jeu 26 janvier 2023 - 22:01

Les francs-maçons belges s’indignent à propos des demandeurs d’asile

De notre confrère belge lecho.be

Lorsque les droits fondamentaux et l’État de droit sont en péril, la discrétion maçonnique cède devant le devoir d’indignation ! Tout demandeur d’asile a droit à un accueil lui permettant de mener une vie conforme à la dignité humaine. Ce principe est inscrit à l’article 3 de la loi du 12 janvier 2007 portant sur l’accueil des demandeurs d’asile. Ce droit à l’accueil permet à un demandeur de protection internationale de ne pas se retrouver dans une situation de dénuement matériel extrême l’empêchant de faire face à ses besoins les plus élémentaires, tels que notamment ceux de se nourrir, de se laver et de se loger.

Alors qu’il s’agit d’un droit à bénéficier d’une aide matérielle durant toute la procédure d’asile, force est de constater que pour pouvoir bénéficier de ce droit fondamental, il appartient au demandeur de protection internationale de saisir préalablement la justice.

Faute de volonté politique

En 2022, rien que sur la Région de Bruxelles-Capitale, plus de 6.500 personnes ont saisi en extrême urgence le Tribunal du travail de Bruxelles pour bénéficier de l’accueil qui leur est pourtant acquis par leur qualité de demandeur d’asile. Alors que l’agence Fedasil est dans la plupart des cas condamnée par jugement du Tribunal du travail à fournir un hébergement sous peine d’astreinte, plus de 3.000 enfants, femmes et hommes sont toujours en attente d’un hébergement. Malgré l’hiver, ces « invisibles » vivent à la rue dans des conditions de vie intenables et contraires à l’article 3 de la Convention européenne des Droits de l’Homme. Cette inexécution par l’État belge et Fedasil, pour « défaut de volonté politique », des décisions judiciaires, a été fustigée dans près de 750 arrêts de la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Comble de l’absurdité, les milliers d’astreintes financières auxquelles l’État et Fedasil ont été condamnés suffiraient largement à héberger tout le monde. Mais en ce moment les demandeurs d’asile ont froid, faim et passent la nuit dehors et tombent malades. Ce sont des associations et des bénévoles, de toutes tendances et de toutes convictions philosophiques, qui leur viennent en aide, leur apportent quelque chose de chaud à boire ou à manger, leur fournissent des tentes, des vêtements d’hiver et des sacs de couchage. Cette situation est contraire aux principes d’une démocratie fondée sur l’État de droit.

Mesures structurelles

Institution apolitique, cosmopolite et pluraliste des opinions, la Franc-maçonnerie n’a pas pour objet, ni pour but d’exprimer une opinion collective. Toutefois, lorsque le respect des valeurs humaines est dépassé, le silence n’est plus de mise.

En toutes circonstances, les Francs-maçons défendent la nécessité absolue du respect des droits et libertés fondamentaux que toute démocratie se doit de respecter et promouvoir. C’est en ce sens que des Obédiences belges entendent rappeler leurs valeurs de Liberté, d’Égalité, de Fraternité universelle et de dignité pour tous les humains, quels que soient leur sexe et leur genre, la couleur de leur peau et leur culture.

Les droits humains sont premiers et universels, ce qui justifie notre appel à ce que cessent ces traitements inhumains et dégradants. Nous appelons le gouvernement à mettre en place urgemment des mesures structurelles pour respecter l’État de Droit et le droit d’asile. Il en va de notre commune humanité avec toutes les personnes victimes de cette situation intenable.

Il ne s’agit pas seulement de l’image que cette situation donne de la Belgique, mais aussi et surtout de notre conscience d’êtres humains, interrogés voire interpellés dans notre commune humanité avec des personnes qui ont dû fuir leur pays en prenant tous les risques pour être accueillies dans des démocraties européennes dignes de ce nom.

Puisse donc le gouvernement avoir ce sursaut de sagesse et de force pour représenter dignement les citoyens et accomplir avec beauté son devoir d’humanité à l’égard des plus démunis en quête d’asile.

En cela, le Grand Orient de Belgique, la Fédération belge du Droit humain, la Grande Loge féminine de Belgique font appel à la collaboration à tous les niveaux afin de mettre une fin immédiate à cette situation.

Alain Cornet, Grand Orient de Belgique.

Daniel Menschaert, Fédération belge de l’ordre mixte international du Droit-Humain.

Raymonda Verdyck, Grande Loge féminine de Belgique.

Jan Vanherck, Président Lithos Confédération de Loges.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES