église vous fait, parce que la personne est placée devant le possible. Le Saint-Père demande, le Saint-Père indique et la personne dit oui ou dit non en toute liberté, comme cela arrive toujours.

Lorsque vous avez été nommé prêtre, quel était l’âge moyen des évêques à l’époque ?

60 et beaucoup.

Mais maintenant nous commençons à avoir l’archevêque de Braga qui a 46 ans…

46 ? Déjà eu. Maintenant, il y en a une cinquantaine [rires]. Pourtant, 10 ans ont passé. Il a été nominé avec 40 et autres.

Il a 49 ans. Il y a une nouvelle vague, ça n’a rien à voir avec ce qu’était l’Église il y a quelques années au Portugal.

Je ne sais pas si c’est juste pour nous de faire ce genre de… En fait, il faut toujours, que ce soit dans l’Église ou dans la société en général, valoriser ce qu’est le rapport générationnel et l’échange générationnel, parce que je pense qu’on gagne rien en disant que les autres n’étaient pas et nous sommes et vice versa. Je pense que les choses ne sont pas comme ça. Maintenant, il est évident que pour moi il y a des choses beaucoup plus faciles et plus évidentes que pour mes frères évêques qui ont 70 ou 60 ans. Il y a des questions, il y a des sujets et il y a des sensibilités que je suis programmé par nature pour accepter, puis suivre et comprendre. Et peut-être qu’ils ne le font pas. Comme il y a une expérience de vie et un témoignage de foi qu’ils ont que je n’ai pas. Parfois j’ouvre la bouche et j’ai l’impression qu’ils disent « tu vois que tu es jeune ».

Qu’est-ce qui vous a amené à devenir prêtre ? Il a dit qu’il avait même intimidé un collègue qui était allé au séminaire…

Retirons la bande. Je suis allé au catéchisme. J’étais dans les scouts et le chef du groupe, Zé Teixeira, à un certain moment, après ce que vous avez déjà mentionné, m’a invité à participer aux réunions du pré-séminaire du diocèse de Porto, au séminaire d’Ermesinde , dans Bom Pastor. J’ai pensé qu’un peu… Au début, cette conversation a été une surprise pour moi, surtout avec mon inscription, puis je suis parti.

C’était quel disque ?

Celle d’avoir noirci la vie de notre confrère pour qu’il fréquente le séminaire. Puis venir me voir et me proposer d’aller au séminaire était un peu provocateur. Eh bien, je suis allé à ces réunions pré-séminaires et après avoir quitté cette réunion, j’ai conclu que ce n’était pas mon avenir, ce n’était pas ma vie. Et j’ai eu une expérience de vie que je suis très reconnaissante à Dieu de m’avoir permis de vivre, car je me suis impliquée dans ce qui était une expérience de vie municipale, qu’elle soit partisane ou non. J’ai travaillé avec le professeur Vieira de Carvalho au conseil municipal de Maia et j’ai travaillé avec Narciso Miranda au conseil municipal de Matosinhos.

Et à cette époque il ne rencontrait pas de femmes, il ne sortait pas dîner avec des femmes…

Avec certitude. Et cette expérience m’a conduit, aujourd’hui encore, à avoir une profonde gratitude pour tous ces citoyens. Pour les citoyens qui sont prêts à servir la cause publique, qui sont prêts à participer aux élections et qui sont prêts à servir les Portugais aux niveaux les plus divers de l’organisation de l’État, car malheureusement ces personnes sont quotidiennement insultées, mises en cause, accusées de tout et autre chose. Mais nous, en tant que citoyens, sommes très reconnaissants à tous, de tous les partis, de s’être rendus disponibles pour être candidats, pour perdre, pour gagner, pour défendre leurs idées et pour servir ainsi le pays. Je ne vois pas une démocratie solide.

Quel âge aviez-vous lorsque vous étiez maire ?

J’avais 19 ans. Je pense que j’étais candidat à 18 ans. C’était très amusant.

Et comment se fait-il qu’elle saute les dîners avec ses amis pour se glisser dans un couvent ? Vous n’avez jamais eu envie ?

Chaque jour j’ai une envie.

Je parlais des filles…

Au cours de l’été 1995, j’ai demandé à parler au recteur du séminaire, le chanoine Sousa Marques, malheureusement déjà décédé, un vieil homme vétéran. Je suis allé avec lui, Maia est à côté de Valongo. J’étais dans un service et j’ai réussi le séminaire. J’y suis allé, j’ai sonné, c’était en août ou en juillet et j’ai demandé à lui parler. J’ai dit que je voulais lui parler et il m’a dit qu’il m’attendait. “Tu es parti l’autre fois parce que tu étais connecté à beaucoup de choses”, en politique…

Était-il en politique et au séminaire en même temps ?

Ne pas. Je suis entré au pré-séminaire, j’ai quitté le pré-séminaire et je suis entré en politique. Maintenant je reviens. Et il m’a dit ‘Écoute, puisque tu étais là, je t’ai fait signe. Et j’attendais que tu reviennes un jour. Écoutez, alors c’est comme ça, vous pouvez revenir, mais le jour où vous venez, vous devez être libéré de tout cela ». Je suis resté… et j’ai eu deux conversations très importantes avec le professeur Vieira Carvalho et avec Narciso Miranda. Après quelques jours, j’ai commencé à y penser et je suis allé lui parler. Il a dit ‘Je suis jeune, j’ai un travail qui me plaît’. J’ai travaillé dans l’éducation à l’environnement. J’ai été le premier conseiller en écho du pays. Maintenant il y en a beaucoup. J’ai beaucoup aimé travailler dans les écoles, je suis allé dans les écoles. Et d’un point de vue politique, j’ai beaucoup aimé l’intervention publique, citoyenne, j’ai beaucoup aimé ça et j’ai beaucoup appris. Au fait, j’ai beaucoup d’amis du CDS, de la CDU… Je n’ai pas les nouveaux partis parce qu’ils n’existaient pas. Je suis allé lui parler et Vieira Carvalho m’a dit : ‘Américo, je suis très content de cette nouvelle, je te soutiendrai dans tout ce dont tu as besoin’.

Narciso Miranda n’a-t-il pas dit qu’il était un geek ?

Non, au contraire. C’est pourquoi c’est important. Il m’a beaucoup soutenu et je dis parfois que je suis très reconnaissant envers ces deux hommes. On parle d’un gamin de 20 ans.

Vous n’avez pas oublié de copines ?

Ne pas. Tout est résolu. Si l’un d’entre eux avait mis des si, avait agité quoi que ce soit, je ne sais pas quelle aurait été la réaction, mais non. Que ce soit l’un ou l’autre, je suis très reconnaissant. L’un est au ciel, l’autre est dans notre coexistence terrestre. Et je leur suis très reconnaissant du soutien qu’ils m’ont toujours apporté. Je suis arrivé en septembre, j’ai tout abandonné, j’ai dit adieu à tous mes engagements puis je suis allé au séminaire. J’ai eu un mois très difficile à cause de mon addiction au café. J’ai bu environ 20 cafés par jour sur ces tâches et je suis allé au séminaire et j’ai réussi zéro car la machine à café était cassée, il n’y avait pas de personnel de bar au séminaire et pendant ce mois c’était une chose très compliquée. Eh bien, à partir de ce moment-là, j’ai survécu jusqu’à aujourd’hui.

Est-ce à cause de votre passage en politique qu’on dit que vous avez des liens étroits avec la franc-maçonnerie ?

Eh bien, ils disent tout.

Mais j’ai entendu dire qu’il avait des liens très étroits avec GOL.

Ne pas. GOL Je ne le connais que du but. Je ne connais aucune de ces institutions. En fait, de temps en temps, je pense que c’est une chose positive.

Ne vous ferez-vous pas prendre en train de mentir et quelqu’un vous verra-t-il entrer dans une loge maçonnique ?

Je ne sais pas où ils sont ni ce qu’ils sont, je n’en ai aucune idée. Qu’ai-je ressenti dans ma vie comme réalité ? Que chaque fois que nous faisons quelque chose et que nous devenons visibles, nous devenons la cible de critiques ou d’insinuations. Déjà. En fait, tous les projets auxquels j’ai participé, mon cher ami, pendant quelques années, j’ai participé à ce qui a été l’intervention des Clérigos, de l’Église des Clérigos et j’en ai marre d’entendre ça tout le temps que tout se justifie du fait de mes relations exceptionnelles avec The , B, C… C’est banal. J’ai appris il y a longtemps que seules des pierres sont lancées sur les arbres fruitiers, donc je dois vivre avec ça. Je ne sais pas quel est le cursus ni quel est le profil pour être invité ou ne pas être invité. Malheureusement je n’y suis pas allé. On m’interroge également sur l’Opus Dei. Je dis toujours la même chose. Je suis de Pedro, Je suis prêtre diocésain, je suis évêque d’un diocèse, je suis de Pedro, j’ai une affection ombilicale pour notre cher Pape François. Je suis un fan de Benfica converti au Futebol Clube do Porto et donc…

C’est le Dragon d’Or.

D’honneur, maintenant.

Il parle directement avec le Président de la République, avec le Premier Ministre, c’est un ami personnel de Magina da Silva, dit-on…

J’ai déjà vu une référence à cette circonstance et je dois la corriger. Je suis un ami, pas un ami personnel, du surintendant Magina. Mais je suis son ami. D’ailleurs, j’ai été aumônier national du Service des incendies et j’ai une affection toute particulière. Et je le répète, j’ai une affection particulière pour la police, la GNR, les militaires et les pompiers. Je pense que la société portugaise a une dette intérieure de gratitude envers ces hommes et ces femmes qui servent le bien commun avec leurs uniformes et qui donnent chaque jour, lorsqu’ils quittent la maison, la chance de donner leur propre vie et cela n’a aucun sens pour vous payer. Et on ne correspond pas au niveau qu’on devrait correspondre à ces hommes et ces femmes, et c’est pour ça, que ce soit Magina ou Farinha, avec qui je suis très ami. Que ce soit du GNR, le Clergé qui a cessé ses fonctions, maintenant le nouveau, le précédent, que ce soit des Forces Armées. J’ai une affection, une amitié, très proche… Mon cher commandant Jaime Marta Soares et maintenant António Nunes. J’ai pour chacun d’eux une affection toute particulière et, par conséquent, je ne fais que m’excuser auprès d’eux, peut-être parfois, de ne pas pouvoir correspondre davantage à la reconnaissance chrétienne que nous leur devons.

Nous devons admettre qu’il est l’un des hommes les plus puissants de l’Église. Il a sous son aile un empire des communications, Rádio Renascença, œuvre d’un évêque de 49 ans.

L’Église est parole et elle est service. Donc nous en sommes là. Parler à A, B ou C… Depuis que je suis petit, j’aime être constructeur de ponts et il n’y a rien qui m’empêche de parler à A ou B. C’est pourquoi, chaque fois que l’Église me donne un défi, chaque fois que l’Église me confie une mission, je vais au bout du monde si nécessaire pour la mener à bien.

Mais ce n’est pas un évêque très conventionnel. Quelqu’un m’a dit qu’ils étaient à un défilé de mode.

C’était à Moda Lisboa. C’était une expérience unique. J’étais ravi. C’était une édition de Moda Lisboa, avec Santa Casa da Misericórdia de Lisboa, dans laquelle les modèles étaient des utilisateurs d’équipements sociaux à Santa Casa, avaient leurs grands-mères dans leurs maisons. Il y avait des jeunes des établissements d’accompagnement tous déguisés en mannequins professionnels.

Mais il a vu les autres défilés.

Scie. En fait, il y en a eu un qui m’a fait plusieurs clins d’œil et je n’ai pas pu voir qui c’était. Puis j’ai réalisé qui c’était et que je le savais, car je m’inquiétais déjà d’un clin d’œil.

Au fait, qui était-ce ?

C’était Carina Caldeira, de Porto Canal. Mais elle a été produite et je ne l’identifiais pas. L’Église propose, n’impose pas. Et moi, en tant qu’évêque, je suis envoyé par le Pape pour proposer le Christ, le Christ vivant, à des frères et sœurs de toutes les géographies, en toutes circonstances, tant qu’ils me respectent et respectent les autres, bien sûr. Et donc, je n’ai jamais eu de problème à être avec qui que ce soit, à parler à qui que ce soit et j’aimerais pouvoir toujours embrasser tout le monde et n’importe qui, peu importe ce qu’ils sont, ou ce qu’ils sont, ce qu’ils représentent. Je pense que c’est ce que nous devrions être, ces bras ouverts du Corcovado ou de notre Cristo-Rei de Almada. Je pense que c’est ça notre mission d’accueillir à bras ouverts, sans porter de jugement sur qui que ce soit. Il y a ce passage de l’Evangile qui me captive et m’émeut lorsque cette femme qui était accusée d’être une pécheresse et que la foule voulut la lapider et demanda à Jésus quoi faire. Et Jésus a dit que ceux qui n’ont jamais péché devraient jeter la première pierre. Et ils ont paniqué. Et Jésus a dit : ‘Personne ne t’a condamné, moi non plus je ne te condamne pas. Lève-toi et ne pèche plus ». Je pense que ça doit être notre école, ça doit être nos paroles, nos gestes. Le problème n’est pas quand nous tombons et quand nous nous rattrapons. Le problème est d’avoir la force de se lever et d’avoir à nos côtés des personnes qui nous aident à nous relever. Lève-toi et ne pèche plus ». Je pense que ça doit être notre école, ça doit être nos paroles, nos gestes. Le problème n’est pas quand nous tombons et quand nous nous rattrapons. Le problème est d’avoir la force de se lever et d’avoir à nos côtés des personnes qui nous aident à nous relever. Lève-toi et ne pèche plus ». Je pense que ça doit être notre école, ça doit être nos paroles, nos gestes. Le problème n’est pas quand nous tombons et quand nous nous rattrapons. Le problème est d’avoir la force de se lever et d’avoir à nos côtés des personnes qui nous aident à nous relever.

Interfère-t-elle avec la ligne éditoriale de la Renaissance ?

Jamais. Avec beaucoup de souffrance [rires]

Mais les chansons… La Renaissance a interdit les chansons.

C’est un mythe urbain. C’est arrivé dans le passé.

Pas maintenant? Vous savez que ce n’est pas vrai !

Ce n’est plus moi maintenant. Cela s’est produit dans le passé. Dans le passé, il y avait une liste de contrôle des livres, des chansons… C’est ce que j’entends dire que dans le passé, il y avait ces conditions.

Si vous allumez Renaissance et que vous écoutez un rap avec blasphème…

Comme ce sont les diffuseurs de la Renaissance qui ont donné le mot de passe pour la nuit d’avril, celui-ci a cessé d’exister.

Changeant de sujet. À quoi ressemblera le voyage lui-même ? Que vont faire les jeunes ?

Les Journées Mondiales de la Jeunesse ont une structure qui répète puis advient ce que chaque pays est capable d’innover. Nous sommes incités par le pape François à innover, toujours. Mais il y a une structure fixe que nous pouvons partager, elle est fixe, il n’y a rien de nouveau.

Qu’est-ce que c’est ?

Il y a une célébration mardi, qui est présidée par le cardinal patriarche de Lisbonne. Disons que c’est l’ouverture officielle du voyage. Pendant ce temps, le Pape arrive et il y a la séance d’accueil du Pape.

Le Pape arrive-t-il le deuxième jour ?

Cela dépendra si vous devez venir plus tôt pour vous reposer. Si cela vient beaucoup au-dessus de la journée, cela dépendra de ce qui est physiquement recommandé.

Il est assuré de venir, s’il est en bonne santé.

Il n’y a pas de voyage sans le Pape. Le Pape arrive. Il plaisante lui-même en disant qu’il pourrait être João XXIV ou Francisco II. Il doit y avoir un pape, sans pape il n’y a pas de voyage.

Et si le Pape meurt la veille ?

Nous aurions alors un problème que j’espère que nous n’aurons pas à résoudre. Soit dit en passant, le pape Benoît XVI, lorsqu’il a écrit quelques écrits pour partager avec le monde quel était le contexte de sa démission, à un moment donné, il a dit que dans son cœur se trouvaient les Journées mondiales de la jeunesse à Rio de Janeiro et les événements physiques et émotionnels impossibilité que je ressentais de ne pas pouvoir être présent. Et ce qu’il avait en tête, anticiper un calendrier pour que le voyage ne soit pas gêné. Le Pape préside cette séance d’accueil. Ensuite, les mercredi, jeudi et vendredi, il y a ce qu’on appelle la catéchèse, qui aura une nouveauté.

Vous voulez dire ?

Les catéchèses, le schéma était comme ça : les jeunes par langue, par langue, avaient des conférences sous la responsabilité des évêques et à la fin, une célébration. Nous faisons une différence ici. Cette première partie aura deux protagonistes : les jeunes et l’évêque. C’est-à-dire que les jeunes de la première partie seront invités à prendre la parole et de quoi parleront-ils ? En parlant de Laudato Si’, prendre soin de notre maison commune et de l’écologie intégrale. Parler de Fratelli tutti et parler de la nouvelle économie de Francisco. Les trois colonnes de référence de réflexion.

Quelles sont les trois colonnes ?

Laudato Si’, Fratelli Tutti et la nouvelle économie. Écologie, fraternité universelle et nouvelle économie de Francisco. Et les jeunes seront incités, à partir de janvier, février, dans leurs pays, sur leurs terres, à tenir de petits forums et ateliers sur le sujet, afin d’arriver ici et de pouvoir être les protagonistes d’une partie de cette rencontre en qu’ils parlent et que l’évêque écoute. Et puis l’évêque a écouté et il a parlé aux jeunes et puis la célébration. Et c’est un changement très important.

Les évêques de chaque pays.

Les évêques, lorsqu’ils s’inscrivent, se rendent aussi disponibles pour être conférenciers, catéchistes. Et avec ces évêques, par langue, ils sont également affectés à des groupes par langue. Des catéchèses qui auront aussi un autre nom. Elle changera aussi de nom car ce ne sera plus cette structure de catéchèse, elle deviendra quelque chose d’hybride, entre ce qui est le prononcé des hommes et ce qui est l’écoute et le prononcé de l’évêque. Ensuite, nous avons la Via Sacra le vendredi soir, donc le point culminant du voyage. Puis le samedi, à Trancão, sur le Tage, la nuit la veillée et le dimanche la messe pour la clôture et l’envoi et l’annonce de la Journée mondiale de la jeunesse dans le pays Y.

Quand est la messe du Pape à Oeiras?

Ce n’est pas la masse. A Oeiras, ce qui est sur la table c’est : depuis Jean-Paul II, les papes ont toujours voulu remercier les bénévoles car il y a beaucoup de jeunes et d’adultes qui n’ont jamais vu le pape parce qu’il travaille. Certains ne voient même pas la lumière du jour, parce qu’ils sont dans des services je ne sais où. Et les Papes ont toujours demandé en fin de journée, après la célébration de l’après-midi, avant de partir, une rencontre privée avec les volontaires pour les remercier. C’est cette rencontre qui est en train d’être travaillée et négociée pour qu’elle puisse avoir lieu à Algés. Mais le seul endroit fermé et approuvé par le Saint-Siège pour les événements est le parc Tejo Trancão, les autres sont des possibilités.

Combien de messes le Pape dit-il ?

Il ne préside qu’une messe, la messe dominicale. Les autres ne sont pas des masses. C’est la séance d’accueil, le chemin de croix et la veillée. La messe n’est que le dimanche.

Où pourrait être un million de personnes ?

Oui. Et le jour où le Pape se rend à Fatima n’est pas encore clos.

Resterez-vous ici une semaine ?

Oui, presque une semaine entre dimanche, samedi, vendredi, jeudi, mercredi, ça dépend.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES