dim 21 avril 2024 - 17:04

La Franc-maçonnerie : une institution au service de la société et de son développement

De notre confrère brésilien 93noticias.com.br – Par Carlos Braz

La Franc-maçonnerie est une institution laïque, reconnue à l’époque contemporaine pour son action sociale et la pratique du bien, fondée sur des principes humanistes et chrétiens. Il loue également les valeurs familiales, le respect de la constitution et des symboles nationaux, encourage ses membres à s’éloigner des vices nuisibles et marche toujours à la recherche de la vérité.

Sa présence, son importance et son intérêt pour un avenir national aligné sur les principes des Lumières ont fait participer ses membres à des événements importants de notre histoire, tels que la conspiration minière, l’indépendance du Brésil et l’abolition de l’esclavage.

Les sources historiques controversées ne permettent pas de délimiter fidèlement sa genèse, cependant, les chercheurs et les historiens voient des similitudes entre ses symboles et rituels avec ceux existant dans l’Antiquité, tant dans l’Égypte ancienne que sur le continent européen.

 L’histoire en tant que science est basée sur l’analyse minutieuse des sources historiques. Ce sont eux qui témoignent d’événements qui se sont produits dans le passé et qui ont été importants pour un ou plusieurs groupes sociaux. Ceux à propos desquels des doutes imprègnent sont considérés comme des spéculations ou des hypothèses. Cette condition s’applique à l’objet d’étude de cet article puisqu’il n’y a pas de récits oraux ou d’écrits fiables qui puissent dater sa fondation, en utilisant des documents plus récents qui remontent au milieu des XVIe et XVIIe siècles comme référence. De cette façon, nous utilisons cette datation comme début de la coupure temporelle pour le développement textuel. 

Dans les archives européennes, principalement en Angleterre, il est possible de trouver des informations précieuses qui délimitent l’institution des confréries secrètes d’individus possédant des connaissances et des pratiques, qui les ont fondées dans le but de maintenir les connaissances entre eux, garantissant ainsi la demande de leurs services. Ce serait, grosso modo, une confrérie de travailleurs, avec des connaissances pratiques des métiers, mais sans connaissances philosophiques et intellectuelles. Et ainsi, cette pratique a évolué et s’est répandue avec la civilisation, englobant d’autres catégories et intérêts, comme la philanthropie et la Franc-maçonnerie dans sa forme actuelle.

Les sources existantes indiquent clairement l’influence des Lumières sur la conception maçonnique qui, depuis ses débuts, a pour objectif de promouvoir les principes défendus par la Révolution française de 1789 : Liberté, égalité et fraternité, qui renvoie à l’idéal de l’homme universel. , qui doit jouir des droits mentionnés ci-dessus. , où que vous soyez, indépendamment de la croyance, de la couleur ou de l’importance dans le scénario des nations. En résumé, tous les hommes doivent être libres, avoir les mêmes droits et posséder le libre arbitre, valeurs qui vont à l’encontre d’une Europe absolutiste.

La philosophie des Lumières qui s’est répandue dans toute l’Europe depuis le milieu des années 1700, mettant l’accent sur la transformation des relations sociales et les nouvelles façons d’interpréter et de comprendre le monde. Les questions proposées par les penseurs et les philosophes de l’époque allaient de la politique et de l’économie à la légitimité du pouvoir des rois absolutistes et de l’Église, imposant le pouvoir de la raison face au pouvoir divin.

Le caractère universaliste et libéral proposé provoqua une série de rébellions contre le système actuel, parmi les plus influentes, la Glorieuse Révolution de 1688 qui fonda le parlementarisme en Angleterre, et la Révolution française de 1789 qui renversa le roi Louis XIV. Dès lors, le monde n’a plus jamais été le même. Libérées du carcan de la religion, les connaissances scientifiques et les sciences humaines ont porté les sociétés à un autre niveau.

C’est dans ce contexte révolutionnaire que la Franc-maçonnerie s’impose comme une institution en phase avec les problèmes de son temps, se renouvelant quand nécessaire sans pour autant renoncer à ses canons et rituels secrets, destinés uniquement à ses membres.

La découverte de l’Amérique en 1492 a été une étape fondamentale dans l’histoire humaine, car elle mettrait en échec toutes les valeurs construites séculairement par la pensée des Lumières, ainsi que l’établissement d’un nouvel ordre mondial, basé sur la découverte de métaux précieux dans le Nouveau monde et aboutissant à l’asservissement ou à l’extermination d’indigènes et à l’enlèvement ultérieur d’Africains noirs, captifs depuis plus de trois siècles.

La Franc-maçonnerie s’implante également dans le Nouveau Monde, participant efficacement à la construction d’une nouvelle société, influençant d’importantes décisions politiques, sans pour autant négliger certains aspects essentiels depuis sa fondation. La question de l’esclavage en Amérique impliquait des intérêts politiques, économiques et sociaux, et prendre parti dans ce contexte a toujours été un défi pour les Francs-maçons.

Après cette brève explication sur la fondation de la Franc-maçonnerie et son arrivée en Amérique, nous allons maintenant aborder sa participation à la construction de la société brésilienne.

Avec le début de la colonisation du Brésil en 1530, un nombre croissant de Portugais et d’étrangers d’autres nationalités sont entrés au Brésil. Mais les loges maçonniques ne sont apparues officiellement qu’en l’an 1800 dans la ville de Rio de Janeiro. Cependant, on suppose qu’il y avait déjà des maçons initiés en Europe qui vivaient ici et recrutaient des hommes libres qui remplissaient les conditions nécessaires pour être initiés à la secte, sans effectuer de rituels d’un niveau plus avancé.

Les codes moraux et de loyauté rigides sont restés en vigueur et le terme loge maçonnique désignait les lieux où ils se rencontraient. Ses membres se considéraient comme des frères, ce qui se produit encore aujourd’hui, et sont régis par l’altruisme et la discrétion avec lesquels ils accomplissent leurs actes de bienfaisance, n’étant pas autorisés à admettre des femmes parmi eux.

Comme l’indiquent les documents faisant référence à l’enquête qui a trouvé la responsabilité du déclenchement de l’Inconfidência Mineira en 1788, les Francs-maçons ont eu une participation effective à la sédition, avec Joaquim José da Silva Xavier, Tiradentes, étant l’un d’eux, même s’il n’y avait pas Loges opérant dans le Minas Gerais, un fait qui nécessite une recherche plus approfondie sur l’expansion maçonnique à l’époque.

L’année 1808 est l’une des plus importantes de l’histoire du Brésil, car elle marque l’arrivée de la cour portugaise dans sa colonie la plus prospère, fuyant l’invasion française imminente par l’armée napoléonienne. Dans ce processus qui s’étend sur les années suivantes, la Franc-maçonnerie s’instaure, et depuis lors elle participe effectivement aux grandes décisions dans le domaine de la politique, de l’administration publique, de l’économie de l’éducation.

Là commence le processus historique qui est l’embryon de l’indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal. cela aurait encore lieu en 1822, c’est-à-dire à peine 14 ans plus tard. Et les Francs-maçons ont également participé à ce qui sera le grand moment de notre histoire. Comme nous l’avons signalé précédemment, les loges sont apparues en 1800, huit ans avant l’arrivée de la famille royale, ce qui laisse supposer que la Franc-maçonnerie était déjà à un stade de développement dans la colonie d’alors.

À Sergipe, la présence maçonnique s’est officialisée le 10 décembre 1872 avec la fondation de la Loge maçonnique Cotinguiba, affiliée au Grand Orient du Brésil, choisie comme patronne de l’institution São João Batista, une attitude qui démontre son caractère religieux, avec ses habitués engagés dans le combat pour la liberté, alors représenté par l’abolition de l’esclavage au Brésil et par des actions philanthropiques en faveur des plus démunis.

Cependant, à ses débuts, étant donné la rigidité de ses règles, la rigueur de l’admission dans la confrérie, les codes secrets que les partisans utilisaient entre eux et les réunions sans la présence d’étrangers, ont fait émerger des légendes urbaines sur les canons de la confrérie. , les reliant à de mystérieuses malédictions et transmutations, qui ont habité l’imaginaire populaire pendant des décennies.

Certains chercheurs spéculent que l’origine des légendes sont les pratiques de domination par la peur, imposées par l’Église catholique, dans le cadre de la question religieuse déclenchée par l’évêque d’Olinda en 1872, qui a persécuté les Francs-maçons et les protestants.    

Plus tard, la seconde Loge maçonnique fut fondée à Aracaju, appelée « Segredo e Amizade », ce qui confirme l’adhésion de la société à l’engagement des Francs-maçons en faveur de notre développement social, éducatif et économique.

Depuis lors, avec la discrétion qui caractérise l’institution, des centaines d’actions caritatives et philanthropiques ont été parrainées, bénéficiant à des milliers de personnes depuis le IIe règne, entrant dans la république et atteignant jusqu’à nos jours.

Ainsi, de nombreux autres magasins voient le jour, y compris dans les villes de l’intérieur, s’imposant comme une communauté régie par des principes de fraternité, d’égalité et de liberté et fréquentée par des hommes de bonne foi.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES